Quelques anecdotes surprenantes sur l'hiver à Montréal - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Quelques anecdotes surprenantes sur l’hiver à Montréal

Quelques anecdotes surprenantes sur l’hiver à Montréal

De Axel_et_Vio

Quelques anecdotes surprenantes sur l’hiver à Montréal (tirées de notre courte expérience personnelle)

Bonjour à tous,

Voilà, après des années de préparation, nous sommes enfin au Québec ! 🙂

Et pour l’instant nous sommes Montréal.

En guise de remerciement à ce forum qui nous a été très utile (et qui continue) et à toutes les gentilles personnes que nous y avons rencontrées, nous voulions, nous aussi, faire notre petit retour d’expérience, comme c’est la coutume…
Nous le présentons sous l’aspect de quelques anecdotes sur l’hiver à Montréal. (Nous ferons un second billet plus généraliste dans quelques temps). :flowers:

Et nous prévenons tout de suite : c’est tiré de notre courte expérience personnelle et donc subjectif.

C’est parti :

– Nous sommes arrivés le 2 janvier, alors qu’il faisait -27°C (température ressentie aux alentours de -40°C si je me souviens bien) (record de froid pour cette saison depuis 1968). :shok:

– A cette température, ce qui surprend ce n’est pas le froid (ça, on s’y attend), ce sont des choses auxquelles on n’avait pas pensées :
– problème de respiration (on se met à tousser si on a le malheur de respirer normalement, donc, il faut essayer de respirer un peu moins profondément pour éviter que trop d’air à -25°C n’entre d’un seul coup dans les poumons),
– poils de nez qui gèlent (du coup, maintenant, je me les coupe !),
– vêtements qui deviennent hyper raides (blouson qui devient comme du carton),
– on peut se brûler (de froid) (mais rien de grave) en touchant pendant 1 ou 2 secondes sans gants des objets en métal (poignées de portes, parcmètres…).
– Il paraît qu’à encore un peu plus froid, les cheveux peuvent même devenir cassants… ça on a pas encore expérimenté.

– La température ressentie (“Humidex”), qui est calculée en fonction de l’humidité et du vent, et dont on se préoccupe finalement assez peu en France, prend toute sont importance ici :
Par exemple il peut faire -10°C ressentie -12°C, et -5°C ressentie -15°C (donc il fait plus chaud… mais en fait on a plus froid…).

– Ici, il ne fait pas froid, il fait fret (prononcer “frette”).

– Il fait “fret” grosso modo en dessous de -15°C. Au dessus, c’est sans problème.

– Il parait qu’en dessous d’une certaine température, on peut se jeter une casserole d’eau bouillante à la figure, et que l’eau se transforme immédiatement en neige poudreuse (il y a plein de vidéos qui montre ça sur Youtube).
Nous, on a essayé à -15°C environ. Ça n’a pas fonctionné.
😉
On réessayera à plus fret.
(Non, non, personne n’a été blessé.)

– Le froid est bien plus agréable à Montréal qu’en France (ce n’est effectivement -comme on nous l’avait dit- pas du tout le même type de froid).

– Il est aussi bien plus supportable. Car ici… on se couvre !
En France, se couvrir ou pas quand il fait froid est une question de CONFORT.
Donc, la plupart du temps, on ne le fait pas, ou pas suffisamment. Soit par négligence, soit par erreur d’appréciation (car c’est vrai qu’il est toujours difficile en France le matin de décider comment s’habiller…).
Donc, bref, souvent, on a froid.

Au Québec, se couvrir n’est pas une question de confort mais une question de SURVIE.
Donc, on ne se pose pas la question : on se couvre !
Et on a pas froid.

– Il est donc bien plus facile de s’habiller le matin car on ne se pose pas de question du genre “Est-ce qu’aujourd’hui je met un pull ou pas ?”
Oui ici tu met ton pull !
Et tu met aussi tous les jours ton sous-pantalon.

– Non, le premier hiver n’est pas particulièrement difficile à supporter contrairement à ce qu’il se dit souvent. On s’adapte en une ou deux semaines sans aucun problème. (Bien sûr, il y aura toujours des cas qui refusent de s’adapter et qui préfère avoir froid… leur problème.)

– Bref avec la température courante de -10°C, vous êtes complètement à l’aise. Et à -5°C vous pouvez même vous payer le luxe de garder dans la rue votre blouson ouvert, sans tuque, ni gants. :8):

– Un bonnet, ici on appelle ça une tuque.

– La plupart des chiens portent des chaussures.

– L’hiver à Montréal, c’est aussi bien pratique pour ramener les surgelés du supermarché.
Vous pouvez déambuler pendant 1 heure avec vos surgelés avant de rentrer chez vous, il n’y a aucun problème.

– Il y a des chasse-neige qui circulent partout dans la ville de Montréal.
On se croirait à Val d’Isère.

– On croise aussi de temps en temps des “chenillettes” (sortes de mini chasses-neiges) qui elles, circulent sur les trottoirs.
Elles, je ne les aime pas… D’abord parce qu’elles enlèvent toute la belle neige que j’adore.
Mais surtout parce qu’elle vont à des vitesse complètement démesurées (de visu je dirais au moins 40km/h) et mieux vaut s’écarter quand on les voit arriver… heureusement elle arrivent en faisant un bruit qu’on entends de loin…

– Chaque enlèvement de la neige (des camions-bennes viennent enlever la neige qui a été, au fil du temps, regroupée en tas par les chasses-neige) coûte grosso modo 1 petit million de $ à chaque arrondissement de Montréal.
Il y a en théorie un enlèvement à chaque fois qu’il est tombé plus de 15 cm en une seule fois (une chute de neige, ici, on appelle ça une “bordée” de neige).

– Il tombe en moyenne 220 cm de neige par an à Montréal.

– D’après mon expérience (subjective), les services de météo (site de référence = meteomedia.com) sont la plupart du temps absolument incapables de prédire le temps qu’il va faire à plus d’1 jour : ils se trompent presque à chaque fois, même pour les prévisions à 1 ou 2 jours.
Au cours de la journée, les services font perpétuellement évoluer les bulletins météo et d’enneigement pour affiner leurs prédictions, mais malgré cela, ils sont presque toujours à côté de la plaque, souvent, même aussi pour la météo du jour même.

– Par contre ils donnent pleins de statistiques :
Il y a chaque année 78% de chance que Montréal ait un Noël blanc.
Il y a chaque année 98% de chance que la ville de Québec ait un Noël blanc. :santa:

– Non, les écureuils n’hibernent dans leur trou d’arbre pendant tout l’hiver (c’était ce que je pensait avant d’arriver) : ils gambadent joyeusement dans la neige dans tous les parcs de Montréal, et traversent les rues d’un poteau électrique à l’autre en courant comme des funambules sur les câbles électriques, même par -15°C.

– Il y a beaucoup beaucoup d’ensoleillement à Montréal (sauf quand il neige).

Il y a grosso modo 2 sortes de journées :
– Soit il fait un soleil radieux et il fait assez froid (-15°C/-10°C). (Je dirais environs 8 journées sur 10).
– Soit il neige, et il ne fait pas trop froid (-5°C/0°C). (Le reste du temps)
Il paraît que le froid empêche la neige. A moins que ce ne soit le contraire.

Les journées grises et maussades, sans neige, ni soleil, sont rares.

– Bref, avec ces conditions, chaque sortie est un plaisir et une petite aventure. “C’est le fun”, comme on dit ici… 🙂

– Certaines personnes se promènent dans les rues avec leur masque de snowboard. Personne ne les prends pour des illuminés.
C’est ce que je fait. C’est pratique à la fois pour se protéger du soleil, du froid, et de la neige.
Notre petite Chloé (3 ans) réclame également son masque de ski tous les matins lorsque je l’emmène à la garderie (“a trop soleil papa…”).

A ce sujet, l’ouverture d’esprit et la tolérance des Québécois est légendaire, bien sûr… mais vivre cela au quotidien, c’est autre chose ! C’est tout simplement incroyable. Ces gens sont extraordinaires.

– Il arrive tous les jours de voir des parents tirer leur enfant en luge dans les rues.

– Même à -15°C, on peut se prendre une sacrée suée en revenant du magasin, par exemple en portant une grosse imprimante…

– Et dans ce cas si vous rencontrez sur votre route une vieille femme, elle va naturellement vous proposer de vous aider à porter votre fardeau.
Et si, embarrassé par la situation, vous refusez poliment, elle ne va pas vous laisser le choix et prendre une anse de votre énorme sac pour vous aider à le porter.
Je l’ai vécu.
Adorables, je vous dit.

– Il est également possible de se prendre une suée sévère en poussant une poussette dans la neige.

– Alors, dans ce cas, et bien, vous vous dites que vous allez achetez une luge. (Et ça tombe bien, vos voisins que vous connaissez à peine vous en offre justement une le soir même !)
Bref, la luge est un VRAI moyen de transport pour les petits enfants à Montréal. Pas juste pour le fun. (Malgré qu’évidemment c’est super fun de tracter son gamin en luge ! Et évidemment, les gamins aussi, ils adorent !)

– Il faut avoir le réflexe d’enlever son blouson en entrant dans un magasin si on compte y rester plus de quelques minutes. Sinon, là-aussi, c’est la suée garantie.

– Car il fait bon et chaud dans les magasins et les intérieurs à Montréal. :thumbsup:
Il y a des doubles fenêtrages partout (pas des doubles vitrages, hein… des doubles fenêtrages). Les maisons et les magasins ont des sas d’entrée pour une meilleur isolation…

– Et pas de problèmes de chauffage : l’électricité est ici la moins chère du MONDE.
Et pas de problème de consience : 98 % de l’éléctricité au Québec est produite à partir de l’eau (hydroélectricité = renouvellable et non polluante) !

– Vous pouvez croiser des gamins qui font des batailles de boules de neige avec des appareils spéciaux pour faire les boules (Sno-baller, Snow Trac Ball…).
Oui, ici, tout l’effort de guerre est mis dans la boule de neige. 🙂

– Il y a des courageux (beaucoup) qui font du jogging par -15°C.
J’en ai même déjà vu avec les cils tout blancs collés gelés… :blink2:

– Mais Montréal en hiver c’est finalement habiter dans une station de sports d’hiver géante dont vous profitez chaque fin de semaine !
Vous pouvez y faire du ski de fond sur le Mont Royal (en plein centre ville) et dans tous les autres grands parcs de la ville.
Vous pouvez également y faire de la raquette (un de nos premiers investissements). Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le fun.
Vous pouvez faire du patin à glace dans plein de patinoires (acheter nos propres patins a également été l’un de nos premiers investissements). (Et faire du patin en extérieur, sur des patinoires en forme de chemin, ou bien sur des lacs, c’est autre chose je vous assure qu’en faire en intérieur à tourner en rond… bref, c’est là que le patinage prends tous son sens et devient vraiment fun…)
Vous pouvez faire du snowboard et du ski alpin à 20 mn de Montréal… d’ailleurs une collègue de ma femme qui habite Montréal prends des cours de ski un soir par semaine après le boulot…
Vous pouvez faire de la luge partout sur des pistes faites pour cela (sur le Mont Royal par ex.), vous pouvez faire de la descente en chambre à air sur tube…
Etc.
Bref… trippant…

Sans compter toutes les animations gratuites organisées par la ville… l’Igloofest (concerts techno), la Fêtes des Neiges, les feux d’artifice, etc…

L’hiver à Montréal est un vrai régal. Nous profitons de chaque instant. :thumbsup:

Voilà, voilà…
Et quand les Montréalais de souche nous disent qu’ils adorent leur ville en hiver mais qu’elle est encore mieux au printemps et en été… alors là, on a le sourire jusqu’aux oreilles… et on capote (=on hallucine).

Bye.

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
Haut

Bienvenue au Canada