Bilan de 2 ans d'une travailleuse sociale française au Québec - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Bilan de 2 ans d’une travailleuse sociale française au Québec

Envie de vous partager un bout de mon bilan de deux ans d’installation au Québec.

Mon projet d’installation remonte à 2011 où j’ai fais un stage de 4 mois dans un organisme communautaire féministe oeuvrant dans la promotion des sciences auprès des filles par le biais de diverses activités. J’ai ensuite voyagé, seule, pendant 6 mois aux États-unis et Canada, mon premier voyage qui a m’a fait beaucoup évoluer et mieux me connaître.

De retour en France, le moral dans les chaussettes, j’ai fais ma demande de résidence permanente assez rapidement. Entre temps, je change de ville et trouve divers emploi touchant de près ou de loin mon diplôme de Conseillère en économie sociale et familiale : serveuse, hôtesse d’accueil, auxiliaire de vie sociale, aide-soignante, enseignante, coordinatrice, responsable de secteur mais surtout un cercle d’amis solide. Je fais un saut à Montréal en 2014 pour valider ma résidence.

En 2016, après la fin de mon CDD et une relation amoureuse bancale, je décide (enfin) de partir vivre au Canada, j’hésite entre Montréal et Vancouver, la distance, le coût de la vie et l’accès à un travail dans le domaine du social me font choisir Montréal. Sur place, j’arrive en Airbnb pour 1 mois, le temps de me trouver un job et une colocation : au bout de deux semaines, je trouve un job de commis dans une épicerie gastronomique à temps partiel (j’accepte de travailler seulement 20h par semaine pour pouvoir me garder du temps pour trouver un “vrai” emploi et ne pas rester bloquer dans un emploi au salaire minimum), je trouve une colocation rapidement (mais qui ne fonctionne pas à cause de personnalité divergente et je déménage au bout d’un mois pour en retrouver une autre plus adéquate).

Je débute un suivi avec une conseillère en emploi du Centre des femmes de Montréal, je réponds à des offres d’emploi et j’envois des candidatures spontanées dans les organismes qui m’intéresse et je fais du bénévolat dans un centre d’hébergement pour hommes itinérants. Deux mois plus tard je trouve un emploi “sur appel” dans un centre d’hébergement en santé mentale que je quitte un mois plus tard pour un poste permanent dans un centre d’hébergement pour femmes itinérantes (où j’ai commencé par travailler deux mois de nuits, puis 1 an ½ de soir). Insatisfaite de mes conditions de travail et de la nature de mon travail, je cherche à changer d’emploi et candidature sur mon temps libre, et j’ai débuté, en septembre, un poste temporaire dans le public, en milieu hospitalier qui je suis sûr va m’ouvrir de nouvelles portes et un poste permanent.

Socialement, je me suis fait des ami(e)s, surtout des français au début mais aussi, via mon travail, des amies québécoises. J’ai rencontré mon copain ici, un français des îles, et nous habitons ensemble depuis peu.

Je reviens de trois semaines de vacances en France et j’étais contente de rentrer a Montréal, mon bilan d’installation est positif , j’ai pu évoluer professionnellement, trouver un partenaire de vie, voyager, j’ai accès a un confort de vie (weekend prolongé, activités sportives et de plein air, développement personnel, spa, psychothérapie etc). Bien sûr il y a eu des moments difficiles avec des hauts et des bas mais en se donnant de temps et les moyens, on arrive a tout et je sais que rien n’est figé, on peut encore changer de ville ou même de pays, pour le moment ma vie ici, au Québec me convient.

Témoignage de Amaelle dans le forum de discussions

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
Haut

Bienvenue au Canada