11 raisons pour lesquelles je perds mon temps au Québec depuis 22 mois - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > 11 raisons pour lesquelles je perds mon temps au Québec depuis 22 mois

11 raisons pour lesquelles je perds mon temps au Québec depuis 22 mois

Nous voici en famille, au Québec, depuis bientôt 22 mois, à présent. J’avais posté un petit bilan sur le forum, à l’occasion de nos 14 mois de présence où je pesais les + et les – de notre expérience d’immigration. Je dois avouer qu’à présent, les choses ont évolué et la balance penche plus nettement vers les aspects négatifs.
La cause de cette perte d’équilibre ? Je trouve, à la longue, la vie québécoise « lourde » à gérer pour une maman de 4 enfants, qui travaille. Bien sûr, je compare avec ma vie « française » d’avant (oh, je sais, c’est pas bien, il est conseillé, pour maintenir sa santé mentale, de devenir amnésique dès le passage de la douane). Pourtant je ne peux pas cacher la conclusion de mon introspection : ma vie de mère de famille était logistiquement plus facile en France (et pas qu’un peu) !

J’avais pourtant déjà ( !) tous mes enfants (ils sont nés en France) et une charge de travail aussi importante. Je précise qu’avant notre expatriation, nous n’étions pas aidés, non plus, par la famille française, ni par les amis, pour des raisons d’éloignement. Ainsi le décalage que je ressens en termes de charge logistique familiale ne peut pas s’expliquer par l’absence de proches, d’autant que les enfants grandissant : je devrais au contraire me sentir allégée de certaines contraintes (comme les couches par exemple, qui ne sont plus qu’un mauvais souvenir depuis quelques mois…).
J’ai donc essayé de comprendre pourquoi mon temps était phagocyté à l’excès au Québec (je n’ai pas pu poser mes fesses pour lire un bouquin depuis que j’ai posé le pied ici). Mes journées (hors temps de travail) sont souvent finalement gaspillées en tâches/obligations diverses et variés qui n’existent pas en France. J’ai donc voulu faire la liste des nouvelles obligations auxquelles je dois faire face depuis que je vis au Québec et je me suis rendu compte que la liste était longue, longue …

1-    Au Québec, je perds mon temps à préparer 4 boîtes à lunch, 5 soirs par semaine, pour mes enfants

Oui, certaines écoles proposent des « snacks » (pizzas ou hot-dogs, parfois frites) ou des services externes dits « traiteurs » (pardon, mais après avoir tenté de commander plusieurs plats du menu, le verdict a toujours été « cher » pour ma part, et « dégueulasse » pour la part des enfants). Je n’ai donc pas trouvé de cantines ou de « self », dignes de ce nom dans les établissements scolaires québécois, avec choix de menus variés cuisinés (entrée, plat, dessert), d’où la nécessité de préparer toutes les veilles d’école des boîtes à lunch pour mes chères têtes blondes (une boîte à préparer, ça va, mais 20 par semaine, j’avoue que cela me pèse sacrément).

2-    Au Québec, je perds mon temps à habiller mes enfants comme des oignons

Et oui, les matins où la température est indécente, j’avoue que la routine de l’habillage des enfants me donne des vertiges. Vérifier les mitaines, les cache-nez, les bonnets, les affaires de dessous et celles de dessus (Quoi tu as encore perdu un de tes gants?), leur faire lever les bras au-dessus de leur tête pour vérifier qu’ils peuvent encore bouger (Oui, c’est bon…) et les regarder partir avec leur démarche de cosmonaute (LOL) me semblent être supportables sur la durée que pour les personnes nées ici, habituées depuis la naissance à tant de contrariétés vestimentaires.
En complément de cela, la garderie me demande, à chaque changement de température, de modifier le trousseau de ma fille (En Septembre : pantalon de pluie, coupe-vent, gants imperméables, bottes de pluie, bonnet, écharpe, cache-cou. Dès Novembre : pantalon de neige, manteau de ski, moufles, bonnet taillé pour les températures québécoises, cache-cou. Début Avril : Veste et sur-pantalon doublé de polaire et toujours avoir un bonnet à portée de main. En Juillet : crème solaire, maillot, serviette de bain, casquettes, mais encore le pantalon et bottes de pluie dans le sac au cas où.) ! Bref, vous l’avez compris : la logistique vestimentaire est compliquée au Québec et est particulièrement chronophage pour toute mère de famille soucieuse du confort de ses enfants.

3-    Au Québec, je perds mon temps à cuisiner, TOUT ce qui est « cuisinable », à cultiver TOUT ce qui est « cultivable »

On a beau dire ce que l’on veut (Je sais JEAN TALON c’est EXTRAORDINAIRE, le plus grand marché à l’européenne en Amérique du Nord, mais 1. C’est pas à côté de chez moi 2. Comparé à beaucoup de marchés de grandes villes françaises, pardon, mais… il n’y a rien de spectaculaire !!), l’offre alimentaire reste réduite au Québec (et même, si elle progresse d’année en année). La qualité, en plus d’être rare, y est très chère.
Ainsi, les produits qui me facilitaient la vie en France et que je trouvais à deux rues de chez moi (les surgelés Picard, les pâtes brisées ou feuilletées roulées toutes prêtes, les galettes de sarrasin ou de froment prêtes à cuire, le pain Bio sous vide à cuire au four, les desserts lactés déclinés sous toutes leurs formes dans les supermarchés français, les épices et mélanges d’herbes congelées, etc…) et bien, je les concocte à présent moi-même. De mon avis, les légumes que l’on trouve ici dans les supermarchés n’ont pas vraiment de goût (aspect plastique, luisants, mais gorgés de flotte, les tomates sont des catastrophes). De plus, leur prix a augmenté de 13% sur un an (oui 13% entre 2015 et 2016) !! Alors, au bout d’une année de présence ici, j’ai décidé de cultiver un minuscule potager, mais la météo réduit les possibilités. Je me suis aussi rapprochée de quelques producteurs/fermes pas trop éloigné(e)s pour me faire livrer des paniers de légumes mais cela reste saisonnier, seulement 5/6 mois de l’année (pas de livraison bien entendu en hiver). Enfin, vu le prix québécois des volailles et des œufs, j’en suis à me demander si je ne vais pas prochainement acheter des poules et aménager un poulailler (chauffé ??)…Et j’avoue qu’en raison de l’assommoir fiscal que constitue la Société des Alcools du Québec, même un alambic pour produire notre gnôle locale nous semble à présent une bonne idée, après avoir payé de la piquette achetée à la SAQ à des tarifs dignes d’un champagne millésimé en France!!
Donc, si on continue dans la lancée, dans 10 ans, mon mari, mes enfants et moi-même seront plus proches des « survivalistes » qui se nourrissent en totale autarcie, que des simples consommateurs européens que nous étions avant d’immigrer (vous savez, les français chanceux, qui passent, en un clic, leurs courses au supermarché, de produits variés, goûteux et compétitifs en prix ?). Bref, que de temps passé/perdu/gaspillé à se procurer des produits alimentaires de qualité ! D’autant qu’au Québec, il n’existe pas de « Drives » qui permettent de récupérer dans l’heure, dans un supermarché, une commande de courses complètes passée sur internet. Il faut se déplacer physiquement à l’ancienne, ramener ses bouteilles consignées, comme dans les années 60 en France. Tout cela me prend du temps, grignote mes loisirs.

4-    Au Québec, je perds mon temps à « magasiner » pour essayer de ne pas me faire entuber constamment

De plus, toute personne soucieuse de son budget doit absolument éplucher les circulaires pour tenter de préserver son budget. L’expérience m’a prouvé, en effet, que les marges des magasins québécois sur les produits de consommation sont vraiment maximales. Le consommateur raque plus qu’il ne le ferait si la concurrence entre enseignes était réelle. Car, au fil des jours qui passent, je reste convaincu que le marché canadien n’est pas si libéral et qu’il est difficilement pénétrable pour de nouveaux acteurs. Le gâteau est partagé entre grosses entreprises historiques (les distributeurs alimentaires, les banques…) qui s’entendent pour conserver leurs marges. Le marché européen est en réalité bien plus concurrentiel, ce qui implique des prix plus compétitifs pour les consommateurs. Les marges des entreprises européennes y sont d’ailleurs souvent trop faibles (problème de rentabilité et de pérennité) car les frontières entre pays européens sont ouvertes (et le lobbying moins efficace). De plus, l’inflation en France est quasi-nulle.
Donc, au Québec, on peut s’acheter un fer à repasser 59 dollars et le trouver le lendemain affiché à 39 dollars dans le même magasin (car proposé à ce prix réduit pour deux jours seulement dans la circulaire). Ces promotions sauvages me font douter constamment de la pertinence de mes achats. J’hésite donc à acheter au prix normal, ne sachant pas si le lendemain le prix ne sera pas baissé de 40% pour les chanceux qui auront eu la magnifique idée d’attendre 24h. De la même manière, j’ai déjà acheté une crème solaire 9 dollars, alors que son prix courant était 19 dollars, ce qui m’a donné le sentiment de surpayer le produit toutes les fois suivantes où je l’ai acheté. La conséquence de ces « ventes flash » est que le client doit se rendre chez Métro pour se procurer des bleuets en promo, chez IGA s’il veut acheter des torchons soldés, chez Walmart pour débourser 3 dollars de moins sur son shampooing habituel. Dans ces moments intenses de magasinage, je regrette donc les prix serrés d’un Leclerc (qui tente systématiquement d’afficher moins cher et qui offre en ligne un site permettant de comparer le prix des produits) et les périodes fixes de soldes légales en France au cours desquelles il est possible d’acheter à prix « aubaines » deux fois par an. On peut ainsi prévoir de planifier des achats importants au cours de ces soldes et ne pas passer sa vie à attendre une ristourne éventuelle en consultant les circulaires avec frénésie (ce qui constitue une énorme perte de temps et d’énergie).

5-    Au Québec, Je perds mon temps (et mon essence) à aller chercher mon courrier

La distribution de courrier à domicile a disparu partiellement dans certaines zones géographiques : les boîtes aux lettres sont regroupées dans un centre « communautaire » où il faut se déplacer pour récupérer son courrier (pratique lorsqu’on a une entorse ou simplement la grippe !). Je ne sais pas comment on fait lorsqu’on est vieux et fatigué, quand on n’a pas le permis de conduire, peut-être peut-on demander dérogation pour être livré…. Je vous laisse imaginer le déplacement que cela engendre quand il fait nuit, qu’il fait -15°, que la journée de travail est finie mais qu’il faut encore faire un détour pour aller chercher son courrier. Une fois, ça va, mais plusieurs fois par semaine, cela use à la longue…Du moins, moi, cela me court sur le haricot.

6-    Au Québec, je perds mon temps à faire 4 déclarations fiscales pour mon foyer

En France, je rédigeais une seule déclaration d’impôts pour mon foyer (M. ET Mme). Au Québec, il faut en faire quatre fois plus (2 pour Mme (provincial et fédéral), 2 pour M. (Provincial et Fédéral)). Pour m’aider dans cette tâche, je peux recourir soit à un expert-comptable (bonjour la douloureuse, autour de 280 dollars de l’heure), soit à HR Block (cher pour la qualité médiocre du service), soit acheter un logiciel spécial Impôts. A-t-on déjà vu cette nécessité en France (où pourtant il est communément admis que les impôts y sont déjà compliqués) ? Jamais autour de moi, en France, aucun amis ou membre de ma famille a mandaté un comptable ou acheté un logiciel pour faire sa déclaration d’impôts. Pourquoi ? Parce que malgré la mauvaise presse faite autour des impôts français, ils restent 10 fois plus simples à déclarer que les impôts québécois et canadiens. De plus, rien n’est fait pour aider le pauvre contribuable québécois : pas de possibilité de rencontrer physiquement un agent des impôts au niveau fédéral (les bureaux ne reçoivent plus la clientèle). Pire, suite à des coupes budgétaires, les contribuables canadiens rencontrent des difficultés extrêmes pour parvenir à joindre l’agence du revenu du Canada par téléphone : Bref, il faut au minimum un logiciel informatique ou mieux, une maîtrise en fiscalité pour comprendre les formulaires québécois (et leurs innombrables annexes), le tout couplé à de pénibles heures de réflexion pour parvenir à pondre, enfin, une déclaration provinciale, puis québécoise. Franchement, n’a-t-on pas mieux à faire dans sa vie que passer 3 jours complets par an, embrumé dans les exigences fiscales de notre pays d’accueil ?

