Choisir un banquier, pas une banque - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Choisir un banquier, pas une banque

Choisir un banquier, pas une banque

L’autre soir, en faisant mon épicerie, j’ai croisé mon conseiller financier. Après m’avoir reconnu, il m’a salué par mon nom. Sans hésiter.

C’est peut être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Avant le Canada, mes relations n’ont jamais été terribles avec les banques.  Je suis pourtant resté plus de 20 ans avec la même institution financière. Le nom, le logo et même le personnel a souvent changé. Mais sans aucun bénéfice personnel. Jamais personne n’a semblé savoir qui j’étais sans au préalable devoir regarder ses fiches. Histoire sans doute de bien me faire sentir que je n’étais qu’un petit dossier anonyme et misérable. Juste bon à subir docilement l’augmentation annuelle des frais en tout genre.
Au canada, avantage au client
Bien entendu, même au Canada, les banques ne sont pas là pour donner de l’argent. Il ne faut pas rêver. Mais c’est tout de même le jour et la nuit pour ce qui concerne la relation clientèle. De nombreuses entreprises gagneraient à envoyer leurs cadres faire un stage au Canada.

Voici quelques exemples qui pourraient les inspirer….

Dans les premières semaines de mon immigration, j’ai beaucoup apprécié les ateliers d’information organisés pour expliquer le système bancaire canadien aux nouveaux arrivants : comment retrouver des services équivalents  à ce que je connaissais, la signification des sigles locaux (REER/CELI/REEE/…), mes obligations fiscales en Europe, etc. Bien sûr, je n’ai pas hésité à contacter différentes banques, histoire d’entendre différents sons de cloche. Mais à chaque fois, j’ai pu obtenir un rendez-vous dans un délai très bref et discuté longuement avec un conseiller. Waouh ! Toujours la même disponibilité pour partager des conseils. Et si nos discussions devaient déborder, ça n’a jamais été un problème. C’est comme arriver dans une agence bancaire à cinq minutes de la fermeture. Non seulement, personne ici ne m’a jamais dit “désolé on va fermer, revenez demain”, mais s’il faut passer encore 30 minutes avec moi, le personnel l’a toujours fait avec un grand sourire.

Dans beaucoup de domaines on répète mécaniquement que le client est roi. Mais il faut vraiment être au Canada pour vivre cette qualité d’attention.

Le choix d’une banque
Choisir une banque est l’une des premières priorités pour un immigrant. Car après tout, ça ne fait pas de sens de garder tout son argent sous un matelas. Mais quelle banque choisir ? Le marché est tellement concurrentiel que la plupart des places se marquent à la culotte. On pourrait toujours choisir une banque sur des critères de proximité, de maillage, de type de ristournes (boni dollars ? points air miles ? …), de coûts de services ou même de goodies. L’avantage en tant que nouvel arrivant, c’est de bénéficier d’offres préférentielles pendant les premières années. Alors pourquoi se priver ? Desjardins, BMO, BNC, RBC, ScotiaBank, HSBC, TD Bank… Toutes déploient beaucoup d’efforts pour séduire les immigrants. On aurait tort de ne pas profiter de ce rapport de force pour essayer et comparer différentes solutions.

Et comme si dérouler un tapis rouge pour les nouveaux arrivants n’était pas suffisant, les banques sont prêtent à accueillir l’argent des immigrants mais aussi celui des futurs immigrants. Pour preuve : il est tout à fait possible d’ouvrir un compte bancaire au Canada à distance, avant même d’y poser un pied, ou sur place avec un statut de touriste. J’ai vécu ces deux expériences.

Un banquier plutôt qu’une banque
Ouvrir un compte en banque au Canada, ce n’est vraiment pas compliqué.J’ai ouvert des comptes pour collectionner Ipad, télévision, et autres cadeaux de bienvenue. Puis, je n’ai pas hésité à partir ailleurs. Les néons et offres promotionnelles, c’est bien pour attirer le chaland. Mais ensuite il faut travailler pour le fidéliser.

Même au sein d’une même banque, la qualité de la relation avec un conseiller fait toute la différence.

Il est tout à fait possible qu’un jour j’opte pour une banque en ligne. Mais d’ici là, en tant que nouvel arrivant, j’ai surtout cherché des conseils pour démarrer les choses correctement. Alors un banquier qui a une vraie empathie, parce qu’il a personnellement vécu une expérience d’immigration ou parce qu’il a une expertise dans l’accompagnement de nouveaux arrivants qui me ressemblent, moi, ça me rejoint davantage qu’un expert financier dont l’horizon se limite à la Beauce et qui me regarde avec des gros yeux quand je lui demande à quoi sert encore un chéquier au XXI siècle.

Il y a des tonnes de sujets qui peuvent sembler tellement évidents pour un Canadien. Mais voilà, je ne suis pas Canadien.

En fait, en tant qu’immigrant récent, je n’ai pas besoin de conseils. Merci bien. Je veux juste des conseils pertinents s’il vous plaît. Sans que j’ai à systématiquement poser de question pour obtenir des débuts de réponse. Parce que c’est impossible de savoir tout ce que j’ignore. Et si ce n’est pas un conseiller bancaire qui m’explique spontanément pourquoi et comment bâtir mon historique de crédit, qui l’aurait fait à mon arrivée au Canada ? Qui m’aurait guidé pour faire le ménage dans mes produits financiers en Belgique/France ? Ça prend quand même un certain vécu pour discuter avec moi de mon retour éventuel, à l’heure de la retraite ou précipitamment en cas d’imprévu. Pour l’immigrant que je suis, trouver le bon interlocuteur, qui comprend suffisamment mes défis, c’est juste essentiel.

Bien sûr il arrive que des conseils soient à côté de la plaque. Et prodiguer des conseils pertinents n’empêche pas mon banquier d’essayer, de temps en temps, de me vendre des produits maison hors de prix. C’est de bonne guerre. A moi de faire mes devoirs. N’empêche, si un jour il changeait d’institution, il est possible que je le suive. Qu’importe le nom de la banque. Pourquoi pas.
Ça fait bizarre mais je suis content que mon banquier canadien me reconnaisse en ville. A force d’échanger, nous avons appris à nous apprécier en tant que personnes. Je n’ai jamais cru cela possible avant d’immigrer. Étonnant.

Nous ne sommes pas rendus à être des amis facebook – faut pas pousser – mais il figure dans mes favoris téléphoniques.

Je mesure qu’un avis d’expert, surtout quand il est question de sous, c’est toujours bon à prendre dans le démarrage d’une aventure.

 

Jefke
En 2012, Jefke, cadre dans l'industrie automobile, quitte la Belgique, avec sa conjointe et leurs enfants de 3 et 5 ans. Apres avoir exploré le Nouveau Brunswick, l'Ontario, la Colombie Britannique et le Québec, c'est finalement dans la région de Sherbrooke qu'ils s'installent. Ce qu'ils trouvent dans les Cantons de l'Est les ravi : des opportunités professionnelles aussi intéressantes que dans les grands centres urbains mais surtout une qualité de vie incomparable. Sans oublier des paysages à couper le souffle.

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada