Préservation de la langue française....en France - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Préservation de la langue française….en France

Préservation de la langue française….en France

Salut

Laurence, tu dis dans ton message que tu constates un désintérêt des Français par rapport à la lutte pour la préservation de la langue française, c’est vrai mais ce n’est pas parce que c’est ringard, c’est simplement que le contexte n’est pas le même en France qu’au Québec.
Il y a 60 millions de francophones en France, entourés par autant de peuples parlant une autre langue qu’il y a de pays, alors qu’au Québec, vous êtes 6 millions de francophones je crois, entourés par 300 millions d’anglophones. Au Québec, l’anglais est omniprésent, il n’y a pas une journée où vous n’entendez pas parler anglais à la télé, dans la rue ou dans un magasin. Vous le lisez partout, sur les étiquettes des produits de consommation, les panneaux etc. Je pense que la majorité des Québécois connaissent bien l’anglais. Vous sentez le français en danger et luttez pour sa préservation, c’est bien et normal.
Mais ici, tous les films sont doublés, les interviews des journaux télévisés ne sont quasiment jamais sous-titrées et quand elles sont doublées, la voix off masque complètement le discours à tel point que ceux qui parlent anglais ne peuvent même pas exercer leur oreille. Les générations les plus anciennes ne connaissent pas un mot d’anglais. Quant au plus jeunes, il est reconnu que leur connaissance de l’anglais est plutôt médiocre par rapport à la moyenne des pays européens, peut-être parce qu’il n’est pas bien enseigné, ou trop tardivement, ou parce qu’il n’est que scolaire.
Contrairement au Québec, ici il faut le vouloir pour entendre parler anglais (par exemple écouter la BBC), sauf dans les grandes villes où dans des jobs à forte qualification. Et ce n’est pas les quelques mots empruntés à l’anglais que nous employons quotidiennement qui constituent une menace (du style sandwich, hot dog etc…et les Anglish en font autant avec les mots français), même s’il est vrai qu’il existe des excès de zèle entre Français dans certaines entreprises.
Bref, tout ça pour dire qu’il me semble que les grenouilles ne perçoivent par leur langue comme directement menacée dans leur pays même s’ils ont conscience qu’elle à perdu de son ampleur sur le plan diplomatique et international et qu’ils souhaiteraient la voir rayonner davantage, surtout en Amérique.

————————————————————————

Écrit par: tania
05 Avril 2001

Bonjour à tous,
je suis tout à fait d’accord avec Stephane, pourquoi aurions nous peur pour notre langue en France?J’ai bossé dans deux societes americaines, des grosses boites à l’aeroport de Roissy, jamais on a été envahi par l’anglais, juste pour les besoins du commerce inernational, sur quelques postes, mais en reunions , meme les responsables n’ont jamais parlé en Anglais, et pourtant on a toujours les messages et les logiciels dans cette langue.Bon il faut comprendre une chose, pour les affaires maintenant l’anglais est la langue internationale, pourquoi?et bien tout simplement c’est la plus facile à apprendre!Allez au japon, c’est l’anglais, les hollandais viennent en France , c’est encore l’anglais…pourquoi?car les anglophones anglais et americains pour ne siter qu’eux, nous ont pratiquement obligé à les recevoir en Anglais…là, je ne suis pas d’accord…pourquoi quand on va chez eux on est obligé à parler comme eux, et quand ils viennent chez nous ils ne font pas l’effort de parler comme nous?Je suis désolé mais ce n’est pas correct…allez en Italie et parlez anglais, meme en Francais ils ne répondent pas……alors quoi faire?Nous sommes un pays ou il y a un gros marché touristique, ici la chance des Québécois c’est de maitriser les deux langues, on vous envie pour ça, un Français à part ceux qui on l’habitude pour le boulot, pour les voyages, le Francais parle mal l’anglais, par contre il maitrise très bien sa langue, meme s’il y a quelques mots d’anglicisme, mais on aime bien se faire voir , c’est latin, et puis un hot dog c’est americain alors pourquoi ne pas l’appeller par son nom.
Voila tout ça pour dire qu’en France on aime notre langue, c’est pour cela qu’on ne s’inquiète pas, et puis j’imagine mal un Marseillais manger une bouillabaisse en parlant Anglais.
On vient Quebec parce qu’on y parle Français,et pour pouvoir maitriser l’anglais plus tard, surtout pour nos enfants car pour l’avenir il le faut, pour les études.

————————————————————————

Écrit par: Laurence
05 Avril 2001

Stéphane,

Merci pour ton tableau de la situation linguistique au Québec et en France. Je suis tout à fait d’accord avec toi, les Québécois ont plus a se sentir menacé que les Français, c’est certain. Non, seulement nous sommes 6 millions, entourés de plus de 300 millions d’anglophone, mais la langue anglaise est la langue qui prend le plus de terrain tous les jours dans tous les pays du monde, et devient la langue internationale. Ça double le problème. La langue anglaise et la culture américaine est en train de coloniser la terre entière culturellement, c’est ça qui me fait peur. Et ici au Québec, nous sommes aux premières loges.

Prenons l’exemple du cinéma. Je suis triste quand je vais sur les Champs-Élysées à Paris ou ailleurs en Europe, et que je vois qu’une majorité de films sur le grands écrans sont des films américains (même s’ils sont traduits en français). Il y a des très bons films américain mais il y a beaucoup de films hollywoodiens qui sont des pompes à fric. Pourquoi au Québec, ou en France, il y a pas plus de films espagnols par exemple, ou de films chinois. J’en vois pas mal au Festival du films du monde à Montréal chaque septembre, et franchement, les cinéastes sont géniaux, ils ont des choses à dire, les images sont superbes, les sujets intéressants. Lorsque je planifie de voir un film espagnol ou chinois, je suis rarement déçue. Mais la mondialisation va toujours dans le même sens, c’est la culture anglo-saxonne qui domine.

En France, oui en effet, le français domine. Et c’est ce qui est génial. Mais de plus en plus, l’anglais prend de la place et personne ne sonne le glas même pas l’Académie française qui affirmait lors de son dernier tome sur la langue, que la langue française ne s’angliscise pas plus qu’avant. En France, il n’y a que la droite ringarde qui est consciente de ce que je dis (en passant, je veux pas être associée à elle). Quand je parle de ringard, c’est que malheureusement je trouve que les Français utilisent des mots anglais (sans nécessairement connaître le sens exact et la prononciation) par mode ou pour faire moderne au détriment de d’autres termes français. Comme si le français n’était pas assez moderne, pratique et sans impact. C’est particulièrement incroyable dans le domaine d’internet, des grandes entreprises françaises aussi lorsque les dirigeants (tous français) se rencontrent entre eux pour discuter en anglais alors que franchement ils vont mieux se comprendre en français. La ministre des relations internationales du Québec, Louise Beaudoin, a fait une intervention en France je crois l’an dernier lorsque les autorités des aéroports de Paris ont décidé que toutes les communications se passeraient dorénavant en anglais pour la sécurité. Le français tue maintenant en France ! 😉 D’ici, du Québec, franchement on hallucine !
Je peux comprendre que les Français ne se sentent pas menacés mais ne soyez pas si certains. Et ce n’est pas en constatant le saut aveugle de plusieurs que je suis rassurée.

Au Québec, il y a d’autres problèmes reliés à la langue, certaines personnent s’en foutent, d’autres sont passionnées comme moi. Ce n’est pas vrai que tous les Québécois parlent anglais, c’est tout à fait faux. En dehors de Montréal, les niveaux d’apprentissage à la langue anglaise ne sont pas si forts que ça. Les gens en ont moins besoin et il y a moins d’anglophones. Aussi Montréal, a une communauté anglophone très dynamique, et est le choix des immigrants (qui souvent ne parlent ni français ou anglais au début), c’est ce qui fait de Montréal une ville bilingue, même si elle encore francophone

Après la colonisation de la Nouvelle-France (le Québec actuel) par les Anglais en 1760, les Québécois d’alors ont continué de parler le français parce qu’ils vivaient souvent sur des terres en tant qu’agriculteurs, et étaient bercés par la religion catholique. Tout a changé dans les années 50-60 avec l’urbanisation des Québécois, leur prise en main de l’économie du Québec…et la confrontation à la langue anglaise. Les Québécois francophones ne vivaient plus en vase clos et nous nous sommes certainement plus angliscisés à cette période là tout en parlant encore le français. Ainsi c’est pas en 10 générations qu’un endroit devient menacé de perdre sa langue. Et aujourd’hui avec l’internet, les facilités de voyager, de changer de pays, les choses vont se faire qu’en s’accélérant.
Lorsque tu dis: “Et ce n’est pas les quelques mots empruntés à l’anglais que nous employons quotidiennement qui constituent une menace (du style sandwich, hot dog etc…et les Anglish en font autant avec les mots français), même s’il est vrai qu’il existe des excès de zèle entre Français dans certaines entreprises.” Mais comment penses-tu que ça commencé au Québec? Un mot par ci, un mot par là… c’est la même chose.

Nous avons déjà beaucoup parlé de ce sujet sur le forum, vous pouvez lire les archives section FAQ, rubrique “identité, langue et culture”.

Laurence

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada