Littérature québécoise, des références SVP ? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Littérature québécoise, des références SVP ?

Fallback Image

Littérature québécoise

Ecrit par : licorne 20-12 à 14:16

Bonjour,

pour mieux m’immerger dans la culture québecoise, pourriez vous me parler de la production littéraire de votre province ?
Quel style est le plus vendeur (polar, nouvelles, SF, bio, etc.) ?
Est-ce que la littérature gay et lesbienne y est bien représentée, en gros y-a-t-il des auteur(e)s québecois dans ce domaine ?
Pourriez-vous aussi m’indiquer des auteurs et titres en littérature jeunesse, s’il vous plaît ?
je ne recherche que des auteurs francophones.
Et savez-vous sur quels auteurs les élèves de primaires et secondaires (désolée, je ne me suis pas encore adaptée aux bons termes !) travaillent ?
Je suis vraiment une grosse consommatrice de bouquins (tant pour le boulot que perso), j’ai du mal à trouver ce vers quoi me diriger, parlez moi de vos coups de cœur, des incontournables…D’ailleurs avez-vous des prix littéraires ? Si oui, sont-ils remis, comme en France, par un groupe de pseudo intellos qui se croit le centre du monde ?
Question à Petit-Prince, qui m’a l’air de bien connaitre le Hockey, connaitriez vous un bouquin ou un magazine pour m’expliquer les rêgles et l’histoire des Canadians de Montréal ? Trouvable en France, bien sur !
Merci encore.

———————————

Ecrit par : vanedor 20-12 à 14:31

La littérature (française et québécoise) n’est pas beaucoup enseigner au secondaire. C’est la compréhension de texte qui est plus étudiée. C’est plus enseigné au Cégep. (entre l’université et le secondaire).

———————————

Ecrit par : stephanelinda 20-12 à 14:50

Bon ben moi, je peux te donner des infos sur la littérature jeunesse…C’est plus mon domaine

DES AUTEURS JEUNESSE DE REFERERENCE :
Gilles Tibo
Dominique Demers
Ginette Anfousse
François Gravel
Louise Leblanc
Mireille Levert
Danielle Simard
Elaine Arsenault (mon coup de coeur)

Sinon, Tu peux aller voir sur le site de Dominique et compagnie. C’est une maison d’édition Québecoise. Ils ont une section de livre pour niveau primaire que beaucoup d’enseignants utilisent.
Pour les plus agés, ils affectionnent plus particulièrement : ERAGON, AMOS D’ARAGON, SPIDERWICK.

———————————

Ecrit par : josepha 20-12 à 15:57

Mon fils est en secondaire 2e année.
l’année dernière il lisait des livres jeunesse genre Amos d’aragon, Eragon ; cette année, il étudie Les fables de La Fontaine, Albert Camus et bientôt Boris Vian. Cela dépend, je pense, des professeurs et de ce qu ils ont envie de faire lire à leurs élèves. Je ne pense pas qu’il y ait un programme littéraire spécifique comme en France mais çà n’est que mon point de vue.

———————————

Ecrit par : Laurent 20-12 à 16:23

Le lien littérature du site :

www.immigrer.com/page/Culture_Litterature.html

———————————

Ecrit par : Le23aout 20-12 à 16:45

Un des auteurs québécois les plus connus dans le monde, Michel Tremblay, est gai et a écrit plusieurs titres qui ont pour thème l’homosexualité, comme le Coeur découvert (roman), le Coeur éclaté (roman), les Anciennes odeurs (pièce de théâtre), Hosanna suivi de la Duchesse de Langeais (pièces)… Il y a bien sûr d’autres auteurs gais et lesbiens au Québec, mais le fait qu’un des écrivains les plus connus et les plus lus au Québec est ouvertement gai en dit long sur la société québécoise !

———————————

Ecrit par : Pomela 21-12 à 0:00

Hallo

Il ne faut pas oublier les illustrateurs québécois!!! deux des plus grands (à mon avis): Stéphane Poulain ( certains des ses albums sont dispo en France: Mariuse, le vieux Thomas…. et Janice Nadeau( son album La vie bercée avec la poétesse Hélène Dorion est écoeurant et dispo en france aussi, éditon Les 400 Coups). Fil et Julie font aussi un travail intéressant, ainsi que Marie louis Gay,et n’oublions pas Steve Adams avec notamment Le prince et l’Hirondelle, ed. Domnique et Compagnie. qui est une adaptation du Prince Bienheureux d’Oscar Wilde et qui vaut le détour. mais il y en a encore beaucoup d’autres ( je pense à Philippe Béha aussi)

Les maisons d’édition avec un pôle de littérature jeunesse sont nombreuses. Ex: Courte échelle, Domnique et Cie, Boréal, HMH, Québec Amérique, Soulières, Michel Quintin, Pierre Tisseyre, Boomerang, Scholartec, Héritage, Les Intouchables, Erpi, etc…..
Scholastic est trés présent ici, mais n’est pas québécois. Il édite beaucoup de titres pour premiers lecteurs et à bas prix. Les profs se ruent dessus et en oublient qu’il y AUTRE CHOSE que ça, comme des albums ou des romans qui te font vivre autre chose que du didactique et du pédagogique… Oula si je commence à tout expliquer on en a pour des heures, et je risque de faire encore des montées de lait!!!

Le best seller ici, il dépasse même Harry Potter, Amos Daragon,et l’auteur, Brian Perro est québécois. Sinon voici pêle mêle des titres qui fonctionnent pas mal: tu as Les Chroniques de Spiderwick, Chroniques du bout du monde; La série les Chevaliers de la table Ronde, Eragon, Le journal d’Aurélie Laflamme, Chroniques des temps Obscurs, Tobie Lolness, ( à lire impérativement, c’est un véritable bijou, un classique est né!!!!), Fascination, Entre Chiens et Loups, l’affaire jennifer jones, la série CSU, la série l’Ecole des Massacreurs de Dragons, la Série des Noémie, Marie Quatdoigts, Darhan, Pakkal, Léonis etc….il y en a d’autres!!!!

Je te conseille de te rendre dans une librairie, quand tu seras au Québec, pour te faire conseiller, (j’ai dit dans une librairie, pas chez renaud-Bray). J’en connais une excellente à Montréal-j’y travaille… , spécialiste en littérature jeunesse et en BD, je peux te renseigner si cela t’intéresse.

En littérature adulte québécoise tu as Jacques Poulin, Dany Laferrière, Serge Bouchard, Michel tremblay (ah un Ange cornu avec des ailes de tôle , un petit bijou, il s’agit de ses souvenirs d’enfance mêlés à ses spuvenirs de lecture. Son parcours de lecteur-enfant nous est présenté comme une aventure, une découverte, un émerveillement, tout cela lié à des souvenris et des émotions familiales extrêment touchantes!!. il est dispo en France chez Actes Sud). Tu as aussi Gaétan Soucu, Réjean Ducharme, mais je ne les connais pas trés bien. Je sais qu’ils sont importants dans la littérature québécoise et que leur apport à celle-ci n’est pas des moindres.

Pour les prix littéraires il y en a aussi pas mal. Le prix du Gouverneur général pour la littérature québécoise et canadienne. la liste des primés est dispo sur internet. En jeunese il y a notamment Dany Laferrière pour Je suis Fou de Vava, et Le Gros Monstre qui aimait trop lire pour les illustrations (je ne sais plus le nom de l’illustrateur!!)
Tu as plusieurs prix des bibliothéques ou bibliothécaires,
Et il y a le prix des libraires qui est remis à une oeuvre étrangère et à une oeuvre québécoise.

Pour des infos sur ce qui se passe au sein de la litt québécoise et étrangère tu peux consulter www.lelibraire.org. une association qui édite aussi une version papier de son jourbal littéraire. Elle est constituée de libraire et fait patie de l’Association des Libraires du Québec.

Sinon, (si tu habites Paris) je sais qu’il y a à Paris une librairie spécialisée en littérature québécoise mais je ne sais pas où elle se situe!

Ecxuser la longueur du message.
Comme tu sembles aimer la littérature qqes coups de coeur et après promis j’ai fini!!

Une bouteille dans la mer de Gaza,de Valérie Zénatti, ed Ecole des Loisirs, coll médium,
Tobie lolness, De Timothée de Fombelle, éd gallimard
La disparition, Charlotte Gingras, Courte Echelle
Too Much, Seuil
La quête de Despereaux, Kate Di camillo, scholastic
L’Odyssée d’Edouard Toulaine, Kate di camillo, Scholastic
La parfum des filles, Camille Bouchard, Dominique et compagnie

———————————

Ecrit par : Zogu 21-12 à 0:24

Salut, je vais revenir avec quelques titres (peut-être demain) en faisant le tour de ma bibliothèque. Il se produit beaucoup de romans au Québec, dans toutes les catégories. Il y a même de la science-fiction intéressante, mais le roman psychologique et le roman historique sont probablement les deux styles qui se vendent le mieux.

———————————

Ecrit par : stephanelinda 21-12 à 10:37

Le best seller ici, il dépasse même Harry Potter, Amos Daragon,et l’auteur, Brian Perro est québécois. Sinon voici pêle mêle des titres qui fonctionnent pas mal: tu as Les Chroniques de Spiderwick, Chroniques du bout du monde; La série les Chevaliers de la table Ronde, Eragon, Le journal d’Aurélie Laflamme, Chroniques des temps Obscurs, Tobie Lolness, ( à lire impérativement, c’est un véritable bijou, un classique est né!!!!), Fascination, Entre Chiens et Loups, l’affaire jennifer jones, la série CSU, la série l’Ecole des Massacreurs de Dragons, la Série des Noémie, Marie Quatdoigts, Darhan, Pakkal, Léonis etc….il y en a d’autres!!!!

Je te conseille de te rendre dans une librairie, quand tu seras au Québec, pour te faire conseiller, (j’ai dit dans une librairie, pas chez renaud-Bray ). J’en connais une excellente à Montréal-j’y travaille… , spécialiste en littérature jeunesse et en BD, je peux te renseigner si cela t’intéresse.

Bouhhh !!!!!! Ben quoi, ils sont bien les Libraires de chez Renaud-Bray….Surtout les libraires jeunesse

———————————

Ecrit par : pouca 21-12 à 14:08

Merci beaucoup à tous ceux et celles qui ont répondu à ma fringale de lectures, j’ai déjà trouvé quelques ouvrages en bibliothèque, Michel tremblay (j’apprécie déjà son style) et mêmeTobie, qui était présenté dans les coups de cœur des bibliothécaires. Génial, merci ! J’ai aussi pris un Sylvain Trudel, des avis là dessus ?
Je vais aussi me mettre à la recherche des illustrateurs.
Connaissez-vous Claude Ponti ? Excellent auteur-illustrateur français (le meilleur pour moi, et mon fils de cinq ans), mais il joue et invente des mots, très très drôle et je me demandais est-ce que ce serait adapté à un enfant québecois sachant que nous n’avons pas forcément le même vocabulaire (riche des deux côtés mais différent) ? Qu’en pensez-vous, si vous connaissez ?
Ensuite, oui si vous avez d’autres références en jeunesse, je suis preneuse à 100%. Et merci.
Merci aussi de m’avoir corrigé sur le mot Gai, je traduis des romans lesbiens, et j’avoue (mea culpa) avoir laissé échappé des gay par-ci, gay par-là. Je pense demander à l’éditeur si, en France, on peut aussi faire cet effort là, avant de vous rejoindre.
Encore une question, sauriez-vous quelles sont les démarches à faire pour être pubié au Québec ? Même parcours du combattant qu’en France ? Envoie aux maisons d’éditions, passage en comité de lectures…six mois d’attentes et quasi jamais de réponses ? Ou alors un vrai contact humain existe ?
J’étais très heureuse de toutes vos propositions, n’hésitez pas à continuer, je suis gravement dépendante, et puis j’ai l’impression qu’on peut s’intégrer aussi par le biais de la culture, non ?

———————————

Ecrit par : Zogu 21-12 à 15:25

CITATION(pouca @ 21-12 à 14:08)
Encore une question, sauriez-vous quelles sont les démarches à faire pour être pubié au Québec ? Même parcours du combattant qu’en France ? Envoie aux maisons d’éditions, passage en comité de lectures…six mois d’attentes et quasi jamais de réponses ? Ou alors un vrai contact humain existe ?

Le monde de l’édition est aussi impitoyable qu’ailleurs. Tout ce que tu décris existe ici aussi. Au mois quatre à six mois d’attente pour réception et évaluation du manuscrit. Obligation d’utiliser des enveloppes avec port de retour payé… pour espérer recevoir ton manuscrit (rejeté) à travers la tronche avec une note laconique. Délais de publication de l’ordre de 1 à 2 ans souvent. Visibilité pas toujours garantie dans les librairies. Durée de vie courte de ton oeuvre.

Au moins il y a quelques points positifs. Par exemple, possibilité de faire évaluer ton manuscrit dans des clubs de lecture. 90% des manuscrits sont nuls à chier. Certains éditeurs envoient des commentaires constructifs, même si c’est un rejet. Le monde de la littérature est assez accessible; les grands auteurs sont des humains normaux, ils ne se promènent pas uniquement dans des clubs branchés avec des gorilles.

Il se publie beaucoup (trop?) de livres au Québec mais il ne faut pas se leurrer, le marché est plutôt petit. Sans l’aide du gouvernement, plusieurs maisons d’édition fermeraient leurs portes. Les auteurs ne vivent généralement pas de leur écriture. Ils occupent plutôt des emplois compatibles: bibliothécaire (Martine Audet par exemple), directeur de musée (Bertrand Laverdure), traducteur (Louis Royer), sans compter les journalistes pigistes, animateurs de radio (Tony Tremblay), chroniqueurs (Tristan Malavoy-Racine) et rédacteurs.

Il est possible de se faire un nom en publiant tout d’abord dans les revues littéraires. C’est le parcours du combattant, oui, mais il faut « remonter le courant » de la bonne manière. Avoir de l’humilité et reconnaître qu’on a parfois un attachement sentimental à notre « bébé », ce qui nous empêche de le trouver moche. Dans ton cas, il y a l’accès à une communauté ciblée, ce qui facilitera les choses. Tu DOIS te rendre au Renaud-Bray de la rue Sainte-Catherine est (près de la station Beaudry), car c’est l’une des librairies qui tient un inventaire particulier de littérature gay-lesbienne. Identifie les revues, publications culturelles, etc. Et parle avec les gens.

Si ton livre est bon, il sera publié. S’il est mauvais, écris-en un autre.

Ne jamais s’obstiner après trop de refus. Il est trop facile de se dire que les éditeurs sont des cons. Or, les éditeurs représentent les lecteurs; sont-ils des cons eux aussi? Il est parfois nécessaire de laisser mourir un mauvais projet pour en débuter un meilleur. C’est ce que Yann Martel a fait; ça a donné « L’histoire de Pi », considéré comme un chef-d’oeuvre.

Même le grand Virgile, parfois, somnolait.

———————————

Ecrit par : stephanelinda 21-12 à 17:06

Claude Ponti, tu pourras le trouver aussi ici….On parle bien du même : LA REVANCHE DE LILI ou bien LA TRIJOLIE BONJOUR…..
On retrouve d’ailleurs quasiment toute la littérature jeunesse française au Québec.

Pour les illustrateurs, pour moi JANICE NADEAU est vraiment la référence…..très beau travail à l’aquarelle. J’adore
sinon, j’aime bien : Steve Beshwaty, Marie louise Gay avec ses séries Stella et Sacha et pis Fanny, travail interessant……
Mais, j’ai tout de même une préférence pour des illustrateurs français
Pour les auteurs, j’en reviens avec Elaine Arsenault et son personnage Passepoil. Tu peux d’ailleurs le trouver à la FNAC.

Tu écris quel genre ??? jeunesse ???

———————————

Ecrit par : Le23aout 21-12 à 17:09

Il y a aussi une librairie gaie et lesbienne dans le village gai depuis 1 an environ qui s’appelle Serge et Réal Libraires. C’est super mignon et ils invitent souvent des écrivains pour parler. C’est au 1455, rue Amherst près de Maisonneuve.

———————————

Ecrit par : Pomela 21-12 à 22:48

C’est vrai que pour crts ouvrages il y a des termes trés français…ou trop (je me le suis déjà fait dire)
Mais nous sommes dans un registre ici tellement particulier. pas besoin de forcément connaître le sens de chaque mot pour tout comprendre. Le contexte, les illustrations peuvent laisser deviner le sens d’un mot. Quand j’étais petite je ne comprenais pas tout, je passais au-dessus ou je demandais ce que cela signifiait et il me semble que nous sommes tous passés par là.
L’imagination et le rêve n’ont pas besoin de traduction. Et ne t’inquiète pas pour Claude Ponti cela sera apprécié!
( petite interrogation personnelle: quand on me demande la comtesse de ségur, on ne me dit jamais que c’est trop français… ni pour hugo, dumas, juste pour crts auteurs flyés en littérature jeunesse?????)

Ici même démarche qu’en France auprès des éditeurs.

Au fait, autres plaisirs de lecture: Ma vie ne sait pas nager, de Elaine Turgeon. Tout simplement bouleversant. Publiée chez Québec Amérique.
Jeanne Benameur: « Si même les arbres meurent », « Une heure, une vie »
Marie-Sabine Roger: » Les tartines de ketcheup », « A la vie, à la…. », « Attention fragiles »
Maymat Nicole: » Vanille flibustière des Antilles »
Sophie Chérer: » parle tout bas si c’est d’amour »
Audren: » Le poisson qui souriait », » Le paradis d’en bas »
Annie Langlois, « Victorine et la liste d’épicerie »
et un surtout « Les Larmes de l’assassin », Anne-Laure Bondoux
A lire de Jacques Poulin, en liitérature adulte,: » La traduction est une histoire d’amour »
« Ding Dong », Soulières.
« Les conquérants de l’infini », Lemeiux, Courte échelle.
et je découvre en ce moment l’auteur Michel Noél, « L’homme de la toundra », « La ligne de trappe »

et tjs plein d’autres!!

ah j’oubliais, » Ma maman du phtomaton », de Yves Nadon, aux 400 coups
et la série des soeurs taupes chez le même éditeur!!!
et aussi (promis après j’arrête!)
Les albums de Domnique Demers: « Le Zloukch », « Zachary et son Zloukch », et « Le Gloubilouache », ed. 400 coups
et un dernier pour la route: Nul poisson où aller, ed. 400 coups

———————————

Ecrit par : licorne 22-12 à 12:13

Je reprends mon vrai pseudo (je partage mon ordinateur !) et vous remercie de vos nouveaux renseignements.
En fait, je traduis des romans lesbiens, mais je n’en écris pas, je voulais juste en connaître d’auteur(e)s québecois, car je suis un peu blasée des anglophones (surtout US), dans lesquels la trame n’est pas d’une grande originalité. Et en France, ils se veulent trop intellectuels, et sont gonflants à souhait !
Je ne désirais pas froisser qui que ce soit en demandant votre avis sur le cadeau d’un Ponti (vous avez vu juste sur les albums) à une petite québecoise, j’adore votre vocabulaire et le notre, mais je ne voulais pas dérouter une petite fille avec des termes qu’elle pourrait mal interpréter. Je trouve qu’on devrait s’enrichir de nos deux langues et non chercher à savoir qui le parle le mieux.
Qu’on trouve que les classiques ne soient pas qualifiés de » trop » français, n’est pas étonnant, ce sont des bases aux contrées francophone, en Afrique ils les lisent aussi sans émettre de critique, bien que je pense qu’il ne faille pas seulement se cantonner qu’à ça. La littérature contemporaine du pays est aussi importante. C’est pour cela que je voulais savoir ce qu’ils enseignent aux ados, si c’est trop classique ; personne n’accroche, mais s’il y a un bon mélange des genres, là on se sent vivre et impliquer dans la littérature.
J’écris des nouvelles, c’est encore plus dur à vendre !
J’ai encore trouvé de nombreux titres de vos conseils à la Fnac (désolée ce n’est pas une petite librairie, mais j’y ai de sacrés réductions !), et je vous remercie de me permettre de m’immerger dans la vie de votre pays.
Est-ce que quelqu’un saurait s’il vaut mieux que je fasse ma demande d’immigration en tant que traductrice/correctrice ou libraire ? Je fais les deux pour vivre. Merci…j’adore les sujets dans lesquels il n’y a pas de querelles !

Vos recherches:

  • citation sur la litterature quebecoise
  • la disparition auteur charlotte gingras personne qui a lu ce livre
  • littérature jeunesse québécoise
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
Haut

Bienvenue au Canada