Dépression et mal du pays - Dois-je retourner en France ? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Dépression et mal du pays – Dois-je retourner en France ?

Dépression et mal du pays – Dois-je retourner en France ?

J’écris aujourd’hui pour m’aider à y voir plus clair et obtenir votre aide. Je vis quelque chose que je n’aurais jamais pensé ressentir : La dépression liée sûrement au mal du pays.

J’ai 33 ans, je suis parti en septembre 2016 en PVT à Montréal avec mes deux enfants de 3 et 5 ans et ma femme. Ce nouveau départ répondait à un ras le bol du climat économico-social de la France, une envie d’aventure (nous avons fait le tour de l’Océanie pendant 3 mois avant d’arriver à Montréal) et le désir d’une nouvelle vie.

Nous avons trouvé tout cela à Montréal. Une qualité de vie bien meilleure que celle que nous avions en région parisienne, une maison avec 3 chambres à 20 min du centre ville pour le prix d’un studio a Paris, du travail trouvé très facilement, de nombreuses activités gratuites pour les familles, une sécurité, un accueil à bras ouverts, un réel climat de “bien vivre ensemble”. Nous avons adoré l’hiver, la neige en abondance, les patinoires partout dans la ville, le ski à 30 min….

Mais voilà aujourd’hui que ma famille me manque à un point que je n’aurais pu imaginer et pleins d’autres choses me donnent envie de rentrer au plus vite. Je n’ai pas été présent aux 30 ans de mon frère et voir toute ma famille réunie, heureuse, sans moi, sans mes enfants et ma femme m’a déchiré le coeur. Je me rends compte que je ne pourrai supporter de ne pas être présent aux 2-3 réunions de famille annuelles. À cela s’ajoute tous ces autres points qui rendent notre expatriation de plus en plus difficile :

– Pas d’école publique avant 5 ans, nous avons donc dû mettre nos enfants pendant un an dans une garderie privée donc le coût s’élève entre 750$ et 1000$/mois par enfant. Mon aîné a pu rentrer à l’école en septembre mais mon second ne pourra pas l’année prochaine car il est né le 1er octobre et qu’il faut avoir 5 ans révolu au 30 septembre Vous pouvez demander une dérogation mais cela est compliqué, la règle c’est la règle, bénie soit l’école gratuite à partir de 3 ans en France.

– Mes enfants commencent à prendre l’accent Québécois surtout le deuxième, c’est marrant quand c’est les autres mais je peux vous assurer que lorsque votre fils commence à parler comme eux ça fait très bizarre.

– En PVT, il est très difficile de se faire soigner, je touche du bois car mes enfants sont en bonne santé mais votre assurance ne permet pas de faire des RDV de suivi, nous sommes couverts qu’en cas d’accident. Une consultation à Montréal coûte plus de 150$. Ma femme a dû aller aux urgences un soir, cela m’a coûté 900$ que l’assurance devrait me rembourser mais en cas d’hospitalisation c’est 3500$/jour à avancer, impossible, bénie soit la santé gratuite en France.

– Professionnellement nous avons trouvé facilement du travail mais j’ai démissionné à 3 reprises car leur façon de travailler est très différente. Certes, il est génial de finir ses journée à 17h voir 16h, mais le manque de process, de hiérarchie ou d’organisation, peut rendre le travail difficile pour un Français. En tant que commercial, cela est d’autant plus dur car beaucoup de postes sont proposés sans salaires minimum uniquement à la commission.

– La nourriture manque terriblement, on ne se rend pas compte à quel point nous mangeons exceptionnellement bien en France, le vin, le fromage, cela manque cruellement au bout d’un moment.

– Nous vivons en autarcie en famille car nous connaissons très peu de personnes et sincèrement nous n’avons pas le goût de se récréer un cercle d’amis car nos amis de toujours nous manquent cruellement aussi.

Je pourrais continuer la liste mais la question est la suivante : dois-je rentrer avec toute ma famille pour retrouver une vie que ne me plaisait plus sachant que je l’apprécierai beaucoup plus maintenant car cette expatriation m’a rappelé à quel point nous sommes choyés en France. Est-ce que je ne vais pas regretter d’être rentré lorsque je devrai de nouveau me confronter aux transports en commun saturés de la région parisienne et regretter cette qualité de vie que nous avions trouvé? Sûrement… Le retour s’annonce aussi compliqué que le départ car nous devons tout recréer, cela donne l’impression d’être dans une impasse.

En résumé, nous avons trouvé beaucoup de bonnes choses qui nous ont rendu heureux à Montréal mais il y a quelque chose que nous ne pouvons pas retrouver en expatriation : L’amour et la proximité de sa famille. Ma mère a pris sur elle quand nous sommes partis et elle l’a accepté mais maintenant je me sens coupable et je ne veux plus priver mes enfants de la chance de vivre aux côtés de leur grand-mère et d’une éducation de qualité.

Cela fait du bien d’écrire son ressenti. Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.

 

D’après le texte original de Milaszlow

Vos recherches:

  • https://www immigrer com/depression-mal-pays-dois-je-retourner-france/
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Commentaires sur “Dépression et mal du pays – Dois-je retourner en France ?

  1. Partir, revenir et parfois repartir, ce sujet est récurrent sur le forum. Chaque immigrant est concerné puisqu’il a ce choix, même si certains prétendent ne pas être dans la remise en question 😉
    Dans le fond, ce que l’on recherche c’est de se rassurer sur nos choix de vie, passés, présents ou futurs. Mais la réponse est pourtant en nous et est différente pour chacun.
    L’immigration est un acte d’espoir dans lequel on saute à pieds joints. Ce n’est que après, disons 2 ans, que l’on peut faire un bilan en connaissance de cause et faire un choix éclairé, en fonction de ce qui est vraiment important à nos yeux. Je trouve ça inadéquat de porter un jugement : «Si vous n’aimiez pas ceci, il ne fallait pas faire cela… ». Il n’y a aucun mal à changer d’opinion.
    Mais je me demande si le sujet n’est pas plutôt dans la réussite de nos parcours de vie (professionnelles, affectives…) quel que soit l’endroit où nous sommes.
    En tous cas je tiens à rassurer tout le monde en citant cette phrase de Bouddha : «Et rappelez-vous bien, mes enfants, qu’il n’y a rien de plus constant si ce n’est le changement »

  2. Pour ma part je suis venu en pvt en pensant rester j’avais déjà fait un pvt en 2009 au Canada et depuis l’idée d’y vivre définitivement ne m’avait jamais quitté. En novembre 2016 lorsque nous avons posé les pieds sur le sol Québécois quel bonheur…
    Mais après plusieurs mois passé l’euphorie et après un bon nombre de difficultés nous nous sommes rendus compte que nous ne trouvions pas notre place dans ce magnifique pays. C’est comme ça. Le choix de rentrer c’est finalement imposé. Nous allons certainement y rester encore quelques mois et organiser notre retour qui sera de toute évidence difficile mais le choix est fait.
    Je souhaitais partager mon expérience car on se retrouve souvent seuls dans cette décision difficile et souvent confronté à l’incompréhension de certaines personnes qui ont très bien réussi leur immigration et juge sans savoir.
    Bon courage pour ton choix et bonne chance dans ta vie ici ou en France.

  3. Bonjour
    Nous sommes presque dans la même situation que toi. En Pvt depuis novembre 2016 nous avons décidé après réflexion de rentrer en France.
    Nous n’avons pas d’enfants mais c’est un projet et effectivement les voir grandir loin de nos familles nous paraît difficile. Le choix est compliqué parce que bien sûr les 2 pays ont leurs bons et mauvais côtés (je ne rentrerai pas dans les détails puisque ça c’est propre à chacun).
    Mais l’expérience au Québec étant différente pour tout le monde je pense que le choix est vraiment très personnel…
    Après le retour sera certainement difficile mais si tu prends la décision de rentrer regardes vers l’avant et n’ai pas de regrets quant à ta décision. Chacun est différent et chaque expérience d’expatrié est différente aussi. Ne jugez pas les gens qui narrive pas à s’adapter ou qui se retrouve déçu de leur choix.

  4. bonjour,je suis mr lawsoune jona raymond originaire de l’ile de la réunion née en 1969 et je souhaiterai savoir comment depuis la réunion les démarches a faire pour être routier au Québec
    merci pour vos réponses

  5. Bonsoir,

    En faite j’ai l’impression que la vie est compliqué pour les PVT, moi qui est un permis de travail, je ne rencontre pas ces difficultés, je suis couvert à 100% par la RAMQ, je rencontre du monde avec qui on sort le week-end, je suis dans le transport et on n’a beaucoup de souplesse, genre la je rentre pour les fêtes de Noël en France, enfin ici la vie est vraiment différente et agréable. Une chose est sure la nourriture est un vrai manque, ca je suis bien d’accord😂😂. Je vous souhaite de trouver une réponse à toutes vos questions.

    1. Bonjour Bonnin je viens de lire ton commentaire. Mon mari et moi sommes intéressés pour immigrer à Montreal.Nous avons contacté des entreprises de transports afin de connaitre leur intérêt pour une embauche car mon mari a le permis C. J aurai voulu connaitre ton expérience et toutes les démarches pour l obtention du permis canadien ( frais, examen theorique et pratique…) merci d avance pour ta reponse.bon week end

  6. Je trouve certains commentaires assez durs… c’est dommage de ne pas arriver à se faire d’amis ici. Bien sûr vivre à l’étranger est une aventure, dont vous êtes capable de donner les bons côtés. Cependant peut être que cette aventure ne doit être que temporaire. Je viens de l’outre-mer et j’avoue que la distance me semble par moment insurmontable. J’aime ma vie ici et j’ai aimé ma vie à la Réunion, en métropole pendant mes études. Chaque période a eu ses bons et mauvais côtés. Je comprends que lorsque l’on a des enfants, les voir grandir loin de leurs grands parents n’est pas simple. Pour ma part, je sais que mon expérience québécoise sera limitée dans le temps mais cela me permet de profiter de chaque instant de cet endroit agréable et des gens chaleureux que j’ai trouvé ici.
    Après rien ne vous oblige à retrouver Paris, la France offre plein d’autres belles régions et vous pourrez avoir une qualité de vie meilleure et une proximité agréable de votre famille 🙂 en tous cas plein de soutien pour ces décisions qui paraissent toujours difficiles à prendre malgré le fait qu’elles soient parfois évidentes 🙂

  7. Hello, Si le mal du pays est trop fort alors il faut rentrer (les Québécois sont comme ils sont) Attention pas d’obligation de revenir sur Paris sa va être terrible!! revenir en France mais pourquoi pas dans une autre ville, et c’est un choix de famille! L’avis des enfants et très important. La vie à Paris n’etait plus vivable transport en commun blindé, saleté etc…nous avons donc déménagé de Paris å Lyon (C’était compliqué de choisir entre le Canada ou nous avions fait les démarches etc… ou reste en France et nous avons choisi “Lyon”)
    Après 5 ans nous sommes super content, une maison superbe très grande avec piscine, des prix hyper abordable, il y a du travail sur Lyon, les enfants adorent leur ecole, (ils sont libre de sortir alors qu’a Paris C’était pas ça) une qualite de vie au top, les transports en commun top, mes amis viennent à Lyon adorent l’histoire des Traboules…ma famille adore cette ville, alors que nous sommes tous Parisiens de plusieurs générations! Lyon est a cote de la montagne et de la mer, à 2h00 de Paris! Donc pas d’obligation de rentrée sur Paris, Pour info au debut les enfants idéalisaient “Paris”, nous avons fait un voyage avec eux, ils n’en parlent plus 😉 donc bonne étude, une ville pour votre famille. Bon courage

  8. bonjour à tous,
    j’ai un rêve d’enfance de vivre au canada. j’avais l’âge, mais pas les conditions ; actuellement tous les conditions sont réunis et compris la bonne santé, mais l’âge m’a trahis, à 50 ans est-ce-qu’il est possible de trouver un travail et de m’intégrè?
    merci.

    1. Bonsoir,

      Oui c’est possible en visa travail temporaire, l’âge n’est pas pris en compte, après ce sera peut être plus compliqué pour obtenir un visa permanent

  9. Bonjour Laurent,
    d’après ce que je lis vous voulez le beurre et l’argent du beurre. Avec un PVT vous ne pouvez prétendre aux mêmes droits qu’un résident permanent ou citoyen canadien. S’expatrier ne se fait pas sur un coup de tête, cela demande de la préparation, du repérage (vacances au Québec été et hiver), des demandes d’informations afin de ne pas être surpris quand un problème survient.
    Que recherchez-vous dans l’expatriation ? vous quittez la région parisienne pour la ville de Montréal, il aurait mieux valu s’éloigner sur la Rive sud ou Nord ou dans des villes à dimension plus humaines. C’est ce que nous avons fait et les activités de nos garçons nous ont permis de créer un réseau social. Il est différent de la France je le conçois mais le Québec est un pays francophone avec une mentalité nord-américaine, si vous voulez recréer l’ambiance française alors ne restez pas ici.
    Faites du bénévolat afin de mieux connaître et comprendre les québécois, c’est plaisant et enrichissant, si vos enfants font du sport impliquez-vous dans leurs activités.
    Mais il se peut que vous ne soyez pas fait pour l’expatriation, vous avez peut-être idéaliser le Québec, l’Eldorado n’existe pas, vous trouverez des points négatifs partout où vous irez .
    Bon courage.

  10. Bonjour,
    Je comprends tout à fait le sentiment. je suis ic depuis 30 ans dont 10 passé à Quebec. Nous avons des amis mais cela reste superficiel, on ne se recoit pas beaucoup ou du moins je recois beaucoup si je veux avoir un peu de social, mais c est plutot one way. J en ai pris mon parti, puisque mon travail que j aime beaucoup est ici. Mais je peux comprendre le sentiment d’isolement. Les RV importants avec famille et amis me manquent aussi, l humour qui claque un peu manque aussi..bref, La vie en general aussi.. J ai 2 amies monoparentales qui sont retournées en France, lorsqu elles vivaient à Montréal, elles ont vecues ce sentiment d’isolement elles n’ont ete que rarement invitées, elles viennent d une culture familiale où on ne laisse pas quelqu’un seul à Noel et elles ont souvent invité des voisins ou collegues qui etaient seuls lorsqu’elles vivaient en France, mais il n’en va pas de même ici. Bref,elles sont maintenant heureuses d etre rentrées.. bien-sur il a fallu se réadapter au côté casse-pieds de certains fraçais qui ralent et à l administration qui est trop lourde, mais elles m’ont dit avoir retrouvé quelque chose de tres important : la chaleur humaine

  11. Bonjour Laurent,
    C’est sûr que c’est un choix dure qu’on a fait. Mais je vous dis vous devez chercher votre bonheur à toi et les enfants pour ne pas avoir une déception de la famille proche. le monde est devenu égoïste chacun pour soi (plus de sens de famille qu’on connaissait)
    Je suis au Quebec depuis 2002 a mon retour pour voir la famille j’etais deçus car tout le monde ne voit que soi meme.

  12. Bonjour,
    Je n’ai pas vécu l’expatriation à l’étranger (pas encore en tout cas) mais je suis partie du nord de la France pour le sud. nous y sommes restés 5 ans (la qualité de vie étant aussi nettement plus favorable que celle du nord) mais une fois nos enfants arrivés mon homme a voulu revenir pour la famille et là erreur fatale!! nous profitions 10X plus de la famille en étant à montpellier! et nous ne les voyons pas plus souvent!et la qualité de nos échanges est nulle!
    alors oui Montpellier ce n’est pas Québec mais comme on dit souvent on ne vit pas avec sa famille.
    après si tu ne ressors que du negatif d’être au canada il faut peut être envisager de revenir, vous avez peut-être fait le tour de votre expérience.
    en tout cas ne revenez pas en vous imaginant que ce sera mieux car vous serez vraiment déçus.
    bon courage et tiens nous au courant de ton choix .

  13. On est jamais heureux ailleurs que dans son pays…sI on recherche un bien être quelconque au canada on doit se résigner et accepter le manque de l’autre dans la vie il faut choisir et se convaincre

  14. Bonjour, Laurent
    En guise de conseil , il serait préférable pour toi de rentrer en France l’aventure comme quelqu’un le disait plus haut n’est reservé pour tout le monde. Imagine toi le nombre de personne qui sont allés en aventure sans voir leur parent des années durant. penses-tu vraiment qu’il l’on fait par complaisance ils l’ont fait parce qu’ils voulaient vivre quelque chose de nouveau et leur vie sans toutefois oublié de rendre visite à leur parent. Pardon votre dépression risquerait de tourner à autre chose. On vie sa vie et non celle des autres lorsque vos parents vous on mit au monde il s’avait que vous devriez avoir vos choix, vos gouts et beaucoup d’autre chose personnel qui son propre à vous. Moi je pense qu’il faut avoir un temps de réflexion soi même nous pouvons vous apportez des éléments de réponse mais que voulez vous au plus profonds de vous. Votre cœur ne vous mentira jamais.

  15. Bonjour Laurent,
    après avoir lu ce que ton texte j’aurais tendance à te conseiller de rentrer en France. Ce qui me fait dire ça c’est le fait que tu sois choquée que tes enfants prenne l’accent québecois, que tu semble avoir de la difficultés à adapter ton alimentation, et le pire selon moi c’est que tu ne veuille pas te faire d’ami au Québec. Je suis moi-même française habitant au Québec depuis 2012, je me suis refait un cercle d’ami même si ma relation avec eux est un peu différente de ma relation avec mes amis français je les apprécie tout autant. Il faut bien avouer que le prix du fromage et du vin est décourageant mais il y faut aussi s’adapter. Sur un autre continent c’est certain qu’on peut pas manger la même chose que dans notre pays d’origine.
    Aussi habiter sur un autre continent signifie ne pas pouvoir être là pour tous les moments importants qui se passe dans la vie de nos familles et nos amis, je suis passée par là mais j’ai réussit à passé par dessus, ce que tu ne semble pas réussir à faire ce qui est aussi un signe que tu n’es peut-être pas aussi bien que tu le crois au Québec.
    Vous avez une difficile décision à prendre je vous souhaite bon courage.

  16. Oh lalalalala, je suis désolé, mais voici un autre gaullois qui râle au canada. Excusez moi pour mon franc parler direct, mais rentrer en France serait mieux pour vous. L’aventure n’est pas faite pour tout le monde. Tous les pays au monde même l’Afganistan ont leur bon et mauvais côté. Soit vous profitez du moment et de votre séjour au Canada, ou les français ont ce privilège d’aller sans grande difficulté par rapport à un Africain ou aux multiples réfugiés qui ne cherchent ne se reste que la paix qu’il y a au canada, ou soit vous rentrez en France dans votre pays que vous glorifiez autant. De toute façon, dans la vie il faut faire des choix. Certains sont parfois très difficiles, mais il y a toujours des solutions. Bonne chance et bon retour au pays du vin et de fromage

    1. Bonjour très ravis de votre commentaire l’avanture n’est fait pour tout le monde moi je suis Africain de l’Afrique subsaharienne tous ce qu’il pose comme problème ça me surprend je ne vois rien de compliqué; on dirait des munas boboo(c’est-à-dire des enfants gatte pars la faciliter ) qui ont du mal a vivre des nouvelles expériences de la société ; bref on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre en même a toi de choisir ; mais l’avenir de tes enfants et ta femme est prioritaire

  17. Bonjour Laurent,
    Nous avons déménagé au Rive-Sud de la Belgique en juillet 2016, avec nos enfants de 5 ( né également en octobre) et 9 ans . j’ai demandé une dérogation pour mon fils et il a commencé l’école ce septembre avec sa grande sœur. J’ai eu aussi bcp mal de pays, les amis me manquent énormément et me manquent aussi maintenant. Je dois dire que il faut être plus ouvert , et il faut essayer de s’integrer Avant de décider de quitter Québec. D’aboRd j’étais comme vous, je voulais même pas chercher des connaissances etc. Une nouvelle amie m’a donné une idée que on est là maintenant, donc on doit faire notre mieux, sinon quand vous reviendrez en France vous pourrez ressentir un échec . Peut être vous partirez, mais autant que vous êtes ici ne baissez pas les bras! Cela nous a pris un an pour régler tous les problèmes, notre fille a eu du mal de suivre la programme, mais elle a réussi et maintenant va bien!. Vous aurez votre Permit permanent à moment donné. Nous l’avons fait avant de partir. Puis encore une chose, la garderie est déduit de vos impôts, de plus vous pouvez demander crédit impôts.
    Système de santé, en Belgique et France c’est mieux, je suis d’accord, mais il y a les moyens ici aussi …
    vous avez toujours vos amis et famille en France, mais rien ne vous empêche d’avoir les amis dans le deux pays, l’un n’empêche pas l’autre, et peut être si vous quitterez Québec , vos amis québécois viendront vous voir en France!

  18. Je trouve que quand on prend la décision de aller vivre ailleurs ilfaut savoir qu”on va sacrifier certains poits pour une meilleure qualité de vie. Tu es au Québec alors il ne doit pas te déranger l’accent québecois!! . Ici j’ai connu 2 types de francais: Ceux qui veulent transformer le Québec en France (et ce ne serait jamais possible) et ceux qui s’adaptent d’ne facon cohérent au context. Si le tien c’est le premier cas alors c’est mieu de rentrer en France. Au Québec, nous avons besoin de gens forts, ayant confiance en eux-mêmes et avec le courage de se battre pour la région et le pays. Des fois les souvenirs ne sont pas une raison suffissante pour prendre des décisions pour la vie.

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada