Un article intéressant pour rassurer les parents sur le système scolaire canadien - Immigrer.com
samedi , 18 mai 2024
Accueil FAQ Écoles primaires et secondaires Un article intéressant pour rassurer les parents sur le système scolaire canadien
Écoles primaires et secondairesFAQ

Un article intéressant pour rassurer les parents sur le système scolaire canadien

0
0
(0)

Un article intéressant pour rassurer les parents sur le système scolaire canadien

Ecrit par: Boudebouchon 7-04 à 16:22

……….mais pas le français !www.nouvelobs.com/articles/p2109/a266102.html

C’est en France que les élèves souffrent le plus !

275 000 jeunes, 41 pays, plusieurs mois d’enquête, l’OCDE s’est livrée à un colossal audit de l’école à travers le monde, rendant enfin possibles des comparaisons internationales fiables et précises.Entretien avec son directeur adjoint de l’Education qui en détaille les leçons percutantes

Le Nouvel Observateur. – Pour la troisième fois, l’OCDE a évalué les compétences en lecture, en mathématiques et en sciences des jeunes de 15 ans dans 41 pays. Qui sont les «premiers de la classe»?
Bernard Hugonnier.– Nous avons mis cette fois l’accent sur les mathématiques. En tête du palmarès, la Finlande, la Corée, le Canada, les Pays-Bas et le Japon. Certains pays sont tombés des nues. «Mais alors, qu’est-ce que ça doit être ailleurs!», nous ont-ils déclaré. La France, qui a une assez haute idée de son système éducatif – même si elle ne cesse de s’en plaindre –, n’obtient pourtant qu’une petite moyenne. En dépit d’une journée scolaire chargée et d’efforts financiers importants, elle figure au 13e rang pour les sciences, et au 17e rang pour la lecture et les mathématiques. L’école y est aussi plutôt moins juste qu’ailleurs, les écarts entre les bons élèves et les élèves en difficulté étant particulièrement importants.

N. O. – Et quelles sont les recettes des pays où l’école marche bien?
B. Hugonnier. – On peut simplement observer que, dans les pays les plus performants, les élèves ont plaisir à apprendre, les relations avec les professeurs sont très bonnes, le climat est moins à la répression qu’à l’autodiscipline. Les enseignants se situent dans une optique d’accompagnement. Une chose est frappante: ces pays, Finlande, Japon, sont souvent des sociétés traditionnelles, avec des populations homogènes. Les textes, la hiérarchie, les maîtres y sont très respectés et leur autorité reconnue. C’est loin d’être toujours le cas en France.
Publicité

Le rejet de l’autorité ou de l’école s’observe avant tout dans les pays où l’intégration des populations immigrées est mal faite. Ne se sentant pas acceptés, les jeunes issus de l’immigration rejettent la culture qui refuse de les intégrer. L’intégration des étrangers et de ces jeunes est d’ailleurs un point essentiel pour la bonne marche d’un système scolaire. C’est pourquoi, pour la première fois cette année, nous avons souhaité comparer dans chaque pays les performances scolaires de ces jeunes avec celles du reste de la population. Ainsi, au Canada, l’un des pays les mieux placés dans nos classements, ils réussissent très bien et même mieux que les Canadiens du cru.

N. O. – Mais le Canada est une exception, en général les jeunes immigrés ne sont-ils pas les moins bien lotis?
B. Hugonnier. – Certes, le Canada trie ses immigrés sur le volet. Il s’agit de personnes très qualifiées. Mais ce n’est pas la seule explication de leurs bonnes performances. D’une façon générale, les systèmes éducatifs les plus performants sont ceux qui font réussir tous leurs élèves, aussi bien les bons que ceux qui ont moins de facilités ou qui sont moins favorisés socialement. En éducation, on peut concilier qualité et équité, limiter efficacement l’influence du milieu social sur les résultats. Et en la matière, la France a fort à faire.
N. O. – Pourtant, beaucoup pensent qu’on ne peut pas enseigner la même chose à tout le monde. Certains peuvent réussir et d’autres non, du moins dans la voie générale.
B. Hugonnier. – C’est vrai, d’où les critiques en France contre le collège unique. Pourtant, un tronc commun, parfois même jusqu’au bac, comme dans les pays nordiques, produit les meilleurs résultats. Pourquoi? Croire qu’en «offrant» des voies différentes d’orientation, pour permettre à chaque élève de réussir selon ses moyens, est une illusion. De fait, ces systèmes de filières isolent les élèves faibles ou en difficulté. Résultat: les bons élèves progressent à peine plus, alors que les élèves moyens et les élèves plus faibles perdent beaucoup. Si bien qu’au final les performances de ces pays très sélectifs sont moyennes, et nettement moins bonnes que dans les pays où l’école est plus démocratique. Où l’on choisit de ne pas trier les élèves mais au contraire de favoriser au maximum la diversité dans les classes. C’est le cas par exemple en Finlande où, grâce à un suivi individualisé, l’hétérogénéité des classes est gérée au mieux.
A contrario, l’Allemagne, qui trie plus tôt que nous encore et, dès le début du collège, oriente une partie de ses élèves vers des enseignements techniques et professionnels, obtient de mauvais scores. D’ailleurs, alarmées par les résultats de nos enquêtes, les autorités allemandes ont remis en chantier leur système éducatif.

N. O. – La France s’est elle aussi lancée dans une réforme. Avec notamment un socle commun pour tous les collégiens. Est-ce une méthode qui marche dans d’autres pays?
B. Hugonnier. – Le principe du socle commun de connaissances, qui impose aux professeurs de transmettre à tous leurs élèves un minimum de compétences dans différentes disciplines, est plutôt une bonne chose. Nous constatons une corrélation entre la mise en place de «standards» minimums dans chaque matière et les bonnes performances globales des élèves. L’objectif étant alors pour chaque enseignant de s’assurer qu’à la fin de l’année chaque élève maîtrise ces standards. Ce qui n’interdit pas aux meilleurs d’aller au-delà. Il ne s’agit pas d’un nivellement par le bas des élèves, mais d’une exigence de résultat pour les professeurs.

N. O. – Ce qui rend inutile le principe du redoublement?
B. Hugonnier. – La France est aujourd’hui un des rares pays à se poser encore cette question existentielle. Chez nous, si un élève est en difficulté, on lui dit assez rapidement qu’il va redoubler, et les enseignants cessent leurs efforts. Les pays où s’appliquent ces standards, Canada, Suède, Finlande, etc., ont une autre philosophie: si un élève peine à suivre, le professeur se sent responsable de cet échec, et met tout en œuvre pour trouver une solution. C’est toute la collectivité qui manifeste davantage de solidarité, de tolérance. La coopération et l’entraide y sont plus développées. Autre particularité de ces pays qui marchent bien, on note peu de différences de niveau d’un établissement à l’autre. Même si, dans les classes les élèves sont, eux, de niveau très variable. Il n’y a pas de ghettos scolaires.

N. O. – Des milliers de lycéens sont descendus dans la rue pour signifier leur refus du «bac Henri IV» et du «bac Sarcelles». A leurs yeux, cet examen reste l’ultime rempart de l’égalité républicaine dans l’Education nationale.
B. Hugonnier. – Le système français doit évoluer car la situation actuelle est préoccupante. Entre ceux qui ont accès à une solide éducation et ceux qui, parce qu’ils habitent dans des quartiers en difficulté, n’ont pas les mêmes chances. Or nous constatons que l’égalité des chances passe par un vrai brassage social, y compris géographique. Le problème est comment l’organiser alors que les évolutions sociologiques poussent au contraire. Mais si on veut une éducation républicaine, on ne peut se satisfaire d’une situation où les résultats de nos enfants dépendent pour beaucoup de l’école où ils vont.

N. O. – Et s’il fallait retenir un seul critère pour caractériser une école qui marche?
B. Hugonnier. – Le plaisir d’être élève. C’est un des points auquel nous avons accordé le plus d’importance cette année, avec toute une série de questions sur l’image de soi, le degré d’anxiété, le sentiment d’appartenance, autrement dit, l’impression d’être à sa place. Sur ce dernier point, la France détient le record du mal-être à l’école avec 45% seulement des élèves se sentant à leur place en classe, contre 81% en moyenne dans les pays de l’OCDE. Un score qui en dit long sur le chemin qui reste à parcourir pour rendre notre école efficace, performante et plus juste.

Caroline Brizard Véronique Radier

Comment évaluer l’école?
Pour juger de l’efficacité des systèmes éducatifs, l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) a lancé un vaste programme international d’évaluation auprès des jeunes de 15 ans, l’âge moyen de la fin de la scolarité obligatoire. La deuxième édition, Pisa (1) 2003, sort ces jours-ci en langue française: un outil unique qui permet de comparer le niveau moyen atteint par les élèves dans chaque pays. Mais pas seulement. Le rapport, un pavé de quelque 476 pages truffé de tableaux comparatifs très pointus, multiplie les entrées, depuis la longueur de la journée de classe ou l’importance des «petits cours» jusqu’au niveau d’intérêt et de plaisir pour les mathématiques, ou encore le sentiment d’être bien préparé pour l’avenir… Car l’OCDE s’est intéressée pour la première fois et de façon très approfondie aux éléments psychologiques de la réussite: la motivation des élèves, l’image qu’ils ont d’eux-mêmes ou encore les stratégies d’apprentissage. Pisa 2003 s’est même penché sur l’équité des différents systèmes éducatifs, en mesurant le degré de correction des inégalités sociales.
Mais la France reste très discrète sur ce sujet. Nous avions justement cette année une question sur les écarts de niveau plus ou moins grands entre les écoles et c’est le seul pays qui n’a pas souhaité y répondre. Sur le plan pratique, les tests que passent les élèves sont élaborés en commun par un consortium de pays. Ils portent moins sur les connaissances acquises par les élèves – puisque les programmes varient selon les pays – que sur leurs capacités à les mettre en œuvre. Ils sont conduits, pour chaque pays, sur une période de six mois, auprès d’élèves pris au hasard, dans 150 établissements scolaires, eux aussi tirés au sort. Résultats des courses? Les palmes académiques reviennent à la Finlande, championne toutes catégories, au Japon, au Canada et à la Corée.

(1) Pisa: Program for International Student Assessment.

Caroline Brizard Véronique Radier

——————————-

Ecrit par: TruDavis 8-04 à 6:38

bonjour,

je suis encore dans le système éducatif de france, mais est ce que je peux en parler mieux que quelqu’un d’autre?, j’ai un doute, bref en ce moment la france subit une crise, l’école doit être réformée ça c’est sûr, mais la manière dont s’en charge le gouvernement laisse à désirer, il y a eu normallement des débats dans les écoles mais trés peu malheureusement, chacun n’a pas pu dire ses opinions et cette loi arrive comme un cheveu sur la soupe, et en plus les lycéens malgrés ce qu’ils disent sont conditionnés par les orientations politiques de leurs professeurs, le combat et mal choisi, l’idée de Fillon de faire un contrôle continu est légitime, mais l’habitude des Français pour le bac nationale est bien ancrée, donc il faudra faire encore un bout de chemin avant de voir cette histoire éclairci.
Cependant, c’est vrai qu’en France nous jalousons les Canadiens, pas maladivement, mais ils sont concidérés comme ayant des connaissances supérieures aux notre, et je suis fière de voir ça!

——————————-

Ecrit par: PHIL_H 8-04 à 7:23

Merci Boudebouchon pour cet article très intéressant.

Il est vrai que la situation de l’enseignement en France est déplorable :
– Niveau de plus en plus faible pour les élèves (ou peut être niveau des programmes de plus en plus élevés)
– Enseignants qui se font agressés
– Difficulté de réformer en France (je ne connais pas un ministre de l’éducation qui a su réformer sans faire de vagues parmi les enseignants et les élèves)
– Enseignement inadapté aux contraintes du marché de l’emploi, en France, on considère que plus tôt on apprend un métier mieux c’est, je suis la preuve vivante que c’est une vaste foutaise (je me suis déjà exprimer sur le www.forum.immigrer.com/index.php?sh…, je ne reviendrai pas dessus )

Bref, c’est mal barré ! Et connaissant mes compatriotes, on n’est pas là de voir bouger les choses surtout en disant que les autres font mieux que nous.

——————————-

Ecrit par: Boudebouchon 8-04 à 12:28

QUOTE(PHIL_H @ 8-04 à 16:23)
– Niveau de plus en plus faible pour les élèves (ou peut être niveau des programmes de plus en plus élevés)

C’est quelque chose que j’ai beaucoup de mal à saisir en France, tu l’exprimes bien d’ailleurs : c’est la contradiction qu’il y a entre le fait qu’on entende tout le temps que le niveau baisse mais si vous regardez de plus près,à mon avis, ce qu’on demande aux élèves est super dur. Je sais que beaucoup ne seront pas d’accord avec ça mais je trouve qu’on demande trop. En fait, j’ai du mal à l’expliquer mais on dirait que tout se complique. Pour apprendre à faire une division par exemple, c’est la méga-galère, on va passer par des chemins détournés au lieu d’expliquer les choses simplement. Et là, les enseignants doivent appliquer la règle et suivre le programme. D’un autre côté, on se retrouve avec des enfants qui ne suivent plus dès les petites classes, comme si ils étaient découragés à l’avance de réussir quelque chose. J’éxagère peut-être en disant ça mais on dirait qu’ils savent à l’avance qu’ils vont être dans la catégorie des “nuls” et que ça sert plus à rien de se battre. J’ai l’impression qu’au Québec, on a tendance à plus donner sa chance aux enfants, à les encourager, plus qu’à les enfoncer. Bien sûr, c’est une grosse généralité de dire ça et peut-être que je me trompe lourdement.

Cet article m’a interpellé car je suis consternée de voir qu’aucun enfant français de mon entourage (et y’en a un paquet) n’aiment vraiment aller à l’école. Moi-même, je me suis bien retrouvée dans cet article. Je me rappelerai toujours d’une fille de ma classe en 5è (vers 12 ans) qui s’était fait ridiculisée devant toute la classe quand il est venu commenter le bulletin trimestriel de chacun d’entre nous (déjà, je trouve cette pratique horrible mais bon …). Il lui a fait des remontrances sur ses notes (c’était pas si terrible pourtant) puis a ajouté : “Bah, toutes façons, pour aller vendre du poisson sur le marché, hein ! ….”. Cet exemple reflète beaucoup de choses. D’abord, on met les élèves dans une catégorie et ils n’en sortent pas. Ensuite, on humilie. Enfin, on crache tout simplement sur certaines professions et ça, je ne le supporte pas.

——————————-

Ecrit par: Petit-Prince 8-04 à 13:14

Vaste, très vaste sujet… en plus, il y a toujours beaucoup de passion lorsque l’on parle de l’éducation en France. Un peu comme s’il s’agissait d’une “vache sacrée” qu’il ne faudrait pas toucher.

Comme cela a été dit, l’éducation en France est un des domaines les plus en proie au conservatisme. De droite comme de gauche, les différents ministres se sont cassés les dents à partir du moment où l’idée de réforme a été suggérée ! Mais lorsque l’on demande aux élèves, aux parents d’élèves, aux contribuables, la plupart sont d’avis qu’il est urgent de réformer.

Le traitement des élèves par exemple… Il existe une grande différence entre la France et le Québec. En France, on s’efforcera d’agiter le spectre de l’échec scolaire, de l’échec professionnel… j’ai fréquenté beaucoup d’écoles (j’ai souvent déménagé), et j’ai toujours retrouvé, chez la plupart des enseignants, cette foutue mentalité qui s’illustre assez bien de cette manière : pour motiver un élève, rien de tel que de lui dire que s’il ne travaille pas, il finira balayeur ou vendeur de cacahouètes ! Motiver par la peur, quelle belle idée !

À l’inverse, au Québec, on encouragera beaucoup plus facilement les élèves… c’est dans la mentalité des gens d’ici. T’es doué en musique ou en arts ? Vas-y ! Soit épanoui dans ton domaine ! Alors qu’en France, s’engager dans une voie artistique, c’est considéré comme un “échec non-avoué”. Ceci est un exemple…

D’ailleurs, pourquoi il y a tant d’artistes au Québec alors qu’il n’y a “que” 7.5 millions d’habitants ?

Et le fameux Bac !!!!… Comme tout le monde, j’ai toujours entendu que si je ne travaillais pas, je n’aurais pas mon Bac, et que sans un Bac, t’es rien ! … Un “brillant” ministre utopiste a même eu cette idée de “80% d’une classe d’âge au Bac”. Voyant que le score n’atteignait pas les objectifs de ce que j’appellerai de “planification intellectuelle”, le mot fût passé aux différents rectorats d’être moins exigeants au niveau de la notation. Ainsi, d’année en année, le niveau de notation du Bac a dégringolé.

Les programmes sont restés un peu près les mêmes… le niveau n’a pas vraiment augmenté, ni trop baissé. Par contre, l’examen du Bac en France n’a plus rien à voir avec le programme enseigné en terminale ! Et l’on parle du Bac comme d’un grade universitaire !!! Quelle blague !

Bref… les diplômes sont devenus l’équivalent du Saint-Graal… sans diplômes, pas de salut ! Pire ! On en est à faire du classement selon l’origine du diplôme. Par exemple, un licencié en droit de Paris II aura plus de portes ouvertes dans le monde du travail qu’un licencié en droit d’une autre université.

Voilà une des explications au fait que l’on attache moins d’importance aux diplômes ici… Attention tout de même, selon la profession exercée, un diplôme vous sera demandé. Mais ici, après avoir passé un certain nombre d’entrevue, les copies de mes diplômes n’ont jamais servis ! On s’attardera plus sur les compétences et la capacité du candidat à devenir productif rapidement. Ainsi, des postes de cadres sont parfois donnés à des personnes qui ont un niveau pré-universitaire. Imagineriez vous ça en France ?

La grande force du système éducatif d’ici est de mettre en avant les qualités avant de s’attacher à mettre en exergue les défauts des élèves. Où est le véritable échec ? Un système qui pousse des enfants à obtenir le diplôme le plus élevé, ou un système qui favorise l’épanouissement personnel ?

——————————-

Ecrit par: nissart 8-04 à 13:37

La methode globale ils appellent ça, et c’est vrai c’est globalement débile , je le constate tous les jours avec mes enfants, surtout celle de 6 ans , cette methode est lamentable mais comme m’a dit une institutrice “qui suis je pour juger d’une methode pedagogique”, ” un papa impliqué” lui ai je repondu le plus calmement possible(pas facile)

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FAQ

La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Document officiel : Équivalence des diplômes France Québec

4.9 (3207) Tableau comparatif études France – Québec Équivalence des diplômes entre...

Devenir policier au Canada, comment faire ?

4.7 (23) Bonjour, Actuellement je suis en France et je suis gendarme...

Amener ses lapins nains au Canada

5 (2) Voici un guide simplifié pour emmener des lapins au Canada...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com