-42 degrés : Un froid arctique frappe le Québec, comment y survivre - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

-42 degrés : Un froid arctique frappe le Québec, comment y survivre

Une vague de froid extrême s’installe au Canada, après avoir surtout touché le nord et la ville de Québec, c’est au tour des autres régions d’y goûter. Cette masse d’air très froid combiné aux vents vifs donnera un facteur de refroidissement éolien de moins 38 à moins 44 sur l’Ouest et le Centre du Québec jeudi matin. Environnement Canada a lancé des avertissements de froid extrême de la Colombie-Britannique jusqu’aux provinces de l’Atlantique. Un avertissement de froid extrême est diffusé lorsque l’indice de refroidissement éolien représente un danger élevé pour la santé. Une engelure ou l’hypothermie peuvent rapidement survenir. Au Québec, dans les régions ciblées par ces avertissements de froid extrême, la température doit varier entre -38 et -42 degrés Celsius.

Engelures

Une exposition trop longue au temps froid, sans protection adéquate de la peau, peut entrainer des engelures. Une peau plus pâle et d’apparence cireuse constituent des symptômes d’engelure dont il faut agir rapidement pour éviter des complications qui peuvent aller jusqu’à l’amputation. La plupart du temps, une engelure cause une sensibilité au froid qui peut durer plusieurs années.

Il faut bien couvrir les parties les plus vulnérables comme la tête, le nez, la bouche, le cou ou les mains et pieds. Aussi porter des bottes bien isolantes. on recommande aussi de conserver des gants et des couvertures dans la voiture en cas de panne ou d’accident. Il faut porter plusieurs couches de vêtements : une couche pour éviter le contact avec l’humidité, une autre pour réchauffer le corps et une troisième pour couper l’effet du vent et des intempéries sur la peau.

Risques d’engelure selon le refroidissement éolien :

  • 0 à -27 : faible risque
  • -28 à -39 : risque accru, la peau peut geler en 10 à 30 minutes
  • -40 à -47 : risque élevé, la peau peut geler en 5 à 10 minutes
  • -48 à -54 : risque élevé, la peau peut geler en 2 à 5 minutes
  • -55 et moins : risque élevé, la peau peut geler en moins de 2 minutes

Planifier les déplacements

Il est crucial de bien planifier ses déplacements lors d’une journée aussi froide, si vous devez vous déplacer à pied, prévoir la durée et adapter votre habillement en fonction. Si vous devez prendre votre auto, il est possible que celle-ci ne démarre pas à cause de la batterie 12v qui ne supporte pas des froids aussi extrêmes. Dans ce cas il vous faudra demander un service de survoltage que CAA Québec ou un taxi peut vous fournir. Si votre auto est électrique, pensez à la préchauffer pour l’heure de votre départ et prévoyez une baisse d’autonomie pouvant aller jusqu’à 50% en dessous de -25°c.

Et finalement il est toujours préférable de reporter ses sorties et déplacements lorsque le mercure descend aussi bas.

Si vous avez des trucs pour survivre à ces journées, ajoutez-les dans l’espace commentaires en bas de cet article.

Photo : Joël Côté

Laurent Gigon
Cofondateur du site Immigrer.com
http://immigrer.com

Commentaires sur “-42 degrés : Un froid arctique frappe le Québec, comment y survivre

  1. Bonjour cousins cousines,
    Chez moi, dans la région Centte-du-Québec, il fait actuellement -22 °C, vent SO à 21 km/h, 64 % d’humidité.
    Y a rien de nouveau sous le soleil au Québec! Mon pays c’est l’hiver dixit Vigneault. C’est entre autres grâce à mes ancêtres français que je vous écris bien au chaud dans ma cabane au Canada avant d’aller fêter le Jour de l’an.
    Hier, chez nous, c’était le « Réveillon du Jour de l’an » (et non « la St-Sylvestre » comme chez vous).
    Bonne année à nous tous !

    1. J’ai toujours plus entendu le « Réveillon du Jour de L’an » que « St-Sylvestre », mais bon venant d’une famille de Bretagne et de Vendée (si si c’est possible) je ne sais pas si on est aux « normes » imaginaires ;-)…

  2. Rajouter au kit habituel, vêtements chauds, petite couverture, eau, barres tendres ou équivalent, deux ou trois bougies non parfumées, un pot de yaourt en verre ou équivalent, un support qui ne craint pas la chaleur et bien sûr des allumettes. En cas d’immobilisation forcée (tempête, line up de plusieurs heures, etc.) la flamme de la bougie chauffe rapidement l’habitacle du véhicule et permet d’éteindre le moteur. (aérer de temps en temps) 🙂

Les commentaires sont fermés.

Haut

Bienvenue au Canada