Ouf, je commençais à penser qu’on n’était pas doués. - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Ouf, je commençais à penser qu’on n’était pas doués.

Ouf, je commençais à penser qu’on n’était pas doués.

De grizzli

et oui je reviens encore a la charge,
mais je doit avouer que c’est LE truc, LA chose qui me fait chi… au Québec.

L’accès aux soins,
Lisez-moi bien, j’ai bien dit l’accès, pas la qualité…
A date, nous avons toujours été bien soignés au Québec,
Mais cal… que c’est chiant pour voir un doc.

Dimanche, zelda a eu plus mal au dos, et donc nous avons donc décidés d’aller consulter…
Mais bien sur pas de cabinet ouvert le dimanche…
Que faire… ? Attendre lundi, oui mais lundi les cliniques sans RDV sont prises d’assaut, il est quasiment impossible de voir un doc ce jour la.
Donc nous décidons d’aller à l’urgence, autre seul possibilité.
Je la dépose a 17h, et elle me rappel a 2h30 pour me dire qu’elle vient juste de passer, et que je peux venir la récupérer…
Comme d’hab, bon diagnostic (ca a l’air du moins) et médication efficace, mais quand même
9h30 d’attente pour ca…

ci-joint un article concernant cela…


http://www.canoe.com/infos/quebeccanada/ar…214-060204.html
Impossible de voir un médecin
Victimes de la mauvaise organisation des soins et du boom démographique qui frappe leurs villes, les résidants de la banlieue n’ont carrément pas accès à un médecin, certains jours de la semaine, dans les cliniques du réseau public.

Pendant trois jours, une représentante du Journal de Montréal a tenté de voir un médecin à 82 reprises dans des cliniques sans rendez-vous de la région de Montréal.

Alors que le rapport Castonguay sur la place du privé en santé est sur le point d’être publié, notre enquête a révélé que dans 60 % des cas, il était impossible de voir un médecin dans la journée.

Dans neuf villes situées dans les couronnes nord et sud, Le Journal de Montréal a même constaté qu’il n’y avait plus un seul rendez-vous disponible dès le début de la matinée.

À partir de 9h30 le matin, de nombreuses cliniques affichaient déjà complet et demandaient aux patients de revenir le lendemain, un phénomène qui accroît la clientèle des médecins ayant quitté le réseau public.

«Quand une personne qui a vraiment besoin de voir un médecin se fait dire d’attendre sans évaluation, il y a un danger évident», dénonce le président du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet.

Lundi et vendredi

Obtenir un rendez-vous d’urgence est aussi beaucoup plus difficile le lundi et le vendredi que le jeudi, a découvert Le Journal de Montréal pendant les trois jours de ce reportage.

«Souvent, les médecins vont concentrer leurs activités administratives ou leurs formations continues le vendredi», explique Jean Rodrigue, directeur des affaires médicales à l’Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie.

Pénurie de médecins

L’engorgement des cliniques est un phénomène bien connu des experts du réseau de la santé. «Il y a des cliniques où il faut arriver de bonne heure pour être soigné», confirme le docteur Raynald Pineault, médecin- conseil à l’Institut national de santé publique du Québec.

«Actuellement, il manque 800 médecins de famille au Québec, alors on arrive difficilement à répondre à tous les besoins», renchérit le docteur Jacques Ricard, porte- parole de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec.

Raynald Pineault nuance toutefois l’impact de cette pénurie. «En général, il y a assez de médecins.

C’est plutôt l’organisation des services de première ligne qui fait la différence», dit le spécialiste.

Alors que la plupart des cliniques sur l’île de Montréal ont invité la journaliste à se présenter à leur service de sans rendezvous, voir un médecin s’est avéré presque impossible en banlieue.

«La population de la Montérégie a connu une croissance phénoménale, mais les nouveaux médecins n’ont pas suivi», dit M. Rodrigue, de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie.

Montréal

Selon tous les spécialistes interrogés, le manque d’accessibilité à un médecin serait moins criant à Montréal parce qu’un nouveau type de cliniques, appelées cliniques- réseau et offrant du sans rendezvous 365 jours par année, y a été implanté depuis 2005.

La banlieue a quant à elle plus de groupes de médecine de famille, qui permettent de mieux suivre les patients, mais qui ne sont pas obligés d’offrir un service de sans rendez-vous aussi étendu que les cliniques-réseau.

est-ce si compliqué d’augmenter le nombre de medecin au Québec ?
ou alors, c’est pas si dure que ca, mais ca couterais plein de $$$..

j’ai pas les chiffres avec moi en ce moment,
mais je vous les donnerais exactement + tard
mais si ma memoire est bonne,
il y a en france environ 320 medecins / 100 000 hab
au quebec / canada environ 180 medecins / 100 000 hab

et je dit la france, mais la moyenne des autres pays d’europe est similaire
seul 3 autres pays on des moyenne similiaires au canada,
et comme par hasard, leur systeme de santé n’ont pas une bonne reputation…
dans le desordre
UK
USA
australie.

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
Haut

Bienvenue au Canada