7-    Au Québec, je perds mon temps à trouver un médecin pour ma famille et je perds mon temps à attendre dans son cabinet

Et oui, en France, mon médecin de famille passait, la journée même de mon appel, visiter à domicile mon petit troisième lorsque ce dernier avait trop de température. Si le toubib était en vacances ou trop occupé, je pouvais toujours joindre SOS MEDECINS (concept totalement « extra-terrestre » au Québec où on s’estime chanceux si on obtient un rendez-vous dans les 2 semaines (quand on arrive enfin à voir le médecin, l’enfant est guéri, les miracles de la nature sont intervenus). Au Québec, j’ai attendu plusieurs mois avant de trouver un médecin de famille et j’attends parfois 2 à 3 semaines pour que ce dernier daigne recevoir en consultation un de mes enfants. Pendant ce temps, je me débrouille, le soigne en auto-médicamentation à mes frais exclusifs bien sûr. Parfois la maman de famille nombreuse que je représente ressent une grande lassitude quand la problématique santé est multipliée par le nombre d’enfants à soigner (je ne parle même pas des bobos des adultes, on ne s’écoute pas (finies les visites de prévention), on espère simplement que le corps ne nous fera pas un coup de grisou…).

8-    Au Québec, je perds mon temps à entretenir ma voiture (je vois plus mon garagiste que mon toubib)

Je crois que je n’ai jamais autant vu le garagiste que depuis que nous vivons au Québec. J’ai presque l’impression qu’il fait partie de la famille. Car, tous les 2/3 mois (j’ai vérifié et j’ai repris mes factures depuis notre arrivée ici) , je lui  rends une visite (fort coûteuse au demeurant) : deux fois par an, il faut changer les pneus (hop chez le garagiste), après évidement il y a les révisions (je ne sais pas pourquoi les constructeurs les prévoient si rapprochées en Amérique-du-Nord, euh, si, peut-être, vous avez dit Business ??), et aussi le traitement antirouille, rendu obligatoire pour protéger la voiture, en raison du sel déversé pour déneiger les routes. J’ai également connu deux pannes en 18 mois, liées au mauvais état des routes québécoises. Car, au Québec, le système de freins et vos amortisseurs morflent pas mal…Et je peux vous affirmer que j’ai mieux à faire de ma vie que d’aller chez le garagiste !

9-    Au Québec, je perds du temps à me conformer aux règles et règlements parfois ubuesques mais que tout le monde fait appliquer à la lettre (même quand c’est con)

A notre arrivée, l’école primaire publique de mon fils a exigé pour son inscription de Septembre un justificatif de domicile sous forme de factures (C’est le règlement, que voulez-vous). J’ai expliqué que nous avons loué à partir de Septembre et que par conséquent, je ne disposais pas encore de facture énergie ou téléphone. J’ai donc proposé de produire une copie du bail (Refusé, car « non-sécuritaire » ???), une attestation sur l’honneur (Refusé, car … ce n’est pas un truc pratiqué ici), une attestation d’assurance (Refusé, ce document n’est pas dans la liste des docs acceptés). A la question : « mais comment faire ? », mon interlocutrice m’a répondu « Appelez Hydro Québec pour obtenir une facture rapide et revenez me voir ». Hydro Québec a bien voulu délivrer une attestation d’ouverture de compte à l’adresse concernée, mais m’a expliqué n’envoyer de factures qu’après un mois de consommation (Octobre, donc, si vous suivez bien). Je propose donc à la dame de la scolarité une attestation d’ouverture de compte Hydro Québec. De nouveau, refusée. Me voici alors face à un dilemme : dois-je faire perdre un mois de scolarité à mon fils pour cause de non-production d’une facture d’électricité que je ne détiens pas encore ou continuer à chercher une solution? J’ai finalement souscrit un abonnement supplémentaire de téléphone mobile qui a accepté de m’adresser une facture sur le champ (abonnement payable en avance) et ai pu inscrire mon fils. Bref, j’ai failli désespérer et ai consacré une énergie folle à cette simple inscription administrative.
En France, j’aurai réussi à trouver un arrangement plus rapide avec mon interlocuteur. Celui-ci aurait accepté une attestation d’assurance pour permettre à mon fils de faire sa rentrée et en Octobre, aurait attendu bien sagement la « Vraie » facture pour valider la domiciliation.
Dans le même ordre d’idée, je crois avoir déjà raconté, à notre arrivée, comment CostCo avait au départ refusé que nous devenions membres car les seules pièces d’identité avec photo en notre possession était un passeport français et un permis de conduire français (nous n’avions pas encore reçu le permis de conduire québécois ni la carte soleil). A la tête de la gentille employée CostCo qui nous a demandé « mais pourquoi il a cette drôle de couleur, votre passeport ? », nous avons compris que cela allait être compliqué. Nous étions déjà lassés à l’idée de devoir parlementer.
Pour comparaison, je garde en souvenir ce cas récent, mais à l’issue opposée, d’une voiture neuve achetée dans une des plus grosses concessions automobiles de France (pas un boui-boui, donc). Le règlement était clair : Paiement par virement ou chèque de banque, et affiché sur la porte d’entrée. Or, pour des raisons de timing (il fallait que nous repartions le jour-même avec la voiture), pas de possibilité d’attendre la réception des fonds (SEPA 24 à 48h) ou de retirer un chèque de banque. Notre demande a bien posé problème, mais finalement, après discussions et appel à la hiérarchie, nous avons obtenu une dérogation, avons payé avec un chèque classique et sommes repartis avec la voiture le jour-même. La concession française a pris un risque certain (c’était une grosse somme en plus) mais a préféré tenter la chance et ne pas perdre un client.
Je ne pense pas que ce genre d’arrangement aurait été possible au Québec, car, ici, on ne rigole pas avec le risque (combien de fois entends-je : « Ce n’est pas sécuritaire » ?), on ne rigole pas avec l’argent, ni avec les moyens de paiement. J’ai plusieurs fois éprouvé l’expérience de vouloir acheter un produit au Québec, mais de ne pas disposer du BON moyen de paiement. Par exemple, ne pas avoir ma carte de débit sur moi et vouloir payer chez Dollarama, vouloir prendre un  funiculaire mais ne pas avoir de liquide, voir sa carte de crédit Mastercard refusée car le magasin n’accepte que les Visa, ne pas pouvoir obtenir de remboursement sur une carte de crédit car il ne s’agissait pas de la carte qui avait payé le produit au moment de l’achat initial, etc…
Le paiement mensuel (et manuel, même si cela se fait en ligne) de sa carte de crédit, avant échéance du relevé, constitue aussi pour moi une drôle d’obligation chronophage et complètement anachronique, qui mériterait d’être abolie (nous sommes au 21ème siècle quand même) pour faire gagner du temps au consommateur. Pourquoi ne pas envisager un prélèvement automatique directement du compte chèque vers la carte de crédit du montant du relevé (si jamais la somme est disponible bien sûr et que le client y a consenti) ? Mais je crains que pour de sombres raisons mercantiles (si on automatise, les oublis de paiement de la carte de crédit seront moins nombreux et donc les sommes facturées à titre d’intérêts seront moins juteuses), les banques n’y ont pas intérêt. Elles préfèrent que le client utilise son temps précieux pour effectuer (ou oublier) son paiement mensuel.
Bref, je regrette ces contrariétés au quotidien, concernant le système bancaire, les moyens de paiement, et l’application aveugle des règlements, qui, à mon avis, occupent inutilement le temps disponible.

10-    Au Québec, on perd aussi du temps de vie à déneiger/ramasser les feuilles qui tombent en masse/tondre

Je ne pense pas que je doive développer cette partie. Tout le monde, à la lecture du titre, s’imagine aisément que le déneigement ne constitue pas l’activité la plus intellectuellement stimulante du monde. Dans le même ordre d’idée, nous avons été impressionnés par la quantité de feuilles imputrescibles que nous avons dû ramasser à l’automne (je n’ai pas compté les sacs, mon dos s’en souvient encore), mais également par la vitesse de pousse du gazon en été (je comprends mieux la réussite des entreprises de déneigement et de tonte !). Tout cela contribue à grignoter un peu plus mon temps libre.

11-    Au Québec, on travaille plus et on oublie les 35h/semaine et les 5 semaines de congés payés

Et oui, j’ai aussi perdu en temps de disponible pour ma famille depuis que je suis là. Je travaille 40 heures par semaine (je perds donc 5 heures hebdomadairement et 2 semaines de congés payés à l’année. Mon mari, qui ne pouvaient pas appliquer les 35 heures en France, du fait de ses responsabilités, travaille autant au Québec, mais a perdu 4 semaines de congés payés (il bénéficiait de 6 semaines en France). Mais dans ces conditions, comment trouver le temps d’aller chez le garagiste ?

Je propose donc de conclure sur les mots suivants :

Cet article m’a pris du temps à sa rédaction (j’aurais pu faire d’autres choses passionnantes comme étudier en profondeur les nombreuses circulaires promotionnelles qui ornent ma table de cuisine ou faire le point sur mes multiples cartes de crédit Visa/Mastercad/débit). J’espère donc que cela ne sera pas en vain et que ce petit texte fera réfléchir certaines familles qui s’interrogent avant de sauter le pas vers l’immigration.

En résumé :

Le Québec, super sympa pour des jeunes-qui-n-en-veulent, accros à la junk-food, qui habitent en appart, qui prennent le métro et qui n’ont pas d’enfant à nourrir-sainement-habiller-chaudement ! Pour les familles nombreuses, soucieuses d’une qualité de vie, de loisirs et de temps libre non-passé à diverses obligations logistiques chronophages, vous l’avez compris, je suis plus dubitative.

D’après le texte original de Rourouille

Vos recherches:

  • https://www immigrer com/11-raisons-pour-lesquelles-je-perds-mon-temps-au-quebec-depuis-22-mois/
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
  • Marina

    Bonjour,
    Pensez-vous donc repartir en France ou malgré tous les défauts vous allez rester au Québec?

  • Laurent Elouard

    Rentres vite tu n as aucune envie de rester. Si tu decouvres tous ces aspects maintenat c est que tu n as pas preparer ton immigration.
    Et oui on est pas chez les bisounours. Il fait froid l hiver !!! Dawn tu ne le savais pas avant de venir!!!.

    • Jean-Louis Poli

      De toute manière, le Québec accueille le plus grand flux d’immigrants français, mais il faut savoir que cela fait le bonheur des déménageurs, car quasiment 75% reviennent dans les cinq premières années ! Personnellement, j’ai tenu 12 ans !

  • Nadege Romani Pellet

    C’est étrange comme chacun à une perception différentes des choses !
    Mon cousin vit à Montréal depuis 8 ans avec sa femme et leur 3 filles ( 2 sont nées au Canada ) , au bout de 6 ans, ils sont rentés en France car c’est le temps qu’ils pensaient rester lorsqu’ils sont partis s’y installer, et apres quelques mois en France, ils ont décidé de repartir au Canada, ils ne se sont pas du tout refait à la vie en France ! Ils seront donc resté juste un an.
    Tout ce dont vous reprochez à la vie au Canada, eux ne s’en sont jamais pleint ! Comme quoi, chacun ressent les choses différemment !
    Moi meme en Martinique depuis 3 ans, avec mon mari et ma fille, c’est une belle île, mais nous, nous ne nous y plaisons pas plus que ça ( pour diverses raisons ) et savons que nous n’y resterons pas ! Alors que nous avons des amis arrivés a peut pres en meme temps que nous, se voient y passer leur vie et ont meme acheté un maison !
    Je suis désolée pour vous que vous ne vous y sentiez pas bien ! :/ Je sais ce que c’est c’est également mon quotidien ici en Martinique !
    Bon courage à vous !

    • Hans Bischoff

      Bonjour Nadege, ma conjointe et moi aimerions nous installer en Martinique & je suis très intéressé à vos commentaires / suggestions car je crois que vous avez eu des expériences sur cette île. j’apprécierais grandement connaître vos impressions (même négatives) sur ce lieu apparemment paradisiaque. Je vous remercie pour votre aide. Hans

      • Lewis #Pastorejetaime

        originaire de l’île je peux vous faire une liste des points positif et négatif

      • lessard32

        paradisiaque si on aime les maringouins!

  • Jean Paul

    Il faut penser à rentrer en France ou devenir mentalement plus souple.

    • Léo

      Wé plus souple..plutôt soumis et résigné à un mode vie qui impose un nombre incroyable de contrariété, et qui jour après jour gagne en frustration, et l’orsque vous vous réveillerez a 60 ans, vous vous rendrez compte a quel point vous êtes passé à côté votre vie.
      Mais si vous préfèrerez vous laissez imposé un mode de vie plutôt que de choisir par vous même..allez y.
      Ce n’est pas contre vous Jean Paul mais c’est juste la phrase résigné que je trouve affligeante.

      • Carine

        Bonjour Léo, je ne comprends pas votre phrase “si vous préférez vous laisser imposer …plutôt que de choisir par vous-même” ?? il me semble qu’immigrer (sauf cas extrême) est un CHOIX, un projet de vie. On ne leur a rien imposé, juste mal préparé peut être et surtout il n’y a rien de pire que de comparer avec la France : le Québec n’est pas “un bout de France” mais bien une Province d’Amérique du Nord ! avec oui une culture différente …nous sommes au Québec depuis 2 ans et on a l’impression d’y avoir toujours vécu et mes enfants 12 et 15 ans ne rentreraient en France pour rien au monde ….l’adaptation et l’intégration sont parfois plus longues ou difficiles pour certains ou alors ils se sont tout simplement trompé dans leur choix !

        • Jean-Louis Poli

          En France, le Québec est assis sur un gros mythe et parfois effectivement la réalité des changements rattrape l’optimisme ! L’avantage de la France, est que la vie diffère énormément selon sa région ! Après 12 années au Québec, je me suis installé dans les Hautes-Pyrénées dans une petite bourgade de 100 habitants toute en étant rapidement proche assez rapidement des services ! Au Canada, on vit dans l’immensité… ce qui n’est pas toujours un avantage…

          • Louis-Marie Poissant

            Ici aussi il faut choisir sa bourgade. L’espace est comme l’espace entre les noyaux atomiques.

  • Marina

    J’avoue que tous ces defaults que vous décrivez nous les vivons aussi, mais on essaye de d’adopter, puis nous avons que deux enfants, donc c’est un peu plus facile 🙂 L’unique défaut que je trouve vraiment grave et qui est sur ma liste ‘noire’, c’est la système de santé; depuis notre arrivée en été 2016 mes enfants n’ont pas eu un check -up, et moi , j’ai des douleurs chroniques que j’ai géré en Belgique, ici je ne sais pas qque je vais faire quand mes medicament Belges vont finir….
    Le reste, les coupons , les supermarchés, les cartes visa, ce sont les détailles, qui font partie de la vie, on s’adapte. C’est clair que le déménagement avec la famille c’est plus difficile que en couple ou solo, et c’est pas facile de tout synchroniser. Moi je vois des avantages et des inconvénients , et je vois que il y a des gens qui pensent quant meme de rentrer dans leur pays et certains repartent pour Canada après 🙂 Je pense que ca aussi depend des opportunités que se present ici, comment chaque personne réussit . C’est sur si on n’a pas un salaire qui nous convient (et 2 semaines des vacances à place de 6), on profite pas de la qualité de vie que nous a été promis 🙂 , et peut être c’est mieux de tenter les chances à la maison…

    • Coin

      Juste concernant vos médicaments belges : 1/ demandez à vos proches (amis / famille) de faire faire par un médecin (idéalement celui qui suivait en Belgique) une ordonnance vous étant destinée.
      2/ il leur suffit ensuite de vous les acheter et de vous les expédier au Canada, en incluant évidemment l’ordonnance susmentionnée.
      C’est la seule façon légale de recevoir de l’étranger des médicaments sur ordonnance.

      • marina

        Merci! Je ferai ca. On m’a dit aussi que je peux emmener chez médecin généraliste ma boite avec des medicaments et il pourrait faire une ordonnance pour un equivalent ici. En Belgique, je faisais aussi des infiltrations de cortisone une fois par an, j’ai eu un bon néurolog et je faisais des injenctions radio guidé dans l’hôpital universitaire. Savez vous comment je pourrais trouver un equivalent ici? Nous sommes au Rive-Sud de Montreal, en attente de médecin de famille.

        • Snap

          Ma mere recoit des infiltrations de cortisone 2x par annee en CLSC avec son médecin de famille attitré. Certains CLSC ont des médecins de famille en garde ouverte quelques jours par semaine (suffit d’appeller les CLSC et demander les jours ou les médecins sont dispo pour les sans rendez-vous); pour les sans rendez-vous vaut mieux arriver tot (6:30 am) afin de passer vite et d’éviter d’y perdre votre matinée (je conseille les jours de semaine). Par la suite il y aura possiblité de demander un suivi, si le médecin a encore des places, il pourra vous mettre sur sa liste de patients. Si vous avez une carte-soleil c’est gratuit, sinon vous devrez payer.

          • Marina

            Merci! Je vais me renseigner auprès le CLSC, mais nous n’avons pas encore le médecin de famille ..

    • lechinois3000

      Ne critiquez pas le système de santé Québécois c’est le PLUS meilleur au monde. Des fatwas vont vous parvenir rapidement par la gente culturelle expatriée .

    • GreatCatSbee

      Vous devriez essayer de parler avec votre pharmacien pour les médicaments. Et pour le médecin de famille, insistez. Il ne faut pas attendre que la fameuse liste serve.

      • Marina

        Merci pour les conseils , oui l’infirmière de CLSC m’a dit que je peut venir avec mes medicament chez un généraliste pour avoir l’ordonnance! Ce serait bien avoir médecin de famille, je vais relancer ca!

  • Stephane Lacroix

    Bonjour,

    Vous avez raison sur plusieurs points. Il est vrai que le Québec n’est pas fait pour les familles de plus de 2 enfants. J’ai toujours été étonnés de voir en France des familles de 4-5 enfants. Ici 3, c’est déjà rare. Les services sont plus rares et plus chers. Par exemple pas de maternelle 3-4 ans. Pour vous rassurer ailleurs au Canada c’est pire coté crèches ou avec 4 enfants votre salaire y passerait entièrement!

    Point 1: Il est vrai qu’il n’y a à peu près plus de cantines scolaires, surtout à l’élémentaire. Je pense qu’ils ont peur de toutes les allergies et paranoïas des parents au sujet de la bouffe. Vous avez dû remarquer que tout ce qui se rapporte à la nourriture est moins important qu’en France ici, même s’il y a eu beaucoup d’améliorations.

    Point 2: Là, malheureusement, y’a rien à faire sauf attendre le réchauffement de la planète!

    Point 3: Ça oui, la bouffe c’est pas la France. Beaucoup moins de choix et de qualité et plus cher.

    Point 4: Les prix sont moins surveillés et réglementés qu’en France alors il faut davantage comparer, mais en général je ne trouve pas que c’est plus cher ici (sauf la bouffe et le vin bien sûr). Les produits de consommation en général, comme les appareils électroniques sont moins chers ici.

    Point 5: Ça dépend ou on habite, en ville ça va et même certaines personnes préfèrent l’avoir dans une boite comme ça, surtout s’ils s’absentent souvent. En plus on est en 2017, qui reçoit encore des tonnes de courrier chaque jour?

    Point 6: 2 certitudes dans la vie, la mort et les impôts 🙂 C’est vrai que c’est con d’en faire 2. On parle depuis longtemps d’en enlever une mais ça fait partie des pouvoirs bidons du Québec, alors ils en profitent,

    Point 7: Les médecins gagnent ici 6 fois le salaire moyen, pour 3 fois en France. Devinez quoi, il y en a 2 fois moins par habitant. Et ce n’est pas près de changer vu leur rapacité. Seule consolation, si on réussit a en voir un, on ne paye rien.

    Point 8: Je ne sais pas quelle marque de voiture vous avez, mais je ne l’achèterai pas. Je ne vais pas plus souvent au garage ici que mes amis en France. Bien sûr il y a les pneus (voir point 2). En France on perd surement autant de temps les 2 fois où il y a de la neige et qu’on reste pris avec les pneus d’été.

    Point 9: Coté règlements et administration, je pense que la France ne fait pas mieux. Il est vrai qu’ici ils ont un coté psychorigide très anglo-saxon, juste à voir les douaniers pour s’en rendre compte.
    Les cartes débit-crédit sont en effet une plaie, le système Français est meilleur. Informez-vous auprès de votre banque, car à la mienne (Desjardins) on peut faire débiter automatiquement le solde de la carte visa ou mastercard de son compte à la fin du mois. C’est ce que je fais depuis des années sans soucis. Bien sûr, ils ne vont pas vous le proposer d’office. Ces bandits préfèrent que vous oubliez un paiement pour récolter les intérêts.

    Point 10: Les gens viennent ici pour la nature et les forêts, alors oui des feuilles il y en a! 🙂

    Point 11: Ici il n’y a pas d’accord de branche comme en France (mais attendez avec Macron) alors il y a des normes minimales et tout le reste est négocié dans chaque boite. 40 heures et 2 semaines de vacances est vraiment le minimum et je ne connais personne qui a ça. C’est sûr que lorsqu’on arrive et débute au bas de l’échelle on se retrouve souvent avec ces conditions. La plupart des gens que je connais travaillent 35-38 heures avec 3 à 5 semaines de vacances. Le problème est que ça varie beaucoup d’une boite à l’autre et ça se négocie souvent au moment de l’embauche.

    Je pense qu’il faut voir les bons côtés. Plus d’espace, plus de tranquillité, immobilier moins cher etc. Bien sûr ça dépend des gens et des intérêts de chacun.

    Stéphane
    Québecois

  • Emilie

    Bonjour à vous, Tous les exemples sont vrais mais au combien je me sens bien ici… chaque expérience est différente et heureusement! Chacun doit trouver son équilibre comme il peut. Il est important de savoir pour les futurs arrivants que tout n’est pas rose au Québec ni ailleurs, dans chaque nouveau départ, il y a des + et des+. Merci pour le partage, votre article est très bien. 10 ans que je suis ici au Québec et je ne rentrerais pas en France pour le moment ca c’est sur….

    • Jej

      Tout à fait en accord avec ta réponse.
      En ajoutant, à tous les français qui lisent l’article c’est sûrement encore pire alors ne venez pas, restez en France.
      (Signe un français installé depuis 15 ans à Montreal et comble)

  • bruno

    bonjour
    Je viens de lire attentivement votre synthèse de votre vie au Quebec. Chacun à ces priorités et c’est attentes. Vous dites effectivement des réalités et des évidences lorsque nous vivons Volontairement dans un pays étranger. Je pense que la seule chose importante dans votre récit c’est effectivement le probleme de médecin de famille. Cependant en cas d’urgence il y a toujours les cliniques privées qui faut payer bien sur mais là encore chacun ces priorités. La nourritures est bonne, pas cher ( comparer à en France et d’autres pays .. ) le financement est ultra rapide que se soit carte de crédit, achat maison, rien de plus simple il fallait juste comprendre leurs systèmes qui est de se faire une cote de crédit !!. Le climat… oui il fait froid nous sommes au Canada !!! et nous rencontrons les mêmes problèmes que les Francais qui vivent en montagne, sauf qu’ici qu’il neige qu’il vente qu il géle la vie poursuis son train train. Oui les voitures ” mangent ” mais il faut connaitre des petits garagistes qui réparent ça pour un prix de 45$ de l’heure ( 33 euros ) c ‘est sur faut pas aller à Canadian Tire !!! Ensuite l’impot oui c’est compliqué mais rien de plus simple de prendre un comptable que je paye 80$ pour faire la declaration à ma place super simple non ? Ensuite que dire des gens d’ici, gentils, serviable , discret. Tu parles qu’ils sont toujours en train de demandé si c’est sécuritaire et bien peut etre grâce a ça la vie ici est sécuritaire, mes enfants jouent dehors dans des parcs, vont à l’école tout seul ( 7 ans et 9 ans ). Pensez vous qu’en France tout cela est possible je vous dis non ! Cela fait 10 ans que je suis ici, j’ai vécu dans d’autres pays et même sur des iles et franchement je suis revenu ici. Mais comme je disais ca peut pas plaire à tout le monde. Bon retour en France et peut être à bientot au Quebec 😉

    • Dominique Massar

      Je suis d’accord. Seul vrai problème, le médecin. c’est ce que j’ai pensé à la lecture.

  • CECILE

    je ne sais pas où vous viviez en France mais la plupart des taches que vous décrivez comme étant devenues les vôtres parce que vous vivez au Québec, nous les avons aussi connues en France, comme tondre ou ramasser les feuilles et même déneiger – oui l’hiver est long mais on ne vit pas au Québec si on ne peut attendre le retour du printemps . la voiture et les mauvaises routes, pour nous c’était bien pire en France dans le Gard par exemple que là où nous vivons au Québec. les routes de notre région ici sont bien entretenues et bien déneigées en hiver et nos autos ne souffrent pas plus. les boites à lettres sont aussi de plus en plus déportées en France en campagne – d’autres mauvais côtés que vous décrivez ont toujours leurs pendants de bons côtés que vous passez sous silence – comme la banque qui est d’une facilité et d’une écoute inégalées en France – pour le médecin il y a au moins 15 ans que je n’ai pas vu un médecin se déplacer à notre domicile en France en campagne en tout cas et nous avons ici un médecin de famille dans une clinique non payante qui réunit plusieurs professionnels de la santé, et même en période d’épidémie il garde tous les jours des plages horaires pour ses patients et quand nous appelons la clinique on peut obtenir un rendez vous dans la journée au pire le lendemain – c’est plus difficile chez le spécialiste mais pas pire qu’en France si nous avons une ordonnance de notre médecin de famille. le seul point noir c’est la nourriture mais c’est difficile parce que nous étions trop gâtés en France, ici il faut chercher les astuces pour bien se nourrir vous avez raison. on se débouille à la longue et nos voyages en France sont des moments de plaisir intense avec la nourriture. c’est le seul point négatif que je partage pleinement avec vous pour le reste tout est exagéré ou faux comme le travail : vous n’avez jamais été artisan ou commerçant en France ? 35 heures ? on n’a pas connu ça, on quittait la maison dans la nuit du matin pour y revenir le soir à la nuit tombé, même en été . ici on profite vraiment des heures de loisir que nous laisse la journée plus courte de travail- oui moins de congés mais plus de liberté au quotidien, ça vaut de l’or ! en conclusion je pense que si vous aviez quitté votre cocon en France pour une région pauvre de France vous auriez autant apprécié les changements que ceux que vous avez connus au Québec – ce sera toujours difficile dans cet état d’esprit – nous aimons notre vie au Québec tant que nous souhaitons que nos enfants et petits enfants immigrent comme nous – Cécile

    • Bruno

      Je confirme, je suis nouvel arrivant depuis septembre dernier avec ma femme et mon fils de 2 ans. Tout se passe très bien, et jamais je dis bien JAMAIS ne retournerai en France.
      Et pour une femme de 4 enfants qui ne trouve pas le temps de lire un livre mais qui a le temps de s’occuper d’un potager c’est louche ?!!
      Bref, quand on immigre on s’intègre ou on rentre chez soi.
      Ps: on trouve du très bon vin pour 9$ la bouteille suffit d’être ouvert à la variété de vin des autres pays au lieu de chercher ton bordeaux ou ton cote du Rhône.

      A bonne entendeur, Salut.

  • Juline Legué

    Je trouve que les points que vous évoquez ne sont pas toujours valables. Oui bien sûr la vie dans un autre pays entraine toujours de devoir changer ses habitudes de vie, comme vous l’evoquez par exemple la préparation des lunch que vous n’aviez pas à faire en france. cependant vous perdez probablement moins de temps dans les transports ou à l’épicerie ou carrément même dans l’administration québécoises ( soyons honnêtes). Votre point sur la perte de temps “ramasser les feuilles et déneiger ” … comme si ce montant de temps était représentatif dans une vie , vous ne tondiez donc jamais votre gazon France ? Ou peut être n’aviez vous pas de jardin en france ( donc la encore., si c’est le cas, le Québec vous a permis cela ) sinon remettons les choses à leur place, c’est un peu comme écrire un article pour dire pour dire “depuis que j’ai un jardin je perds trop de temps à marcher dans l’herbe alors qu’avant dans mon appartement j’allais beaucoup plus vite pour faire le tour de ma propriété “. À bon entendeur , en effet si vous pensez vraiememt ses 11 points valables … rentrez donc en france !

    • Christophe Barbe

      Bien vu Juline, excellente comparaison 🙂
      Je vois pas oú est le point de déneiger, on lui a pas dit qu’il y avait de la neige au QC en hiver ? 😀

      Moi et ma famille nous devons arriver au Québec l’année prochaine apres avoir vécu ici en Europe Centrale (et lá c’est autre chose que la France, lá je peux vous dire qu’il y aurait de quoi se pleindre, mais je n’ai jamais eu cette mauvaise habitude francaise haha).
      Nous sommes pressés d’y arriver, de nous intégrer et faire de notre mieux en actant intelligemment, en respectant ceux qui nous acceuillent et en allant á l’essentiel.
      Perso je préfere largement la mentalité canadienne (québecoise) á la mentalité Francaise qui en a perdu d’ailleurs beaucoup depuis que j’ai quitté la France et qui doit vraiment se ressaisir…
      Slts á tous, Christophe

  • Johnny

    Merci Madame pour cet eclairage. Mais dites-moi , comment survivez-vous avec ce froid infernal en hiver ( -20 C ) ???

    • koenig karine

      C’est juste un choix et j’adore les paysages enneigés et franchement, bien couvert, il ne fait pas froid!!!vraiment j’ai été agréablement surprise, je pensais que passer de +35°C à -25°C ça allait être terrible mais pas du tout!!!mon fils de 10 ans né à Tahiti a adoré l’hiver aussi!!!il y a plein d’activités d’hiver à faire ici…..

    • Marina

      On s’habille proprement et on profite de loisirs d’hiver. Ou on reste a la maison devant le foyer

    • Jean-François Thibault

      Il y a un gros mythe sur le froid au Québec… En fait nos hivers, même si ils sont froids et longs, sont la plupart du temps secs. Bref, un manteau d’hiver de qualité (SVP pas les doudounes et manteaux “cheap” fabriqués en Chine ou je ne sais où que je vois vendus partout en France…), un bon foulard et une paire de gants et l’on peut passer la journée dehors sans trop de problèmes la plupart du temps. En France (et en Europe en général, je connais, j’y passe plusieurs mois par année…) même si sur papier l’hiver est court et la température plus chaude, l’humidité automnale, hivernale et printanière est parfois tellement forte que j’ai plus froid à 5 ou 10 degrés en France qu’à – 15 degrés au Québec…Cependant, pour être honnête, c’est vrai que d’avoir seulement quelques jours d’hiver où il fait sous zéro en France est somme toute assez agréable, surtout que ça permet aux agriculteurs de faire, pour certains produits, plusieurs récoltes par an, d’où des produits plus frais que nos produits qui arrivent du Mexique, de la Floride ou de la Californie une grande partie de l’année… Bref, il y aura toujours une douceur de vivre à la française qui n’est pas à dédaigner et sincèrement appréciable (je vous rassure, je sais l’apprécier et suis-même un très grand “fan”, mais à ma retraite peut-être, pas pour y travailler, trop compliqué et démotivant, mais ce n’est que mon humble avis d’observateur passif…), mais pour ce qui est de l’administration, de sa réglementation ubuesque et son obsession maladive à couper l’herbe sous le pied de tous les petits entrepreneurs et indépendants en tout genre, pour ça elle est un vrai cauchemar qui se traduit par un marché de l’emploi complètement sclérosé qui ne va nulle part… (qui voudrait créer de l’emploi ou des entreprises dans un tel contexte…) Bref, je vous rassure, comme a plupart des gens je n’aime pas les multinationales et le pouvoir économique qu’elles ont sur nos sociétés (pour ça elles méritent d’être plus réglementées amplement, surtout au niveau fiscal de manière concertée par tous les pays), mais tuer la petite entreprise et l’innovation en France par des lourdeurs sans noms est une catastrophe économique pour le pays. Mais, remarquez bien, ça a un effet positif pour le Canada (et plein d’autres pays d’immigration en passant), et oui, ça encourage les Français les plus ouverts aux changements, les plus flexibles, ceux qui ont une vision plus large de notre monde que celle de leur arrière-cour à s’expatrier chez nous et à se faire une place ici malgré les hauts et les bas de notre société. Ce qu’ils méritent amplement si ils y mettent les efforts d’adaptation nécessaire (c’est le cas de la plupart). Pour les autres, ceux à qui la flexibilité et l’ouverture manque, il y aura toujours moyen de retourner à la case départ… Cependant, une fois de retour en France, que je ne vous surprenne pas à vous plaindre de la morosité ambiante (ou à voter FN tant qu’à y être…), bref on ne combat pas la migraine en se tirant une balle dans la tête… Si elle vous manque, une fois de retour, apprenez à l’apprécier et profitez-en pour y créer des changements positifs !

  • koenig karine

    Bonjour,
    Expatriée plusieurs fois, en juin 997 de la France vers la Polynésie et en juin 2016 de la Polynésie vers le Québec où je suis encore actuellement, de mon point de vue, l’expatriation doit plutôt être considérée comme un “cadeau”, une occasion d’évoluer et voir autre chose……des avantages et des inconvénients partout!!!!ça dépend juste des yeux qui regardent!!!!Rien n’est définitif, l’expatriation peut être de 2 ans ou de 20 ans, peu importe, ce qui compte c’est le voyage durant tout ce temps, pas la destination…..Tout le monde m’a demandé pourquoi j’avais quitté la Polynésie?????Juste parce 19 ans, c’était assez, j’avais fait ce que j’avais à y faire!!!point!!!l’aventure continue!!!et ici au Québec, il y a des tas de choses différentes, ni mieux, ni moins bien, juste différentes!!!Pour moi, rien ne vient de l’extérieur, tout vient de l’intérieur, donc, tu pourrais faire le tour du monde, tu verrais encore tout ça ailleurs, je pense qu’il te faut aller voir à l’intérieur de toi plutôt!!!!Bonne introspection…..C’est probablement le plus beau voyage que tu feras celui de l’intérieur……

    • Marina

      Je suis d’accord avec vous, il faut garder l’esprit ouvert, sinon on peut trouver du mal partout. Et puis, en tout cas c’est une nouvelle experience qui est enrichissante, meme si parfois c’est difficile , et meme si on rentrera dans notre pays d’origine, on la verra plus avec les memes yeux que au depart 🙂

  • lechinois3000

    Je comprends votre désarroi . Vous n’avez pas le profil pour le Québec. Et c’est vrai que pour les jeunes le Québec c’est super génial. Mais vous touchez à la susceptibilité maladive des Québécois (vis à vis des Francais) et de ceux qui défendent ce Québec idyllique . Pourtant ces Francais adorent les Québécois. Je reviens de France et peu vous confirmer l’aura mythique des Québécois partout en France. Autre chose que je viens de constater la chereté de la vie au Quebec. Autre fois en revenant du vieux continent je me disais c’est cher . Plus maintenant ,(ne pas oublier que lorsqu’un prix est affiché il faut rajouter 15% pour les biens de consommation et 30% pour les restaurants) Personnellement je suis content de mon passage à Montréal (10 ans) mais content de rentrer, car je ne suis pas un américain qui parle francais , mais un américain qui à une mère francaise et qui à une autre manière de vivre.

  • Anne Caroline Parent

    Bonjour, Je suis au Québec depuis 6 ans et j’ai trois enfants. Il y a effectivement certaines choses avec lesquelles je suis d’accord, d’autres moins. Par exemple en ce qui concerne les fruits et légumes tout dépend du marchand. Il faut trouver le bon et certains magasins ont des fruits et légumes frais, et très bons. Pour le médecin de famille, j’en ai trouvé un très facilement, qui a des rendez vous dans la journée si urgence ou dans la semaine. Il y a aussi TiniTots pour les enfants sur décarie, en cas d’urgence. Si vous avez une assurance du travail, les privés se déplacent dans la journée. Sinon il y a le 811 qui est une aide précieuse par téléphone. Pour les impots effectivement c’est chiant mais moi j’achète un petit logiciel à 20 dollars et tout est expliqué et ça fait les impots pour le fédéral et le provincial. Effectivement c’est plus compliqué qu’en France mais la surprise peut être bonne quand on reçoit un chèque 15 jours plus tard. Pour les boites à lunch, mes enfants sont au lycée français et ont une cantine, mais je fais quand même des boites à lunch 2 fois par semaine pour eux et tous les jours pour mon mari et moi. L’habitude à prendre c’est de cuisiner plus la vieille, de remplir des boites avant de servir à table et le tour est joué. Je sais, on mange la même chose que la veille. Alors une fois par semaine c’est sandwich et une fois c’est ravioli ou autre boite pratique. Ramasser les feuilles ? jamais fait et j’ai un jardin. Déneiger, on s’arrange avec le voisin, et les enfants adorent le faire. Pour eux, c’est un jeu alors profitez en pour les faire aider. Une pelle chacun et c’est un bon moment à passer. Les pneus d’hiver ? En France aussi il faut en mettre selon l’endroit où on habite. Savoie, Jura, Alsace, etc.. Mon mari le fait avec l’ainé, deux fois par an, un dimanche matin, ils passent un moment ensemble et après on fait un bon repas pour fêter ça. Les vacances, oui, je suis d’accord, c’est vraiment pas pareil. On peut quand même négocier 4 semaines souvent au travail, il faut oser demander. C’est certain que ça dépend du salaire, mais si les 4 semaines ne sont pas accordées, on peut aussi prendre des congés sans solde, mais c’est sur, je ne connais pas votre travail alors peut-être que ça ne vous est pas possible. Au magasin métro, au métro Parc, ou chez exo fruit sur côte des neiges ou dans d’autres endroits, vous trouverez pas mal de produits français. Le picard se nomme Cool et simple ici. C’est français, et on retrouve pas mal de produits français. Il y en a plusieurs sur Montréal. Bref, j’aime la France, et ici c’est certain que sur certains choses, le Québec a 20 ans de retards sur l’Europe. Mais il y a des choses positives à trouver. Par rapport à Paris, on a beaucoup plus de temps à nous. Il faut trouver ces marques. C’est une autre vie. Demandez à des français installés depuis longtemps des idées, des magasins, car c’est certains qu’il y a des choses qui nous manques. Mes enfants ont du renoncer à pas mal de desserts et on se jettent dessus lorsque l’on va en Europe. Le marché va s’ouvrir alors on va peut-être les voir arriver. Dans tous les cas, je suis contente que mes enfants ne vivent pas dans le climat de peur et d’insécurité que vivent mes neveux et nièces. Ce que j’ai remarqué c’est que les gens qui viennent du midi de la France ou du Nord, d’un village ou d’une grand ville ne vont pas avoir du tout le même ressenti, alors c’est surtout une balance entre ce que l’on a connu et le Québec. Mais je suis certaine que vous allez trouver vos marques, et des bénéfices, même si toutes les deux on regrette quand même les nombreux avantages français, il y en a aussi ici mais pas dans les même choses.

  • Jeannot Cote

    Vous avez tout d’une bonne française mais totalement rien d’une bonne Québécoise et Canadienne.
    À tout critiquer rend votre séjour désagréable. Le Québec et le Canada ne conviennent qu’à des gens positifs. Finalement, je suis si surpris du nombre e Français qui ne savent rien de nos hivers avant de s’installer! Hé! les Français, il y a un vrai hiver au Canada! Qu’on se le dise!!

  • Chatonpute

    Vous devez être sympa en soirée… ^_^

    Plaisanterie mise a part, comme d’autres on dit plus haut, le Quebec, l’amérique du Nord ou même simplement l’immigration ce n’est pas pour tout le monde.

    Je comprends la plupart des points relevés, mais un bon nombre ne nous gènent pas ou ont un suffisamment bon revers de medaille.

    1) J’imagine que pour quatre ça doit être complexe.
    Pour 1 tout va bien, on fait nos 3 boites en même temps et souvent on fait plus de bouffe la veille pour les avoir prêtes le jour suivant

    2) rendu a 5 ans il s’habille tout seul, donc ca va

    3) & 4)
    J’ai jamais utilisé les drive, donc ça me manque pas, on a même pas de voiture en fait
    Pour le coup, presque tous les commerce de proximité peuvent livrer, ce qui est loin d’être le cas en France.

    Alors les fruits et légumes et ca vaut pour les courses en general, faut juste pas aller aux supermarchés, ou alors juste pour dépanner.
    Mon panier moyen s’est vu diminuer de moitié a partir du moment ou j’ai combiné “Costco/Mayrand” 1 fois par mois pour le sec & fruiterie ou PA pour le frais 2 fois par semaine
    On mange hyper bien et pas cher.

    Pour l’alcool, bah ouais clairement c’est plus cher, on fait avec, On se fait des cocktail cools, on decouvre des bieres locales, on se passe des tuyaux pour des pinard pas cher et bons et ça roule…

    5) Le probleme du courrier est sans objet pour nous, mais j’imagine que pour des personnes âgées ca doit etre genant oui

    6) Pour les impôts, passé la première année de declaration ou c’etait un peu long via le logiciel, les années suivantes on a fait ça en 2h puisque le logiciel reporte toutes les infos de l,années d’avant

    Et je sais pas pour vous, mais le fait d’avoir un remboursement au lieu d’un paiement a faire,
    bah ca change tout.
    On attend le moment des impôts avec le sourire

    7) Le systeme de sante est clairement pas le point fort du pays, mais c’est peut etre injuste de le comparer a un des meilleurs systeme de santé au monde…
    On a la chance d’être en bonne santé, donc a vrai dire apres 6 ans ici, on a jamais cherché a avoir un medecin de famille.
    On a du consulter 3 fois maximum pour renouveler des vaccins et pour ça, on est allé au CLSC au coin de la rue et attendu 1h

    8) J’imagine que la voiture ca doit etre gonflant.
    On en a pas et on s’en passe très bien, on en loue une quand on va dans un chalet ou se ballader et on prends une Communauto si on a une course particuliere

    9) Ce genre de probleme ne nous est pas arrivé. C’est vrai que certains trucs sont un peu vieillots parfois mais je pourrais rendre la pareille a la France.
    Ici on peut encaisser un cheque en le prenant en photo
    Ici on peut louer un appart sans avoir a donner une caution, avoir un garant etc…
    Ici on peut acheter un appartement avec un apport minimum même sans avoir la residence permanente et un salaire pas mirobolant.
    Etc…

    10) Je pense qu’il n’y avait pas mensonge sur la marchandise avant de decider d’émigrer :
    – Au Canada il neige.
    Déneiger l’entrée ca me prend 5mns. En plus c’est joli dehors…

    11) Alors je ne sais pas ou vous travailliez avant mais je n’ai jamais jamais connu les 35h en réalité et parmis mes connaissances tous s’accordent a dire que l’équilibre travail/vie personnelle est bien plus confortable qu’en France.
    Personnellement je fais 40h et dans mon corps de metier, ca se traduit plutôt en 50/55 en réalité en France
    Mais ici, il a fallu que je me mette au diapason de mes collegues. Après 17h, si tu as fini, tu as fini.
    J’étais tout le temps le dernier a partir, c’est terminé. Je suis décontracté et ça roule.

    Pour les vacances, on est d’accord, je ne cracherais pas sur 2 semaines de plus.
    Cela dit si c,est le prix a payer pour avoir un confort quotidien comme le nôtre, aucun probleme

    En gros
    Si on fait une liste de Pour/Contre, faudrait peut être pas compter que les “contre”
    Enfin, comme dit plus haut, chacun trouve chaussure a son pied
    Nous on s’est senti immédiatement chez nous, je ne me voit pas rentrer de sitôt

    P.S. et tout ça sans jamais aborder, les gens, j’adore les gens ici. J’adore la mixité culturelle, les langues, la joie de vivre.. C’est le principal atout a mes yeux. C’est dommage de l’oublier

  • Adélia

    Bonjour,
    On comprend vos difficultés qui sont manifestement réelles et justifiées dans votre cas. Peut-être que votre mari pourrait vous apporter un peu plus son soutien au quotidien. Avec un peu d’aide, d’écoute et de compréhension les choses semblent plus légères. Bon courage à vous !

  • Marie-Eve

    Nous avons vécu le même calvaire. Vivement la France. Quelle perte de temps. Je trouve que ce site immigrer.com fonctionne comme une agence de publicité pour le gouvernement du Québec.

  • Romuald

    Oui je crois que le Québec, ce n’est pas fait pour toi!
    Je ne vais pas reprendre ton argumentaire mais je suis au Québec depuis presque 5 et je revis.
    Alors oui, ce n’est pas le meilleur pays du monde mais qu’est ce que j’y suis bien (dans l’absolu et par rapport a la France).

  • Lewis #Pastorejetaime

    une mère de famille qui n’a pas le temps soit disant mais qui le trouve pour pondre un pavé sur le site et pour cracher dans la soupe c’est fort aussi!

    bon retour en France à vous!

  • Soulières Jo-Anne

    Une solution qui règlerait tout, retourner en France 🙂

  • Alix

    Bonjour, il semble effectivement que le Québec ne réponde pas à tes exigences et c’est bien dommage. Peut-être que le retour en France semble alors là solutions.
    Cependant si tu veux rester voici quelques idées pour toi:
    – vas au Maxi il y a les imbattables c’est à dire qu’ils alignent le prix des concurrents sur simple preuve de la circulaire (papier ou sur ton cell)
    – je n’ai jamais eu de problemes de paiement mais après faut toujours avoir débit et crédit sur soi (et j’ai presque jamais d’argent comptant mais tu peux facilement retirer de l’argent dans un commerce avec un petit achat)
    – préparer des sacs tout prêts avec les vêtements des saisons pour chaque enfant (ou mettre un bac identifié à l’entrée pour chacun des enfants avec tout les vêtements et les laisser faire leur sac en partant)
    – arête de boire c’est pas bon pour toi!!! Hihihi sinon y’a de très bons vins à prix raisonnables en regardant bien 😉
    – arrête de penser à la nourriture avec tes standards français et tu verra qu’il y a de super choses. Si vraiment tu veux essayer de retrouver quelques produits qui te simplifiaient la vie il y a cool and simple en surgelés ou M&M
    – parle avec ton employeur, ici je travaille souvent 37,40h semaine et je met ce temps en plus de côté (on dit en banque) pour prendre plus de vacances (cette année j’ai eu 10 semaines de congés payés entre Noël 2015/2016!et Noël 2016/2017!) et j’ai même pas eu à négocier. Ton boss sera surement ouvert à la discussion
    – par le biais d’un collège de travail j’ai une super comptable qui me charge 30$ pour mes impôts personnels et pro (je suis aussi travailleuse autonome) et elle fait un super travail 😉

  • Méryle Nourry

    J’aime beaucoup la façon dont tu expliques les choses. Je te rejoins sur plusieurs points, mais qui pour moi me dérangent beaucoup moins que les centaines de points que je pourrais faire sur les raisons qui m’ont poussées à quitter la France. As-tu fait la comparaison avec ce qui t’a fait partir ?

  • Julia

    Je pense que vous avez oublié ce qu’est la France, ou que vous avez une fâcheuse tendance à trouver l’herbe plus verte ailleurs.
    Dans tous les points que vous citez, vous en retrouverez un paquet en France, et encore plus. Et oui ici aussi il faut des factures pour preuve de domicile, on ramasse aussi les feuilles ( beaucoup trop lol ), je suis déjà allée 3 fois chez les garagistes depuis le debut de l’année 😤…
    Ayant aussi vécu au Québec, on s’y trouvé bien mieux, le retour a été dur… donc on repart, pas pour une expatriation mais pour un tour du monde….

  • Michel

    madame,retourner en France car l’on dit de vous et ne pas confondre avec les Fr ancrais qui sont heureux d’habiter ici. Un seul mot madame. Bye bye maudite française.

    • Didier

      Commentaire vraiment épais…Elle a le droit de critiquer le Québec selon son vécu non? Le Québec est-il si intouchable que ça? Elle fera son propre choix, elle n’a pas besoin de vos conseils totalement dénués d’arguments tangibles…Parce qu’on immigre, il ne faut pas émettre le moindre commentaire négatif sur la Province? Les critiques, ça fait avancer les choses, ça les améliore parfois….Votre commentaire est teinté de racisme à mot couvert……

  • Hughes Provencher

    Je pense qu’il s’agit ici d’une dépression, peut-être causée par le stress du déménagement et un léger post partum non traité après 4 enfants et des revenus non adéquats pour une famille dans une grande ville comme Montréal.

  • Chatonpute

    Comme d’autres on dit plus haut, le Quebec, l’amérique du Nord ou même simplement l’immigration ce n’est pas pour tout le monde.

    Je comprends la plupart des points relevés, mais un bon nombre ne nous gènent pas ou ont un suffisamment bon revers de medaille.

    1) J’imagine que pour quatre ça doit être complexe.
    Pour 1 tout va bien, on fait nos 3 boites en même temps et souvent on fait plus de bouffe la veille pour les avoir prêtes le jour suivant

    2) rendu a 5 ans il s’habille tout seul, donc ca va

    3) & 4)
    J’ai jamais utilisé les drive, donc ça me manque pas, on a même pas de voiture en fait
    Pour le coup, presque tous les commerce de proximité peuvent livrer, ce qui est loin d’être le cas en France.
    Alors les fruits et légumes et ca vaut pour les courses en general, faut juste pas aller aux supermarchés, ou alors juste pour dépanner.
    Mon panier moyen s’est vu diminuer de moitié a partir du moment ou j’ai combiné “Costco/Mayrand” 1 fois par mois pour le sec & fruiterie ou PA pour le frais 2 fois par semaine
    On mange hyper bien et pas cher.
    Pour l’alcool, bah ouais clairement c’est plus cher, on fait avec, On se fait des cocktail cools, on decouvre des bieres locales, on se passe des tuyaux pour des pinard pas cher et bons et ça roule…

    5) Le probleme du courrier est sans objet pour nous, mais j’imagine que pour des personnes âgées ca doit etre genant oui

    6) Pour les impôts, passé la première année de declaration ou c’etait un peu long via le logiciel, les années suivantes on a fait ça en 2h puisque le logiciel reporte toutes les infos de l,années d’avant
    Et je sais pas pour vous, mais le fait d’avoir un remboursement au lieu d’un paiement a faire,
    bah ca change tout.
    On attend le moment des impôts avec le sourire

    7) Le systeme de sante est clairement pas le point fort du pays, mais c’est peut etre injuste de le comparer a un des meilleurs systeme de santé au monde…
    On a la chance d’être en bonne santé, donc a vrai dire apres 6 ans ici, on a jamais cherché a avoir un medecin de famille.
    On a du consulter 3 fois maximum pour renouveler des vaccins et pour ça, on est allé au CLSC au coin de la rue et attendu 1h

    8) J’imagine que la voiture ca doit etre gonflant.
    On en a pas et on s’en passe très bien, on en loue une quand on va dans un chalet ou se ballader et on prends une Communauto si on a une course particuliere

    9) Ce genre de probleme ne nous est pas arrivé. C’est vrai que certains trucs sont un peu vieillots parfois mais je pourrais rendre la pareille a la France.
    Ici on peut encaisser un cheque en le prenant en photo
    Ici on peut louer un appart sans avoir a donner une caution, avoir un garant etc…
    Ici on peut acheter un appartement avec un apport minimum même sans avoir la residence permanente et un salaire pas mirobolant.
    Etc…

    10) Je pense qu’il n’y avait pas mensonge sur la marchandise avant de decider d’émigrer :
    – Au Canada il neige.
    Déneiger l’entrée ca me prend 5mns. En plus c’est joli dehors…

    11) Alors je ne sais pas ou vous travailliez avant mais je n’ai jamais jamais connu les 35h en réalité et parmis mes connaissances tous s’accordent a dire que l’équilibre travail/vie personnelle est bien plus confortable qu’en France.
    Personnellement je fais 40h et dans mon corps de metier, ca se traduit plutôt en 50/55 en réalité en France
    Mais ici, il a fallu que je me mette au diapason de mes collegues. Après 17h, si tu as fini, tu as fini.
    J’étais tout le temps le dernier a partir, c’est terminé. Je suis décontracté et ça roule.
    Pour les vacances, on est d’accord, je ne cracherais pas sur 2 semaines de plus.
    Cela dit si c’est le prix a payer pour avoir un confort quotidien comme le nôtre, aucun probleme

    En gros
    Si on fait une liste de Pour/Contre, faudrait peut être pas compter que les “contre”
    Enfin, comme dit plus haut, chacun trouve chaussure a son pied
    Nous on s’est senti immédiatement chez nous, je ne me voit pas rentrer de sitôt

    P.S. La principale raison d’immigrer c’est pour rencontrer d’autres gens, voir autre chose. Pas retrouver les même choses que son pays d’origine

    Et tout ça sans jamais aborder, les gens, j’adore les gens ici. J’adore la mixité culturelle, les langues, la joie de vivre.. C’est le principal atout a mes yeux. C’est dommage de l’oublier

  • Thierry Potier

    Je voudrais réagir sur votre point numéro 9 : règles et règlements.
    Dans votre comparaison vous oubliez une chose importante … vous êtes une immigrée pour le Canada (à fortiori pour le Québec). Votre façon de réagir explique pourquoi la France est classée 23ème à l’indice de corruption contre 9ème pour le Canada ! Si vous voulez vraiment comparer alors il faut interroger les immigrants venant en France …
    Un simple exemple personnel. Je suis Français installé à Québec depuis 4 ans. Je suis marié à une Ukrainienne depuis 10 ans. Lors de son arrivée en France, il a fallu attendre 9 mois pour qu’elle puisse être inscrite comme ayant droit à la CPAM et avoir une carte Vitale (donc pas le droit d’être malade) ! Et pour mon beau-fils encore plus ubuesque … il est arrivé à 13 ans a eu la CPAM après 1 mois. Puis au jour de ses 14 ans, il a été radié et il a fallu batailler un an pour l’inscrire à nouveau !! A Québec, nous avons eu la Carte Soleil après 7 jours par la poste, suite à 20 minutes dans les locaux de la RAMQ et valable du jour de notre arrivée sur le sol Canadien !!! A partir du moment ou vous vous informez avant et vous vous conformez aux règles, les choses se passent facilement et sans perte de temps !
    Sur ma lancée … les 35 heures ! Consultant indépendant en informatique en France les 35 heures n’étaient pas pour moi. Parti à 7h le matin, de retour à 19h le soir. Arrivé à Québec, j’ai continué sur ce rythme. Au bout d’un mois mon chef est venu me voir : “tu as un problème pour faire autant d’heures ? Je ne vais pas te les payer. On fait 35 h par semaine en horaire variable. On a une vie en dehors”. Depuis je fais 7h45 – 15h30 et de retour à la maison à 16h au plus tard, je peux entamer une deuxième journée personnelle !!! On prépare les boites à lunch le soir après avoir mangé (avec le surplus cuisiné). Quand j’ai besoin de m’absenter une demi journée (RDV garage), il suffit que je travaille un peu plus les 3 jours suivants ! 15 jours ouvrés de vacances (3 semaines), 13 jours de ponts et 10 jours absence maladie. J’ai enfin l’impression de vivre et pas seulement travailler ! Nous avons la possibilité d’habiter dans une maison de 200 m2 avec un jardin où il faut déneiger et ramasser les feuilles, au lieu d’une cage à lapin de 40 m2 où il faut prendre la voiture pour profiter d’un espace vert !
    La question à se poser : “Pourquoi avoir quitté la France et plus particulièrement votre région ?”.

  • AndresFernandez

    Au Québec, vous passez aussi beaucoup de temps à chialer 😉

  • Bernard Ouellet

    Son texte a sûrement été écrit pendant qu’elle attendait en ligne (au moins 3 heures
    minimum de son temps) pour aller voter pour le Président de la
    République au Collège St-Stanislas, seul bureau de vote à Montréal pour les 58 000 ressortissants. Même le Consulat de France lui fait perdre son temps au Québec!

  • Nathalie Gagnon

    Qu’est-ce qui vous retient ici…?

  • ines jerbi

    bonsoir tout le monde,
    Honnêtement j ai pris peur en lisant son article moi qui compte m y installer , mais j’ai vite été rassurer par les commentaires car c est vraiment mon souhait de venir prochainement avec ma famille
    n hésitez pas à me conseiller je prends 🙂

    • GreatCatSbee

      Le Québec est dur à bien des niveaux. L’hiver, il y a peu de lieux commun, il fait vraiment froid, les gens sont à bout. L’été c’est autre chose, dans plusieurs régions et à Montréal, c’est le paradis. Pour le reste, au niveau de l’alimentation, de la culture et de l’architecture, le Québec est en construction. Vous ne trouverez jamais d’éléments historiques nulle part. Par contre, vous trouverez des milieux naturels vierges à quelques minutes du centre-ville pour vous ressourcer. La corruption gouvernementale rend le travail frustrant. Par contre, pour la sécurité individuelle et les possibilités, c’est super. Si vous avez des idées et une bonne capacité d’adaptation, vous pouvez y accomplir beaucoup.

  • Claudette Piche

    Vous ne saviez pas que les feuilles des arbres…tombaient au sol!…Vous devriez retourner vivement en France pays tellement mieux qu’Ici ..Cesser de souffrir et laisser la place à quelqu’un qui a le gout d’être heureux!

  • Lewis #Pastorejetaime

    je confirme pour l oz j ai vécu quasi 2ans et j’aurais aimé y rester c’est clair mais pas eu l opportunité… je me suis rabattu avec succès sur le Canada!

  • GreatCatSbee

    On dirait que c’est la fatigue de la vie de famille qui transpire de ce texte. Au Québec, c’est plus facile pour une mère de s’éloigner un peu du centre-ville et du Plateau (je dis pas ça parce que vous êtes Française hein? 😉 ). Vous devriez peut-être regarder du côté de la banlieue, quitte à revenir en ville plus tard.

    • vroniquerobert

      Je suis sûre qu’elle est en banlieue, pour aimer tant Costco et Wallmart. Et pour avoir autant de feuilles à ramasser.

      Madame, avec quatre enfants, on joue dans les feuilles (sauf si on est trop occupés à scruter les circulaires pour économiser 5 cents sur un pot de beurre de peanut)

      Ps: faites faire vos impôts, espacez votre vidange d’huile, mettez vous en 2017 à la banque, et respirez.

      • GreatCatSbee

        La banlieue, c’est pas juste Costco et Walmart en passant. Il y a des coins plus urbains et des fermes pleines de produits comparables à ses marchés. Vous gagneriez peut-être à vous informer et elle aussi. Mais je disais ça parce qu’elle a l’air de décrire les écoles du Plateau.

  • Capri

    Bonjour,

    ça fait 22 mois que vous venez tout juste de constater que vous êtes en train de perdre votre temps? Presque 2 ans à vous plaindre? J’ai une solution pour mettre fin à votre lamentation. Vol direct (sans retour) en France :o)
    Moi, ça fait presque 35 ans que je suis venue au Québec, pas par choix, car c’était la décision de mes parents..et j’en suis très reconnaissante de leur choix :o)

  • En même temps Fort McMurray c’est le trou du cul du monde!

  • Notez que cette personne a perdu son temps à se plaindre au lieu de le gagner à voir le bon côté des choses (et moi j’ai perdu mon temps à la lire). Voici un autre point de vue… http://quebec.huffingtonpost.ca/pascal-henrard/10-choses-que-les-touristes-disent-sur-montreal_b_5733702.html

  • Sylvain Deschenes

    Ta solution est simple, tu n’as qu’à rentrer chez vous si la vie y est meilleur pour toi…!

  • Jojo

    pour gagner du temps dans la préparation des repas pour vos enfants, vous devriez essayer le Cookeo de Moulinex : très facile de faire de grandes quantités et ça ne prend pas beaucoup de temps grâce aux recettes incluses

  • Louise

    Comme Québécoise, je suis un peu choquée de vous lire, je l’avoue. Ainsi donc, vous n’aviez pas deviné que lorsqu’on habite un pays hivernal il faut déneiger de temps en temps et s’habiller en conséquence? Ni que les feuilles tombent avant l’hiver? Allons, vous êtes sûrement plus intelligente que ça!
    Ensuite, votre voiture est un citron. Que voulez-vous, ça arrive sûrement en France aussi, non?
    Je sens aussi entre vos lignes une difficultés à déléguer. Vous faites donc toutes les tâches toute seule? Aucun de vos enfants ni votre conjoint de met la main à la tâche? Vos enfants d’âge scolaire peuvent très bien remplir leur boîte à lunch et s’habiller seuls. Ça vous laisserait un peu d’énergie pour marcher jusqu’à la boîte aux lettres communautaire qui doit se trouver à 200 mètres maximum de chez vous (ça ne vaut vraiment pas la peine de prendre sa voiture).
    Je suis d’accord avec vous sur le point 11. Moi aussi, j’aimerais être gâtée et avoir plus de vacances. Mais curieusement, même si je n’ai jamais pensé déménager en France, je connaissais cette différence. Vous êtes-vous renseignée un peu avant d’emménager? Vous auriez découvert que le Québec c’est l’Amérique et non un morceau de France de l’autre côté de l’Atlantique.

    • Sacha B. Ceci

      J’ai la même pensée sur le partage des tâches. L’auteure souligne les complications de prendre en charge les repas, les courses, les boîtes à lunch, habiller les enfants, l’entretien, les rendez-vous médicaux et les soins des enfants, les finances, les impôts, le garagiste, etc… Pendant ce temps-là, le conjoint ne semble pas plus impliqué (sauf pour râler qu’il a perdu des vacances pendant que sa conjointe prépare le repas et 20 boîtes à lunch).
      Peu importe le pays, ça reste une relation (apparemment) inégalitaire.

  • Simon Bousquet

    Il y a un site canadien qui pourrait vous aider à régler votre problème. Ça s’appelle Air Canada et ça vous permettra de faire de l’air à tout jamais pour un modique 1000$ par personne!

  • David Garon

    Bienvenu dans notre monde!
    la ou les salaires ne suive pas le coût de la vie ,qu’on reglemente le règlement ,qu’on taxe la taxe et qu’on complique le compliqué!Pour ne cité que quelques exemple…😏

  • Vincent Soumoy

    C’est marrant, je ne me reconnais pas du tout dans cet inventaire et je pourrais balayer tous vos arguments en 2 minutes….. Certes, le Québec n’est pas parfait…..mais sur de nombreux points (y compris ceux que vous mentionnez) nettement mieux que la France.

  • Marjo Bourge

    Je peux concevoir que d’habiter au Québec n’est pas pour tout le monde. Par contre, je voulais prendre le temps de répondre à quelques-uns de vos points :
    3- Certaines épiceries offrent le service de commande sur Internet avec livraison à domicile
    9- À ma connaissance (et je travaille dans une des grandes banques au Québec), toutes les institutions financières vous offrent la possibilité de payer votre solde de carte de crédit par débit automatique. Il suffit de le demander
    11- Je travaille 37.5 heures avec 4 semaines payées (après 10 ans dans la même compagnie). J’ai également droit à des journées maladies
    Le Québec n’est pas parfait, même pour nous Québécois qui y sont nés. Par contre, comparer avec la France et (semble-t’il) faire fi des bons côtés de vivre ici me semble un exercice un peu inutile.

  • Alexandre Leclair

    Immigrer n’est pas pour tout le monde. Nous somme quebecois et vivons en Autriche depuis 16 mois. Ce que tu ressens est normal. C’est different! Tes habitudes, tes repères te manquent. La société québécoise n’en déplaise, est l’une des plus progressive pour les familles. Le cout de la vie est bien moindre qu’en Europe et, et le Canada se classe TOUJOURS parmis les 5 premier pays ou il fait bon vivre (souvent meme dans les 2 premiers…) J’aime bien la France mais elle n’e fait pas partis de ce groupe selecte… C’est ton pays et il te manque point. La critique ne soulagera pas de ce sentiment.

    • Moon

      Je ne suis pas sûr que le classement des pays où il fait bon vivre soit fiable et je pense que votre approche d’un “groupe select'” ne peut que me conforter dans ce sens. D’ailleurs, dite que le coût de la vie est bien moindre qu’en Europe, c’est faux. Comme le dit la locution latine, la vertu est dans le juste milieu, avec d’excellents points pour la France et d’excellents points pour le Québec. Pour avoir vécu assez conséquemment dans les deux, je peux vous dire que mieux vaut être malade et éduqué en en France, par exemple. Et je peux vous dire qu’être une femme vaut bien mieux au Québec qu’en France. Voilà, pour donner deux exemples d’importance équivalente -ou quasi). Quant à tenter la psychologie de l’auteure de l’article… “Ton pays te manque”, “tu critiques pour te soulager”… Non. Tout simplement, non.

  • Katherine

    Serieusement….apres avoir lu ton texte. Je comprends que c’est peut-être pas l’impression que tu as voulu donner…mais, tas pas lair bien ici…..tu peux retourner en France tu sais?! Je crois que tu y serais plus heureuse quici. Notre beau Québec.

  • JF

    Surprise il neige au Québec, qui l’eut crut.

  • Isabelle Turcot

    Mais pourquoi ne pas retourner en France? Je ne comprends pas…

  • Ane

    Je suis désolé pour vous mais quand on aime pas à ce point là un pays on le quitte. Je ne connais pas du tout le Quebec mais il me semble que les français expatriés ont toujours quelque chose à dire ( c’est exactement pareil pour les français expatriées en Suisse). Pourtant, à ma connaissance, votre pays est l’un des plus ennuyeux et compliqué qu’il m’est donné de fréquenté. ABE

  • J’ai passé le tiers de ma vie en exil, dans plusieurs pays, par choix. Si j’avais dépensé la même énergie que vous à me plaindre, moi aussi, j’aurais trouvé le temps long.

  • Reza Ahmad

    Les onze points sont bien vrais. Moi, je mettais ça sur le fait que les Québécois sont originaires de France, ha ha ha.

    • lessard32

      son histoire sur la façon de s’habiller, ainsi que ses enfans, pas mal exagéré!! et puis, si vous voulez manger comme en France, ce n’est pas réaliste. Il y a d’ailleurs d,excellents restaurants à Montréal,et de toutes les nationalités! La cuisine ici se développe très bien, beaucoup de choix et de mets naturels, de bons fromages et de plus en plus de vins. Vous me semblez un peu capricieuse!

    • GreatCatSbee

      C’est drôle, moi je pense que c’est la portion britannique qui doit les hérisser 😉

  • sophie michel

    Une vraie Française, qui chiale sur tout et tout le temps et qui veut vivre à l’étranger, mais comme en France surtout. Donc restez en France, pays de Cocagne…

  • Sylvain Lapointe

    Je crois comprendre que vous nous quitter bientôt? Et bien au revoir Madame et désolé que notre pays vous ait tant déplu. À vos remarques, l’on comprend que vous recherchez le Paradis, alors ne prenez pas de chance et achetez un billet de Loto-MAx avant de partir, on ne sait jamais.

  • Jean

    Wowww…. Je vais perdre un peu de mon temps à vous répondre! Je suis d’origine québécoise, je vois dans votre texte que vous n’aviez jamais sortie de la France! Si vous auriez voyagé un temps soit peu, votre expérience serait très différente. Je vie maintenant à Dubaï, pour ce qui est du vin, une bouteille de Fetzer à 11$ à la SAQ me coûte ici 22$ grâce à mon permis d’alcool, sans permis c’est 152$.
    Pour ce qui est des économies, avez vous fait le calcul (temps/argents/essence) par rapport au économie réalisé en faisant le tour comme vous le faites? Les 20 sous que vous économisez par article vous le perdez en essence!
    Vous démontrez que vous n’avez vraiment jamais voyager, je pourrais vous parler de République Dominicaine, de l’Inde, de l’Indonésie, de la Thaïlande, du Japon et maintenant de Dubaï!
    Je très heureux d’être expat dans un pays ou il fait entre 40 et 55 degrés (je comprends très bien votre désarroi à propos de la neige). C’est le pourquoi j’ai accepté ce poste! 😉
    La paperasse ici c’est la maison des fous dans Astérix, je ne m’y attarderai pas, ce serait vraiment trop long.
    Vous n’êtes vraiment pas fait pour les voyages, l’aventure, les découvertes, vous me faites penser à ces gens qui vont en voyage en Asie et qui cherchent les Mc Donald!
    Il existe plus de 197 pays sur terre, pourquoi diantre vous êtes vous arrêtez au Québec? Tant de cultures à découvrir, vous ne parlez aucune autres langues que le français? Allez découvrir le monde madame, ça va vous faire tout un choc de culture et faire évoluer votre mentalité…
    Allez, bonne chance

  • Lewis #Pastorejetaime

    haha ouai et le mate 🙂
    les gens ici sont super friendly mais en oz les gens sont plus relax et zen!
    j’ai passé 2ans en claquettes ou pieds nu 😃😃😃 ici je px plus 🤗🤗

  • RonnieBob

    Certains de tes arguments sont pertinents; d’autres sont risibles (râleurs).
    PLusieurs s’appliquent non seulement au Québec mais à toute l’Amérique du Nord.
    Plusieurs seront réglés une fois que le Québec sera indépendant (libéré du fédéral canadien) comme tout pays normal.
    Je crois que tu es une autre victime de Propagande Canada qui se présente aux immigrants comme “le meilleur pays du monde”.
    On pourrait parler de plusieurs autres pays si tu veux.

  • Frances

    Vous savez moi, quelqu’un qui voit les couches de ses propres enfants comme un ”mauvais souvenir” pour vous citer, n’a pas un gros seuil de tolérance. Respect tout-de-même pour votre tranche de vie, c’est divertissant.

  • Isabelle_Bernier

    Cette dame n’est probablement pas très débrouillarde, ou sinon, elle n’a pas le temps d’explorer vu ses 4 enfants ! Je vis en Montérégie, j’y ai élevé mes fils et il y a une multitude d’activités offertes à bas prix, autant pour les enfants que les adultes, par le service culture et loisirs de ma ville. Côté bouffe, à mon IGA local, j’ai des fruits et légumes bio pour lesquels il y a aussi des rabais de la semaine, et on va y installer sous-peu un Rachel-Berry. Il y en a aussi chez Provigo. En plus d’offrir une diversité incroyable de produits de toute qualité, et correspondant aussi à des personnes intolérantes au gluten ou ayant d’autres restrictions alimentaires, ces 2 magasins offrent aussi des produits de luxe et d’importation, même Costco a un tas de produits bios et sans gluten, et à fort bon prix ! J’ai le choix en plus entre 2 super magasins d”aliments naturels : Avril et L’Eau vive. Côté pain, au Québec, c’est LA MANNE de pains artisanaux bios et naturels, même dans des coins reculés ( mon mari est coéliaque, je sais de quoi je parle). Pour la boîte aux lettres, on arrête lorsqu’on passe devant, pas compliqué il me semble. Elle passe sous silence les côtés néfastes de son propre pays d’origine : utilisation massive d’engrais chimiques et pesticides chez les producteurs, au point où des enfants, dans le Bordeaux, ont été intoxiqués, car on arrose les vignes jusqu’à la clôture de la cour de récré de certaines écoles. Bové en a parlé lors de sa venue au Québec, et a rappelé que c’est ici au Québec qu’a débuté “les paniers bios” livrés chez vous directement à partir de la ferme, et que lui-même tente d’implanter en France. Fruits et légumes bios hors de prix à Paris. Je voyage tout de même assez régulièrement en Europe pour constater la différence. Vêtements et chaussures très chers. Sans compter que tout est maintenant en anglais !!! Même la section hors-taxe d’Orly se nomme “Buy Paris ” !!! J’ai lu des articles où l’on écrivait que La France prenait exemple à certains égards sur notre système de santé. La France est d’ailleurs la championne des prescriptions d’anti-dépresseurs : ç’a doit être parce que la vie y est meilleure qu’ici ! Je suis d’accord pour la bouffe dans certaines écoles : en France, ils ont RÉCEMMENT pris des mesures pour quelles écoles offrent des repas équilibrés et succulents. Son auto ? Bizarre, j’ai une Yaris 2007 qui ne m’a JAMAIS coûté un sous. Changement des pneus et d’huile ? 2 fois l’an chez Costco, et si vous achetez vos pneus là, les réparations sur les pneus sont gratuites et si ça n’est pas réparable, on vous change les pneus pour des neufs (on ne vous fait payer alors que l’équivalent de l’usure des pneus abîmés.). Et je remarque que 50% des récriminations de son texte sont relatifs au climat : si elle croit qu’on a le contrôle là-dessus ! Avec 4 enfants, peut-être que cette dame trouverait la vie familiale plus sereine en banlieue… Et c’et bien certain que tout son temps y passe : mais peut-on dire qu’élever ses enfants est “une perte de temps ” ?J’espère du moins que ma remarque lui fournira quelques bonnes adresses ; je crois que c’est surtout de ça dont cette dame a besoin.

  • packington

    Des raisons de vous y trouver bien?
    Ou que du négatif?

  • Frédéric Alquier

    Merci pour cet éclairage (qui a dû prendre du temps à rédiger) ! Perso, je prends ce témoignage comme

    des “anecdotes informatives” à l’attention des futurs nouveaux arrivants. Ce sont des pratiques québécoises qu’il en bon de connaitre avant d’arriver. Après cela, je comprends que bon nombre d’immigrants s’y sont faits, d’autres n’y arrivent pas. J’espère me retrouver dans la 1ere catégorie et pour ça, il faut essayer ! A bientôt donc à Sherbrooke.

  • Matt E

    Bonjour,

    J’ai pour projet de m’installer à Montréal avec femme et enfants d’ici 2 ans max.
    Ce récit ne me freine absolument pas pour faire le grand saut ! Au contraire, il faut que je vive l’expérience et me fasse ma propre conclusion… une conclusion qui ne sera pas une comparaison France/Québec ! L’objectif est de prendre tout ce qu’il y a de positifs au Québec et transformer ce qu’il y aura de négatif en positif : en gros il faut positiver sinon il vaut mieux déprimer dans son pays ! Franchement, comment peut-on comparer, à 35 ans par exemple, 33 ans de vie en France et 2 ans au Québec ? C’est absurde non ?

    Concernant chaque points cités, je dirai qu’on a affaire à une personne négative et qui ne prend pas le temps nécessaire pour trouver des solutions à son quotidien qui m’a l’air bien bien rempli. Des enfants primaires qui ne s’habillent pas tout seuls ? S’installer dans un pays en septembre ? la neige et le jardin c’est une blague pas drôle rassurez moi ? Et j’en passe… parce qu’en allant dans ce sens on a l’impression que le Québec est synonyme de problèmes alors que la France est synonyme de solutions… Ridicule et limite dégradant pour la hauteur de l’esprit Français qu’on doit clairement redorer !

    Désolé mais en lisant ce texte, j’ai l’intime conviction que l’auteure trouve des excuses et rejette la faute sur le Québec plutôt que sur son couple… 2 parents fondent une famille, l’idéal c’est de faire au moins du fifty/fifty non ? Là c’est Mme qui fait tout on dirait : les impôts, les enfants matins et soirs, les repas, les courses, elle épluche les promos*, elle travaille plus que 35h**, elle n’a pas de vacances tout tout tout. Alerte info : nous sommes est en 2017 !
    (*) Ma “question en comparaison” : que penser des personnes qui gagnent l’équivalent du SMIC ou un peu plus désireuses de vivre absolument à Paris intramuros au plus proche du centre ?)
    (**) Franchement, entre nous, regardons chacun dans notre entourage, sur un panel de 10 personnes combien travaillent réellement 35h ? Franchement).

    Objectivité zéro ! Voilà le genre de récit qui m’insupporte et qui peut nourrir cette illégitime honte d’être français. Mais comme je suis fier de l’être, je ne me reconnais absolument pas dans toutes ces lignes anti-Québec : avant d’être français je me sens citoyen du Monde (un état d’esprit que je ne quitterai pas !).

    Cette dame est nostalgique, au bord de la dépression (ou en plein dedans) et ce qu’elle devrait faire au plus vite c’est prendre LA décision : quitter le Québec, quitter le Canada, quitter l’Amérique. Mais comme elle fait déjà tout, je ne serai pas étonné de la savoir partie avant la fin de l’année. Ce qui sera, je l’espère, un soulagement et un départ nouveau sur sa terre d’origine.

    Quand je pense aux milliers de personnes qui essayent de partir vivre au Québec et qui essuient des refus pendant que d’autres ont cette chance mais ne s’empêchent pas de faire des caprices derrière…

    Conclusion : plutôt que de se plaindre, mieux vaut réfléchir et prendre les bonnes décisions pour se sentir mieux dans sa peau au lieu de cracher son venin…

  • François Langlois

    Au Québec, on sait que nous nous voisinons trop souvent lorsque l’on sait où trouver nous même la vaisselle et les condiments dans les armoires de cuisine. Ça nous rappelle de compter les tours avant de se visiter à nouveau car nous sommes devenus trop familier avec nos hôtes. Il en est de même avec les visiteurs d’autres pays. Quand on est rendu trop familier avec nos hôtes pour se permettre de critiquer ses us et coutumes en comparaison avec celles du pays que l’on a quitté après 22 mois de visite ailleurs, on devrait songer retourner chez nous pour un petit bout, le temps nécessaire que l’on change la vaisselle de place dans les armoires. Belle journée! 😉

  • Lili

    Hello rhooo il y’a comme une pointe de désespoir dans votre message qui me donne envie de vous répondre. Les points évoqués sont vrais et risibles mais ils soulignent toute la différence entre la vie en france et celle au Quebec. Il faut être prêts pour immigrer au Quebec et croyez moi je parle en connaissance de cause. Je suis arrivée en 2010 avec mari et enfants mais je n’étais pas prête. Comme vous, j’ai focusé et idéalisé ma vie en france. Coup de bol ma maison n’était pas vendue pje suis donc rentrée en france. 4 t les ans plus tard j’ai littéralement FUIS mon pays la france pour revenir. Je vous invite à réfléchir sur les points négatifs de notre belle france qui vous ont fait partir et si malgré tout vous restez sur votre position ( comme moi en 2010) alors rentrez et peut être qu’au bout de quelques années vous reviendrez. Vous avez au moins réalisé votre immigration et c’est déjà bien car ce n’est pas facile de perdre ses repères et habitudes.
    Néanmoins pour revenir à certains de vos points:
    J’ai 3 enfants et avec mon mari je suis donc à 5 boîtes à lunch par jour! Mais mon fils ayant fait un œdème de quincke grave à la cantine en france, je vous avoue que la boîte a lunch me permet d’être certaine de ne pas lui mettre d’aliments allergènes !
    Je ne me fatigue pas: le reste du souper se retrouve dans les boîtes à lunch le lendemain ha ha ha !
    Les gants et vêtements saisonnier eh bien mes Ai enfants ne sont pas parfaits et meme en france, il y avait toujours une perte de gants, d’écharpe, de chaussettes … et bien les magasins comme le dollarama me permette d’acheter des paires de secours
    À 6, 9 et 11 ans ils sont priés de participer aux tâches car même en france je n’avais pas de femme de ménage donc depuis la france ils mettent la table, débarrassent, rangent le lave vaisselle et leur chambre
    Mon conjoint participe également et par accord tacite chacun prends le relais de l’autre quand il y’a une fatigue par exemple
    Pour les impôts, pas de soucis un comptable cpa nous les fait pour 100$
    Pour le médecin, Apres avoir fait carrière à l’assurance maladie française, je suis d’accord mais les francais sont aussi connus pour leur surconsommation de médicaments qui sont de moins en moins remboursés. Vous avez plus de chances que moi car je n’ai toujours pas de Medecin de famille!
    Nous irons en france sur nos 2 pauvres semaines de vacances et nous en profiterons pour faire des check-up
    Pour les vacances c’est clair que 5 semaines + des jours rtt c’est royal. Mais même avec de bons salaires nous n’en profitions pas vraiment. Par exemple, mes enfants ont découvert le ski ici au Quebec et oui pistes st bruno à moins de 30 min !
    Pas la peine de failloter au travail quand c’est l’heure c’est l’heure.
    Bien sûr l’hiver la nuit tombe tôt et on est bien chez soi mais l’été on a une seconde journée Apres le travail.
    Les corvées liés au climat Ben on les avait en france quand même les feuilles mortes….
    Nous aimons la fine gastronomie et en france j’étais la reine des quiches: facile avec les pâtes en rouleaux et bien nous nous sommes adaptés.
    Nous n’étions pas des consommateurs de surgelés en france avec picard et autres donc ca n’a pas changé et la junk food à cinq ça finit par coûter cher hein. Donc nous mangeons des plats sains comme nous le faisions en france mais avec quelques sacrifices c’est vrai. Le fromage est cher quand même mais bon on l’économiste ha ha ha
    Je suis Fan des caissières qui me demandent si “ca va bien?” J’adore ! En france elles font la teonche quand même .
    Les gens sont très agréables et les enfants ont une belle vie.
    Ici j’ai ma petite entreprise de produits Bio,j’oublie de manger le midi, je n’ai jamais autant travailler de ma vie mais nous sommes heureux.
    Nous sommes aussi devenus plus relax, moins râleurs, plus souriants et plus de gros mots (putain, merdee….)
    Bref, avoir des enfants c’est fatiguant en france aussi au mieux on les inscrits à l’accueil à moins de travailler à temps partiel.
    Avec les magasins ouverts tard le soir et les we, je trouve justement que l’organisation est plus simple ici. Mais je ne juge pas car en 2010 j’étais négative et rien ni personne n’aurait pu me faire changer Xperia . Aujourdhui mon grand aime ramener les bouteilles de soda et ainsi il a un peu de sous et puis c’est drôle

    Vous êtes à bouts et Ca se reflète. Prenez le temps d’y réfléchir ou rentrer en france . Si vous avez besoin de parler n’hésitez pas à me contacter. Bon courage et bravo pour vous être exprimée car en effet il y’a 2 revers de médailles à l’immigration mais quand on est prêts alors c’est une aventure sensationnelle et comme d’autres l’ont dit avant moi : NOP je ne rentrerais pas en France!

  • Marina

    Merci Carole, je vais me renseigner!

Haut

Bienvenue au Canada