Quand les Ressources Humaines qui n’ont rien d’humain

Chers lectrices, lecteurs,

Je profite de ce forum pour vous partager mon point de vue sur les différentes démarches que je suis en train de réaliser pour obtenir un travail, et les problématiques rencontrées par le processus de recherche d’emploi tel que constaté de la part des ressources humaines et tel qu’il fonctionne (très mal) actuellement au Québec (notamment Montréal).

Venant d’arrivée au Québec avec en tête les nombreux témoignages de ce site/forum et d’autres qui indiquaient un marché de l’emploi super dynamique et un besoin de main d’œuvre énorme, c’est très confiant que je me lance dans la démarche.

Bien sûr, ça c’était avant la pandémie, mais le marché est en train de repartir en ce moment et il ressort que beaucoup d’employeurs cherchent à combler des poste d’employés qui ont profité de cette pause pour démissionner et trouver mieux ailleurs.

Après plusieurs semaines/mois d’échecs, j’ai vite déchanté, pas seulement que le marché de l’emploi a perdu de son dynamisme, mais que les démarches et procédés utilisés par les recruteurs pendant le processus ne sont vraiment pas à la hauteur.

  • Quand un recruteur vous dit au téléphone que vous êtes le meilleur candidat pour ce poste, qu’il n’a pas vu un CV comme le mieux depuis longtemps, mais ne donnera jamais suite pour une 1ière entrevue…
  • Quand je réponds à une annonce qui colle à 100% avec mes compétences, à 100% avec mes expériences,  et que le recruteur ne vous contacte même pas pour un 1er entretien. Surement que je n’ai pas le bon piston, la bonne relation avec la personne qui va bien…
  • Quand le recruteur vous fait passer 1, puis 2, puis 3 entretiens, que l’espoir de réussite grandi chez le recruté qui regarde impatiemment son téléphone en pensant qu’il va sonner, qu’on va le rappeler…qui rappelle le RH pour avoir des nouvelles, qu’on lui dit de patienter encore… et encore, et que le recruteur ne donnera pas de suite sans jamais vous en informer…
    Heureusement que sur le site internet de la société, il est indiqué que la communication est une des grandes valeurs défendues par l’entreprise. Qu’est-ce que ça serait sinon…
  • Quand un recruteur vous appelle pour fixer un rdv par vidéo-conférence, et qu’une fois accordé sur une date et heure, il n’enverra jamais le lien…
    Le recruté y croit quand même jusqu’au bout, relance le recruteur, passe du temps à préparer l’entrevue, adapte son emploi du temps pour réserver le créneau, met son costume et patiente bêtement devant son PC jusqu’à ce que 20 minutes plus tard, le désespoir lui fait comprendre qu’il n’y aura jamais d’entrevue, ni même un coup de téléphone du recruteur pour s’excuser
  • Quand le recruteur vous accueille avec un méga sourire le jour de l’entretien.
    Sans nouvelle après 1 semaine, 2 semaines, le recruté appelle le recruteur pour faire un suivi et que le recruteur vous fait comprendre que vous le dérangez, et que ça ne se fait pas d’appeler en direct, puis ne donnera plus de nouvelles.
    Ou est passé le faux sourire ?
  • Quand le recruteur insiste sur le fait que le leadership, l’affirmation de soi est un critère très recherché dans l’entreprise parmi les candidats. Puis lorsque le recruté n’est pas retenu et que la RH doit en informer le candidat, bizarrement il n’y a plus personne (ou est passé l’affirmation de soi du recruteur ?)
  • Quand un entretien est passé et que le recruté contact le recruteur pour un suivi et qu’on lui répond que le processus de recrutement est toujours en cours ; alors que j’apprends par un ami dans cette entreprise que le candidat retenu pour le poste a pris ses fonctions il y a 1 semaine.
    Ou sont passées la communication et la franchise ? Pourquoi donner de faux espoir aux candidats ?
  • Quand, en attendant mieux, je cherche un petit boulot dans les épiceries et qu’on me répond qu’on ne peut pas me prendre car je n’ai pas d’expérience québécoise ? Sérieux, il faut une expérience québécoise pour être habilité à empiler des boites de conserve dans des rayons ??
  • Quand je vois que mon CV est refoulé avant même d’avoir pris la parole.
    Ou sont passés les employeurs qui disent laisser la chance aux candidats de montrer de quoi ils sont capables ?
  • Des articles précédents sur ce forum parlaient d’entreprises obligées de fermer faute de trouver de la main d’œuvre. Peut-être vrai, mais dans certaines situations je suis certain que c’est aussi les RH qui mettent tellement de filtres sur les CV qu’ils reçoivent ; et des avis basés sur des « à-priori » font qu’à la fin les RH ne retiennent plus personne.
    Je l’ai vécu quand je propose mes compétences dans le domaine X et que la RH, sans chercher à comprendre, me dit qu’en venant du domaine X je ne peux pas appliquer au domaine Y. Les compétences transverses, vous connaissez ?
  • Le fameux marché caché : on m’a dit que c’était très utile pour remplacer rapidement quelqu’un à un poste vacant en écoutant les recommandations d’un(e) ami(e) . Donc un recruteur ne recherche pas le « meilleur candidat pour le poste », mais un « trou à combler » rapidement. Pas sûr que ce soit toujours la bonne solution, quand le fameux ami recommandé change à nouveau de poste au bout de 6 mois car il a été recommandé pour un autre poste dans une autre entreprise, que le poste se retrouve à nouveau vacant et que le temps passé à former le candidat n’a servi à rien et que le candidat à ce poste n’a pas fait avancer l’entreprise pendant ce temps. Le recruteur va-t-il à nouveau écouter les « recommandations d’un ami » pour combler rapidement ce poste ou prendre le temps de chercher la bonne personne prête à s’investir ?
  • Et pourtant :
    • J’ai pourtant un nom qui « sonne local », alors je n’ose pas imaginer le ressenti de ceux qui ont un nom un peu plus exotique en plus des différentes expériences que j’évoque
    • Je précise quand même que mon CV est bien au format canadien, adapté à chaque poste, et a été revu et valider par des coachs en employabilité
    • Je n’ai ciblé que des postes ou mes compétences / expériences collaient à 90% mini des exigences du poste (j’ai peut-être tort, il faudrait que j’essaye avec des postes qui n’ont rien à voir avec mon profil, peut être que j’aurai plus de chances ?)

Face à tous ces exemples, mesdames et messieurs les recruteurs :

  • Quelle image de l’entreprise pensez-vous donner ?
  • Quelle image de votre fonction pensez-vous donner ?
  • Etes-vous conscient de l’angoisse et attente stressante vous générez inutilement chez les candidats ?
  • Est-ce vraiment si difficile d’envoyer un message de suivi aux quelques candidats retenus dans le processus final ?
  • Croyez-vous qu’une personne en recherche d’emploi qui accepte sa défaite pour le poste précédent est prête à postuler à un autre poste dans l’entreprise en question ?
  • Qu’est-ce que je vais dire à des amis à propos de votre entreprise ?

Et ensuite, quand je lis que des recruteurs finissent par se plaindre que des candidats ne se déplacent même plus aux rdv qu’on leur fixe, vous ne donnez pas l’exemple.

Pas étonnant qu’on voit ensuite des postes ouverts pendant longtemps, que les entreprises se plaignent d’avoir du mal à recruter. Ce n’est pas seulement le manque de main d’œuvre ou de qualification qui est la cause principale de la difficulté à recruter…

D’autres remarques dans le même style (preuve que je ne suis pas seul à avoir ce point de vue) :

http://www.technogenie.com/fr/blogue/pourquoi-il-est-important-de-recontacter-les-candidats-apres-une-entrevue/

https://www.theglobeandmail.com/business/small-business/talent/article-employers-increasingly-frustrated-by-job-interview-no-shows/

Certains en prennent conscience :

https://quebec.huffingtonpost.ca/paul-wolfe/experience-positive-entrevue-embauche-retenir-candidats-talentueux_a_23708878/

La crise du COVID a rendu plus difficile la recherche d’emploi, mais elle n’explique pas de mon point de vue les comportements constatés et le manque flagrant de communication des recruteurs, et je ne pense pas non plus que ce soit un phénomène nouveau.

Ce phénomène existe surement également à plein d’autres endroits de la planète, mais en tout cas je l’ai pleinement constaté au Québec.

Je ne cherche pas à créer des coupables, mais à partager un point de vue et un ressenti qui pourrait être facilement corriger, au bénéfice de tous (recruteurs et recrutés).

Mesdames et messieurs les recruteurs, j’attends aussi votre point de vue, pour comprendre les circonstances qui amènent à ces types de situations.

Je suis pourtant curieux, à l’écoute, adaptable, j’ai des connaissances, expériences professionnelles et compétences que je propose simplement de vous partager et mettre en œuvre pour avancer et progresser tous ensemble et au bénéfice du Québec, de son économie, de ses habitants et de ses entreprises formidables ; mais dans de telles circonstances, ça parait difficile.

A votre écoute,

Témoignage de Nolive dans le forum de discussions

Avatar
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Commentaires sur “Quand les Ressources Humaines qui n’ont rien d’humain

  1. Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce témoignage. Je ne peux que le constater et le déplorer… en tant que candidat et professionnel des ressources humaines.
    Le manque de temps n’a jamais été, à mon sens, une excuse valable pour justifier les comportements que vous mettez en exergue (je ne m’étendrai pas sur les multiples moyens dont disposent les RH pour exercer leur métier).
    Il suffit d’appliquer deux principes dont toute Direction des Ressources Humaines devrait se rappeler quotidiennement (notez-les sur votre fond d’écran ou sur un tableau blanc, si nécessaire):
    – EMPATHIE et
    – RESPECT.
    Car si elle ne peut le faire à l’égard des candidats, peut-être ne peut-elle pas non plus le faire à l’égard des salariés de leur entreprise… Si tel est le cas, elle ne vous mérite pas!
    Courage, persévérez! Vous serez un jour en contact avec de bons RH. Alors, cette entreprise sera peut-être la bonne.
    Bien à vous,
    Jehan

  2. Ce phénomène n’est (malheureusement) pas spécifique au Québec. Ici en France, c’est tout aussi fréquent que les recruteurs ghostent un candidat alors que tous les signaux étaient positifs au préalable.
    Je pense que la profession dans son ensemble ne se rend pas compte de l’effet que cela peut avoir sur les candidats qui attendent désespérément une réponse, qu’elle soit positive ou négative.

  3. Salut Nolive. J’ai souvent entendu ce discours de la part de gens qui ont finalement réussi à trouver un emploi à la hauteur de leurs attentes, après plusieurs semaines/mois de galères. C’est facile à dire, mais il faut garder espoir et patience, ça finit par payer.
    Peut-être que tu pourrais mettre le(s) poste(s) que tu recherches ici, on ne sait jamais.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut