Récit d’une arrivée à Montréal en couple

Reprenons là où j’en étais…

Bonsoir à tous,

À l’heure où je vous écris ces lignes, il est actuellement 21h25, heure locale à… Montréal!!!   Pourquoi tant d’enthousiasme à préciser ce détail? Parce qu’enfin mon conjoint et moi-même sommes sur le territoire québécois, et la dernière fois où j’ai manifesté ma présence sur ce site, nous attendions désespéramment les EIMT et CAQ. Ceux ayant échangé avec moi à l’époque peuvent en témoigner, s’ils s’en souviennent.  En attendant il est maintenant 21h30 à Montréal, et j’écris ces lignes avec beaucoup de joie, et un certain sentiment d’accomplissement… en quelques sortes. Mais laissez-moi vous rappeler la situation: mon copain (Guillaume) passe son entretien infirmier avec brio, et non sans stress, lors de la session de recrutement à Lyon en 2019. Il est donc pris, signe son contrat d’embauche pour le CHUM. Plus tard, vient ensuite les procédures que vous connaissez sans doute tous, et pas des moindres: EIMT+CAQ! Aaaah… ces fameux « sésames »… C’est dire à quel point ils se faisaient attendre. En effet, après de bons mois, nous nous inquiétions de ne toujours rien voir arriver… Et c’est là que je pris la décision de raconter notre parcours, à échanger avec des personnes très sympathiques dont certaines (comme quoi le monde est soit trop petit, soit le hasard fait EXTRÊMEMENT bien les choses) vivaient près de chez moi à Lille ou venaient de mon coin d’origine (Les Flandres, Berthen, le Mont des Cats… tout ça tout ça quoi). Depuis ces échanges, je ne m’étais plus trop manifesté sur le site, et c’est là que je les avais laissés. L’attente des EIMT et CAQ

😈
😀

Un beau jour, un mail indique à mon copain que ces papiers lui on été autorisés. Ô joie! Enfin, nous avançons. Branle-bas de combat, nous entamons le reste des procédures, réunir toutes les pièces requises afin de constituer nos dossiers pour les permis de travail temporaire. Evidemment, Guillaume le requérant principal, et moi le petit conjoint de fait. Du mieux qu’on peut, nous nous attelons à tout rassembler et envoyer au CIC. J’avoue c’était assez stressant de tout envoyer car on n’avait aucune idée si le moindre document envoyé était le bon, où s’il y en avait un manquant, pouvant par conséquent TOUT retarder fatalement. On pensait que l’attente de l’EIMT et du CAQ avait été la pire attente… AH! Eh bien non en fait, loin de là. Je peux vous dire (c’est mon/notre ressenti) que la pire attente fut celle des permis. En effet, les jours, les semaines, les mois passent sans avoir la moindre nouvelle… Cependant, les jours passant la date d’entrée de Guillaume au sein du CHUM approchait tout autant! Malheur, qu’allons nous faire si ça devient trop juste, ou si on dépasse la-dite date?! Heureusement, Guillaume parvient à contacter régulièrement le CHUM, au point qu’ils étaient prêts à reculer sa date d’entrée… Ce qui arriva finalement. De base, il était censé commencer le 10 janvier, maintenant il commencera le 7 février. Une longue attente en effet, entre-temps nous quittons notre appartement à Lille et venons vivre provisoirement chez ma mère à Berthen. Nous préparons les cartons que nous comptons envoyer au Canada (2m3 de cartons) avec la société Gallieni, on s’affaire à d’autres soucis administratifs à régler. En bref, jusqu’au 8 janvier, on était dans le flou total, on avait aucune nouvelle des permis, et toujours ce stress qui vous dit « Eh! Fais gaffe hein, dans 3 semaines grand maximum vous êtes censés être là-bas… » Puis le 8 janvier… Je me connecte sur le CIC, juste comme ça, le check de routine sans pour autant attendre quoique ce soit ce jour-là précisément… Et là direct je vois « APPROUVÉE »… « KEWAAAA?! je rêve ou j’ai mal lu? » je relis 2 fois si ce n’est 3 fois les lettres d’introduction. Je contacte le plus rapidement possible (il était parti faire une course à pied), l’homme était heureux au téléphone, essoufflé certes mais heureux! Il rentre au plus vite, se lave, relit lui-même le tout. « Bon bah c’est parti pour les billets d’avion! ». Et on s’y exécute le lendemain. En bref, un vol avec Air Transat, en Option Plus (car on a 2 valises chacun) ainsi que nos 2 chats. Il était bien évidemment pour nous de prendre nos chats avec, au pire de passer pour un illuminé ou une Brigitte Bardot au masculin, nous considérons nos chats comme nos propres enfants. On les élève, on les a éduqués, on les nourrit, on s’occupe d’eux, et ils nous le rendent extrêmement bien… Bref un vol pour 2 en Option Plus, avec transport d’animaux domestiques: en tout cela nous a coûté 1100€. Nous trouvons très correct, Je pense qu’Air France nous en aurait demandé le double ^^ Donc, les billets réservés, nous devons chercher après des cages de transports pour eux, Air Transat a tout de même quelques exigences en matière de transport animalier sur ses vols, il faut que la cage soit assez grande et large pour que le chat puisse s’allonger de tout son long, se mettre debout et assis à son aise. Nous trouvons donc 2 cages sur Amazon répondant parfaitement aux critères cités précédemment, nous les recevons la semaine suivante. A coté de cela, nous finalisons l’accord avec Gallieni… que de paperasse aussi avec ça, du porte à porte à,minimum, 856€. Cependant il faut aussi inclure l’assurance au montant de 1% de la valeur de tous les objets transportés, ainsi que les taxes douanières lors de la réception à Montréal. Et à l’heure actuelle, mes cartons sont toujours en France chez ma mère. De base il devait partir 2 jours avant nous, mais à cause de certains problèmes du côté de Gallieni (et je ne leur en veux pas), mes cartons partiront le 29 janvier… normalement  C’est dingue à quel point tout s’accélère dès qu’on reçoit les lettres d’introduction, tout est passé à une vitesse depuis lors. Ma mère et mon père prirent de plus en plus conscience que j’allais partir loin. De mon côté, je faisais le fier, le malin, je me disais que c’était ce qu’on voulait depuis très longtemps GuiGui et moi, qu’on touche au but! Je regrette de ne pas avoir assez chéris et passer davantage de temps, je sortais beaucoup voir des amis. Puis la veille du départ, la journée se passe très bien, sans accro. Nous vendons notre voiture à une personne de ma famille. Au soir, ma mère se met à faire des canapés oeufs mimosa (parce que j’aime ça), elle commande des pizzas (parce qu’un jour je lui dit que ça faisait longtemps qu’on en avait plus mangé), elle avait aussi acheté des desserts en boulangerie artisanale à la framboise (parce que c’est ce que j’aime)… Puis juste avant d’aller dormir, les larmes montent… Et là je prends conscience! A n’en pas douter, j’aime mes parents, je les adore… Normal me direz-vous. Cependant, quand bien même partir vivre au Canada était ce que je voulais, je me rends compte que c’est un projet qui « n’inclut pas » mes parents, la distance faisant, ils ne seront plus là, tout proches de moi. Alors oui, je prends conscience que j’aime mes parents, que je les adore. Je prends conscience aussi de la chance que j’ai de les avoir, de l’attention que ma mère m’a toujours porté envers moi, et je regrette toutes paroles offensantes que j’ai pu lui dire lors de mon adolescence, car elle était trop maman poule. Le lendemain, c’est le jour du départ, mon père a pu emprunter le fourgon de son entreprise (4 grandes valises et 2 cages de transports de chats… ça en fait de la place). Je pleure une dernière fois à 5h54 dans les bras de ma mère, puis direction Roissy. Arrivés là-bas, un couple d’amis nous attendait. Il voulait nous accompagner jusqu’à la fin. On rit, on grignote ensemble… Puis voilà… la dernière ligne droite, embrassades à chaudes larmes. A nouveau, finalement grand sentimentaliste que je suis, je pleure dans les bras de mon père. Et à nouveau je me rendais compte à quel point je l’aimais, ce père qui m’a toujours soutenu, ce père qui m’a initié aux jeux vidéo, ce père qui m’emmenait tout le temps en vacances quand il le pouvait (au passage, mes parents sont divorcés depuis mes 4 ans), ce père qui m’emmenait souvent visiter des musées, des blockhaus de la seconde guerre (Eperlecques et la Coupole entre autre). Je lui suis reconnaissant d’avoir éveillé ma curiosité pour l’Histoire. Nos amis aussi pleurent, car les amis sont la famille qu’on choisit. Durant toute cette étape d’immigration, ils nous ont soutenus, accompagnés, conseillés, on leur doit beaucoup. Mais l’heure est au revoir ce samedi 25 janvier. Coupons vite court à tous ces moments sentimentales car je sens que ma gorge se serre en pensant à nouveau à tout ça. Alors avançons dans le temps de 7h!

❤️
🏳️‍🌈
🇫🇷
🇨🇦
❤️

Il est 13h30 sur le sol canadien, et un énième couple de français, accompagnés de leurs 2 chats, débarquent à YUL. Nous recevons nos permis en bonne et due forme, nous passons la douane (où on s’acquitte des frais relatifs aux chats) puis on quitte l’aéroport. On prend un gros taxi doté d’un énorme coffre, direction le logement temporaire. J’ai eu la bonne idée de garder contact avec la française expatriée depuis 22 ans ici à Montréal, qui m’avait loué son logement en septembre 2018 via AirBnB pendant nos vacances. Elle s’était prise d’affection pour nous, et était intéressée par notre parcours. C’est donc dans ce logement du Boulevard Olympia que j’écris ce pavé, il est maintenant 22h45, et il est bientôt l’heure que j’aille me coucher, car demain est de nouveau une autre journée. RDV à Desjardins pour la finalisation des ouvertures de comptes, puis nous pensons aller à Koodo pour le forfait mobile, sur les conseils d’une amie. Ah oui, et entre-temps, nous découvrons la « magie » de la neige. C’est assez enchanteur, mais on nous répète que passer un certain moment, la magie n’opère plus, laissant place à la lassitude. Voilà, il est 22h49 et un énième français s’apprête à aller se coucher sur le sol québécois.

👍
😊

PS: merci de m’avoir lu, ça me fait plaisir, comme cela me fait plaisir de partager tout ça, toutes ces émotions qui m’ont traversé ces derniers temps… Merci! )

Récit de JuJuuuh dans le forum de discussion

Avatar
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Commentaires sur “Récit d’une arrivée à Montréal en couple

  1. Bonjour, et bonne installation au Québec. Ca va faire bientôt 2 ans que ma fille est là-bas, elle s’y plaît bien aussi, et j’ai déjà fait plusieurs voyages… Je retrouve un peu notre vécu dans votre histoire, Roissy, les gros bagages, les larmes… Dommage que le pays ne recrutent que des jeunes, (j’ai 50 ans) comme j’aimerais m’y installer ! Mais c’est d’un compliqué pour les quinqua !

    1. Florence, j’ai bientôt 56 ans et si tout va bien je pars en août. La solution pour nous les quinqua c’est de passer par un permis d’études. Adressez-vous à Accès Etudes Québec, ils verront avec vous si vous êtes éligibles à une formation professionnelle.
      Tentez votre chance 😉

  2. Merci beaucoup de votre réponse. Effectivement, le voyage en cabine est compliqué pour un animal (stress, allergies d’autres passagers) et l’animal compte pour le bagage cabine donc impossible d’emmener son ordi et autres appareils électroniques qui ne peuvent pas être mis en soute. Ma minette risque d’être stressée donc ça sera la soute pour elle aussi.

    J’ai d’autres questions concernant vos amours de chat :
    comment avez-vous fait pour les nourrir à votre arrivée ? J’ai vu qu’il était interdit d’importer des aliments pour animaux…
    Avaient-ils de l’eau en soute ?
    Les avez-vous sédatés avant le départ ?
    Auriez-vous encore le lien Amazon pour la cage de transport ?
    Merci mille fois

  3. salut, merci pour ce récit, vous en avez eu de la chance, je suis contente pour vous et je le serrai d’autant plus que lorsque moi aussi le rêve de m’y installer au Canada se realisera. bon continuation à vous!

  4. bonne installation au Québec ce pays que j’adore! votre message me renvoie 14 ans en arrière losrque mon fils a suivit le mème parcours que vous en 3 mois entre
    novembre et janvier ,il partait pour une vie meilleure avec sa femme,ses 3 garçons et leurs 2 chiens! j’ai connu,les larmes à Roissy et tout les reste….c’était tellement dur pour moi de les savoir si loin! au bout de 5 ans,ils ont tous obtenu la double nationalité et ne reviendront jamais en France sauf pour vacances! depuis,j’ai fait 6 voyages là-bas à toutes les saisons et le 7ème est programmé pour juillet 2020! lorsque j’arrive à l’aéroport Trudeau,j’ai le sentiment d’arriver chez moi,j’aime tellement ce pays et surtout ses habitants! BONNE CHANCE A VOUS 2!
    ne sont j

    1. Bonjour j’ai lu votre récit votre aventure que vous avez mené jusqu’au bout et bien chapeau . Cela me donne envie de partir . maintenant je suis marié 3 enfants mais mon histoire de partir au Canada ,il y a vingtaine d’années et je suis toujours envié de quitter ma ville ( Oran) .Ex. Sportif (Lanceur de javelot) Ex producteur de Chocolat , actuellement dans une société Chinoise et je ne reconnais pas mon âge (62) A votre avis ! Est ce que le Canada l’acceptera comme je suis . Bonne et heureuse Vie

  5. Je vous lis avec une certaine émotion car freinée par certaines raisons persos je repousse ce moment sur vous êtes entrain de vivre mais qui est un véritable besoin pour moi ! Je me langui de pouvoir raconter la même histoire émouvante et les larmes aux yeux avec ce ressenti que vous partagez d’accomplissement personnel ! Infirmière aussi nous aurons peut être un jour la joie de se rencontrer !
    Bonne installation et beaucoup de bonheur dans votre nouvelle vie !

  6. Bienvenue au Québec, profitez bien. C’est une toute autre vie qui commence pour vous et vous allez voir, c’est beaucoup de bonheur!

    Nicolas, expat français 🙂

  7. Bonjour et bonne installation au Québec. Normalement je pars en aout et j’ai quelques questions… Concernant vos chats, ont-ils voyagé en soute ou en cabine ? 1100 euros pour 2 avec 4bagages et 2 chats, ça ne me semble pas cher… Etait-ce des allers simples ou des allers-retours ?
    Merci de vos réponses.

    1. Bonjour, oui mes deux amours ont voyagé en soute, mais il s’agit évidemment d’une soute conçu spécialement pour les animaux. Cette dernière est plongé dans la pénombre, est chauffé et a la même pressurisation que la cabine. Mais oui, dans le détail, le billet pour 2 personnes fut de 900 € car nous avons pris l’Option Plus de Air Transat pour inclure un 2ème bagage chacun, puis les 380€ pour les chats… donc oui, même 1200€ pour le tout. Et c’est un aller simple. J’avais comparé avec d’autres compagnies, et Air Transat fut la meilleure niveau tarif. Mon copain et moi ne sommes pas difficiles en soi, pour nous le service à bord était très correct. Tout allait bien. Ah et un conseil, et pas des moindres, si vous voyagez avec Air Transat, appelez-les pour vos chats AVANT de réserver vos billets à vous. LA compagnie n’a que 4 places pour animaux par vol en soute, car leur réservation pour leur place sera liée à votre dossier. Je sais aussi qu’il est possible de les emmener avec soi en cabine, mais je n’ai pas voulu faire ainsi, car l’un de mes chats n’aimant pas le transport, il aurait miaulé, voir même hurlé durant le transport. D’autant que, on ne sait jamais, si la personne assise à côté de vous est allergique, cela pourrait aussi occasionner un voyage en avion assez stressant (s’il ne l’est pas déjà un minimum^^). Voilà, je crois avoir répondu à vos interrogations. 🙂

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut