6 mois déjà - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > 6 mois déjà

6 mois déjà

Déjà 6 mois à Montréal! Comme le temps passe vite et comme le jour de mon arrivée au Québec me paraît en même temps lointain. Cette étape symbolique est l’occasion de dresser un petit bilan que je souhaite vous faire partager.

Tout d’abord, je voudrais dire que, de mon point de vue, immigrer au Québec est une véritable épreuve de remise en question personnelle. Rien à voir avec un déménagement de Paris à Lyon ou Toulouse (ô Toulouse!). Le Québec est TRES différent de la France. Il faudrait que tout immigrant potentiel récite cette phrase 20 fois tous les soirs avant de se coucher 🙂

Cette épreuve nécessite une préparation pratique mais aussi psychologique approfondie. J’ai trouvé dans ce forum un certain nombre d’éléments qui m’ont bien aidé dans ce processus. A ce titre, je remercie:
– Laurence, pour les informations généreusement distribuées,
– Dedel pour son extraordinaire leçon de courage et de positivisme,
– Seb alias Redflag pour son enthousiasme (quoiqu’il m’ait également souvent agacé avec sa vision de l’Amérique à la John Wayne).
– Le regretté Jean-Claude pour sa vision critique et réaliste de la vie quotidienne au Québec,
– Le regretté Yannt, avec lequel j’ai souvent été en désaccord (surtout dans ses interventions récentes) mais qui m’a permis par ses positions tranchées de ne pas descendre de l’avion à Dorval comme si j’allais en vacances à Hawaï.

CHOC CULTUREL:
Aussi préparé soit-on à affronter la société québécoise, on rencontre inévitablement sur son chemin les fossés culturels qui séparent les deux mondes. Car tout nous sépare : la vision de la famille, les relations entre les deux sexes, le respect de l’individu, les méthodes de travail, la relation à l’argent, les notions de savoir-vivre, l’alimentation, les loisirs etc…
Attention! N’oubliez pas que le Français traîne avec lui une réputation de râleur, snob et prétentieux. Alors, au début, profil bas et éviter absolument l’humour au 15e degré mi-spirituel mi-sarcastique. Cela passera très mal. Evitez aussi les débats sur la langue : en dépit de toute évidence, certains Québécois ne rateront pas l’occasion de prétendre que les Français emploient beaucoup d’anglicismes. Cela ne sert à rien d’essayer de chercher à convaincre une personne sur 6 millions.

LES POINTS POSITIFS :
– Montréal est une ville attachante malgré son architecture bordélique. Son caractère bilingue et cosmopolite ajoutent une grande dose de piment à son côté Nord-Américain.
-Ici, il y a toujours quelque chose à faire : ski, luge et patin en hiver, vélo, patin à roues alignées et balades en été. Au niveau culturel, Montréal est très active. Festivals à ne plus savoir ou donner de la tête, théâtre, concerts etc. Au niveau culinaire, on trouve tous les produits possibles et imaginables et à ce niveau là, nous avons assez peu changé notre mode de vie.
– Le calme étonnant des gens. Pratiquement pas d’agressivité, ni dans la rue ni au travail. Est-ce du respect ou de l’indifférence ou un peu des 2? En tout cas, Montréal nous paraît assez sécuritaire, notamment dans les transports en commun. Je n’ai pas encore entendu parler de chauffeur de bus agressé ou de traverse de bois jetée sur la voie ferrée.
– La simplicité de beaucoup de services administratifs (NAS, RAMQ, SAAQ, Hydro-Québec, Banques). L’amabilité des commerçants et des employés.
– L’absence de formalisme et la décontraction dans les relations au travail.
– Le coût de la vie qui reste globalement moins élevé que n’importe quelle grande ville occidentale (même si les prix ont tendance à se réajuster progressivement).

LES POINTS “A AMELIORER”:
– Le système de santé n’est pas mauvais. Il est CATASTROPHIQUE. Comment se fait-il que, toutes proportions gardées, pour un tiers environ de médecins de moins qu’en France (2,1 contre 3 pour 1000 habitants), il soit pratiquement aussi difficile d’approcher un médecin que Britney Spears à la sortie d’un concert? Comment peut-on accepter dans un pays considéré comme hautement civilisé un tel degré de gabegie, d’incompétence, de désinterêt et de cynisme? De quel droit un médecin refuse-t-il des patients en consultation sous prétexte que sa clientèle est constituée ? Est-ce tout simplement violer le serment d’Hippocrate ou plutôt une attitude d’hypocrite? Si vous avez une maladie grave ou chronique, je vous déconseille de venir vous installer au Québec.
– Le système de garde des enfants. Le gouvernement a produit un effort en ouvrant les garderies à 5$. Le problème, c’est que l’attribution des places s’est opéré sans aucune condition ni aucune priorité. Les places disponibles ont été vite comblées et il faut en général attendre au minimum 18 mois avant d’en obtenir une. De surcroît, ces garderies portent bien leur nom : elles se bornent à garder les enfants sans trop chercher à leur proposer des activités éducatives ou artistiques. Notre fille que nous avons pourtant placée dans une garderie privée disposant de beaucoup de moyens nous rapporte rarement un dessin ou un objet confectionné de ses mains. Il est vrai que ses éducatrices privilègent l’expression corporelle à travers le sport et les sorties.
– Le système d’imposition qui n’hésite pas à s’acharner même sur les petits salaires.
– Le logement dont la criose n’est plus à démontrer. Tous les journaux ont parlé en long et en large de ces centaines de familles qu’il a fallu reloger provisoirement afin de leur éviter la rue.

Ce que nous retenons:

Tout d’abord, l’expérience que nous vivons est hautement passionnante et enrichissante (spirituellement du moins). Nous vivons dans un des rares îlots francophones d’Amérique du Nord tout en bénéficiant des nombreuses possibilités de pratiquer et d’améliorer notre anglais.

Pour l’instant, nous avons chacun un job intéressant qui nous donne l’occasion de nous déplacer un peu et de découvrir le reste du Canada et les USA.

Après l’enfer de la Région Parisienne, où nous devions supporter la pollution, les logements chers et étriqués, le temps passé dans les transports en commun et l’insécurité urbaine, Montréal nous semble en comparaison reposante. Le prix encore raisonnable des loyers nous a permis de vivre dans un quartier calme et en même temps peu éloigné du centre. Les occasions ne manquent pas de sortir, se ballader et découvrir l’incroyable diversité qui règne sur Montréal.

A titre personnel, je dirais que décider d’immigrer alors qu’on a une famille et que la quarantaine se profile à l’horizon est un vrai défi. Il est certainement plus facile et moins contraignant d’immigrer à 25 ans et célibataire. Cependant, la difficulté supplémentaire oblige à se retrousser les manches et remettre un peu en question. Cela crée sans nul doute une rupture avec une vie qui autrement semble souvent toute tracée,et sans grande surprise.

ici, la surprise peut arriver à n’importe quel moment (bonne ou mauvaise). Nous en sommes témoins tous les jours.

Jean-Pierre

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada