3ème Canadanniversaire - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

3ème Canadanniversaire

Fallback Image

De Dometaure

Allo gang,

Je voulais vous partager notre ressenti après 3 ans …. bonne lecture !!

—–
Voilà déjà 3 ans que nous avons débarqué sur le sol québéçois avec nos 2 malles et la grosse cage de N.
Quitter notre petite situation bien confortable pour partir vers l’inconnu …. Il faut être un peu fou je pense !

Que de chemin parcouru …. Un parcours semé d’embûches, mais nous pouvons dire aujourd’hui, l’un comme l’autre que nous ne regrettons rien. Nous apprécions maintenant notre douceur de vie. Mais celle-ci, personne ne nous l’a donné. Nous nous la sommes construite tranquillement, au fur et à mesure.

Une immigration reste une épreuve.

Les premiers mois, il nous a fallu tout réapprendre, s’adapter à d’autres modes de pensées, de fonctionnement, que ce soit dans la vie de tous les jours, au travail ou dans les relations sociales.
Tout recommencer à zéro, se reconstruire une nouvelle vie est vraiment difficile.

Et on a beau s’y préparer mentalement autant qu’on peut avant. Les premiers mois n’ont pas été évidents, autant pour l’un que pour l’autre. Une « chance » que nos baisses de moral périodiques n’étaient pas en même temps. Cela permettait de booster l’autre.

Nous sommes arrivés au Québec avec pas trop d’attentes je dirais, pour justement ne pas être déçus. Même si au début, tout est découverte, nous avons essayé de ne pas suridéaliser notre nouveau pays.

Je disais toujours à mon chum que je voulais au minimum, ne pas vivre moins bien qu’en France.
Et justement, cela nous a pris environ 8 mois avant de retrouver notre niveau de vie d’avant. 8 mois avant de trouver chaussure à notre pied chacun au niveau du travail. 8 mois avant de pouvoir sortir la tête de l’eau finançièrement. En arrivant ici, il a fallu tout racheter de A à Z, de l’auto à la petite cuillère. Débarquant de nul part, nous n’avions bien sûr pas d’historique de crédit, indispensable pour tout crédit.

L’éloignement de la famille et des amis a été, est et reste toujours difficile. Je me rappelle de ce premier Noël en 2009 où aucun de nous 2 n’avait le goût de fêter. La seule vue des décorations de Noël me faisait pleurer. Nous avions volontairement été travailler le jour de Noël pour penser à autre chose. Et pourtant, nous n’avions pas réveilloné seuls …

La dernière année et demi, notre réseau social s’est agrandi de davantage de copains Québécois. Je pense que dans une immigration, cela prend bien ça…. 2 à 3 ans pour s’intégrer davantage aux locaux. Comme partout, les relations amicales mettent du temps à se construire. Nous n’avons pas vécu la situation où l’on dit souvent que les Québécois n’ouvrent pas le cercle intime de leur maison. Nous sommes peut-être tombés sur les bons … ?

Nous sommes tous 2 dans notre job actuel depuis presque 2 ans et demi. Moi éducatrice spécialisée au gouvernemental avec de bonnes conditions salariales et avantages sociaux. Le seul problème dans le domaine public reste ce fonctionnement par ancienneté, qui m’oblige à attendre encore 1 à 2 ans avant d’avoir une permanence de poste. Mais au moins, le travail ne manque pas.
Les 10 premiers mois, en terme d’ancienneté en poste, j’ai donc recommencé à zéro. Ce qui veut dire faire des chiffres de travail de soir et de fin de semaine.

D., quant à lui dans le communautaire n’a pas cette problématique là. Il a son poste bien à lui. De formation de moniteur-éducateur, il a relevé haut la main ce nouveau défi professionnel en tant qu’intervenant-formateur auprès d’adultes faiblement alphabétisés.

Hormis la naissance très prochaine de notre fille, d’autres projets sont à venir : retour aux études, achat d’une maison l’an prochain, aller découvrir d’autres province du Canada et des Etats-Unis. Mais aussi, ces 3 ans de vie ici nous permettent maintenant de faire la demande de citoyenneté canadienne (Que nous ferons sans hésitation). Ce sera un bel aboutissement à notre processus d’immigration. Mais une fois écoulés les 18 mois d’attente pour traiter notre demande, il faudra passer l’examen de citoyenneté et la cérémonie pour pouvoir obtenir ce sésame.

Pour finir, je peux dire que nous aimons vivre ici.
Nous aimons ce que chaque saison offre, que ce soit en terme de paysages ou d’activités.
Nous continuons à profiter au jour le jour, et à prendre ce qu’il y’a à prendre sans trop se poser de questions pour le moment. Comme partout, il y’a du bon et du mauvais. Tout est une question d’état d’esprit. Le tout est de savoir trouver le juste milieu entre les deux. Et je pense qu’effectivement, au bout de 3 ans, cette équilibre nous l’avons atteint.

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
Haut

Bienvenue au Canada