Notre récit: acheter une maison (ou condo) au Canada

Récit de notre expérience :

– nous avons magasiné dans les quartiers qui nous intéressaient pour nous faire une idée des prix du marché

– nous avons visité un peu de tout pour voir la qualité des biens

– nous avons fait appel à un agent (pour l’achat) pour nous conseiller et négocier (cela ne coute rien si le vendeur passe lui aussi par un agent, les deux agents se partagent ensuite la commission)

– après avoir trouver le bien de nos rêves, notre agent a rédigé une offre d’achat valable 24h et l’a remis aux vendeurs

– après l’agent a négocié pour nous (prix baisser de 5% vs prix affiché)

– les vendeurs ont signé l’offre d’achat : là on ne peut plus revenir en arrière (sauf clauses prévues dans l’offre)

– RDV avec la banque pour le financement (très rapide un agent de la banque est venu à la maison)

– RDV quelques semaines plus tard chez la notaire : c’est fini !

Autre chose : le notaire le tarif est libre donc on peut magasiner pour avoir les meilleurs prix. On a payé 1000 $

Ce qui nous a le plus surpris : la rapidité pour finaliser la vente et pour aller chez le/la notaire : cela peut se faire en moins d’un mois (si il n’y a pas de problème de financement).

Conseil : se faire aider par un agent qui connaît bien le marché, les prix, les arnaques ou pièges à éviter (genre la bonne affaire qui a l’air trop bonne !). Quand on vient de loin, on ne connaît par forcément comment cela fonctionne, et l’agent a été très utile

Récit de Prolib69 dans le forum de discussion

Avatar
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Commentaires sur “Notre récit: acheter une maison (ou condo) au Canada

  1. Les agents je fuis maintenant !
    La demande est tellement forte que si le bien est une bonne affaire il sera vendu tres vite (le vendeur n’a donc aucun interet a passer par un agent qu’il paye de sa poche), sinon ca veut dire qu’il est sur le marché depuis quelque temps … donc trop cher.

  2. Bon jour puis je acheter une maison ou condo au Québec et demander la résidence après ?
    Est ce un avantage pour les démarches d y habiter ? Ou faut il une bonne raison pour acheter une maison au Québec ? Merci 😊

    1. Selon la loi canadienne, il est tout à fait possible pour un non-résident ou pour un résident temporaire d’acheter un logement au Canada. Sachez cependant que l’achat d’un bien immobilier ne donne en aucun cas l’accès à un visa de résident permanent. Cela ne vous autorise donc ni à travailler, ni à rester plus que ce que votre visa ne vous le permet.
      Le financement de l’achat
      Pour calculer ce montant, vous pouvez faire appel à des experts financiers comme les courtiers en prêts hypothécaires par exemple. Vous pouvez aussi décider de faire vous-même le calcul grâce à divers calculateurs mis à disposition sur internet et sur le site SCHL (Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement), un organisme national responsable de l’habitation au Canada.
      Vous devez également déterminer votre besoin (type d’habitation, superficie, nombre de pièces, emplacement, mode de vie, etc.).
      Le prêt bancaire
      Généralement, les acheteurs auront besoin de faire ce prêt pour acheter leur habitation. Il peut être obtenu par une banque ou par une autre institution financière (caisse populaire, compagnie d’assurance, coopérative d’épargne et de crédit, etc.). Pour le rembourser, vous devrez effectuer des versements périodiques étalés sur une certaine durée. Évidemment, des intérêts s’appliquent sur cet emprunt.
      Pour obtenir un prêt bancaire, on vous demandera un historique de crédit. En effet, ce dernier permettra aux banques canadiennes de décider si elles souhaitent vous accorder le prêt ou pas. Cette étape sera évidement plus difficile (mais pas impossible) si vous êtes résident temporaire ou nouvel arrivant. Une fois que vous avez envoyé votre demande de prêt, comptez environ 24 à 48h pour recevoir une réponse.

      Les sites utiles pour vous aider dans votre processus d’achat
      • CIC
      • SCHL
      • Association Canadienne de l’Immeuble (avec petites vidéos explicatives très utiles en bas de page)
      • Guide SCHL (L’achat de votre première maison au Canada)

      Afin de garantir l’investissement financier, il est essentiel d’avoir une mise de fond importante (idéalement 35 % du prix d’achat). Il est alors possible de faire appel à une institution bancaire au Québec pour prendre une hypothèque (emprunt).
      – Pour faire un emprunt au Québec, il faut avoir un bon historique de crédit et ne pas faire l’objet d’un interdit bancaire dans le pays d’origine. La banque fait son enquête sur ce point et demandera des preuves. Si vous n’avez pas besoin de faire une demande d’hypothèque au Québec, ce point ne s’applique pas.
      – Comme en France, il y a d’autres frais relatifs à l’achat et l’entretien d’un bien tels que les frais de notaire, la taxe de bienvenue, la taxe scolaire, l’inspection, l’assurance, etc. Ces derniers viennent en sus des 35 % de mise de fond. Soyez prévoyant, pensez à les intégrer dans votre calcul !
      – Enfin, si jamais le bien acheté devait être revendu, un impôt est prélevé sur la plus-value. La plus-value étant : (coût de vente – coût d’achat) – dépenses d’amélioration.
      Dans ce contexte, il est essentiel d’être accompagné pour pouvoir investir dans les meilleures conditions. Faire confiance à un professionnel de l’immobilier québécois ne sera donc pas un luxe, mais un vrai atout. Celui-ci représente une aide précieuse pour trouver le bien idéal si vous réalisez une partie des transactions depuis l’étranger.

  3. Bonjour,
    j’aimerais si il vous plait savoir est ce qu’un étranger qui vit dans un autre pays pourrait acheter un bien au canada si oui quel est la procédure a faire
    Merci

    1. Selon la loi canadienne, il est tout à fait possible pour un non-résident ou pour un résident temporaire d’acheter un logement au Canada. Sachez cependant que l’achat d’un bien immobilier ne donne en aucun cas l’accès à un visa de résident permanent. Cela ne vous autorise donc ni à travailler, ni à rester plus que ce que votre visa ne vous le permet.
      Le financement de l’achat
      Pour calculer ce montant, vous pouvez faire appel à des experts financiers comme les courtiers en prêts hypothécaires par exemple. Vous pouvez aussi décider de faire vous-même le calcul grâce à divers calculateurs mis à disposition sur internet et sur le site SCHL (Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement), un organisme national responsable de l’habitation au Canada.
      Vous devez également déterminer votre besoin (type d’habitation, superficie, nombre de pièces, emplacement, mode de vie, etc.).
      Le prêt bancaire
      Généralement, les acheteurs auront besoin de faire ce prêt pour acheter leur habitation. Il peut être obtenu par une banque ou par une autre institution financière (caisse populaire, compagnie d’assurance, coopérative d’épargne et de crédit, etc.). Pour le rembourser, vous devrez effectuer des versements périodiques étalés sur une certaine durée. Évidemment, des intérêts s’appliquent sur cet emprunt.
      Pour obtenir un prêt bancaire, on vous demandera un historique de crédit. En effet, ce dernier permettra aux banques canadiennes de décider si elles souhaitent vous accorder le prêt ou pas. Cette étape sera évidement plus difficile (mais pas impossible) si vous êtes résident temporaire ou nouvel arrivant. Une fois que vous avez envoyé votre demande de prêt, comptez environ 24 à 48h pour recevoir une réponse.

      Les sites utiles pour vous aider dans votre processus d’achat
      • CIC
      • SCHL
      • Association Canadienne de l’Immeuble (avec petites vidéos explicatives très utiles en bas de page)
      • Guide SCHL (L’achat de votre première maison au Canada)

      Afin de garantir l’investissement financier, il est essentiel d’avoir une mise de fond importante (idéalement 35 % du prix d’achat). Il est alors possible de faire appel à une institution bancaire au Québec pour prendre une hypothèque (emprunt).
      – Pour faire un emprunt au Québec, il faut avoir un bon historique de crédit et ne pas faire l’objet d’un interdit bancaire dans le pays d’origine. La banque fait son enquête sur ce point et demandera des preuves. Si vous n’avez pas besoin de faire une demande d’hypothèque au Québec, ce point ne s’applique pas.
      – Comme en France, il y a d’autres frais relatifs à l’achat et l’entretien d’un bien tels que les frais de notaire, la taxe de bienvenue, la taxe scolaire, l’inspection, l’assurance, etc. Ces derniers viennent en sus des 35 % de mise de fond. Soyez prévoyant, pensez à les intégrer dans votre calcul !
      – Enfin, si jamais le bien acheté devait être revendu, un impôt est prélevé sur la plus-value. La plus-value étant : (coût de vente – coût d’achat) – dépenses d’amélioration.
      Dans ce contexte, il est essentiel d’être accompagné pour pouvoir investir dans les meilleures conditions. Faire confiance à un professionnel de l’immobilier québécois ne sera donc pas un luxe, mais un vrai atout. Celui-ci représente une aide précieuse pour trouver le bien idéal si vous réalisez une partie des transactions depuis l’étranger.

  4. Je suis française, présentement en pleine offre conditionnelle et je travaille avec un courtier en or (je suis son assistante et elle me représente pour l’achat de mon premier condo). N’hésitez pas à me contacter si vous avez la moindre question!

  5. Bonjour êtes vous propriétaire de votre terrain ou devez vous payer un loyer ? Car sur les annonces, il y a le prix et loyer du terrain. Je vous avoue que cela me freine. Merci pour votre réponse.

    1. Bonjour Madame Cubaynes, mon épouse et moi sommes Français , avons mis notre maison en vente pour retourner prés de notre fils dans le sud de la France.

  6. En général la commission est de 2% et est partagé entre le courtier vendeur et le courtier acheteur. On peut aussi négocier un montant au forfait

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut