Manitoba : Une immigration francophone difficile - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Manitoba : Une immigration francophone difficile

Manitoba : Une immigration francophone difficile

De apache

Le Parisien Benjamin Sultan, 26 ans, a immigré au village manitobain Notre-Dame-de-Lourdes dans le cadre d’un programme de recrutement de main-d’œuvre spécialisée appelé Destination Canada.
Crédit photo : ICI Radio-Canada

Manitoba : Une immigration francophone difficile à garder en zones rurales

Par Maryse Jobin | [email protected]
mardi 25 août, 2015 , Aucun commentaire ?

 

 

 
Succès mitigé pour une campagne de séduction en France et en Belgique qui a pour but de recruter de la main-d’œuvre spécialisée pour  les communautés francophones rurales du Manitoba au centre du Canada.
 

L’automne dernier, environ 11 travailleurs franco-européens et leurs familles ont été sélectionnés comme immigrants pour venir s’installer à Notre-Dame-de-Lourdes, un village francophone de 700 personnes situé à 130 kilomètres au sud-ouest de Winnipeg, la plus grande ville de cette province des Prairies canadiennes.

 

Leurs candidatures ont été retenues dans le cadre du programme Destination Canada, un salon de l’emploi annuel organisé par les ambassades du Canada à Paris et à Bruxelles. La cohorte représente des personnes qualifiées qui n’arrivent pas à trouver un emploi dans leur pays et qui souhaitent rester au Canada à long terme.

 

« La situation en France est un peu difficile en ce moment. Et j’avais surtout envie de voyager, de découvrir de nouveaux horizons », explique Benjamin Sultan, immigré et nouveau mécanicien au garage Boisvert à Notre-Dame de Lourdes.

 

La Chambre de commerce de l’endroit espérait que l’initiative ferait d’une pierre deux coups : soit combler une pénurie criante de main-d’œuvre dans les domaines de l’automobile, du transport et de la construction, ainsi que raviver le caractère francophone du village.

 

Cependant une dizaine de Français qui sont arrivés au début de l’été sont repartis quelques semaines plus tard.

 

D’après les résidents du village, les immigrants s’intéressaient peu à la vie rurale des prairies canadiennes et ils se plaignaient des conditions de travail.

 

Selon M. Sultan, l’adaptation peut parfois être problématique pour les Français. « , c’est une dynamique assez différente de celle de la France et si on n’est pas prêt à faire de petits sacrifices au début, ça peut être un peu difficile », dit-il.

D’autres comme Joël Lemoine, du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), soulèvent que les immigrants français sont plus exigeants en matière de conditions d’emploi.

 

 

«  cherchent des emplois, mais ils ne sont pas toujours prêts à venir ici et travailler pour un salaire inférieur à ce qu’ils touchaient dans leur pays… »— Joël Lemoine, conseiller du CDEM

 

Dans son rapport annuel 2014-2015 déposé le 7 mai, le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, a fait de l’immigration francophone à l’extérieur du Québec une de ses priorités.

Selon le commissaire, il faudrait augmenter le pourcentage d’immigrants francophones en milieu minoritaire de 2 % à 4 % d’ici dix ans afin de maintenir le poids démographique des francophones à travers le pays.

RCI et Radio-Canada

À lire aussi :

 

 

http://www.rcinet.ca/fr/2015/08/25/manitoba-une-immigration-francophone-difficile-a-garder-en-zones-rurales/

———

De kuroczyd

Édifiant comme retour : sur 11, 10 sont répartis…
C est ça la réalité de l immigration française hors Québec 🙂
Ils seront sûrement remplacés par d autres francophones.

———

De Samuel Alexis

Édifiant comme retour : sur 11, 10 sont répartis…
C est ça la réalité de l immigration française hors Québec 🙂
Ils seront sûrement remplacés par d autres francophones.

 

Je nuancerai car l’article indique bien que la ruralité ou les régions n’attirent pas, il n’est pas du tout indiqué que Winnipeg fait fuir. Je retrouve les mêmes arguments que vis à vis des régions au Québec versus Montréal. 

 

Il est aussi probable que les candidats n’étaient pas adaptés (le droit à l’échec cela existe). Certains sont faits pour immigrer d’autres pour voyager. 

 

Et plus généralement sur l’immigration française dans le ROC, il y a des évolutions depuis de nombreuses années au point même où les compagnies augmentent soit la capacité de leurs vols ou leurs fréquences de/et vers Toronto et depuis bientôt 6 mois de/et vers Vancouver avec un vol direct qui va passer à un vol quotidien à l’année. 

 

L’ouverture à terme de vols directs France vers l’Alberta se profile (rattrapage de British airways, Lufthansa et KLM).

 

Tout cela ne fait que conforter les données économiques Canada/France du gouvernement fédérale et pas seulement Québec/France).

———

De jimmy

Oui ils seront remplacés par d’autres francophones…qui vont se faire fourrer a leur tour

 

Cet article m’a fait sourire….

 

Petite histoire familiale; mon ancêtre est arrivé en Nouvelle-France depuis la Normandie a la fin du 17ième siècle et s”est établi en Acadie, puis au Québec

200 ans plus tard la confédération canadienne est créer (1867) et de nouvelles provinces et de nouveaux territoires sont créer….dont le Manitoba

 

Étant donné qu’il y a avait eu la conquète anglaise en 1759, ces nouveaux territoires et provinces se peuplaient surtout de colons anglophone….donc de religion protestante

 

Cela dérangeait énormément le clergé catholique car cela voulait dire que le reste du Canada, hors Québec se peuplait uniquement de protestant (il faut savoir que les Anglos étaient de religion protestante et les Francos de religion catholique

 

Donc le clergé catholique s’est mis a encourager”l’immigration” de francophone vers le Manitoba. Ils facilitaient l’installation de francos la bas, dans certains cas ils leur donnaient des terres en concessions (il faut savoir qu’a l’époque ces terres ne valaient rien) enfin ils faisaient tout pour encourager cette immigration francophone dans les provinces de l’ouest canadien

 

C’est ainsi que mes grand parents se sont fait rouler dans la farine et ont quitté le Québec alors qu’ils étaient dans la force de l’âge pour allé ”défricher” ces terres de désolations infestés de moustiques et ayant des hivers encore plus rigoureux et débile qu’au Québec

 

Cela leur a pris quand même une vingtaine d’années pour se rendre compte qu’ils s’étaient fait fourrer, que c’est un endroit non seulement nul a ch**r, mais déconnecté de tout, n’ayant a peu près aucune vie culturelle…et encore moins en francais

Ils ont quand même eu des enfants la bas (mes parents) mais tout ce beau monde est revenu au Québec lorsqu’ils ont compris l’arnaque

 

Évidemment aujourd’hui il n’y a pas un Québécois qui se ferait fourrer avec  une immigration au Manitoba…donc ils vont recruter a l’étranger…chez des gens qui ne connaissent pas trop de quoi il s’agit

Alors régulièrement je lis sur ce forum des gens, des immigrants francophones tout excités a l’idée d’avoir fait les procédures d’immigration au Manitoba…et cela me fait disons…sourire

 

C’est encore aujourd’hui un endroit nul a ch**r…ayant une vie culturelle, surtout en francais a peu près inexistante, loin de tout sauf des rednecks américain du Dakota….et peuplé par la droite religieuse canadienne anglaise

 

Pauvres vous

———

De kuroczyd

Et plus généralement sur l’immigration française dans le ROC, il y a des évolutions depuis de nombreuses années au point même où les compagnies augmentent soit la capacité de leurs vols ou leurs fréquences de/et vers Toronto et depuis bientôt 6 mois de/et vers Vancouver avec un vol direct qui va passer à un vol quotidien à l’année. 
 
L’ouverture à terme de vols directs France vers l’Alberta se profile (rattrapage de British airways, Lufthansa et KLM).
 
Tout cela ne fait que conforter les données économiques Canada/France du gouvernement fédérale et pas seulement Québec/France).

Sauf que l augmentation de la capacité des vols ne signifie pas forcement une augmentation de l immigration (il n’y a qu a regarder les chiffres) mais simplement un plus grand nombre de voyageurs … surtout touristes d’ailleurs…

———

De crazy_marty

 

Et plus généralement sur l’immigration française dans le ROC, il y a des évolutions depuis de nombreuses années au point même où les compagnies augmentent soit la capacité de leurs vols ou leurs fréquences de/et vers Toronto et depuis bientôt 6 mois de/et vers Vancouver avec un vol direct qui va passer à un vol quotidien à l’année. 
 
L’ouverture à terme de vols directs France vers l’Alberta se profile (rattrapage de British airways, Lufthansa et KLM).
 
Tout cela ne fait que conforter les données économiques Canada/France du gouvernement fédérale et pas seulement Québec/France).

Sauf que l augmentation de la capacité des vols ne signifie pas forcement une augmentation de l immigration (il n’y a qu a regarder les chiffres) mais simplement un plus grand nombre de voyageurs … surtout touristes d’ailleurs…

 

 

Oui mais ça inclut aussi, et beaucoup je pense, les touristes venant rendre visite à leur famille. Le fait que même Air Canada se mette à faire des vols direct depuis la province (Lyon), à l’année longue, montre aussi la tendance: plus tu as d’immigrants, plus tu as de leur famille qui va venir, etc…

 

Evidemment, c’est Air France qui risque de se faire avoir à force de refuser les liens direct avec l’étranger à partir d’aéroports non parisiens.

———

De kobico

Rappelons que les francophones du Manitoba ont déjà, comme en Alberta et en Saskatchewan, constitué le groupe majoritaire lors de la création de cette province. Ils sont devenus très minoritaires depuis ce temps. Avec 3,5 % de la population de la province, la communauté francophone ne compte que 42 000 personnes, dont la moitié environ parle encore le français à la maison.

 

Selon Statistique Canada (2001), 54,7 % des francophones du Manitoba parlaient l’anglais le plus souvent à la maison, en hausse par rapport à 52,9 % cinq ans plus tôt (1996). Néanmoins, parmi ceux-ci, près des deux cinquièmes (37,4 %) ont déclaré parler le français régulièrement à la maison. En 2011, quelque 84,4 % de la population parlait le plus souvent l’anglais seulement à la maison, 1,5 % parlait le français seulement et 10,5 % parlait une langue non officielle seulement.

 

Au Manitoba, les francophones sont relativement concentrés. En effet, près des deux tiers des francophones vivent à Winnipeg, une ville de plus de 633 000 habitants, ce qui correspond à environ 30 000 individus sur un total de 42 000. Ils forment moins de 4 % des Winnipégois et habitent les quartiers historiquement francophones de Saint-Boniface, de Saint-Vital et de Saint-Norbert. Tous les autres quartiers (Fort Garry, Transcona, River East, Seven Oaks, Downtown, River Heights, etc.) sont anglophones.

 

Trois Franco-Manitobains sur quatre sont nés au Manitoba. Les personnes nées ailleurs au Canada forment 16 % des effectifs. Un peu plus de 6 % des francophones de la province sont nés hors du pays. En 2007, le Manitoba a accueilli 334 immigrants capables de s’exprimer en français, ce qui représente une hausse de 27 % par rapport à 2006. Cette progression découle des initiatives de marketing et de recrutement menées en France, en Belgique et en Afrique. On s’attend à ce que l’immigration de personnes connaissant le français au Manitoba augmente jusqu’à atteindre 7 %.

 

Le français parlé par les Franco-Manitobains ressemble à celui des Québécois, mais il s’en différencie aussi par son caractère encore plus archaïsant (au point de vue phonétique, morphologique et lexical) et ses nombreux emprunts à l’anglais. De plus, les jeunes pratiquent systématiquement l’alternance codique (code-switching) avec des interférences entre les deux langues. Cependant, la situation semble plus complexe dans la mesure où il existe une diversité linguistique entre le français parlé dans la ville de Saint-Boniface (Winnipeg) et celui parlé dans les régions rurales (La Rouge, La Seine et La Montagne).

 

http://www.axl.cefan.ulaval.ca/amnord/manitoba.htm

———

De emma1068

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même! Le Parisien… qui débarque dans une zone rurale du Manitoba… Mauvaise pioche. Ils devraient justement cibler les chambres de commerce régionales du monde rural… 

———

De kobico

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant. 

———

De jimmy

…et dont le taux d’assimilation a l’anglais est de 30% par génération

———

De kuroczyd

…et dont le taux d’assimilation a l’anglais est de 30% par génération

Oui mais peut être que pour ceux la ce n’est pas un problème… leur choix…

———

De resterzen

 

Le Parisien Benjamin Sultan, 26 ans, a immigré au village manitobain Notre-Dame-de-Lourdes dans le cadre d’un programme de recrutement de main-d’œuvre spécialisée appelé Destination Canada.
Crédit photo : ICI Radio-Canada

Manitoba : Une immigration francophone difficile à garder en zones rurales

Par Maryse Jobin | [email protected]
mardi 25 août, 2015 , Aucun commentaire ?

 

 

 

 
Succès mitigé pour une campagne de séduction en France et en Belgique qui a pour but de recruter de la main-d’œuvre spécialisée pour  les communautés francophones rurales du Manitoba au centre du Canada.
 

L’automne dernier, environ 11 travailleurs franco-européens et leurs familles ont été sélectionnés comme immigrants pour venir s’installer à Notre-Dame-de-Lourdes, un village francophone de 700 personnes situé à 130 kilomètres au sud-ouest de Winnipeg, la plus grande ville de cette province des Prairies canadiennes.

 

Leurs candidatures ont été retenues dans le cadre du programme Destination Canada, un salon de l’emploi annuel organisé par les ambassades du Canada à Paris et à Bruxelles. La cohorte représente des personnes qualifiées qui n’arrivent pas à trouver un emploi dans leur pays et qui souhaitent rester au Canada à long terme.

 

La Chambre de commerce de l’endroit espérait que l’initiative ferait d’une pierre deux coups : soit combler une pénurie criante de main-d’œuvre dans les domaines de l’automobile, du transport et de la construction, ainsi que raviver le caractère francophone du village.

« La situation en France est un peu difficile en ce moment. Et j’avais surtout envie de voyager, de découvrir de nouveaux horizons », explique Benjamin Sultan, immigré et nouveau mécanicien au garage Boisvert à Notre-Dame de Lourdes.

 

 

Cependant une dizaine de Français qui sont arrivés au début de l’été sont repartis quelques semaines plus tard.

 

D’après les résidents du village, les immigrants s’intéressaient peu à la vie rurale des prairies canadiennes et ils se plaignaient des conditions de travail.

 

Selon M. Sultan, l’adaptation peut parfois être problématique pour les Français. « , c’est une dynamique assez différente de celle de la France et si on n’est pas prêt à faire de petits sacrifices au début, ça peut être un peu difficile », dit-il.

D’autres comme Joël Lemoine, du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), soulèvent que les immigrants français sont plus exigeants en matière de conditions d’emploi.

 

 

«  cherchent des emplois, mais ils ne sont pas toujours prêts à venir ici et travailler pour un salaire inférieur à ce qu’ils touchaient dans leur pays… »— Joël Lemoine, conseiller du CDEM

 

Dans son rapport annuel 2014-2015 déposé le 7 mai, le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, a fait de l’immigration francophone à l’extérieur du Québec une de ses priorités.

Selon le commissaire, il faudrait augmenter le pourcentage d’immigrants francophones en milieu minoritaire de 2 % à 4 % d’ici dix ans afin de maintenir le poids démographique des francophones à travers le pays.

RCI et Radio-Canada

À lire aussi :

 

 

http://www.rcinet.ca/fr/2015/08/25/manitoba-une-immigration-francophone-difficile-a-garder-en-zones-rurales/

 

 

 

:8):

 

Cet article  vient valider ce que je dis sur ce forum…

 

Contrairement à ce que certains peuvent prétendre, le Québec c’est pas l’enfer et le Canada anglais n’est aucunement le pays des Bisounours…

 

Il y a plusieurs immigrants qui sont déçus et  qui se plantent au Canada anglais aussi…c’est vrai pour le Manitoba, c’est vrai aussi pour les autres provinces anglophones. 

 

Bref il y a des immigrants qui échouent et il y a des immigrants qui réussissent et ce dans toutes les provinces canadiennes. ( incluant le Québec )

 

Merci pour cet article très intéressant.

———

De kobico

 

…et dont le taux d’assimilation a l’anglais est de 30% par génération

Oui mais peut être que pour ceux la ce n’est pas un problème… leur choix…

 

 

Oui, non… Ont-ils une alternative, de surcroît viable…?

———

De Jean Dupond

Les souverainistes de ce forum vont peut être enfin comprendre que le français n’est pas LA LANGUE DU CANADA, mais UNE langue du Canada et une langue ultra minoritaire dans un environnement anglophone et hispanohone. ( vu que je suis un fucking troll, qu’on me prouve le contraire)

 

http://4.bp.blogspot.com/-bX3rnr_fhXA/UV95iyIdtPI/AAAAAAAAAB4/VGn3jRBV5RQ/s1600/Langues.jpg

Bon voici une carte de la francophonie nord américaine.

New Orleans ne l’est plus depuis longtemps ni les ancienne collonie du nouveau continent, il ne reste que la Guadeloupe, la martinique, et si je ne me trompe pas, la guyanne française. ou la réunion, mais un truc dans le genre.

 

 

la suite dans mon deuxième post.

———

De kuroczyd

Les souverainistes de ce forum vont peut être enfin comprendre que le français n’est pas LA LANGUE DU CANADA, mais UNE langue du Canada et une langue ultra minoritaire dans un environnement anglophone et hispanohone. ( vu que je suis un fucking troll, qu’on me prouve le contraire)
 
http://4.bp.blogspot.com/-bX3rnr_fhXA/UV95iyIdtPI/AAAAAAAAAB4/VGn3jRBV5RQ/s1600/Langues.jpg
Bon voici une carte de la francophonie nord américaine.
New Orleans ne l’est plus depuis longtemps ni les ancienne collonie du nouveau continent, il ne reste que la Guadeloupe, la martinique, et si je ne me trompe pas, la guyanne française. ou la réunion, mais un truc dans le genre.
 
 
la suite dans mon deuxième post.

En attendant, le français est la langue du Québec et clairement pas celle des autres provinces.

———

De jimmy

 

…et dont le taux d’assimilation a l’anglais est de 30% par génération

Oui mais peut être que pour ceux la ce n’est pas un problème… leur choix…

 

Effectivement, il y en a que ca dérange pas

Pour moi cela est incompréhensible….mais bon ca prend de tout pour faire un monde

 

Cependant je pense qu’il est important quand même d’informer comme Kobico et moi le faisons

C’est que oui effectivement il y en a pour qui cela ne cause pas problème, mais il y en a aussi qui croient bêtement la propagande canadienne du bilinguisme de ce pays, qui croient que eux et leurs enfants pourront  vivre une vie enrichissante en francais hors Québec…alors que évidemment c’est tout a fait faux.

———

De jimmy

Les souverainistes de ce forum vont peut être enfin comprendre que le français n’est pas LA LANGUE DU CANADA, mais UNE langue du Canada et une langue ultra minoritaire dans un environnement anglophone et hispanohone. ( vu que je suis un fucking troll, qu’on me prouve le contraire)

 

http://4.bp.blogspot.com/-bX3rnr_fhXA/UV95iyIdtPI/AAAAAAAAAB4/VGn3jRBV5RQ/s1600/Langues.jpg

Bon voici une carte de la francophonie nord américaine.

New Orleans ne l’est plus depuis longtemps ni les ancienne collonie du nouveau continent, il ne reste que la Guadeloupe, la martinique, et si je ne me trompe pas, la guyanne française. ou la réunion, mais un truc dans le genre.

 

 

la suite dans mon deuxième post.

T’es bien ”fucking” bizarre toi

 

C’est ce que l’on dit aussi

 

Hors Québec , la francophonie ca n’existe pas

 

C’est justement pour ca qu’on lutte nous les souverainistes, pour pas que au Québec aussi la francophonie disparaisse

———

De kuroczyd

 

…et dont le taux d’assimilation a l’anglais est de 30% par génération

Oui mais peut être que pour ceux la ce n’est pas un problème… leur choix…
 

 
Oui, non… Ont-ils une alternative, de surcroît viable…?

Ça dépend justement de leur choix : s ils vivre en français et conserver leur langue d origine, leur alternative est d aller dans un endroit qui fait vivre leur langue. S ils s en fichent, ils seront noyés dans la culture et langue d accueil .

———

De Jean Dupond

Bon alors repronons depuis le début.

 

Un vlllage de 700 habitants.

Un recrutement en Europe et plus particulièrement dans sa partie francophone, CAD en France.

 

 

Et on a 11 immigrants ( pas loin  de 14%, faites vos calculs et vous comprendrez pourquoi je dis 14% pour 700 habitants c’est assez facile pour un gars qui sait calculer)

Donc pas moins de 2 % de la population locale.

 

 

entre 10 à 20 % on parle d’asssimilation

en dessous de 10% on parle d’intégration

 

Pour lesincultes de ce forum lire aimée césaire, et senghor …

 

Donc !

 

On se retrouve avec 10 franchoullairds qui arrivent dans la campagne où ya rien et qui “comme lesphoque font tourner les ballons sur leur nez” s’ennuient totalement.

 

 

 

Bon alors les défenseurs de la culture du GRAND QUEBEC TABERNACLE,, je le répète et je le redis et le le redis encore et encore et encore. On ne quitte pas son pays pour RIEN.

Un village de 700 haibitants, CE n’est RIEN, RIEn, RIEN pour un gars qui vit en Europe.

 

 

Ce n’est pas qu’il ne respecte pas ta régio, ni ta culture, ni Céline Dion, ni rien de tout ça.

 

 

C’est juste que TON gouvenrment ment aux immigrés en disant, tu vas trouvé ceci, tu vas trouver celà et quand il arrive dans TA région pleine d’histoire de de ceci ou celà, ben il n’y trouve rien.

———

De Jean Dupond

Édifiant comme retour : sur 11, 10 sont répartis…
C est ça la réalité de l immigration française hors Québec 🙂
Ils seront sûrement remplacés par d autres francophones.

Il  y a une différence entre assimilation et intégration.  Ni les français, ni les chinois, ni lesindiens, ni n’importe qui, n’aurait pu s’intégrer dans un fuµµing patelin où il n’y a rien .

 

 

Mairdes les souverrainistes ouvrez les yeux quoi  !!!

 

Premier et dernier avertissement: si chacune de vos interventions est accompagnée d’insultes en tous genre, votre compte va être mis sous modération.Merci de relire les règles du forum.

.

———

De kuroczyd

Bon alors repronons depuis le début.
 
Un vlllage de 700 habitants.
Un recrutement en Europe et plus particulièrement dans sa partie francophone, CAD en France.
 
 
Et on a 11 immigrants ( pas loin  de 14, faites vos calculs et vous comprendrez pourquoi je dis 14 pour 700 habitants c’est assez facile pour un gars qui sait calculer)
Donc pas moins de 2 % de la population locale.
 
 
entre 10 à 20 % on parle d’asssimilation
en dessous de 10% on parle d’intégration
 
Pour lesincultes de ce forum lire aimée césaire, et senghor …
 
Donc !
 
On se retrouve avec 10 franchoullairds qui arrivent dans la campagne où ya rien et qui “comme lesphoque font tourner les ballons sur leur nez” s’ennuient totalement.
 
 
 
Bon alors les défenseurs de la culture du GRAND QUEBEC TABERNACLE,, je le répète et je le redis et le le redis encore et encore et encore. On ne quitte pas son pays pour RIEN.
Un village de 700 haibitants, CE n’est RIEN, RIEn, RIEN pour un gars qui vit en Europe.
 
 
Ce n’est pas qu’il ne respecte pas ta régio, ni ta culture, ni Céline Dion, ni rien de tout ça.
 
 
C’est juste que TON gouvenrment ment aux immigrés en disant, tu vas trouvé ceci, tu vas trouver celà et quand il arrive dans TA région pleine d’histoire de de ceci ou celà, ben il n’y trouve rien.

C est quoi ton propos à part t en prendre aux gens?
Il s agit d un village qui croyait qu en investissant dans le processus Destination Canada il pouvait ramener facilement des francophones, quand ces personnes sont arrivés là bas, il n y a que là qu ils se sont rendus compte de la réalité…

———

De kobico

 

 

 

…et dont le taux d’assimilation a l’anglais est de 30% par génération

Oui mais peut être que pour ceux la ce n’est pas un problème… leur choix…
 

 
Oui, non… Ont-ils une alternative, de surcroît viable…?

Ça dépend justement de leur choix : s ils vivre en français et conserver leur langue d origine, leur alternative est d aller dans un endroit qui fait vivre leur langue. S ils s en fichent, ils seront noyés dans la culture et langue d accueil .

 

 

En même temps, il y a des francophones installés depuis plusieurs générations dans des villes ou villages où l’environnement francophone rétrécit comme peau de chagrin. Ces gens-là, attachés à leur terre, à leur coin de pays n’ont pas nécessairement envie d’immigrer ailleurs (lire au Québec à 4000km de là ), ils sont chez eux, ils étaient majoritaires auparavant, ils ont défriché et bâti et maintenant ils devraient s’exiler pour continuer d’être ce qu’ils ont toujours été…? Triste sort quand même et choix pas si évident que cela à faire….

———

De Jean Dupond

 

Bon alors repronons depuis le début.
 
Un vlllage de 700 habitants.
Un recrutement en Europe et plus particulièrement dans sa partie francophone, CAD en France.
 
 
Et on a 11 immigrants ( pas loin  de 14, faites vos calculs et vous comprendrez pourquoi je dis 14 pour 700 habitants c’est assez facile pour un gars qui sait calculer)
Donc pas moins de 2 % de la population locale.
 
 
entre 10 à 20 % on parle d’asssimilation
en dessous de 10% on parle d’intégration
 
Pour lesincultes de ce forum lire aimée césaire, et senghor …
 
Donc !
 
On se retrouve avec 10 franchoullairds qui arrivent dans la campagne où ya rien et qui “comme lesphoque font tourner les ballons sur leur nez” s’ennuient totalement.
 
 
 
Bon alors les défenseurs de la culture du GRAND QUEBEC TABERNACLE,, je le répète et je le redis et le le redis encore et encore et encore. On ne quitte pas son pays pour RIEN.
Un village de 700 haibitants, CE n’est RIEN, RIEn, RIEN pour un gars qui vit en Europe.
 
 
Ce n’est pas qu’il ne respecte pas ta régio, ni ta culture, ni Céline Dion, ni rien de tout ça.
 
 
C’est juste que TON gouvenrment ment aux immigrés en disant, tu vas trouvé ceci, tu vas trouver celà et quand il arrive dans TA région pleine d’histoire de de ceci ou celà, ben il n’y trouve rien.

C est quoi ton propos à part t en prendre aux gens?
Il s agit d un village qui croyait qu en investissant dans le processus Destination Canada il pouvait ramener facilement des francophones, quand ces personnes sont arrivés là bas, il n y a que là qu ils se sont rendus compte de la réalité…

 

Ben justement à part des mensonges la réalité c’est quoi ?

 

 

Sérieux, j’en ai vu des français venir, et venir et encore venir.

Des cousins, des voisins, des amis, des anciens collègues, des n’importe qui m’ont dit:

 

“Oui mais le Quebec c’est le dernier eldorado, oui mais le quebec a dit que je pourrai avoir ma maison au bout de 3-5 ans, ouis mails le Quebec a dit que ….”

 

 

Tabarnak à part le grand mensonge de la francophonie dans un univers MAJORITAIREMENT anglo américain que reste t’il ?

———

De kobico

 

 

On se retrouve avec 10 franchoullairds qui arrivent dans la campagne où ya rien et qui “comme lesphoque font tourner les ballons sur leur nez” s’ennuient totalement.

 

 

 

Bon alors les défenseurs de la culture du GRAND QUEBEC TABERNACLE,, je le répète et je le redis et le le redis encore et encore et encore. On ne quitte pas son pays pour RIEN.

Un village de 700 haibitants, CE n’est RIEN, RIEn, RIEN pour un gars qui vit en Europe.

 

 

Ce n’est pas qu’il ne respecte pas ta régio, ni ta culture, ni Céline Dion, ni rien de tout ça.

 

 

C’est juste que TON gouvenrment ment aux immigrés en disant, tu vas trouvé ceci, tu vas trouver celà et quand il arrive dans TA région pleine d’histoire de de ceci ou celà, ben il n’y trouve rien.

 

As-tu au moins compris que l’on parle de l’expérience de “10 franchouillards” au Manitoba?

 

Pourquoi mêles-tu le Québec et les souverainistes à ce sujet?

 

Pourquoi es-tu aussi agressif et vulgaire?

 

Ajout: Finalement, pourquoi es-tu aussi con?

———

De Jean Dupond

Oui j’ai bien compris, mais comme sur ce forum TOUT se résume au Quebec, et aux immigrés qui respectent pas la culture du quebec, et aux immigrés qui veulent pas s’intégrer, et aux immigrés qui veulent pas traverser les ponts de MTL, et aux immigrés qui ….

———

De emma1068

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

———

De kuroczyd

Oui j’ai bien compris, mais comme sur ce forum TOUT se résume au Quebec, et aux immigrés qui respectent pas la culture du quebec, et aux immigrés qui veulent pas s’intégrer, et aux immigrés qui veulent pas traverser les ponts de MTL, et aux immigrés qui ….

C’est sympa de faire le procès aux autres mais tu te rends compte que la, en l occurrence, c est toi qui ramène ça au Quebec !?!?

———

De kuroczyd

 

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

 

Mais c’est une réalité quand bien même la communauté pourrait exister depuis des dizaines d’années, quand tu t’attends de vivre en français dans un endroit qui s’en fiche du français… ca ne marche pas. 

———

De Jean Dupond

 

Oui j’ai bien compris, mais comme sur ce forum TOUT se résume au Quebec, et aux immigrés qui respectent pas la culture du quebec, et aux immigrés qui veulent pas s’intégrer, et aux immigrés qui veulent pas traverser les ponts de MTL, et aux immigrés qui ….

C’est sympa de faire le procès aux autres mais tu te rends compte que la, en l occurrence, c est toi qui ramène ça au Quebec !?!?

 

Mais je ne ramène RIEN au Quebec, je le dis et redis, pour moi le Quebec n’est qu’une “région” du Canada, quand je dis à mes collèguesde France que je vis au Canada, je ne méprise, ni ne miminise le Quebec, je respecte énormément cette province, mais pour moi dire que je vis au Quebec, c’est comme dire que je vis en Bretagne, en Alasace, chez les bourguigons ….

 

On oublie souvent de dire ici que le Canada ne se résume pas qu’au Quebec, et parler Anglais ET Espagnol est salutaire pour celui qui veut  aussi bien réussir que voyager dans ce GRAND continent nord américain.

 

Do you unterdand ?

———

De emma1068

Oui j’ai bien compris, mais comme sur ce forum TOUT se résume au Quebec, et aux immigrés qui respectent pas la culture du quebec, et aux immigrés qui veulent pas s’intégrer, et aux immigrés qui veulent pas traverser les ponts de MTL, et aux immigrés qui ….

 

 

 

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

 

Notre génération a eu la chance d’avoir des facilités d’échanges internationaux. Qui vous dit que ceux qui débarquent au Canada veulent exclusivement vivre en français; pour certains, c’est l’aspect bilingue qui les intéresse. 

 

 

 

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

 

Mais c’est une réalité quand bien même la communauté pourrait exister depuis des dizaines d’années, quand tu t’attends de vivre en français dans un endroit qui s’en fiche du français… ca ne marche pas. 

 

Qui te dit aussi que ceux qui vivent dans le ROC ont envie de vivre en français uniquement. Il faut être vraiment stupide pour croire qu’au Manitoba, même dans un village francophone, on va vivre uniquement en français. On vivra en français peut-être au quotidien, mais lorsqu’il faut aller faire ses courses au village d’à côté, il faut évidemment avoir des bases d’anglais. D’ailleurs, au Manitoba, comme ailleurs, je suppose qu’ils offrent des cours d’anglais aux nouveaux-arrivants. Je pense que ce village n’a pas bien ciblé ses futurs immigrants, un Parisien n’aurait sûrement pas supporté un déménagement dans la Creuse, c’est peut-être aussi simple que ça. 

———

De Jean Dupond

Prenez 11 Sénégalais qui vivent dans un village remplis de traditions, qui sont éduqués (selons les principes de leurs pays) qui parlent un français plus que correcte. et qui vivennt vivre dans une enclave fracophone de la franco ontario. TOUTES les villes à côté parlent anglais. TOUTES. Et on demande à ces arrvivantts de ne SURTOUT pas parler anglais mais uniquement Français. Comment voulez vous que ces pauvres gars, plains de compétences, d’intelligence et de savoi faire sintégr

———

De kobico

Mais je ne ramène RIEN au Quebec, je le dis et redis, pour moi le Quebec n’est qu’une “région” du Canada, quand je dis à mes collèguesde France que je vis au Canada, je ne méprise, ni ne miminise le Quebec, je respecte énormément cette province, mais pour moi dire que je vis au Quebec, c’est comme dire que je vis en Bretagne, en Alasace, chez les bourguigons ….
 
On oublie souvent de dire ici que le Canada ne se résume pas qu’au Quebec, et parler Anglais ET Espagnol est salutaire pour celui qui veut  aussi bien réussir que voyager dans ce GRAND continent nord américain.
 
Do you unterdand ?

 
C’est amusant, tu viens tout juste d’écrire le contraire sur un autre fil….
 
 

Tu sais quoi, je me fiches TOTALEMENT du quebec, de ses traditions de son histoire de tout. Ce que tu penses le NB le pense aussi et sur des forums d’Halifax ils sont persuadés que vous êtes tous jaloux de la puissance de leur port.
 

———

De Jean Dupond

11 francophone qui viennent dans un village de 700 habitant et ça ne marche pas.

Ben moi qui suit un GROS TROLL lolololol je dirai que ben c’est parceque lesfranaçs sont justes des vilains méchants qui vuelent pas parler français et qui veulent pas s’intégrer.

 

 

Et si t’es d’accord avexc M3 colle ce si sur ton mur FB

hash tag le français est rien qu’un juste vilain pas beau qui pense que le canada ben on pas d’impôt

———

De seba666

Prenez 11 Sénégalais qui vivent dans un village remplis de traditions, qui sont éduqués (selons les principes de leurs pays) qui parlent un français plus que correcte. et qui vivennt vivre dans une enclave fracophone de la franco ontario. TOUTES les villes à côté parlent anglais. TOUTES. Et on demande à ces arrvivantts de ne SURTOUT pas parler anglais mais uniquement Français. Comment voulez vous que ces pauvres gars, plains de compétences, d’intelligence et de savoi faire sintégr

 

Bien la preuve que le sois-disant bilinguisme n’existe pas. Soit tu parles anglais dans le Roc soit le français au Québec.

———

De Jean Dupond

 

Mais je ne ramène RIEN au Quebec, je le dis et redis, pour moi le Quebec n’est qu’une “région” du Canada, quand je dis à mes collèguesde France que je vis au Canada, je ne méprise, ni ne miminise le Quebec, je respecte énormément cette province, mais pour moi dire que je vis au Quebec, c’est comme dire que je vis en Bretagne, en Alasace, chez les bourguigons ….
 
On oublie souvent de dire ici que le Canada ne se résume pas qu’au Quebec, et parler Anglais ET Espagnol est salutaire pour celui qui veut  aussi bien réussir que voyager dans ce GRAND continent nord américain.
 
Do you unterdand ?

 
C’est amusant, tu viens tout juste d’écrire le contraire sur un autre fil….
 
 

Tu sais quoi, je me fiches TOTALEMENT du quebec, de ses traditions de son histoire de tout. Ce que tu penses le NB le pense aussi et sur des forums d’Halifax ils sont persuadés que vous êtes tous jaloux de la puissance de leur port.
 

 

Ah ben non cen’est pas incompatible MADAME

 

 

Je me fiche des aspirations du Quebec et de sa souvairenmeté, et de son histoire et de tout son tralala pur me dire on EST une nation.

Mais je respecte son histoite, tout conne celle de Halifax, de Calgary, de Vancouver de ……

 

 

en France on a Strasbour, Nantes, Lilles, ou Bordeaux.

Au Canada on a MTL, Hlifax, Edmonton, Vancouver …..

 

 

 

Désolé les gars, mais votre province n’es t pas un objet de souveraineté …..

Canadad Free. Et quebec dans le Canada…

so What’s up ?

———

De jimmy

euh…y a quelqu’un qui comprend quelque chose a ce qu’il raconte cet hurluberlu ?

———

De kuroczyd

 

Oui j’ai bien compris, mais comme sur ce forum TOUT se résume au Quebec, et aux immigrés qui respectent pas la culture du quebec, et aux immigrés qui veulent pas s’intégrer, et aux immigrés qui veulent pas traverser les ponts de MTL, et aux immigrés qui ….

 

 

 

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

 

Notre génération a eu la chance d’avoir des facilités d’échanges internationaux. Qui vous dit que ceux qui débarquent au Canada veulent exclusivement vivre en français; pour certains, c’est l’aspect bilingue qui les intéresse. 

 

 

 

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

 

Mais c’est une réalité quand bien même la communauté pourrait exister depuis des dizaines d’années, quand tu t’attends de vivre en français dans un endroit qui s’en fiche du français… ca ne marche pas. 

 

Qui te dit aussi que ceux qui vivent dans le ROC ont envie de vivre en français uniquement. Il faut être vraiment stupide pour croire qu’au Manitoba, même dans un village francophone, on va vivre uniquement en français. On vivra en français peut-être au quotidien, mais lorsqu’il faut aller faire ses courses au village d’à côté, il faut évidemment avoir des bases d’anglais. D’ailleurs, au Manitoba, comme ailleurs, je suppose qu’ils offrent des cours d’anglais aux nouveaux-arrivants. Je pense que ce village n’a pas bien ciblé ses futurs immigrants, un Parisien n’aurait sûrement pas supporté un déménagement dans la Creuse, c’est peut-être aussi simple que ça. 

 

Le Pb c’est ce que on leur a vendu! Je suis deja alle a plus d un session de Destination Canada et les personnes recrutées sont triées sur le volet pour leur langue et spécifiquement pour leur ENVIE d’aller dans un endroit particulier. On n’est pas en train de parler d’un citadin parisien qui s’et perdu par hasard a cet endroit. On leur a promis des choses et ca ne collait pas du tout avec ce qui leur a été promis. Point.

Il est tout a fait possible qu un immigrant se rende compte qu il n est pas fait pour l immigration mais la on parle de 10 personnes sur 11 ! Il y a eu quand meme un gros probleme d’incompréhension, non ? 

———

De emma1068

 

 

Oui j’ai bien compris, mais comme sur ce forum TOUT se résume au Quebec, et aux immigrés qui respectent pas la culture du quebec, et aux immigrés qui veulent pas s’intégrer, et aux immigrés qui veulent pas traverser les ponts de MTL, et aux immigrés qui ….

 

 

 

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

 

Notre génération a eu la chance d’avoir des facilités d’échanges internationaux. Qui vous dit que ceux qui débarquent au Canada veulent exclusivement vivre en français; pour certains, c’est l’aspect bilingue qui les intéresse. 

 

 

 

 

De là à remettre en cause le recrutement dans le ROC, il ne faut pas pousser quand même!  

 

Et pourquoi pas? les immigrants ont le droit de savoir que hors du Québec et de quelques régions limitrophes en Ontario et au NB, vivre en français au ROC est un parcours du combattant

Tu es allé à la rencontre de ces gens, enfin de tous les francophones qui vivent à l’extérieur du Québec? J’ai pas mal voyagé et plus j’en rencontre, plus je suis heureuse de connaître ces gens-là et je me dis que rester seulement au Québec, sans chercher à connaître les autres provinces, c’est réducteur! 

 

Mais c’est une réalité quand bien même la communauté pourrait exister depuis des dizaines d’années, quand tu t’attends de vivre en français dans un endroit qui s’en fiche du français… ca ne marche pas. 

 

Qui te dit aussi que ceux qui vivent dans le ROC ont envie de vivre en français uniquement. Il faut être vraiment stupide pour croire qu’au Manitoba, même dans un village francophone, on va vivre uniquement en français. On vivra en français peut-être au quotidien, mais lorsqu’il faut aller faire ses courses au village d’à côté, il faut évidemment avoir des bases d’anglais. D’ailleurs, au Manitoba, comme ailleurs, je suppose qu’ils offrent des cours d’anglais aux nouveaux-arrivants. Je pense que ce village n’a pas bien ciblé ses futurs immigrants, un Parisien n’aurait sûrement pas supporté un déménagement dans la Creuse, c’est peut-être aussi simple que ça. 

 

Le Pb c’est ce que on leur a vendu! Je suis deja alle a plus d un session de Destination Canada et les personnes recrutées sont triées sur le volet pour leur langue et spécifiquement pour leur ENVIE d’aller dans un endroit particulier. On n’est pas en train de parler d’un citadin parisien qui s’et perdu par hasard a cet endroit. On leur a promis des choses et ca ne collait pas du tout avec ce qui leur a été promis. Point.

Il est tout a fait possible qu un immigrant se rende compte qu il n est pas fait pour l immigration mais la on parle de 10 personnes sur 11 ! Il y a eu quand meme un gros probleme d’incompréhension, non ? 

 

Qu’on te le vende ou non, quand tu vis dans une enclave franco, tu dois bien imaginer qu’il te faudra apprendre l’anglais. 

———

De jimmy

Qu’on te le vende ou non, quand tu vis dans une enclave franco, tu dois bien imaginer qu’il te faudra apprendre l’anglais. 

 

Regarde Emma1068, vient lire plus souvent sur ce forum, particulièrement sur les fils qui parlent d’immigration hors Québec, et tu vas voir il y en a qui sont convaincu qu’ils vont vivre et travailler en francais hors Québec.

 

Plusieurs fois moi et d’autres ici les ont avertis que c’était faux, que  c’était de la propagande canadienne (car le gouvernement du Canada fait la promotion d’un Canada bilingue ou tout le monde peut vivre et travailler dans la langue de son choix) et pleins de gens venaient nous traiter de tous les noms en affirmant haut et fort que oui oui pas de problème a vivre et travailler en francais partout au Canada

 

 

 

 

———

De yow_lys

D’un autre côté retenir n’importe quel immigrant dans un secteur rural c’est déjà compliqué mais là…. secteur rural, en milieu minoritaire dans une province déserte… c’est de l’ordre de l’incantation divine.

———

De kuroczyd

D’un autre côté retenir n’importe quel immigrant dans un secteur rural c’est déjà compliqué mais là…. secteur rural, en milieu minoritaire dans une province déserte… c’est de l’ordre de l’incantation divine.

Ca signifie encore une fois que l on leur a vendu n’importe quoi : il ne s’agit pas de gens que l on oblige a aller la bas mais qui ont été appâtés et qui ont librement choisi d’y aller la bas lors des journées Destination Canada.

———

De emma1068

Également

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada