Le Québec et le mythe des grands espaces - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Le Québec et le mythe des grands espaces

Le Québec et le mythe des grands espaces

Bonjour,

Les immigrants de part le monde s’installent toujours dans les plus grandes villes lorsqu’ils arrivent dans un nouveau pays (que cela soit au Canada, aux États-Unis ou en Australie), c’est un réflexe de l’être humain, besoin d’être près du centre économique et d’anciens compatriotes (pour de nombreux eh oui !). Ainsi ce n’est pas que les Français qui “s’entassent” à Montréal mais tous les immigrants du Québec. Je ne sais pas comment retourner la situation, je ne sais pas si il y a une solution ou si un jour ça va évoluer mais espérons que de plus en plus de gens “pensent” qu’ils trouveront leur bonheur en région et surtout y “foncent”. Car oui, les salaires sont peut-être moins importants, mais la vie y est moins chère et les problèmes de logements inexistants. Ils ont aussi besoin d’ingénieurs, d’informaticiens, d’infirmières….même si c’est dans d’autres proportions.

Tu parles du cliché du mythe du Français qui vient au Canada pour les grands espaces. C’est vrai que même si les visiteurs du forum ne sont pas beaucoup bûcherons ou constructeurs d’igloos, l’image du Canada et du Québec est souvent réduite en France, et partout dans le monde, à une lourde image d’épinal. Pourtant je ne suis pas bucheronne, ou chasseuse de caribous, et je connais plus le béton que la forêt mais “on m’a abondament parlé de mon pays sauvage et de ses grands espaces” lorsque j’ai voyagé et séjourné à l’étranger que cela soit en France ou ailleurs en Europe et aux États-Unis. Et cette image est répandue partout dans ce monde sans être exclusivement le travail d’Immigration Canada 😉

Ce que je veux te dire c’est que ce cliché est beaucoup plus ancré de part le monde que le cliché des immigrants français ou autres qui viennent au Canada ou au Québec pour cette image d’épinal.

Mais même si ce pays sauvage ne fait pas partie de ma réalité à prime abord, avec le recul, je me rend compte que cette image d’épinal n’est pas si fausse que cela. Les paysages sauvages du Canada c’est comme les activités culturelles à Paris: on en profite pas tous les jours, mais on sait que c’est là si on en a vraiment besoin ! Ce que je veux dire c’est que chaque québécois a ce sentiment qu’en peu de temps, s’il le veut, il peut se retrouver seul, mais vraiment seul, seul face à la nature, dans une forêt, un lac, une rivière. Même si la majorité de la population vit dans le sud du pays, nous savons que non loin, on peut s’évader au nord et s’y perdre vraiment et c’est ce qui est fascinant. Je ne parle même pas de la beauté des paysages mais tout simplement de leur immensité, de la distance qui peut séparer deux villages, de l’impression que cette abondance est tienne et accessible.

Je crois profondément que si les Québécois, ou Canadiens, sont ce qu’ils sont c’est à cause de leur espace. On respire ! Si les Européens se tapent plus sur la gueulle c’est à cause de l’histoire mais aussi à cause de la densité des villes, des pays, qui est vraiment plus élevée. Oui y’a des espaces sauvages en France mais je te parle d’espaces qui prennent des jours et des jours à franchir en rencontrant que quelques âmes. On peut se perdre entre Montréal et Sherbrooke, ou Québec et Tadoussac mais cet immense espace dont je parle est surtout le chemin qui te mène vers l’Abitibi, les routes qui dépassent le Lac St-Jean, la route vers la Côte Nord… Lorsqu’on sort des sentiers touristiques Montréal-Québec-Tadoussac- Toronto-Niagara, on se rend compte que l’espace est presque inhumain. Cet espace fait partie de notre qualité de vie et c’est ce que viennent chercher les immigrants.
Je tiens aussi à ce que Montréal reste ce qu’elle est, elle évoluera mais je t’assure qu’elle ne va pas se transformer en un autre “Toronto” et encore moins en “Paris”. Elle n’atttire pas autant les capitaux et les immigrants que Toronto à cause de la situation politique et linguistique du Québec, ce qui l’a protège d’une invasion massive d’immigrants et d’une américanisation comme ailleurs au Canada. Pour ce qui est de Paris, à part que les Français soient les ancêtres d’une majorité de Québecois, nous avons une toute autre mentalité, culture et passé. Si je tente d’expliquer à un Européen ce qu’est Montréal, je dirais imaginez une ville plus grande que la vôtre (pour Bruxelles, Lyon, Lille…) avec une douceur de vivre de “village”. En fait, Montréal me fait plutôt penser à Amsterdam dans son côté calme et libre, pas le touristique (sexe et drogue).

Laurence

——————-

De: Patou28
20 Avril 2001

Tin Express,
Bien oui c’est moi qui a dit qu’une des raisons pourquoi les Français viennent au Québec c’est les grands espaces. Je reconfirme mes positions puisque je le vis régulièrement. Nous vivons probablement dans deux réalités. Je suis chargée de projet au niveau provincial pour la Fédération québécoise des gestionnaires de zecs (zones d’exploitation contrôlée de chasse, de pêche et de plein-air). Je travaille à mettre en place des activités de plein-air dans nos 62 zecs qui font au total 48 000 Km2! Des chasseurs, des pêcheurs, des trappeurs j’en fréquente tous les jours. On engage des gens pour travailler dans ces territoires…et tu peux pas savoir le nombre de Français qui m’appellent…ils sont prêts à faire n’importe quoi pour travailler dans nos grands espaces. On reçoit des CV de France, de l’Europe en général, de résidents permanents, d’étudiants etc…Même certains sans permis de travail sont prêts à faire du bénévolat pour aller travailler loin en forêt. Quand tu dis que les grands espaces vous en avez en France, je crois qu’on ne parle pas de la même chose. Es-tu déjà allé Dans le Témiscamingue, en Abitibi, en Haute Côte-Nord, en Haute-Mauricie? Les espaces se trouvent plus loin que le Mont-Royal. Le plein-air est non seulement une passion mais est mon gagne-pain. J’ai déjà descendu une rivière durant 50 km de canot en plein mois d’août sans jamais rencontrer personne. Marcher sans but des jours dans la forêt sans rencontrer personne en campant où l’on veut…des exemples comme ça j’en ai plein.
Je ne veux pas projeter une image de bûcheron du Québec, d’ailleurs je défend souvent cette vision car le Québec ce n’est pas seulement ça…mais c’est aussi ça. Juste sur les territoires de zecs, nous avons 300 000 utilisateurs chasseurs et pêcheurs principalement.
Si les grands espaces ne sont pas une des raisons d’immigrer pour toi et pour les gens de Montréal, c’est simplement que nous ne vivons pas dans le même milieu. Ceux que je fréquente dans la région de Québec sont ici pour plusieurs raisons dont le sentiment de liberté de la nature sauvage que nous avons encore.

Patricia *qui va aller manifester au Sommet des Amériques*

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada