Les couples franco-québécois - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Les couples franco-québécois

Les couples franco-québécois

Les couples franco-québécois

Ecrit par: Jul044 20-01 à 15:56

Salut

un peu d’amour dans ce monde de brutes comme dirait l’autre….

Alors dites moi, cela va faire un an que je suis avec une québécoise, nous nous aimons et otu va bien.
Mais voilà on souvent des problèmes pour se comprendre (moi ça me fait rire) et je me demande si c’est pas lié à la différence culturelle. De plus j’ai rencontré des québécois(e)s anciennement marié(e)s ou en couple

Bref…tous ceux que j’ai rencontrés en couple franco-québécois n’ont pas fonctionné. je ne m’inquiète pas pour mon couple, loin de là mais pour vous comment ça se passe ??? y a t il de la difficulté de compréhension, de culture ou autre ???

————————————–

Ecrit par: boreon 20-01 à 16:17

Salut,
c’est sûr que ce sont deux cultures différentes,mais pourquoi les couples mixtes dans ce sens là marcheraient moins bien que d’autres métissages?

————————————–

Ecrit par: Zogu 20-01 à 16:21

Nous avons un couple d’amis qui est culturellement mixte comme cela: le gars est Québécois et la dame est Française. Ça fonctionne très, très bien pour eux, même qu’ils ont eu deux enfants, deux superbes petites filles.

Le gars est un ex-photographe qui est actuellement en réorientation de carrière après avoir eu des problèmes de santé (à cause des produits de labo), il adore la radio et la musique. La dame est d’origine bretonne, elle est traductrice dans une grosse boîte et s’intéresse au jardinage et à la nature. Tous deux sont plutôt écolo, presque végé, et habitent le Plateau.

Bref à partir du moment où il y a des valeurs et des intérêts partagés, ça a des bonnes chances de fonctionner.

————————————–

Ecrit par: Demetan 20-01 à 16:23

Chez moi pas de problème. Mon chum est Français mais d’origine vietnamienne, il a donc déjà dû s’adapter en arrivant en France (vers l’âge de 7 ans, mais ne parlant pas français). Maintenant il parle évidemment français avec l’accent et tout, au téléphone on ne le prend pas pour un Vietnamien mais un Français. Il n’a pas reçu une éducation franco-française, ayant été élevé par ses tantes à la vietnamienne, je sais pas si ça joue. Pour ma part, j’avais avant de le rencontrer suffisamment voyagé pour avoir déjà été confronté au choc des cultures et de la langue, donc je me suis rapidement adaptée, en fait ça n’a jamais été un problème! On a découvert chacun de notre côté des expressions, qu’au fil du temps on a adopté sans même sans rendre compte. Mon chum a même eu un choc la première fois qu’il a sacré en se cognant le pied, au lieu de bordeldemerder (même si moi je ne sacre pas vraiment!

C’est sûr qu’au début y’a quelques petites incompréhensions qui peuvent mener à de joyeux quiproquos, mais en général, chez nous, ça s’est désamorcé assez rapidement, et dans la bonne humeur!…

————————————–

Ecrit par: AugustClo 20-01 à 16:31

J’ai parlé avec des Québecois qui m’ont raconté les problèmes que eux ou leur ami(e)s rencontraient dans leur relations avec des Francais et souvent c’etait la meme chose plus ou moins: leur fermeture d’esprit, leur manque de communication “reelle” (on evite les sujets un peu “taboo”)…

Je ne pense pas que le fait d’etre fancais avec quebecois pose un probleme particulier, apres ca depend des gens… mais deja si tu avais un projet d’immigration avant de rencontrer ta belle c’est que tu te sens plus proche de la mentalite quebecoise que francaise non?

Si tu veux tout savoir (enfin pas tout tout non plus ) mon chum est Québecois… anglophone Alors a la difficulte de comprehension due a la culture on ajoute la difficulte de comprehension du a la langue (oui, anglophone, pas bilingue 😉 et moi non plus ) pourtant on a deja un peu vecu ensemble pendant que j’etais au Canada et ca s’est tres bien passe…. meme mieux qu’avec l’ex avec qui j’avais habite

Il faut juste etre conscient tout les 2 qu’on est totalement different niveau culture, que l’on n’a pas les meme valeurs qui nous ont ete inculquees et que forcement il y aura parfois des “derapages” (des choses dites pas pour vexer mais qui feront mal, des comparaisons a la France mal placees: au debut quand je disais que quelque chose etait mieux en France mon chum tirait une tronche dde 10m de long en me disant que je parlais de la France comme si c’etait le paradis… Un peu de communication, de remise en question et c’est passe, j’ai dorenavant le droit de vanter la France sans qu’il le prenne mal (je lui ai simplement fait remarque que je vantais certains point de la France comme j’en critiquais d’autres et que je faisais de meme avec le Canada car je suis bien consciente qu’aucun pays n’est parfait mais que chacun a ses qualites )

Au final, je crois qu’il faut simplement etre conscient que des choses comme cela arriveront et ne pas les laisser s’envenimer, parler des qu’on sent que quelque chose ne va pas, en profiter pour expliquer notre culture, pourquoi on pense ca…. faut etre ouvert d’esprit, pret a revoir ses valeurs, les choses qui sont ancrees au plus profond de nous comme des verites vrais car on nous l’a toujours dit…et surtout prendre cela comme une occasion de decouvrir une autre culture et de faire partager la notre…

Un couple multi-culturel sera a mon avis un couple riche s’il sait s’ecouter et tirer profit des conflits plutot que de les laisser le detruire….

————————————–

Ecrit par: totof06 20-01 à 16:47

Je suis marié à une Québécoise depuis le 31 octobre 1998 et nous venons d’avoir notre premier enfant le 30 décembre dernier. Je pense que l’on peut dire que notre couple fonctionne bien…

Bien sûr, comme dans tous les couples, il y a des “prises de becs”… Mais cela ne dure jamais bien longtemps… Ce qui nous aide je pense, c’est que ma conjointe a vécu en France 6 ans et qu’à présent je suis au Québec depuis 1.5 an. Ainsi, nous connaissons tous les deux la culture et le pays de l’autre : les échanges se font dans les 2 sens et pas à sens unique.

Au début, alors qu’elle venait de s’installer en France, bien sûr, il y a une phase d’adaptation avec des malentendus surtout liés aux expressions et au sous-entendus à connotation culturelle. Ce n’est pas parce qu’on parle la même langue qu’on fonctionne pareil. Mais, en faisant preuve de communication, on vient à bout de tout…

————————————–

Ecrit par: zohra 21-01 à 10:26

c’est sûr qu’il y a des différences culturelles évidentes,mais c’est la personnalité qui compte avant tout.
personnellement, ça n’a pas marché avec mon ex franco-québécois,mais ça n’a rien à avoir avec la culture étant donné qu’il me paraissait souvent beaucoup plus français que québécois lol c’était un problème de communication à un autre niveau.mais avec le recul,je me demande parfois si les soucis de communication que je lui reprochais n’étaient pas en fait un clash culturel…

manque d’ouverture d’esprit…sujets tabous..c’est nous ça, les françaises c’est une bonne occasion pour faire un peu d’introspection….peut-être..que c’est vrai après tout….

en tout cas je verrai bien sur place comment ça se passe avec les québécois.

————————————–

Ecrit par: milla 21-01 à 10:33

slt

alors je susi dans la meme situation que toi mon chum est quebecois et moi belge …

disons que notre couple marche super bien mais il est vrai que nous avons des petites chamailles a cause de leur expressions, vocabulaire et la facon de reagir…

il faut pas avoir peur de lui expliquer ton fonctionnemnt et comment ca fonctionne ds ton pays ta culture , …; une chose qui peut etre vraiment favorable c est qu’elle vienne ds ton pays voir tes racines et suite a cela elle comprendra mieux

car on a beau dire mais elle ou lui ds mon cas perde rien , c’est ton reve chanagement de culture d’ami, de vivre, et c’est pas facile car parfois ils ou elles ne comprennent pas que parfois on a des coups de cafard, de moral, ect….

n’hesite pas a beaucoup dialoguer car c’est important afin que vous vous compreniez et lui montrez pourquoi pas a travers des livres films notre facons de vivre afin qu’elle puisse mieux te comprendre et vise versa

————————————–

Ecrit par: Maxwell 21-01 à 15:01

A discuter souvent avec des couples franco-québécois j’ai souvent remarqué que les problèmes d’affrontements culturels étaient plus importants et/ou plus nombreux lorsqu’il s’agit d’un français avec une québécoise que d’une française avec un québécois…

à tort ou à raison ? je ne sais pas…
Pour quelles raisons ? je ne sais pas…

En tout cas c’est un sujet intéressant.

Je lis un peu plus haut que les françaises (donc moi y compris) font preuve souvent d’un manque d’ouverture d’esprit et de tabous… C’est intéressant à savoir.

Bon alors je vais commencer une introspection puisque moi aussi je suis dans le cas d’un couple québécois+française.

————————————–

Ecrit par: ulysse 21-01 à 15:07

je suis marié à une Québécoise et effectivement il peut y avoir des malentendu culturels et des différences de vocabulaire, mais ca se passe bien. Dans notre cas chacun a envi de connaître la culture de l’autre, de prendre la nationalité de l’autre, et on a décider de vivre un peu dans les 2 pays. tant que dans ton couple il n’y en a pas un qui veut te “déculturé” et qui comprend ton point de vue, ça roule.
Evidemment avec un Québécois anglophone c’est plus dur, vu qu’ils vraiment d’une autre culture et qu’une frontière pas mal hermétique sépare les 2 communautés.

————————————–

Ecrit par: Zogu 21-01 à 15:49

Je lis un peu plus haut que les françaises (donc moi y compris) font preuve souvent d’un manque d’ouverture d’esprit et de tabous… C’est intéressant à savoir.

Souvent c’est la question du féminisme qui cause problème.
Le féminisme français est plus militant et agressif, alors que sa contrepartie québécoise est plus pragmatique.
Forcément ça peut teinter les rapports homme-femme… ainsi que les rapports d’amitié femme-femme.

Une de mes amies québécoise se faisait traiter de “salope” et de “traînée” parce qu’elle faisait des blagues de sexe, en France. Semble-t-il que ça ne se fait pas là-bas, ou encore que les filles qui en font sont des maniaques sexuelles. Au Québec eh bien, les filles ne se gênent pas pour en faire, ce n’est pas l’apanage des gars.

Enfin l’incompréhension semble être importante de ce côté-là.

————————————–

Ecrit par: ulysse 21-01 à 21:06

oui tout a fait. les Québécoises en parle beaucoup plus et plus ouvertement. par contre certains comportements sont toléré en France et passe pour du harcèlement ici. Ce qui change un peu la donne quand a la technique de drague. Mais on a déjà eut un long fil houleux la-dessus, alors ne relançons pas la discussion

————————————–

Ecrit par: cherry 22-01 à 1:27

Mon opinion: pas évident, pas évident du tout. Sauf pour les Français qui ont bien embrassé notre culture et bien cerné les différences, particulièrement en ce qui concerne les femmes, il y a constamment des quiproquos et c’est chiant à la longue de devoir s’expliquer, encore plus en début de relation car fragile. C’est ce qui arrive en ce moment avec le mec français que je vois. Parfois, j’ai l’impression que la femme idéale pour lui doit être belle et se taire, l’esprit étant l’apanage des hommes. Face à ses remarques paternalistes, j’ai envie de hurler… et il le sait. Et je n’ai pas trop envie de me battre pour des choses qui sont acquises ici depuis longtemps, qui sont des évidences. Ça m’énerve. Quand ça arrive (pas trop souvent, heureusement! ), on apprécie vraiment les hommes québécois et on fantasme presque à l’idée d’en fréquenter un, n’importe qui, histoire de goûter à nouveau aux rapports simples et naturellement égalitaires…

Eeeeuh, c’était ma façon toute personnelle de dire que finalement, il y a une période d’ajustement qui est nécessaire, les rapports homme-femme étant TRÈS différents ici. Sur ce, je retourne à mon noinj et espère que tout ceci n’est que le fruit de ma fertile imagination… sous influences.

————————————–

Ecrit par: Curieuse 22-01 à 3:24

“Parfois, j’ai l’impression que la femme idéale pour lui doit être belle et se taire, l’esprit étant l’apanage des hommes.”

Ben c’est drôle, mais des fois j’ai l’impression que ce genre de mentalité est aussi perceptible sur le forum. Il y a comme une gêne quand une femme réponds…C’est comme si c’était pas naturel et un peu déplacé… à la limite, y’en a que ça choque…

Ben coudonc, va falloir qu’ils s’habituent..

————————————–

Ecrit par: Ximeris 22-01 à 3:45

Cela fait presque 7 ans que je suis avec un québécois. Je ne pense pas qu’on ait eu du mal à se comprendre. La seule chose qui l’a choqué au début ce sont mes expressions qu’il trouvait (et qu’il trouve toujours je pense) un peu vulgaires. Je viens de Marseille donc les Pu**** se trouvent quelque fois dans mes phrases

A part ça, tout va bien. Le fait d’avoir vécu un an au Québec et que lui soit maintenant en France a peut-être aidé, je ne sais pas.

————————————–

Ecrit par: Jul044 22-01 à 4:57

Justement moi c’est l’inverse. Ma blonde québécoise est belle et se censure elle-même !!! Lors de problèmes, elle préfère faire “l’autruche” plutôt de s’exprimer et de débattre. Comme je lui dis je ne recherche pas le conflit mais je souhaite avoir son opinion.
Elle ne veut pas se mettre en désaccord avec personne et du coup, moi je traduis ça par un manque de caractère. J’ai plutôt un fort caractère comme le reste de ma famille (ma mère et soeur aussi) et je ne suis pas habitué à ça.
Alors effectivement elle est vraiment plus ouverte d’esprit, plus drôle et n’hésite pas à dire des choses qui pourraient choquer car c’est de l’humour hard parfois mais en même temps ben elle n’ose pas dire son opinion de peur de créer le conflit.
Mais il y a beaucoup d’amélioration depuis quelques mois car un dialogue constant permet justement ce changement.

————————————–

Ecrit par: buffy123 22-01 à 10:06

bonjour

moi je suis québécoise marier a un francais cela va faire bientot 7 ans que nous sommes marier et avons un fils de 5 ans je vis en france depuis que noàus nous sommes connu mais moi je revien en mars et lui vien me rejoindre en juin nous on c ets tout le temps compris le pourquoi je sais pas c ets plus avec ses parents que cela a été dure mais pas grave c est bientot fini mais on s aime et parle beaucoup je me suis habituer a la vie d ici comme lui va le faire pour le québec mais lui c ets son reve de venir et moi c etais mon reve de connaitre un peu la france aussi alors p-e pour ca que ca c ets bien passer…c ets sur des choses pas toujours facile mais comme tous le monde la dis faut en parler et dela a dire qu ici la femme ne dois pas parler c ets pas comme ca avec mon mari en tout cas se qui ma choquer mo plus c ets qu il faut etre tres mince ici en france comme moi je suis ronde je n arrive pas a m habiller alors que c est plus facile au québec sinon je suis toujours autant en amour avec mon ptit francais lol et cela va mieu qu avec un québécois que j ai été 10 ans avec….bon j arrete je sais pus quoi je dis

————————————–

Ecrit par: Zogu 22-01 à 12:50

Justement moi c’est l’inverse. Ma blonde québécoise est belle et se censure elle-même !!! Lors de problèmes, elle préfère faire “l’autruche” plutôt de s’exprimer et de débattre. Comme je lui dis je ne recherche pas le conflit mais je souhaite avoir son opinion.

Ça ce n’est pas une question de femme, c’est une question de nationalité! Dans une discussion animée (lire conflit, engueulade ou mésentente), les québécois ont souvent tendance à vouloir terminer le conflit le plus rapidement possible, ou encore à trouver un terrain d’entente.

J’ai l’impression que dans certaines cultures, le but d’une discussion est de déterminer QUI aura raison (ou QUI aura le dernier mot). Pour les Québécois, l’enjeu est plutôt de trouver un terrain d’entente ou un compromis.

————————————–

Ecrit par: peanut 22-01 à 13:25

Tout à fait d’accord avec Zogu!

Je le vis moi aussi avec mon chum français qui a tendance à argumenter juste pour avoir raison…dans ce temps là, j’aurais presque envie de le retourner en France! De toute façon, on voit plusieurs spécimens ici sur ce forum…

————————————–

Ecrit par: cherry 22-01 à 14:19

(AugustClo @ 22-01 à 5:12)
Autant je suis d’accord sur le fait qu’un immigrant doit s’adapter a la culture de son nouveau pays pour s’integrer dans sa job, et dans le quotidien, etc… autant je ne suis pas d’accord sur cette phrase!!!! Un couple c’est 2 personnes, les 2 ont choisi d’etre ensemble et les compromis sont a faire par les 2 parties!!!! Ton chum est francais, tu t’es mise avec lui en connaissance de cause et tu ne peux pas lui demander de renier sa culture Ce n’est pas a lui de toujours faire des efforts pour s’adapter a la tienne, vous etes un couple et c’estegalement a toi de s’adapter un peu a la sienne, c’est une preuve de respect et d’amour a mon avis . Comme le disait totof06, ce qui fait qu’un couple multiculturel fonctionne c’est que l’echange fonctionne dans les 2 sens… sinon il y en aura forcement un de malheureux

a toutes les 2 je repondrais donc qu’une petite remise en question et qu’un peu d’eau dans son vin n’ont jamais fait de mal a personne

T’inquiètes, je sais qu’il en aurait à dire lui aussi et que j’ai moi aussi à m’adapter. Or, je connais la mentalité française plus que lui connaît la mentalité québécoise, car il n’est pas mon premier chum français. Et je ne lui demande pas de renier sa culture, mais bien de tenter de comprendre la mienne.

De toute façon, j’étais amer quand j’ai écrit mon truc hier… et il s’est bien racheté le bougre! Ouf, encore!

————————————–

Ecrit par: AugustClo 22-01 à 14:22

J’en connais des comme ca qui veulent toujours avoir raison et que c’est penible Par contre, je dois avouer que certaines personnes (pas forcement quebecoises) sont assez penibles a ne pas vouloir se mouiller dans les debats: parfois on cherche simplement a connaitre leur point de vue pour peut etre changer le notre, mais elles se braquent soit en ne disant rien, soit en donnant son point de vue mais sans vouloir en debattre! Resultat: ben on reste sur notre faim avec chacun son point de vue et sans etre vraiment capable de comprendre celui de l’autre et donc de peut etre changer le sien

————————————–

Ecrit par: Zogu 22-01 à 14:45

Oui moi aussi j’ai ete choque par ca: les femmes qui crient sur leur mari comme sur un gamin et le mari qui se laisse faire sans broncher

Ça, c’est parce que tu ne remarques pas les gars qui font la même chose avec leur blonde… On voit encore trop souvent au Québec des gars qui infantilisent leur femme ou leur blonde, qui ont toujours raison, qui les traitent de niaiseuse en public, etc.

Que veux-tu, ça existe dans les deux sens — mais ce qui choque le plus, curieusement, c’est quand les rôles “traditionnels” sont inversés. Ouvrez-vous les yeux et sortez des clichés…

————————————–

Ecrit par: Jul044 22-01 à 16:46

Je reconnais que je cherche à avoir raison…mais je reconnais aisément mes tords.

Par contre en le fait de vouloir s’imposer ou avoir raison, est ce culturelle ou une question de nationalité, je doute quand même.

Je demande pas le gros débat avec engueulade puisque nous tombons souvent d accord. par contre comme AugustClo, je trouve que c est chiant d être avec des gens ayant une opinion, mais qui se mouille pas pour la faire entendre.

Là ou Zogu voit que c est la façon de terminer rapidement un conflit ou encore trouver un terrain d entente (ce que m’explique parfois ma copine), ben moi je vois qu’on vous marche sur les pieds que vous faites rien. mais c est pareil ça s’applique pas à tous les québécois, mais beaucoup que j’ai rencontré.

Faut pas se laisser marcher dessus !! non ??

————————————–

Ecrit par: peanut 22-01 à 18:34

oui, mais on choisit ses combats…là est la nuance!

————————————–

Ecrit par: Zogu 22-01 à 18:42

Quand tu t’engueules constamment avec une personne qui ne connaît pas le compromis… alors le mieux est d’aller voir ailleurs!!!

Ce n’est pas une question de se laisser marcher dessus, c’est juste d’être deux adultes matures. Y’a des couples qui ont compris ça, toute origine culturelle confondue.

Là ou Zogu voit que c est la façon de terminer rapidement un conflit ou encore trouver un terrain d entente (ce que m’explique parfois ma copine), ben moi je vois qu’on vous marche sur les pieds que vous faites rien. mais c est pareil ça s’applique pas à tous les québécois, mais beaucoup que j’ai rencontré.

Pauvre petit mâle qui se sent attaqué dans sa virilité.

————————————–

Ecrit par: ulysse 22-01 à 22:53

oui c’est tout a fait vrai. mais si tu regarde du point de vue du français, c’est souvent très frustrant de voir qu’on peut difficilement débattre d’une idée parce qu’en face on se tait. Enfin moi ca me gène parce qu’on est constamment formé en France pour défendre le pour et le contre de chaque chose. Notre scolarité est basée la dessus.
Je dirai que c’est la différence n°1 dans nos 2 cultures ce point ci !
Mes longues soirées de débats me manque parfois…

————————————–

Ecrit par: Tartine 22-01 à 23:36

Ben moi, c’est une des choses qui fait que je me sens chez moi ici… pas de grands débats où on s’engueule juste pour le plaisir de l’argumentation! Mais il faut dire que je viens d’un pays où on cherche en général plus le consensus que la bagarre.

Et puis, j’ai eu quand même pas mal de discussion avec des Québécois… j’ai quelques collègues qui aiment bien argumenter de temps en temps, juste pour le plaisir de la discussion. Bon, vous allez me dire qu’ils ne sont pas typiques… sont des “pure laine” pourtant!

————————————–

Ecrit par: Jul044 23-01 à 5:55

Quand t es face à une personne ne connaissant pas le compromis tu fais quoi ?? Ne pas répondre est parfois preuve de maturité pour ça je suis d accord mais de là à s’écraser non.
Ce que dit Ulysse par rapport au fait que notre scolarité est basée sur le débat est un peu vrai. On nous apprend à débattre à exprimer nos opinions et à savoir les défendre. donc quand on m’attaque sur des sujets pour lesquels je reviendrais pas sur mes positions ben je réponds. Maturité ou culture, telle est la question ???

————————————–

Ecrit par: peanut 23-01 à 12:03

Oui, mais j’ai l’impression que vous confondez le fait de défendre votre opinion sur des sujets qui en valent la peine avec le fait d’avoir toujours raison pour des sujets inutiles…lisez le forum, je le répète, il y a plein d’exemples…

Quand j’ai écrit plus haut, qu’ici on choisit ses combats, ça veut dire que lorsque c’est le temps de défendre son opinion, on va le faire, mais si on ne maîtrise pas le sujet en question, on va se taire plutôt que de dire des faussetés…

Mon dieu! que vous êtes pas reposants parfois!

————————————–

Ecrit par: Inukshuk2403 23-01 à 12:40

Dans mon cas, rien de bien spécial, quelques prises de becs, ou plutot de chamailleries des fois dues à la culture, ou à l’orthographe et grammaire, mais cela reste dans le normal vue nos origines différentes.

Il est certain qu’il peut y avoir une multitudes de critères qui peuvent influencer, comme le fait d’avoir vécu en France avec la conjointe au préalable, ou d’avoir vécu au Québec seul avant d’être en couple et de connaitre déja le pays, la culture les mentalités et que ca ne soit pas une découverte totale.
Il peut y avoir plein d’autres choses et chaque expérience étant relativement unique.

————————————–

Ecrit par: cherry 23-01 à 12:41

Ce que dit Ulysse par rapport au fait que notre scolarité est basée sur le débat est un peu vrai. On nous apprend à débattre à exprimer nos opinions et à savoir les défendre. donc quand on m’attaque sur des sujets pour lesquels je reviendrais pas sur mes positions ben je réponds. Maturité ou culture, telle est la question ???

On vous apprends surtout à étaler votre “savoir” et à faire le paon, à vous prendre la tête à voix haute pour tout et rien. Et parfois, c’est franchement lourd…

Pour revenir au sujet initial, un exemple concret de ce que je veux dire quand je parle des différences culturelles:

Je suis allée à un souper avec mon copain français (un autre que celui que je vois en ce moment). Étaient présents trois hommes et trois femmes dont moi. Ce sont tous des Français. La dynamique qui s’est installée: les femmes parlaient chiffon et déco entre elles et les hommes parlaient politique en fumant le cigare et en sirotant un porto. Or moi, ça m’emmerde de parler chiffons et j’avais envie de parler avec les hommes. Le hic, c’est que je ne sentais pas que j’étais la bienvenue dans la discussion, car les hommes sont “sérieux” quand ils discutent… Même en suivant leur discussion (me fermant volontairement au blabla insipide de mes consoeurs) et en ajoutant mon grain de sel, j’avais l’impression de parler dans le vide et de les déranger! Heureusement, mon copain, que je salues pour sa grande perspicacité, a fini par comprendre que je me faisais chier et m’a offert des puffs de son cigare (car l’hôte n’en a offert qu’aux hommes, naturellement).

Je ne suis pas la seule à avoir eu ce malaise lors d’une soirée. J’ai une copine québécoise qui est allée à un mariage en France et elle a subi le même genre de dynamique, mais à la puissance 10 car beaucoup plus de convives. Au Québec, les deux sexes se mélangent plus naturellement dans les soirées sans qu’on y voit là une quelconque ambiguïté. Et quand une femme parle, on l’écoute, son opinion est aussi valable que celle d’un homme, il n’y a pas de hiérarchie. Je ne dit pas que les Françaises n’ont pas le droit de s’exprimer ou ne prennent pas ce droit, mais il y a une espèce de loi non-écrite et insidieuse qui persiste dans vos rapports et qui dit que la pensée de l’homme est plus noble, plus valable, et qu’elle mérite plus d’être exprimée… et entendue. Et quand une femme tient un discours relevé, on la considère comme exceptionnellement intelligente, voire carrément masculine. C’est du moins ma perception. Vous pouvez me taxer de féministe frustrée qui voit du machisme partout, je m’en fous. Un fait demeure: les traditions sont difficiles à changer, ici comme ailleurs. Or, plus le pays est vieux, plus les traditions sont lourdes. Les Québécoises ne sont pas plus libérées que les Françaises, elles sont plus libres point.

————————————–

Ecrit par: Jeff 23-01 à 12:44

Ce débat est intéressant. Lors de mon séjour au Québec, j’avais un peu ressenti aussi que la recherche de compromis est plus présente.

Malgré tout, ce qui a été dit ne s’applique pas du tout à mon couple…. non pas qu’il soit un exemple, c’est juste pour raconter mon expérience.

Ma copine est canadienne, elle vit à Montréal depuis 6 ans mais est originaire de l’Ontario. Elle est bilingue et nous échangeons en français. Cependant même si parfois cela crée des incompréhensions, ça n’a jamais été une source de problèmes, au contraire c’est plutôt de la découverte.

Je pense qu’elle est la championne de l’argumentation, quand elle a une idée, elle veut toujours avoir raison et aller jusqu’au bout, je ne sais pas si c’est dû à son éducation, ses études ou son travail (un peu des 3 je pense) mais elle ne rentre pas du tout dans l’idée de la personne qui laisse faire.

Moi je suis un peu pareil mais depuis que je suis avec elle, j’ai mis un peu d’eau dans mon vin et j’ai justement appris plus le compromis sans quoi ça pourrait être fatigant.

Alors bien sur c’est pas toujous facile (surtout à cause de la distance) mais ça marche quand même. Ce qui nous réunit, ce sont nos goûts et nos valeurs communes je pense, parce que nous somes différents par nos caractères et par notre culture, mais nous avons une vision et des aspirations communes. Alors bien sur nous avons aussi des idées différentes sur plein de sujet, heureusement sinon on s’embeterait.

Pour finir je dirai que c’est plus dur pour elle de s’intégrer à des français que pour moi m’intégrer avec des canadiens. Je ne sais pas pourquoi, elle a pourtant plusieurs amis français mais lorsqu’elle vient en France avec moi, elle a toujours un peu d’appréhension à passer des moments qu’avec des français, certainement parce qu’elle a peur de ne pas tout suivre mais j’essaie de toujours faire attention à ce qu’elle puisse comprendre.

En france, je pense que la commnunication est moins directe et plus implicite, l’humour plus sarcastique alors c’est pas évident pour un canadien même s’il parle français.

————————————–

Ecrit par: Jeff 23-01 à 13:02

Mais s’ils ne t’invitaient pas à leur discussion, s’ils t’ont exclus, ce n’est pas parce que ce sont des HOMMES FRANCAIS, c’est parce que ce sont des HOMMES STUPIDES

————————————–

Ecrit par: cherry 23-01 à 13:11

L’hôte en tout cas était très paternaliste avec sa blonde, au point où j’ai craqué et lui ai fait remarqué… ce qu’il n’a pas du tout apprécié. Tant pis…

————————————–

Ecrit par: petiboudange 23-01 à 14:03

Après les sages paroles d’autres, je me permets de glisser mon expérience, puisque c’était le thème du fil et que celui-ci je peux y répondre( je ne me sentais pas visée par les propos de Cherry, car je pense comme elle, mais j’apprend à soigner ce défaut ):

Mon chum est québécois et vit avec moi en ce moment en France. Je l’ai rencontré au Québec et cela maintenant un an qu’on est ensembles. On a connu l’environnement de l’autre et je pense que ça aide pas mal à la compréhension.
Y a parfois des points de divergences, mais bizarrement pas culturelles, non plutôt du domaine quotidien: il a pas fait un truc que je lui avais demandé, j’ai oublié quelque chose de mon côté. Bref des choses que la vie de couple amène et qui ne menace en rien notre histoire.
Puis y a aussi eu une petite crise à son arrivée en France. La séparation de quelques mois nous a renforcé MAIS on avait repris la sale habitude d’être seul et on se retrouvait soudain à deux…
Et là on s’est rendu compte que notre éducation y jouait. Là où je laissais paraître mon ressentiment et ma colère (toute italienne, merci maman ), lui fuyait le combat et préférait attendre la fin de l’orage (maudite circonspection )…sauf que ça me mettait encore plus en rogne parce que j’avais la fausse, maintenant je le sais, impression qu’il se contrecarrait tout sec de ce que je disais…
Bref, c’est peut-être plus au niveau comportemental que cela peut coincé…Encore que maintenant il l’a bien cherché: il m’a avouait que pour rien au monde il ne pourrait aimer une québécoise (vous z’êtes apparemment sacrément compliquées ), et encore moins après avoir trouvé sa petite italo-vietnamienne

Comme on dit tout ce qui ne tue pas rend plus fort…Nos différences ont donc renforcé notre couple. Et nous a aussi changé. C’était quelqu’un de très calme, de discret, qui parlait peu et très doucement. Un grand solitaire, ou un grand timide. Aujourd’hui il est plus sociable, parle plus, ose faire des jeux de mots et d’esprit en présence d’inconnus, il dit ce qu’il pense et fait fi de tous les regards qui autrefois semblaient le terroriser.
De mon côté je lui ai piqué son calme et sa patience, j’ai appris à mettre de l’eau dans mon vin…
Et à nous deux nous formons un beau couple de tannants qui fait des jeux de mots, envoies de piques gentillettes et cherche toujours le rire là où d’autres brandissent de la violence…

On pourrait reprendre à notre compte l’hymne des anges de Werber: “L’amour pour épée, l’humour pour bouclier”
C’est NOUS

————————————–

Ecrit par: Zogu 23-01 à 14:22

Ben lààààà Petiboudange… qui peut se battre contre le charme italo-vietnamien! C’est déloyal pour tout le monde!!!!

————————————–

Ecrit par: Monika 23-01 à 14:23

coucou…
ben moi je vis depuis un peu plus d un an avec un quebecois et c est vrai que parfois on a du mal a se comprendre…
Il est certain que meme si notre style de vie est plus que proche il existe quand meme des difference culturelles.
Certains mots n on pas la meme signification tout comme l intonation de la voix.
En tout cas ca ne veut pas dire pour autant qu on ne peut pas vivre ensemble…!!!! …
Regarde….nous…bebe est prevu pour Aout et j ai hate de partir definitivement au Quebec…!!!

En tout cas beaucoups de bonheur a tous les couples franco-quebecois…
A tres bientot…

————————————–

Ecrit par: Zogu 23-01 à 14:35

Certains mots n on pas la meme signification tout comme l intonation de la voix.

Ça c’est un thème qui ne ressort pas souvent mais oui, le ton de voix est différent d’une culture à l’autre, et ça peut être très déroutant.

J’ai remarqué que les hommes Français semblent être très blasés quand on leur raconte quelque chose, comme s’ils s’emmerdaient. Ce que j’appelle le “ouais ouain bof”. Pour les Québécois cette manière de faire est incompréhensible et même irrespectueuse… puisque nous avons tendance à montrer un certain enthousiasme face à ce que les autres disent, enthousiasme parfois un peu artificiel je dois avouer.

Du côté des Françaises, j’ai eu beaucoup de difficulté d’approche, on dirait qu’elles s’attendent toujours à se faire draguer. Ça peut devenir lourd — impossible de parler à une touriste sans se faire répondre une vacherie, genre “Je t’ai pas sonné alors dégage pauv’ con!” alors qu’on leur demande simplement si elles ont besoin d’aide. Or le Québécois a tendance à vouloir que tout le monde soit heureux, alors il ira spontanément vers les gens qui ont l’air perdus!

C’est vraiment le choc des cultures et ça se voit autant dans les intonations que dans les comportements qu’on attend chez l’autre.

————————————–

Ecrit par: peanut 23-01 à 17:25

Mon dieu zogu! Je n’en reviens pas de ta perspicacité!

J’ai toujours eu cette impression avec mon chum français…juste qu’à ce qu’il m’explique que ce soit le contraire: il m’écoute vraiment! hihihi! Mais c’est vrai que c’est déroutant pour un(e) québécois(e) cette façon d’agir…surtout que dans mon cas, je suis très expressive! Et je dois avouer qu’au début de notre relation, je le trouvais très paternaliste et condescendant(avec les autres femmes aussi…), mais je peux-tu vous dire qu’il a du virer son capot de bord, sinon…

Bon, c’est vrai que ça fait près de 4 ans qu’il demeure ici, et je pense pouvoir dire qu’il a changé, même s’il a toujours son petit côté chiant parfois!

Petitboudange, c’est vrai aussi qu’il me trouve plus compliquée que ses ex-blondes françaises, mais c’est surtout parce qu’on est différentes je crois…sinon, on est pas si pires que ça!

peanut qui est vraiment contente d’être née ici!

————————————–

Ecrit par: Redflag 23-01 à 21:49

La différence est très importante en effet. Il suffit d’écouter comment les Québécois chantent leurs prénoms quand il s’agit d’élever un peu la voix parce que la personne appelée est à plusieurs mètres.
Immédiatement il se produit une décomposition d’une des syllabes du prénom :
Chantal devient Chanta-al, Félix de vient Féli-ix, et la dernière syllabe est littéralement chantée plus haut que la deuxième. Le prénom est ainsi artificiellement allongé est sa prononciation complète dure deux bonnes secondes !
Que font les Français pour appeler leur collègue, blonde, située de l’autre côté de la salle ou à l’étage de la maison ? On commence irrémédiablement à crier, à prendre un ton sévère/fâché.

Ce n’est qu’un exemple et on pourrait en donner d’autres.

Moi j’ai longtemps appelé ça les “non-épatables”. Fatiguant à la longue.
L’écoute des Québécois est quelquechose de remarquable. La première chose qui nous choque, nous autres les Français, c’est avec quelle facilité les Québécois vont se rappeler d’un prénom – votre prénom – alors que vous avez déjà oublié celui de votre interlocuteur Québécois…

J’ai vécu en couple mixte, avec une Québécoise, et je me souviens de ces sensations “d’incompréhension mutuelle partielle”, qui réclamaient souvent quelques petits éclaircissements. En fait je comprenais les mots qui étaient dits mais le sens final m’échappait : était-elle d’accord ou pas d’accord, était-ce oui ou non ?

Les Québécois parlent parfois avec peu de mots et comptent sur le contexte de la discussion pour se faire comprendre. Les Français, au contraire, donnent plein de détails et emploient des mots exotiques, pourtant précis, mais qui sont exotiques et flous pour un Québécois. Pas facile de s’y retrouver parfois.

————————————–

Ecrit par: Zogu 23-01 à 22:54

le meilleur compromis … une union belgo-québecoise ..

J’en connais quelques-unes qui fonctionnent très bien!
En particulier l’écrivain Belge-Montréalais Guy van Walleghem (que je connais bien), et dont je vous recommande chaudement les livres. Il est amateur de bonne bouffe et de bière, et sa femme… garde un oeil sur sa diète!!!

————————————–

Ecrit par: touareg 24-01 à 6:25

(cherry @ 23-01 à 13:41)
Au Québec, les deux sexes se mélangent plus naturellement dans les soirées sans qu’on y voit là une quelconque ambiguïté. Et quand une femme parle, on l’écoute, son opinion est aussi valable que celle d’un homme, il n’y a pas de hiérarchie. Je ne dit pas que les Françaises n’ont pas le droit de s’exprimer ou ne prennent pas ce droit, mais il y a une espèce de loi non-écrite et insidieuse qui persiste dans vos rapports et qui dit que la pensée de l’homme est plus noble, plus valable, et qu’elle mérite plus d’être exprimée… et entendue. Et quand une femme tient… (texte tronqué)

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada