Des travailleurs étrangers temporaires bloqués par leur propre permis (et autres détails les concernant)

Les travailleurs temporaires du Canada ont la vie dure par les temps qui courent. En effet, après s’être vu fermer la porte momentanément au Canada en attendant que les autorités clarifient la possibilité de venir ou revenir sur le territoire avec un statut valide, ils sont aussi confrontés à d’autres problèmes reliés à la COVID-19.

Comme nous en parlions la semaine dernière, les travailleurs temporaires au pays qui perdent leur emploi en lien avec la COVID-19 continuent d’avoir un statut au Canada et ceci jusqu’à l’expiration de leur statut. Mais la situation se complique lorsqu’il est temps de trouver un autre emploi comme mentionné dans un autre de nos articles:

Ils n’ont pas à quitter le Canada immédiatement et ils peuvent chercher un autre employeur, bien qu’ils ne puissent pas travailler pour un autre employeur jusqu’à ce qu’ils demandent et reçoivent un nouveau permis de travail. Les travailleurs qui sont déjà au Canada doivent faire une demande en ligne pour un nouveau permis de travail.

En effet, les travailleurs temporaires avec un permis fermé n’ont pas la possibilité de changer facilement d’employeur à cause de la nature même de leur type de visa. Il faut que le futur employeur fasse des démarches complexes. Ils sont nombreux à être inquiets comme nous avons pu le constater sur plusieurs fils de discussion sur notre forum de discussion. Ainsi nombreux d’entre eux se retrouvent à vivre sur leurs économies pour faire face à la crise actuelle. Normalement, les travailleurs temporaires avec un visa fermé n’ont pas accès à l’assurance-emploi en cas de licenciement, mais ils pourraient faire une demande de prestations en l’accompagnant d’une lettre de leur employeur indiquant que cette mise à pied est temporaire et qu’un rappel au travail est envisagé. Également, le gouvernement fédéral a annoncé une aide d’urgence

Mais selon les informations recueillies par Radio-Canada, c’est plutôt le statu quo à Immigration Canada face aux travailleurs temporaires avec un visa fermé.  « L’attaché de presse du ministre fédéral de l’Immigration…Kevin Lemkay indique que les travailleurs étrangers temporaires mis à pied en raison de la COVID-19 peuvent chercher un autre employeur, il faudra cependant demander un nouveau permis de travail. »

Une réponse qui amène une grande déception de la part des principaux intéressés comme l’a mentionné aujourd’hui un membre du forum, SDCLEO.

la réponse de l’attaché de presse du ministère de l’immigration me désole….on dirait qu’il n’est même pas au courant des procédures longues et coûteuses que représente un changement d’employeur pour un permis fermé

Également, un collectif demande à Ottawa de prolonger la validité des visas temporaires au Canada pour que ces derniers, et également les étudiants internationaux, n’aient pas à se soucier de ces procédures administratives en ces temps de pandémie.

Dans un autre ordre d’idées, sachez que si vous deviez venir bientôt au Canada en tant que temporaire avec un permis valide, c’est encore possible. 

Les résidents non permanents exemptés des restrictions de voyage (travailleurs étrangers temporaires, étudiants internationaux avec un permis d’études valide ou une demande approuvée avant le 18 mars 2020, et les personnes dont la demande de résidence permanente a été approuvée avant le 16 mars 2020) peuvent désormais voyager vers le Canada.

Source: CanadaInternational.gc.ca

Source: Radio-Canada, Canada International

Avatar
Laurence Nadeau
Originaire de Montréal, Laurence Nadeau, cofondatrice d'immigrer.com, conférencière et aussi auteure de plus d'une dizaine de guides publiés (et mises à jour) en France sur l'installation, le travail et l'immigration au Québec et au Canada aux Éditions L'Express (et L'Étudiant). Auteure de "S'installer et travailler au Québec" aux éditions L'Express.
https://www.immigrer.com

Commentaires sur “Des travailleurs étrangers temporaires bloqués par leur propre permis (et autres détails les concernant)

  1. Bonjour,
    Suite à quelques courriels, que je vous fait part, je suis déçu car je n’ai toujours pas de réponses à mes questions.
    Nous sommes toujours en attente de mon Visa de travail puisque mon futur employeur dans le domaine de la soudure attend toujours une réponse puisqu’il a fait la demande vers la fin du mois de janvier et à ce jour il n’a toujours pas eu de réponses. Est-ce possible S.V.P. de me répondre à ce sujet….
    Merci et en attente d’une réponse de votre part.

  2. Bonjour Mme & Laurence NADEAU et merci pour les articles publies et facilites relatif à l’immigration au Canada. Je suis algérien et je vis en Algérie. Je suis enseignant de français et je parle également couramment l’espagnol et le catalan et bien sur l’arabe. Je suis intéressé de m’installer au Canada, peu importe la région. Comment faire ? Quels sont les procédures et démarches à faire ?
    Merci à l’avance.

  3. Ma cabane au Canada ! Une prison fermée à double tour.

    Bonjour à tou-te-s,
    Merci Madame Nadeau pour cet article. La situation de certains travailleurs temporaires qui ont perdu leur travail suite à la crise du Covid-19 est effectivement des plus préoccupante.

    En tant que représentant et employé d’une firme ayant recruté et accueilli plusieurs travailleurs étrangers depuis un an au Québec, pour contrer la pénurie de ressources qualifiées, notre compagnie ne dispose d’aucune solution viable pour la prise en charge de nos travailleurs qu’elle a dû remercier suite à la perte de contrats.
    Certains sont ne sont ni éligibles à l’assurance emploi, ni à laide d’urgence offerte par le gouvernement fédéral (car moins de 5000 $ de revenu en 2019). De plus avec la fermeture des frontières et le quasi arrêt du trafic aérien, il leur est impossible de retourner chez eux près de leur famille.
    Pour l’instant notre direction leur offre une aide d’urgence financée sur leurs fonds propres mais cela ne va pas pouvoir durer. En attendant avec le soutien d’organismes communautaires, nous les accompagnons pour leur trouver des activités de bénévolat.

    Merci de relayer mon appel auprès des médias et de me référer à d’autres groupes ou employeurs avec qui nous pourrions nous unir pour dénoncer cette situation et espérer la prise en compte des autorités.

    Bon courage
    Bien à vous tous.

    ps : notez que ma direction n’est pas informée de ma démarche, je préfère donc garder anonyme le nom de la compagnie.

  4. Ma cabane-prison au Canada !

    Bonjour à tou-te-s,
    Merci Madame Nadeau pour cet article. La situation de certains travailleurs temporaires qui ont perdu leur travail suite à la crise du Covid-19 est effectivement des plus préoccupante.

    En tant que représentant et employé d’une firme ayant recruté et accueilli plusieurs travailleurs étrangers depuis un an au Québec, pour contrer la pénurie de ressources qualifiées, notre compagnie ne dispose d’aucune solution viable pour la prise en charge de nos travailleurs qu’elle a dû remercier suite à la perte de contrats.
    Certains sont ne sont ni éligibles à l’assurance emploi, ni à laide d’urgence offerte par le gouvernement fédéral (car moins de 5000 $ de revenu en 2019). De plus avec la fermeture des frontières et le quasi arrêt du trafic aérien, il leur est impossible de retourner chez eux près de leur famille.
    Pour l’instant notre direction leur offre une aide d’urgence financée sur leurs fonds propres mais cela ne va pas pouvoir durer. En attendant avec le soutien d’organismes communautaires, nous les accompagnons pour leur trouver des activités de bénévolat.

    Merci de relayer mon appel auprès des médias et de me référer à d’autres groupes ou employeurs avec qui nous pourrions nous unir pour dénoncer cette situation et espérer la prise en compte des autorités.

    Bon courage
    Bien à vous tous.

    ps : notez que ma direction n’est pas informée de ma démarche, je préfère donc garder anonyme le nom de la compagnie.

  5. Bonjour, déjà avec un permis de seulement un an, vous n’avez pas la possibilité de devenir résidente, assurez vous pour cela d’avoir un permis fermé de 2 ans car il faut 12 mois d’emploi chez votre employeur et d’être toujours en emploi pour pouvoir demandé le CSQ qui vous donnera le droit d’appliquer à la RP.
    Ensuite les travailleurs titulaires d’un permis fermé ont exactement les mêmes droits à l’assurance chômage que tout le monde. Juste à voir si vous avez votre nombre d’heure requis.
    Pascal

  6. J’ai un permis de travail fermé, mon employeur ne me fait pas travailler alors que l’entreprise travail puisque classé essentielle. Rien n’est respecté par rapport au contrat de travail j’ai mon permis fermé depuis le 23 janvier 2020 et ce termine en janvier 2021. J’essaie de le joindre le patron ne répond pas et quand je peux le voir il me dit reviens tel ou tel jour mais rien ne bouge, j’ai une famille avec enfants, le projet était de devenir à termes citoyens canadien . Que faire? Merci de votre réponse.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut