Manque de personnel au Québec, la crise s'aggrave - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Manque de personnel au Québec, la crise s’aggrave

Manque de personnel au Québec, la crise s’aggrave

La pénurie de personnel qui sévit au Québec depuis plusieurs années est loin de s’atténuer. En effet, chaque semaine des entreprises ou secteurs crient au manque de personnel pour répondre à la demande.

Le secteur manufacturier au Québec connaît aussi la crise, les gens compétents manquent à l’appel. Un fournisseur de Bombardier dans la région de Drummondville peine à combler les postes. En effet, l’usine Merkur de Drummondville cherche à engager 50 emplois spécialisés, mais les dirigeants de l’entreprise peinent à trouver 40 % du personnel recherché.

Plusieurs entrepreneurs en viennent même à rejeter certaines commandes. Les départs à la retraite, le manque de gens formés et qualifiés et les complications administratives pour faire venir des travailleurs de l’étranger compliquent la situation.

Selon Martin Dufour, PDG de Merkur «quand on regarde en France, on se rend compte qu’ils ont plein de travailleurs qui détiennent exactement l’expérience nécessaire pour faire ce travail. Ils arrivent chez nous et sont comme des poissons dans l’eau. Le problème, c’est qu’il est difficile de les faire venir, ça prend beaucoup de temps».

Et le secteur de la manufacture est loin d’être le seul à connaître de graves problèmes de main d’oeuvre. Il y a quelques semaines un hôpital de Montréal affichait des centaines de postes à pourvoir, il doit recruter 30% de son personnel. Des entreprises en région éloignées sont prises avec de graves problèmes de manque de personnel et devaient fermées quelques temps ou réduire leurs heures de services. Aux îles de la Madeleine au Québec, une entreprise a même demandé aux gens d’être patients et respectueux lorsqu’ils font des achats dans leur enseigne puisque le manque de personnel diminue la rapidité du service.

Louis Têtu, PDG de Coveo, disait ces derniers jours à RDI économie sur les ondes de la télévision nationale de Radio-Canada qu’il y a un manque en ce moment de 30 000 employés dans le secteur technologique.

Dans la ville de Québec, le maire Régis Labeaume ne cesse de réclamer des travailleurs et des assouplissements pour faire venir de la main d’oeuvre de l’étranger pour palier à la pénurie. À Québec, le taux de chômage est à 3,8 %. Certains affirment que ces difficultés à trouver du personnel est en train de faire stagner des villes comme Québec au niveau économique.

 

Source: TVA Nouvelles, Radio-Canada

Vos recherches:

  • école de formation sans diplôme les moins chèr du quebec
Laurence Nadeau

Originaire de Montréal, Laurence Nadeau, cofondatrice d’immigrer.com, conférencière et aussi auteure de plus d’une dizaine de guides publiés (et mises à jour) en France sur l’installation, le travail et l’immigration au Québec et au Canada aux Éditions L’Express (et L’Étudiant).
Auteure de “S’installer et travailler au Québec” aux éditions L’Express.

https://www.immigrer.com

Commentaires sur “Manque de personnel au Québec, la crise s’aggrave

  1. Ils recherchent à la pelle des surintendants et techniciens dans le milieu maritimes mais tous diplômes en poche et un expérience de 25, ils refusent de vous embaucher car il faut des diplômes québécois… je n’y comprends rien!!!!

  2. On dit qu’il y a une très forte besoin de travailleurs qualifiés mais la réalité est une autre lorsque on va chercher un travail ici au QC. J’ai passé des années à chercher un travail dans mon domaine sans reussir et ce n’est pas juste mon cas. Les diplômes étrangeres ne sont pas recconus ici

  3. Depuis deux ans je cherche à aller travailler au Canada, je travaille comme Technicien en Comptable et Teneur des livres, Caissier, Économe, Magasinier. Mais les conditions entréé-Express ont été difficile que je n’arrive pas. Je serai ravi que vous m’aidez à venir travailler chez vous.

  4. Bonjour,
    Je me sens un peu confus après lecture de votre article. Il y a beaucoup de ces expatriés qui sont déjà sur place ici aux Québec. Ils ont de l’expérience et ils sont fortement diplômés mais n’arrivent pas à trouver du travail à cause de leur diplômes étrangers, bien qu’ils soient même sur-qualifiés pour beaucoup de ces postes. Ils sont obligés de retournés sur les bancs d’école. Il y a quelque chose qui n’est pas claire dans votre article.

  5. Je suis assez étonnée également …. nous avons notre CSQ et avons envoyé notre dossier au Fédéral ….cela fera 1 An en novembre prochain !!! Toujours pas de nouvelles !

    1. Nous sommes dans le même cas que vous.notre dossier ouvert au fédéral en octobre 2016 . notre dossier en cour au stade dossier médical . les délais sont trop longs.

  6. Bonjour,
    Je suis infirmière spécialisée en éducation thérapeutique depuis 2002 en France, diplômée d’état depuis 1987.
    Je fais de la coopération internationale et participe à l’écriture de référentiels de prise en charge. Je travaille également pour Expertise France.
    Je travaillais à St Martin (sinistré par l’Ouragan IRMA)
    A tout hasard pourrais je retrouver au Québec un poste en éducation thérapeutique ou coopération internationale (ONG ??)
    Merci, cordialement

  7. Bonjour, mon mari est menuisier/ébéniste, monteur ossature bois avec le brevet cariste et détient sa gestion.
    Qu’elles sont les démarche a faire ( a partir de la Belgique) pour venir travailler chez vous?

    Pour ma part je n’ai pas de diplôme, ma seule expérience est dans le nettoyage spécialisée dans les maisons de repos et hôpitaux. Je souhaite reprendre des cours pour être aidé soignante ou accueillante d’enfants.
    Nous sommes une famille de 5 personnes ( 2 adultes et 3 enfants).
    Cordialement

  8. Bonjour.
    Suite à votre article, je souhaiterai connaître les postes où la main d’œuvre manque.
    Je suis magasinier-cariste et l’expatriation vers le Canada m’intéresse.
    Bien cordialement.

  9. Bonjour,
    J’avoue être perplexe… J’ai trois sœurs qui se sont installées au Quebec il y’a plusieurs années en 6 mois à peu près. Aujourd’hui, le Quebec a, semble-t-il, des carences en main d’œuvre mais c’est le parcours du combattant pour partir! J’en sais quelque chose je suis en pleine démarche. Je suis quand même perplexe, j’ai du manquer une info… Ils ont plus de besoins qu’avant et ils acceptent moins de monde (ils ont baissé en 2017 le nombre de CSQ). Si quelqu’un peut m’expliquer, j’aime apprendre.

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada