Bilan au Saguenay-Lac-Saint-Jean après 8 ans - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Bilan au Saguenay-Lac-Saint-Jean après 8 ans

Bilan au Saguenay-Lac-Saint-Jean après 8 ans

De herveste

Bonjour,

Ce sont les petites heures du matin. Mon bébé a eu une nuit difficile… et moi aussi. Pour retrouver le sommeil, j’ai lu quelques courriels (email en bon français). Un ami, immigrant vivant au Saguenay (vous verrez que ce détail a toute son importance), m’avait transféré un article. Édité sur “immigrer.com”, l’article relatait l’expérience d’une immigrante française (du pseudo Schumarette) au Saguenay. Elle dénonçait principalement la fermeture de la société saguenéenne. Pour réagir à l’article, je me suis inscrit sur le site. Mais il semble qu’après un délai, il n’est plus possible de répondre. Quand bien même l’article semblait être une succession de critiques acerbes, il semble quand même qu’au fond l’essentiel ait été dit : le problème de l’intégration des immigrants.

J’ai parcouru ensuite plusieurs articles dans lesquels plusieurs faisaient un bilan de leur séjour au Québec après quelques mois ou quelques années. Dans l’ensemble plusieurs ont été ravis de leur séjour. Dans mon cas, le bilan est très mitigé. Il conviendrait avant tout de rappeler qu’une expérience à Montréal peut être très différente par rapport au reste du Québec. Au Saguenay où je vis, la population est très homogène : 95 % de blancs, francophones et catholiques. À Montréal, c’est une autre histoire. La diversité culturelle et linguistique est chose du quotidien. Un immigrant peut absorber le choc culturel et le dépaysement. Au Saguenay, l’histoire ne s’écrit pas de la même manière. Pour bien comprendre mon parcours et mon expérience, j’essaierai de vous faire un récit de mes huit années au Québec. Je ne sais pas encore si je pourrai être bref.

L’histoire commence en décembre 2005. J’avais à l’époque 27 ans. En attendant de pouvoir trouver un emploi dans mon domaine – j’avais terminé un Master en coopération transfrontalière et interrégionale – j’ai donné des cours d’espagnol dans une école privée hors contrat à Versailles. Seulement, le temporaire est devenu permanent. Après trois ans de maigres salaires, j’avais perdu toute confiance au système méritocratique français. En effet, j’avais terminé premier de mon Master, ce qui devait être l’assurance d’une insertion professionnelle réussie. Un jour, alors que je réalisais quelques heures de cours particuliers à la municipalité d’Issy-les-Moulineaux, je suis tombé sur une affiche. “Venez rencontrer les universités du Québec”, pouvait-on lire sur l’affiche. Par curiosité j’ai fait le déplacement. Je n’étais pas forcément enthousiasmé à l’idée de retourner à l’université. Je n’avais pas non plus les fonds nécessaires pour tenter l’aventure. L’engouement était incroyable lors de la rencontre. Des jeunes de mon âge s’affairaient aux tables pour recueillir de précieux renseignements, dans l’éventualité imminent d’un départ. Comment ne pas jouer le jeu ? Je me suis moi-même informé avec minutie sur les programmes existants. Le représentant de l’Université du Québec à Rimouski, après avoir pris connaissance de mon cheminement universitaire, m’a suggéré de faire un doctorat en développement régional. Un doctorat ! Je n’avais jamais pensé à cela. Personne ne me l’aurait même suggéré en France. J’aurais été un autre candidat, un numéro.
Pour vous passer les détails, je me suis aussitôt employé à recueillir les fonds nécessaires. J’en ai fait des heures de cours à domicile aux quatre coins de la région parisienne ! Il faut dire que le jeu en valait la chandelle. Mes espoirs ont été frustrés lors de ma première demande de permis d’étude. J’avais été accepté au doctorat, mais il me fallait justifier de ma solvabilité avant de partir. Mon dossier avait été rejeté, faute de moyens financiers suffisants. Un ami, sans doute sensibilisé par ma déception, m’avait avancé les fonds nécessaires. Aujourd’hui je lui dois ce que j’ai.

Je suis parti de Bordeaux le 6 septembre 2006 pour Chicoutimi. Le doctorat se donne conjointement avec les Universités du Québec à Rimouski et à Chicoutimi. Après une connexion manquée, j’ai passé la nuit à Paris. Le lendemain, non sans une excitation mêlée de crainte, j’ai embarqué… pour un vol sans retour. Le 7 septembre 2006 vers 13 heures (heure de l’Est), j’étais sur le sol canadien. De Montréal j’ai pris un vol pour Québec. C’est là que l’aventure a commencé. Les odeurs interpellent toujours les sens lorsqu’on arrive nouvellement dans un endroit. Mon plus grand dépaysement était cependant le fait d’être la seule minorité visible de la gare d’autobus. Je suis effectivement né de père Français et de mère Ivoirienne. L’autre plus grand dépaysement a été mon voyage à travers la réserve faunique du Parc des Laurentides. Imaginez-vous faire un voyage de plus de deux heures en autobus, à travers une gigantesque forêt ; aucune habitation en chemin. Juste une aire de repos pour prendre un café et se dégourdir les jambes. Premier constant, la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean est enclavée ; un autre détail qui a son importance. À 21 heures j’ai posé mes valises à Chicoutimi, dans la noirceur des premières journées automnales.

Mes premiers instants ont été fantastiques ! J’étais en résidence universitaire. J’avais pour colocs : un Montréalais, un Français et un Terre-Neuvien. Ce dernier est encore un très bon ami. Les cours étaient intéressants. La petite taille du groupe, quatre étudiants à Chicoutimi et quatre autres à Rimouski, était propice aux échanges. J’apprécie beaucoup la modestie des professeurs au Québec, dans l’ensemble. Le contact est très facile entre les professeurs et les étudiants. L’ambiance en classe est très franche et cordiale. Le premier hiver déchaîne, chez les moins habitués, un enthousiasme sans limite. J’étais retourné à l’enfance (façon de parler car j’ai passé une partie de mon enfance dans la chaleur et l’humidité africaine), dévalant les pentes de neige sur un tapis glissant. Je me suis fait un bon réseau d’amis. Mais après six ou sept mois, je n’avais pas encore connu de Québécois, les seuls étant des non originaires de la région, ceux qui vivaient autant l’isolement que des immigrants. Certains m’avaient mis en garde contre la relative fermeture des gens du cru. Je n’avais pas à me questionner davantage, j’étais bien avec mes amis étrangers ou anglophones. L’université garantissait un îlot, sorte de refuge pour les “autres”.

Le deuxième année est plus difficile. La routine se met en place. L’hiver est long ; six mois de neige dans l’année. Un immigrant à pied peut parler mieux de l’hiver qu’un Québécois à bord de son auto chauffée. Des chauffards arrogants vous font sentir vulnérables lorsqu’ils passent proche de vous pour vous envoyer de la neige. Je précise que la courtoisie n’est pas leur fort. Les bonnes manières non plus. J’ai connu beaucoup de frustrations la deuxième année. Plusieurs de mes amis étaient repartis. Je vivais dans une chambre louée dans un sous-sol. L’obscurité jouais sur mon mental. Côté finances, j’avais pu trouver un cours à donner pendant un session à l’université. Un professeur d’origine Belge (un autre détail qui a son importance) m’avait sollicité pour ce cours.

La troisième année, mon cheminement universitaire avait ralenti. Je n’avais plus le moral. C’est alors que j’ai rencontré une Québécoise de la région. Les filles ici ne sont pas enclines à s’enticher des étrangers, encore moins de basanés. Ma copine était déjà sortie de chez elle. Elle connaissant bien Bordeaux pour y avoir fait un stage. C’est une originale en quelque sorte. La vie est devenue plus agréable pour moi. J’ai commencé à rencontrer des Québécois. Je pouvais sentir une maladresse chez plusieurs peu habitués à parler à un étranger. Ils semblaient plus distraits par mon accent que par le fond de mes propos. Et puis je ne partageais pas les mêmes sujets de conversation. J’étais encarté intellectuel, ce qui n’est pas une tare en soi. Mais au Saguenay, les hommes sont plus manuels. Rien contre ça, mon père est mécanicien. L’intellectuel est dénigré. Pour beaucoup, la poursuite des études doit s’accompagner d’une volonté d’augmenter son standard de vie, comme si avec le nombre d’années d’études venait une échelle salariale objective. J’ai dû passer pour un imbécile lorsque je n’affichais pas de prétentions salariales au-delà de la centaine de milles par année. Bref, ce n’était pas valorisé de faire un doctorat : j’ai suscité davantage le respect lorsque j’ai commencé à faire des triathlons et courir des marathons en bas de trois heures.

J’ai obtenu ma résidence permanente le 9 mars 2009, après trois ans de démarches. Cela me donnait le droit de postuler des prêts et bourses du ministère. Au Québec, les bourses ne sont pas accordées sur critères sociaux comme en France. Certaines sont données au mérite, d’autres font partie d’un programme de prêts du gouvernement. Bien que modiques, ces bourses suffisaient à payer le loyer et à manger. Les loisirs étaient rares. Pour arrondir les fins de mois, j’ai cherché un emploi. Les emplois étudiants sont très rares ici, du moins pour les étrangers. Je sais que plusieurs de mes étudiants ont un emploi, contrairement aux diplômés étrangers qui cherchent désespérément. Bien qu’étant très heureux en couple, j’avais perdu le goût de poursuivre mes recherches. J’étais peu valorisé, peu encadré. Je pouvais témoigner de certaines injustices. Des collègues Québécois négociaient leurs notes pour avoir des bourses, alors que nous étrangers étions tenus de donner le meilleur. Pour couronner le tout, je voyais les bourses et les charges de cours m’échapper. Le seul Québécois du programme, car ils poursuivent rarement après la première session du doctorat, avait bourses et charges de cours. Il trouvait quand même le moyen de se plaindre. Un aspect puéril commun à plusieurs.

On me disait qu’il fallait faire du bénévolat, s’impliquer pour trouver un emploi. C’est très vrai. Au Saguenay, l’avantage est que si tu veux travailler sans être rémunéré, c’est très simple. Je me suis retrouvé directeur de conseil d’administration, journaliste du journal de l’université, conférencier et autres fonctions, du jour au lendemain. J’ai ainsi pu garnir mon CV. Ce serait un conseil pour les Français qui arrivent ici : l’implication est aussi importante dans le CV que l’expérience professionnelle. Pendant ce temps, je cherchais toujours un emploi. Parfois j’avais des réponses ; dans la majorité des cas pas de nouvelles.

En 2012, j’ai connu un regain d’énergie. J’avais repris mes recherches. Ma copine (la même) avait trouvé un bon emploi. Nous avions emménagé dans un appartement plus grand. Les projets d’avenir étaient clairs. J’étais serein. Mes parents étaient venus me rendre visite pour la première fois. J’étais reconnu dans le milieu du sport. On a même parlé beaucoup de moi lors du marathon de Boston en 2013. Mais au fond de moi, je ne me sentais pas toujours le bienvenu. J’avais pris pour habitude d’éviter les attroupements pour ne pas m’exaspérer du manque de cordialité de plusieurs. Les gens ne tiennent pas la porte, ils s’impatientent très vite, ils ne demandent pas poliment, ils sont matérialistes. Sur ce dernier point, ma copine devait toujours se justifier auprès de ses amies de toujours vivre en appartement. Pour exister socialement ici, tu dois avoir ta maison avec sous-sol aménagé pour les longues soirées d’hiver. Les hommes aiment faire de la motoneige, regarder les matchs de hockey et boire de la bière. Autant dire que je n’avais aucun atome crochu avec les messieurs. Étrangement, j’avais plus de conversations avec les plus anciens ; ceux issus de familles de 10 enfants et qui ont connu les manques et les privations. Je préférais ces personnes faites de l’étoffe des bonnes gens, à l’arrogance des jeunes ou d’âge intermédiaire, obnibulés par les engins mécaniques. Toujours en 2012, j’ai décidé de faire la demande de citoyenneté canadienne. J’avais passé 1095 jours en sol canadien. À ce propos, plusieurs vous déconsidèrent lorsque vous leur expliquez que vous allez devenir canadien. Une connaissance souverainiste m’a dit qu’il avait honte du Canada. C’est une remarque personnelle, mais il est sûrement plus facile pour un immigrant que se sentir canadien qu’un Québécois de se sentir canadien. Les anglophones n’ont pas toutes les vertus, mais ils ne sont pas les fautifs de tout. Ils sont parfois un objet de fantasme tel, que plusieurs préfèrent apprendre l’espagnol plutôt que l’anglais. D’autres se vautrent dans leur monolinguisme, se targuant au passage d’être les défenseurs du français, lorsque leurs lointains cousins Français auraient trahi leur langue au gré de tous ces anglicismes. Les Québécois en effet, pensent que les Français n’utilisent que des anglicismes. La différence c’est que nous le savons, eux non. Ils vont dire “canceller” pour “annuler” sans vergogne.

Enfin en décembre 2013 j’ai déposé ma thèse. Pour vivre, car je n’avais plus de bourses, j’ai monté ma firme de consultant en développement territorial. Je propose des diagnostics territoriaux pour les collectivités territoriales et des études d’impacts socio-environnementaux pour les compagnies minières. Jusqu’à présent mes clients sont anglophones. Quand je prends le téléphone pour négocier avec un Québécois, il me parle de mon accent et de mes origines ; comme si cela importait pour conclure une affaire ! Le 1 mars est né mon fils. Avec les félicitations arrivaient les questions de notre entourage : allez-vous toujours rester en appartement ? J’ai finalement soutenu ma thèse le 26 mai 2014, après près de huit ans de travail discontinu. J’avais néanmoins livré un travail acharné pendant la grossesse de ma femme. Le jury m’a même attribué la mention excellente. Oui mais après ? Un évaluateur externe originaire du Nouveau-Brunswick (un autre détail qui a aussi son importance) m’avait suggéré de faire carrière en tant que professeur d’université. J’ai trouvé l’idée intéressante. J’ai alors publié plusieurs articles et rapports. Puis est arrivé l’emploi de rêve : un poste de professeur à l’Université du Québec à Rimouski, exactement de mon champ de compétences. Même si je savais que la compétition allait être rude, je savais avoir des chances légitimes. J’ai postulé avec tout ce que j’avais d’arguments solides. Je n’ai jamais eu de réponse. J’ai compris que les dés étaient pipés. Quel naïf. À Chicoutimi j’avais vu des choses similaires. Des postes étaient affichés en respect de la loi, mais le candidat était déjà choisi ; question de formalité. Par exemple, une femme qui est arrivée après moi au doctorat, a obtenu un poste permanent de professeur sans avoir obtenu son diplôme. Aux autres comme moi, il faut faire une très bonne thèse, publier, voire faire un post-doc. Je ne connais pas l’identité de la personne qui a été embauchée à Rimouski, mais je suppose qu’il s’agit de la fille d’un des professeurs. Le népotisme sans vergogne avec l’argent public.

Aujourd’hui je considère avoir plus de chances de trouver un emploi dans le Canada anglais, bien qu’étant francophone. Mon départ est chose sure. Ma femme (ma copine est devenue ma femme) est triste car attachée à sa région. Elle a cependant compris tout le défi de m’insérer professionnellement au Saguenay. Les réseaux sont tricotés serrés. Les emplois et les contrats sont accordés à la famille, puis aux amis ; aux immigrants s’il reste des miettes. Mais vous savez qu’en contexte de crise, les miettes ne tombent plus par terre. Je ne sais pas si je perds tout optimisme. Peut-être que les choses iront mieux dans quelques mois et que je conclurai sur une note positive. Si c’était à refaire bien sûr je le referai, car je suis aujourd’hui une personne avec de plus grandes qualités, bien plus que si j’étais resté en France. Il faut cependant connaître la réalité, celle de quelqu’un qui a passé huit années dans une région éloignée du Québec. C’est autre chose que quelques mois, au même trois ans à Montréal. En tant qu’immigrant, il faut s’armer de patience. Oh j’oubliais, j’ai obtenu le citoyenneté canadienne le 16 octobre 2014. Peut-être que je pourrai avoir un emploi au gouvernement fédéral. Je dis bien fédéral, car même un ami Québécois (car j’en ai quelques-uns) m’a dit que la fonction publique québécoise était pour les Québécois francophones, entendez par la : “Pour les pures laines.” Malgré ce récit qui peut sembler parfois sombre, je vous invite malgré tout à tenter l’aventure. Cela en vaut la peine.

Amitiés à mes compatriotes Français.

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Laissez un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada