entrepreneur ou autonome pour 1 commerce (agriculteur) - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > entrepreneur ou autonome pour 1 commerce (agriculteur)

entrepreneur ou autonome pour 1 commerce (agriculteur)

De carobelo72

Bonjour, je viens de temps en temps sur le forum mais surtout pour lire, aujourd’hui je vais vous solliciter en espérant que le sujet n’a pas déjà été traité. En tout cas, j’ai cherché et n’ai pas trouvé mes réponses.
Alors voilà.
Notre famille est composée des 2 parents et de 5 enfants.
Nous sommes sur le point de vendre notre entreprise agricole cette année car nous avons envie de faire autre chose et que ce travail a été très éprouvant pour nous.
Nous avons travaillé sans arrêter, 7 jours sur 7, 365 jours par an pendant 14 ans ( quelques rares week-end forcés pour se rendre à des évènements familiaux).
Nous ne trouvons plus dans ce métier ( élevage laitier/transformation/commercialisation, à nous 2) le plaisir et la motivation que nous avions à nos débuts. Nous avons tout deux 38 ans et il est temps de penser à l’avenir de nos bambins.
Le Canada et en particulier le Québec nous a toujours attiré pour son économie, son dynamisme, son esprit d’entreprise, sa mentalité et pour sa langue( on est limite en English), là c’est pour le Québec ( et aussi sa beauté!).
Nous avions commencé un dossier il y a 15 ans pour partir avant de nous décider à nous installer en tant qu’agriculteur ici en France. Nous avions fait un voyage ( d’entreprise) de 10 jours et nous avions adorés.( en plein mois de Février).
Nous envisageons donc à présent de voir pour faire une demande, mais avec les années, les points nécessaires s’amenuisent.

En tant que travailleurs qualifiés pour le Québec, ca passe, mais il me semble que je l’avais fait sur d’autres simulateurs et, là, il nous refusait. En plus, nos études ne correspondent pas à ce que nous voudrions exactement faire car nous envisagerions de reprendre un commerce, mais pas agricole. Au mieux dans l’alimentaire ( agroalimentaire?). C’est ce que nous projetons en France mais la conjoncture et les situations de nos collègues commerçants nous font réfléchir.

Autre chose qui nous ennuie, sur le plan médical, mon mari ayant été obligé de se faire poser une prothèse à la hanche ( plus de souci) (à cause d’un problème plus jeune) nous ne savons pas si cela risque de jouer sur la validation de de la VM. (Mais ça, c’est valable pour tout les choix de dossier).

Sans être trop longue ( trop tard!) pensez-vous que notre choix de partir est judicieux?
Devons-nous faire une demande en tant que travailleurs qualifiés sachant que nous ne sommes pas dans un domaine demandé et que nous ne voulons pas redevenir agriculteur?
Pouvons-nous déposer un dossier en tant que travailleur AUTONOME pour la reprise éventuelle d’un commerce? ou en tant qu’ENTREPRENEUR? Sachant que l’avoir net entre les deux est conséquent, même si on aura le maximum. On ne peut pas risquer de perdre l’investissement d’une vie en un rien de temps.( et j’ai vu que les dossiers actuellement étudiés pour ces catégories datent d’Août 2013!! 2 ans!!)
Je pensais aussi à essayer en tant que travailleur autonome dans la garde d’enfants en milieu familial car c’est ce que j’envisage de faire en attendant ici, une fois qu’on aura vendu notre entreprise. Mais je n’ai pas d’expérience professionnelle à l’heure actuelle, pour un tel dossier, dans la garde d’enfants, mis à part l’éducation des nôtres ( ce n’est pas professionnel!)
Sinon, nous avons une connaissance là-bas qui pourrait peut-être nous aider, mais pas de nouvelles depuis longtemps. Il faudrait que l’on retrouve son adresse d’aujourd’hui.

Voilà, pardon d’avoir été aussi longue mais c’est beaucoup de questionnements et le projet d’une seconde vie pour nous ainsi qu’une future vie pour nos enfants( qui sont partants, si possible pas loin de la mer ! alors que nous sommes en région Centre !?).

Merci infiniment pour votre patience et vos réponses.
Cordialement


De kuroczyd

Vouloir tout recommencer en ayant presque la quarantaine est très courageux surtout avec 5 enfants. En immigrant, si on a pas la chance d arriver avec un bon emploi, il fat se rendre compte que vous aurez certaines choses a reprendre bien plus bas au niveau carrière pro.
Pour ta question sur la reprises d un commerce, je pense que c est plus vers le permis entrepreneur qu il faut se tourner car pour un travailleur autonome, c est plus la personne qui demande le permis de ce type qui représente le métier pratiqué depuis X années (consultant dans X, artisan, traducteur…) et y travaille seule. En ce qui vous concerne, ça n a pas l air de coller avec travailleur autonome.


De carobelo72

Merci d’avoir répondu, je me suis documentée un peu plus et ai vu que ce serait effectivement le type entrepreneur qui correspondrait à notre projet.
Pour ce qui est de recommencer à zéro, de toute façon, si on arrive bien à vendre pour cet hiver ( clôture au 31/12 ou rebelote pour une année) c’est de toute façon ce qui va se passer vu qu’on quitte une situation professionnelle que l’on exerce depuis l’âge de 23 ans et qu’on avait alors 1 seul enfant. Ceci a été mûrement réfléchie car on ne veut et ne peut vraiment pas continuer, et à ce jour nous n’avons pas vraiment d’idée sur ce qu’on va faire après ( on aurait aimé dans le commerce) ni où habiter ( les enfants eux veulent le bord de mer). Nous resterons quelques mois voir 1 an dans le coin pour aider les repreneurs car notre métier d’éleveur fromager est spécifique et nous devons être sûr que la clientèle sera satisfaite des produits qu’elle a toujours connus.
Nous réfléchissons aussi pour savoir si nous pourrions faire une demande en tant que travailleurs qualifiés dans le domaine agricole ( ou avec notre expérience de fromager) mais vu que ce n’est pas vraiment notre but là-bas, ce serait mentir et peut-être risquerions nous d’être sanctionnés? C’est peut-être une bêtise ce que je viens de dire mais je n’ai pas trouvé beaucoup de témoignage sur des candidats issus du milieu agricole.
Je sais aussi qu’ils en cherchent dans les autres provinces mais notre anglais est assez faible.
Voilà.
Merci pour votre aide.


De kuroczyd

Devenir producteur fromager pourrait être une bonne idée, le bon fromage est très recherché et sans me tromper, le créneau est payant. Le Quebec n’est pas encore comme la France dominé par un imposant rouleau compresseur industriel fromager, il y a de la place pour de bons produits artisanaux, c’est très recherché.


De Clems865

je suis travailleur indépendant depuis 13 ans en france, et j’ai fait me demande en tant que travaileur qualifié, tout simplement par ce que mes diplômes me permettait de répondre aux critères de ce programme.
Le plus compliqué fut de justifier de mon expérience professionnelle lors de l’entretien à la fin de ma demande de CSQ.
une demande au titre des travailleurs autonomes aurait peut-être été plus adapté, mais cela n’a été en aucun cas un frein pour obtenir au final le certificat de sélection du Québec.
donc pour répondre à ta demande concernant le programme à choisir, il me semble qu’il faut surtout le prendre en fonction de ton expérience passée en France.
par contre, d’après ce que j’ai compris, à confirmer par d’autres, une fois que tu as ton statut de résident permanent tu peux faire ce que tu veux : être salarié, entrepreneurs, etc.
enfin pour le côté médical, ayant moi-même des antécédents, avant de lancer mon dossier fédéral j’ai contacté un médecin agréé pour lui poser la question de l’éventuel rejet de ma demande en raison de ces antécédents.
ce n’est pas lui le décisionnaire, donc son avis ne peut être qu’informatif, mais déjà cela te donnera une idée?


De trefle

Merci d’avoir répondu, je me suis documentée un peu plus et ai vu que ce serait effectivement le type entrepreneur qui correspondrait à notre projet.
Pour ce qui est de recommencer à zéro, de toute façon, si on arrive bien à vendre pour cet hiver ( clôture au 31/12 ou rebelote pour une année) c’est de toute façon ce qui va se passer vu qu’on quitte une situation professionnelle que l’on exerce depuis l’âge de 23 ans et qu’on avait alors 1 seul enfant. Ceci a été mûrement réfléchie car on ne veut et ne peut vraiment pas continuer, et à ce jour nous n’avons pas vraiment d’idée sur ce qu’on va faire après ( on aurait aimé dans le commerce) ni où habiter ( les enfants eux veulent le bord de mer). Nous resterons quelques mois voir 1 an dans le coin pour aider les repreneurs car notre métier d’éleveur fromager est spécifique et nous devons être sûr que la clientèle sera satisfaite des produits qu’elle a toujours connus.
Nous réfléchissons aussi pour savoir si nous pourrions faire une demande en tant que travailleurs qualifiés dans le domaine agricole ( ou avec notre expérience de fromager) mais vu que ce n’est pas vraiment notre but là-bas, ce serait mentir et peut-être risquerions nous d’être sanctionnés? C’est peut-être une bêtise ce que je viens de dire mais je n’ai pas trouvé beaucoup de témoignage sur des candidats issus du milieu agricole.
Je sais aussi qu’ils en cherchent dans les autres provinces mais notre anglais est assez faible.
Voilà.
Merci pour votre aide.

Bonjour

Vous avez une expertise dans un domaine précis ce qui pourrait vous qualifier pour un visa mais vous ne voulez plus de cette vie d’agriculteur !
Ouvrir un commerce ! Il faut étudier le marché avant tout et ne pas se lancer dans le hasard. Ne pas oublier que le Qc est très diff. de la France (culture, etc.) c’est l’Amérique avant tout.
Vous installez au bord de la mer ?


De carobelo72

Bonsoir, merci pour tout vos conseils.
Pour ce qui est du visa travailleur qualifié, nous savons qu’une fois obtenu, on peut faire ce que l’on veut sur place, mais nos diplômes et notre domaine de travail ne sont pas forcément prioritaires par rapport à ce qu’attend le Québec aujourd’hui.

Pour ce qui est de reprendre une exploitation agricole, c’est non, en tout cas pas pour nous mais si nos enfants l’envisage, on sera là pour les épauler et leurs apporter l’expérience qu’on a acquis. Mais pas en France. L’agriculture est devenue moins que rien et les agriculteurs ne sont plus reconnus pour leurs travail. On vous impose sans cesse de nouvelles normes, de nouvelles taxes, des prix toujours tirés vers le bas, même la vente directe en souffre… Il me semble que l’agriculture au Canada et au Québec n’est pas non plus très facile, mais je peux vous assurer que ça devient vraiment grave ,et on entend ça tous les jours autour de nous dans le milieu agricole. 2 agriculteurs meurent chaque jour… beaucoup de suicides…mais personnes ne le dit. On a encore l’exemple d’un ami qui est décédé car il voulait en faire toujours plus et, à 60 ans, crise cardiaque au boulot, alors que tout allait bien ( bilan 3 mois plus tôt!). Surmenage, fatigue, souci, baisse de revenu… et voilà. Nous ne voulons pas finir comme ça, alors cela nous a poussé dans notre choix d’arrêter.
Et puis les conditions climatiques avec des animaux comme au Québec, on a pas assez d’expérience. C’est comme en montagne?

On a pensé aussi essayer de trouver une place dans une fromagerie mais encore faut-il qu’ils en manquent au Québec, car je suppose que ce sont les locaux qui sont prioritaires et on ne veut pas venir pour prendre la place d’un autre qui le mériterait autant.

Pour le commerce on le sait, c’est différent de la France dans le sens où, au Québec, comme vous dites, on vit à la nord-américaine. Mais le commerce c’est universel, après c’est l’aspect comptable qui doit varier. C’est là que l’on a du mal à trouver des comparatifs entre les 2 pays. J’ai bien trouvé des histoires de français qui ont ouvert des commerces ou restaurants mais pas plus de détails. J’ai même essayer de joindre l’un deux sans succès.

C’est pas facile car c’est toute une vie qui se prépare et une autre qu’on laisse derrière nous. L’important c’est pour l’avenir de nos enfants. Et au Québec ( ou Canada) nous savons qu’ils ont plus de chance de trouver leur place, surtout qu’on ne sais pas où va notre pays pour lequel nous avons pourtant bien ?uvré ( et encore en ce moment). On va dans le mur. Je ne noircit pas le tableau. Voyez le nombre de français qui partent depuis quelques temps. Et nous savons que le Québec n’est pas un eldorado mais il a des besoins de jeunesse et de travailleurs.

J’ai pensé aussi m’installer comme gardienne d’enfants en milieu familial mais je ne sais pas si c’est accepter en travailleur autonome et à part mes enfants (5) je n’ai pas d’expérience professionnelle.

Au fait, qu’Est-ce qui arrive si en visa autonome ou indépendant on arrive pas à satisfaire les exigences dans le temps imparti ?

Pour ce qui est de la mer c’est une boutade mais si on devait déménager en France en attendant, il préfèrerais la mer ( et nous aussi). Au Québec nous leurs avons dit qu’il y avait un avant-goût avec le Saint-Laurent, ou il y a le Nouveau-Brunswick auquel nous avions songés mais nous sommes trop juste en anglais, et moins de possibilité ( plus pauvre parait-il?)
Voilà. Merci infiniment pour vos commentaires et votre compréhension.
Bonne nuit ( en France)


De Cherrybee

J’ai pensé aussi m’installer comme gardienne d’enfants en milieu familial mais je ne sais pas si c’est accepter en travailleur autonome et à part mes enfants (5) je n’ai pas d’expérience professionnelle.

Au fait, qu’Est-ce qui arrive si en visa autonome ou indépendant on arrive pas à satisfaire les exigences dans le temps imparti ?

Pas si facile
Pour être admissible à ce programme, vous devez :

  • venir au Québec pour créer votre propre emploi par l?exercice, à votre compte, d?une profession ou d?un métier
  • disposer d?un avoir net minimal de 100 000 $ CAN, obtenu licitement avec, le cas échéant, votre époux ou conjoint de fait, à condition qu?il vous accompagne
  • avoir acquis une expérience de travail d?au moins deux ans à votre compte dans la profession ou le métier que vous entendez exercer au Québec.

L?évaluation de votre candidature portera aussi sur d?autres facteurs, tels :

  • votre âge et celui de votre conjoint, le cas échéant
  • la nature et la durée de vos formations professionnelles respectives
  • vos compétences linguistiques
  • vos qualités personnelles et votre connaissance du Québec.

http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/gens-affaires/demande-immigration/trois-programmes/travailleurs-autonomes.html

Votre dossier sera étudié à la loupe.


De carobelo72

oui merci c’est ce que j’avais lu et c’est pour cela


De carobelo72

oups!
c’est pour cela que pour le métier de gardienne d’enfants je n’ai pas à proprement parlé “d’expérience” professionnellement parlant.
Pour l’avoir net ce n’est pas un problème, on a travaillé dur des années pour ça. C’est pour cela qu’il est difficile de savoir quoi en faire, intelligemment, dès à présent.
Pour l’âge on perd évidemment des points après 35 ans.
Je ne sais si avec + d’ enfants on “gagne” des points. Dans d’autres provinces oui. Mais pour celles-ci c’est les compétences linguistique qui bloquent. J’ai pas mal de notions en anglais mais ne parle pas couramment et mon mari est encore moins bon que moi.
C’est sûr que le mieux c’est d’essayer de monter un dossier mais avec 7 personnes si on est pas pris on perd tout de même pas mal d’argent. c’est pour cela que nous voulons d’abord être sûr d’être “valable” dans les différentes sortes de demande de visa.
Et puis on ne veut pas faire n’importe quoi avec 5 enfants qui comptent sur nous et pour qui il faut prévoir l’avenir.
Choix délicat.
Merci pour vos commentaires


De IMM1000

…..

Devons-nous faire une demande en tant que travailleurs qualifiés sachant que nous ne sommes pas dans un domaine demandé et que nous ne voulons pas redevenir agriculteur?
Pouvons-nous déposer un dossier en tant que travailleur AUTONOME pour la reprise éventuelle d’un commerce? ou en tant qu’ENTREPRENEUR? Sachant que l’avoir net entre les deux est conséquent, même si on aura le maximum. On ne peut pas risquer de perdre l’investissement d’une vie en un rien de temps.( et j’ai vu que les dossiers actuellement étudiés pour ces catégories datent d’Août 2013!! 2 ans!!)
Je pensais aussi à essayer en tant que travailleur autonome dans la garde d’enfants en milieu familial car c’est ce que j’envisage de faire en attendant ici, une fois qu’on aura vendu notre entreprise. Mais je n’ai pas d’expérience professionnelle à l’heure actuelle, pour un tel dossier, dans la garde d’enfants, mis à part l’éducation des nôtres ( ce n’est pas professionnel!)
Sinon, nous avons une connaissance là-bas qui pourrait peut-être nous aider, mais pas de nouvelles depuis longtemps. Il faudrait que l’on retrouve son adresse d’aujourd’hui.
….

Les options qui s’offrent à vous sont les suivantes:

1. Demande comme travailleur qualifié (réception de 6 300 dossiers au prochain dépôt)
Le programme est présentement fermé, il sera ouvert probablement vers le début de l’automne 2015, il est possible de déposer ce genre de demande même avec une expérience d,entrepreneur car leur liste des documents à soumettre prévoit ce genre de profil professionnel.

GENS D’AFFAIRES:

2. Demande comme travailleur autonome (50 dossiers reçus cette année et ça va fermer bientôt)
Votre profil ne ressemble pas à un travailleur autonome. Si jamais ça vous tente, il n’est pas possible de déclarer que vous envisagez de travailler dans un domaine où vous n’avez aucune expérience à titre de travailleur autonome.

3. Demande comme entrepreneur (nombre illimité de dossiers pour ceux qui déposent les résultat d’un test de français (B2) ET traitement prioritaire)
Votre profil ressemble plus à celui d’un entrepreneur. Il faut préparer un VRAI plan d’affaires ou acheter 25 % des actions d’une entreprise déjà existante. Il faut démontrer l’existence d’une richesse personnelle (avoir net) de minimum 300 000 $ CA.

4. Demande comme investisseur (nombre illimité de dossiers pour ceux qui déposent les résultat d’un test de français (B2) ET traitement prioritaire)
Il faut faire un investissement de 800 000 $ CA remboursable 100 % (sans intérêts) dans 5 ans. En fonction du courtier, il est possible d’obtenir un financement pour faire l’investissement. Il faut démontrer l’existence d’une richesse personnelle (avoir net) de minimum 1 600 000 $ CA (comptes bancaires, propriétés, valeur entreprise, actions, bons de Trésor, etc.). Aucun projet d’affaires n’est demandé. Dès le visa obtenu, vous faites ce que vous voulez comme travail.

En résumé, il faut se décider vers quel programme vous voulez aller…


De carobelo72

Bonsoir. Merci pour votre éclairement. J’avais bien compris la différence entre les 3 programmes( celui d’investisseur n’est pas pour nous). Par contre vous apporter des détails sur chacun que je ne connaissait pas notamment l’aspect prioritaire du dossier en tant qu’entrepreneur et le test spécifique linguistique.
Nous allons essayer d’approfondir les informations pour le plan d’affaires ( vu sur le site immigration Québec), le mieux serait encore que l’on arrive à reprendre contact avec le copain d’un ami d’enfance de mon mari avec qui on avait discuté juste avant qu’il reparte au Québec il y a une dizaines d’années. ( mais il est toujours là-bas).Ou bien avoir des contacts avec des français immigrés en tant qu’entrepreneur car je crois qu’il y en pas beaucoup sur les forums, je crois. Plus de personnes qui partent en tant que travailleurs qualifiés. Et des grandes familles comme nous il n’y en a pas beaucoup non plus.
Je ne trouve pas non plus de réponses sur ce qui arrive aux immigrants entrepreneurs qui ne satisfont pas aux exigences demandées dans le programme . Y-a-t-il un piège où il ne faut pas tomber? Car apparemment nombreux sont ceux qui préfèrent passer par celui de travailleurs qualifiés.
Pour le VOLET ACQUISITION D’UNE ENTREPRISE AU QUEBEC si on a une idée du type d’entreprise à reprendre, on aura pas forcément le bien le jour du dépôt du dossier. Je m’explique: on peut voir des vues sur un commerce,par exemple,mais je suppose que le propriétaire ne va pas attendre qu’on ai nos visas?! Et puis il vaudrait mieux pour nous quelques mois d’expériences en étant accompagné par une personne sur place pour comprendre les rouages du système Québécois?
Tout cela n’est pas simple et c’est pour cela que nous sommes là. En espérant que nous soyons assez clair dans nos attentes.
Merci beaucoup à ceux qui prennent du temps pour nous aider.
Pour ce qui st des frais en tant qu’entrepreneur ( si choisi) j’ai calculé :
Frais Québec pour CSQ: 1034 + 6 X 164 $ = 2018 $ soit 1492.86 ?
Frais Canada pour visa : 1050 + 550 +5 X 150 $ = 2350 $ soit 1738.53 ? ( plus cher que le visa travailleur permanent !!)
Sans compter les visites médicales, radios etc.. J’ imagine même pas. Donc a bien préparer pour ne pas se ruiner inutilement.
Bonne soirée


De carobelo72

je viens de refaire le test d’admissibilité sur le site du gouvernement du Canada et en essayant toutes les possibilités nous ne serions admissible que pour être travailleur autonome en tant que fermier au Nouveau Brunswick !! C’est une région que nous avions envisagés mais pas le métier. A moins que l’agriculture soit un milieu plus favorable ( beaucoup plus!) qu’en France, partir ailleurs pour un métier que nous avions déjà ne serait peut-être pas l’idéal. Non pas que nous avons fait un métier que nous détestions, mais nous avons été découragés et épuisés. Le commerce serait plus notre souhait.
Voilà pour la petite expérience. Avis aux agriculteurs franco-québécois.
Merci


De IMM1000

Pour le VOLET ACQUISITION D’UNE ENTREPRISE AU QUEBEC si on a une idée du type d’entreprise à reprendre, on aura pas forcément le bien le jour du dépôt du dossier.

Ce n’est pas nécessaire d’avoir acheté minimum 25 % d’une entreprise québécoise au moment du dépôt du dossier. Il faut seulement déclarer votre intention de faire ça, puis si ça se passe bien à l’entrevue, le ministère émet une lettre dans laquelle vous annonce son intention de vous délivrer un CSQ à condition que l’achat devienne effectif. C’est donc après l’entrevue qu’il faut acheter les parts d’une entreprise et envoyer la confirmation au ministère qui, à son tour, va respecter sa promesse, soit la délivrance du CSQ.

Pour comprendre comment fonctionne ce programme, voir “chapitre 3” http://www.midi.gouv.qc.ca/fr/publications/guide-procedures-immigration/immigration-economique.html


De octavie40

Allo,
Nous aussi étions agriculteur en France (maïs). Nous sommes parti au Canada avec beaucoup d’espoir. Nous nous sommes installé fermier et nous ne le regrettons pas. Les enfants se sont très vite adapté et ont attrapé l’anglais. Nous sommes dans les belles prairies canadiennes. C’est anglophone et il y a une communauté francophone dynamique.
Pourquoi vous limitez qu’au Quebec ? Regardez aussi les autres provinces. Le dossier d’immigration est différent…Le Canada est grand par ses opportunités.
Bonne continuation dans votre projet,


De carobelo72

Bonjour, merci pour votre témoignage, nous pensions être les seuls agriculteurs à immigrer car il n’y a pas beaucoup de témoignage. Je suis ravie que vous y soyez arrivés. Faites-vous toujours des cultures là-bas? L’élevage doit être assez spécial vu les conditions climatiques extrêmes? ( ou alors comme chez nous en montagne) Effectivement, j’avais déjà regardé les autres provinces mais l’anglais faisant vraiment défaut je ne sais pas si ça passerai rien qu’au dossier. Merci encore.


Vos recherches:

  • metiers canada environnement
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
Haut

Bienvenue au Canada