Salon Emploi Canada des 22… - Immigrer.com
jeudi , 20 juin 2024
Accueil Bilans Salon Emploi Canada des 22…
Bilans

Salon Emploi Canada des 22…

0
0
(0)

De looleepop

Salon Emploi Canada des 22 et 23 mars, Compte-rendu et ressources

Bon chose promise chose due, voici le compte-rendu du Salon Espace Emploi International – Canada qui s’est tenu les 22 et 23 mars 2005 à Paris. Les deux journées avaient le même programme, je parle ici de la journée du 23. J’étais bien accompagnée puisque j’étais avec Joey et Viggo.

Désolée pour le côté brouillon de la chose.

Un contexte très francophone

Ce salon était organisé conjointement par l’Espace Emploi International de l’ANPE et la Maison des Français à l’Etranger (MFE).

On nous a remis un livret évoquant tous les points qui peuvent intéresser les aspirants immigrants. Je peux vous en fournir une copie électronique (PDF – 9 Mo – m’envoyer un MP et je vous enverrai soit le fichier soit un lien).

Etaient présents : l’EEI, la MFE, l’Ambassade du Canada à Paris et les provinces de l’Alberta, du Manitoba, de l’Ontario, de la Nouvelle Ecosse, du Nouveau Brunswick, du Québec et de la Saskatchewan.

La matinée était consacrée à la présentation de l’immigration et des provinces, tandis que l’après-midi permettait au public d’avoir des entretiens individuels avec les représentants des provinces et de l’ambassade.

Plus que des représentants des gouvernements des provinces, les intervenants étaient surtout des représentants des communautés francophones du Canada, parce que oui, la francophonie existe aussi en dehors du Québec.

Une matinée des plus denses

Tous les interlocuteurs se sont succédés sans pause. Ce qui n’a pas rendu facile la tâche des derniers orateurs. A savoir que chaque représentant avait 20 minutes pour faire sa présentation. Toutes les infos sont disponibles sur les sites web respectifs des intervenants. A noter que seul le Québec a un programme d’immigration ouvert pour les travailleurs qualifiés. Je veux dire par là que pour les autres provinces on vous demandera, soit d’être sponsorisé par votre employeur, soit d’être recommandé par une communauté. Il existe aussi des programmes pour les entrepreneurs.

Chacun a vanté le dynamisme et la qualité de vie de sa province. A ce titre, il s’agissait vraiment d’une opération séduction. Le discours était plus “modéré” lors des entretiens de l’après-midi.

L’ambassade, par contre, a tenu à nous mettre en garde :
La cabane au Canada est un cliché aussi éculé que la baguette et le béret
Le Canada n’est pas l’Eldorado, ce n’est pas là que l’on fera fortune
Il faut s’informer et effectuer une visite exploratoire
On ne trouve pas un emploi dans son domaine du jour au lendemain
Il faut être flexible et savoir s’adapter aux usages locaux au niveau de l’emploi
Il est de notre responsabilité de vérifier que l’on pourra exercer notre profession là où nous souhaitons nous installer.
La présentation du Québec était une version à peine écourtée des réunions d’information délégation générale du Québec à Paris (ni tout rose, ni tout noir).

A noter que plusieurs provinces estiment qu’il y aura beaucoup d’opportunités d’emploi dans les milieux bancaires prochainement. Les métiers en recherche varient grandement d’une province à l’autre et je pense sérieusement me reconvertir dans la soudure.

Pour faire du mauvais esprit (n’est-ce pas Joey ?) je dirais que les provinces les plus peuplées n’ont pas donné leur taux de chômage (4,4% en Alberta, 5% au Manitoba….)

Il ne faut pas hésiter à s’éloigner des grands centres pour trouver de l’emploi. Les opportunités de reconversion, sont à ce titre plus larges dans les provinces peu peuplées.

L’anglais est essentiel.

——————————————————————————————————————-

L’attente étant longue l’après-midi pour les entretiens individuels, nous avons eu le temps de discuter avec d’autres participants et d’attraper au vol quelques conversations. Beaucoup des participants ayant été contactés directement par l’ANPE étaient venus en touristes, en ne connaissant pas du tout les procédures.

Ce qui se dit, ce que l’on entend

Les camionneurs longues distances sont recherchés (plusieurs provinces)
Super, je vais pouvoir m’installer au Québec !
Il est de votre responsabilité de vérifier que vous pourrez exercer votre profession dans la province qui vous intéresse (Ambassade)

Il y a des communautés francophones partout au Canada (Ambassade)
Super parce que mon anglais n’est pas terrible.
Plus votre niveaux d’anglais bon, plus large sera votre choix d’emploi (Représentante du Québec)

La plupart des provinces ont un programme d’immigration qui leur est propre (l’ambassade)
Cool, je vais pouvoir partir à Toronto rapidement
Bon à part que l’Ontario n’a pas de programme d’immigration….

T’es bien un français toué !

Cas 1 :
Le représentant du Nouveau Brunswick était venu accompagné d’une française installée là-bas. Partie monter une boulangerie avec son mari et accompagnée de leurs 2 enfants, elle est maintenant à la tête d’un établissement de restauration employant 12 personnes (3 ans plus tard).

Commentaire du français moyen : Pfffff elle a eu de la chance c’est tout !

Ben ouais, sans doute. Elle a fait le pari de ne pas s’installer au Québec et de monter sa propre boîte. Elle et son mari ont fait une étude de faisabilité poussée et n’ont pas hésité à contacter les centres d’aide à la création d’entreprise du Nouveau Brunswick. Ils ont bossé très fort pour que ça marche et ils avaient sans doute un peu de talent, parce que c’est pas parce que c’est français que c’est bon et que ça vend.

La chance ce n’est pas un truc qu’on a ou pas. La chance on va la chercher. Faut être un peu actif si on veut s’en sortir, parce que soyons lucide, personne ne nous attend là bas.

Cas 2 :
Je suis Chef de Projet. C’est-à-dire ? Ben Chef de Projet. Mais encore ? Ben je manage des projets. etc…. J’suis commercial, je bosse dans l’informatique, j’suis ingénieur…. Oui mais vous faîtes quoi au juste ?

Désillusions

Exemple 1 :
En France on aime bien demander un Bac +2 pour un “petit” boulot. Parfois la franchise canadienne fait mal : “Votre métier c’est typiquement un truc qu’on laisse à ceux qui ont quitté l’école sans diplôme”.

Exemple 2 :
– J’suis adaptable, je ferai n’importe quoi en attendant de trouver un job dans ma branche.
– Oui, mais ça risque de durer longtemps, parce que votre branche n’est pas en demande chez moi, donc non je ne vais pas vous dire que vous m’intéressez.

Exemple 3 :
Vous ne parlez pas du tout anglais, ah ? C’est ennuyeux ça, très ennuyeux….

La curiosité n’est pas toujours un vilain défaut

Se renseigner un minimum sur le Canada et les procédures d’immigration avant de rencontrer les représentants des provinces peut être une bonne idée. Ils vous seront toujours reconnaissants de ne pas leur faire perdre leur temps en leur posant des questions vraiment idiotes.

Le voyage exploratoire est recommandé par tous les intervenants.

Les programmes pour les jeunes sont unanimement salués (PVT, stages….). Ils permettent de se faire une première idée du pays avant de faire le grand saut. Il faut en profiter, car d’après la représentante du Québec, il se peut qu’ils ne soient pas renouvelés en 2007 (ils l’ont été pour 2006). Pourquoi ? Parce que c’est un programme d’échange et que la France ne joue pas le jeu et ne laisse pas venir suffisamment de canadiens. L’année dernière environ 5300 français ont profité du programme pour seulement un millier de canadiens.

Petit bilan

Personnellement, je suis très contente de ma journée, j’ai appris plein de trucs et je sais ce que j’irai visiter la prochaine fois que je retourne au Canada. J’ai même reçu une lettre d’invitation à présenter un dossier pour le Manitoba.

Joey a, quant à lui, intéressé la Saskatchewan bien qu’il ait une préférence pour le Nouveau Brunswick, où il espère être embauché chez McCain pour avoir des frites gratuites. Et Viggo a découvert qu’on rencontre parfois des canadiennes très désagréables.

Et si vous avez des questions sur un point précis, n’hésitez pas.

———————————————————————————–

Ci-dessous des sites web intéressants.

Ne pas tout prendre pour argent comptant, j’ai pu me rater pendant la prise de note.

PNP = Programme de Nomination des Provinces
GOV = Site du gouvernement
FRA = Association(s) francophone(s) de la province
EMP = Emploi

Alberta
PNP : http://www.alberta-canada.com/pnp
GOV : http://www.gov.ab.ca/home/index.cfm
FRA : http://www.francalta.ab.ca/

Croissance la plus rapide du Canada ; population la plus jeune (59% de moins de 40 ans) ; 3,2 millions d’habitants et 362.000 francophones ; Calgary est 30% moins chère que Paris ; 5 des 13 sites classés de l’Unesco ; taux de chômage de 4,4% ; pas de dettes…. Programme de désignation par l’employeur ou programme d’investissement agricole.

Colombie Britannique
PNP : http://www.mcaws.gov.bc.ca/amip/pnp
GOV : http://www.gov.bc.ca/bvprd/bc/home.do
FRA : http://www.ffcb.bc.ca/

N’était pas représentée, mais a laissé une doc.

1,7 fois la France ; 3ème en terme de qualité de vie selon Mercer 2005 ; location d’un F3 de 1200 à 2000 CAD/mois ; température la plus clémente du Canada pour Vancouver ; Jeux Olympiques en 2010 ; 4 universités ; 2 collèges techniques ; plus de 70 écoles privées de langue seconde ; Industries prédominantes : foresterie, tourisme, industrie minière, agriculture, pêches, télécoms, nouveaux médias, biotechnologie, environnement, aérospatiale, films et TV ; 37 000 élèves scolarisés en classe d’immersion en français ; 37 050 immigrants en 2004 dont 15,5% des immigrants francophones…. Programme de désignation par l’employeur ou programme d’investissement.

Ile du Prince Edouard
PNP : http://www.gov.pe.ca/immigration/index.php…=61449?=F
GOV : http://www.gov.pe.ca

N’était pas représentée.

Manitoba
PNP : http://www.gov.mb.ca/labour/immigrate/immigration/2.fr.html
GOV : http://www.gov.mb.ca/index.fr.html
FRA : http://www.franco-manitobain.org/

1,163 millions d’habitants dont 47.000 francophones, les 2/3 à Winnipeg ; industrie agricole importante ; une maison de 3 chambres, 2 salles de bain et garage(s) ? 87.000 euros ; 350 à 450 euros/mois pour la location ; 5 universités dont 1 francophone ; chômage 5 %… Programme d’immigration actif, soit par l’employeur, soit par les communautés. Le Manitoba peut aussi vous aider à préparer un voyage exploratoire.

Nouveau Brunswick
PNP : http://www.gnb.ca/immigration
GOV : http://www.gnb.ca/

Seule province officiellement bilingue ; 33% de la population est francophone ; service dans les deux langues presque partout ; Honda Civic a 10 425 euros ; essence (oct 87) à 55 ct ; maison de 600 m2 à 127 000 euros ; 80 m2 à 400 euros par mois ; cinéma à 4,3 euros ; éducation publique ; choix de la langue d’enseignement (modifiable en cours de scolarité) ; 5 universités dont 1 francophone ; abrite McCain, Alcatel, Xerox, Avis, IBM, AOL ; exportations vers 100 pays ; meilleure fiscalité pour les entreprises…. Programme d’immigration par le biais d’un employeur ou en investisseur.

Nouvelle Ecosse
PNP : http://www.gov.ns.ca/econ/nsnp/
GOV : http://www.gov.ns.ca/
FRA : http://www.federationacadienne.ca/fane/index.cfm

Acadiens, acadiennes…. 940.000 habitants dont 40.000 acadiens ; 30.000 emplois dans le tourisme ; industrie forestière, minière…. ; 7 universités ; 12.000 francophones à Halifax ; 100.000 francophiles (X2 depuis 1950) ; 19 écoles francophones ; 1550 entrepreneurs francophones…. 3 programmes d’immigration : entrepreneurs, par l’employeur, par les communautés.

Il parait que chez les acadiens on est “tricotés serrés”.

Saskatchewan
PNP : http://www.immigrationsask.gov.sk.ca/
GOV : http://www.gov.sk.ca/
GOV : http://www.gr.gov.sk.ca/ocaf/index-f.htm
FRA : http://www.fransaskois.sk.ca/
EMP : http://www.guichetunique.ca

Représentante ex-montréalaise heureuse d’avoir trouvé la province de ses rêves ; beaucoup de natifs ; 3 universités ; milieu scolaire bilingue ; services en français ; changement de métier facile ; horaires de travail au choix ; programme gratuit pour apprendre l’anglais ; programme d’accueil des immigrants…. Programme d’immigration par le biais de l’employeur.

Terre Neuve et Labrador
PNP : http://www.nlpnp.ca
GOV : http://www.intrd.gov.nl.ca/intrd/
FRA : http://www.afsj.nf.net/

N’était pas présent

Yukon
PNP : http://www.economicdevelopment.gov.yk.ca
GOV : http://www.gov.yk.ca/francais/

N’était pas présent

Ontario
EMP : http://www.CEO-ON.com
EMP : http://www.2ontario.com
EMP : http://www.travaillerenontario.com
FRA : http://www.ofa.gov.on.ca/
DIV : http://www.etablissement.org

L’Ontario n’a pas de programme d’immigration, mais la communauté francophone veut des immigrants.

42% du PIB du Canada ; 40% de la population du Canada ; 40% des emplois du Canada ; 29.000 entreprises dirigées par des francophones ; 18 universités ; 3ème centre théâtral après NY et Londres ; beaucoup de médias en français ; 100 langues ; 1,36 millions de personnes parlant français ; la ville la plus multiculturelles est Toronto ; plus grande communauté francophone hors Québec ; la moitié des immigrants s’installent en Ontario.

Québec
DCS : http://immigration-quebec.gouv.qc.ca/
DCS : http://www.quebec.fr
EMP : http://www.invest-quebec.com
EMP : http://www.emploiquebec.net
EMP : http://www.opq.gouv.qc.ca
EMP : http://www.ampe.ca
DIV : http://www.civiweb.com pour les VIE
DIV : http://www.ofqj.org
DIV : http://www.agriplanete.com Sésame

Quoi, y a encore des trucs que vous ignorez ?

Comme je le disais, la présentation du Québec était une version à peine allégée de la présentation que vous pouvez avoir à la délégation générale du Québec à Paris.

7,4 millions d’habitants dont 6 millions de francophones ; 3 fois la surface de la France ; 3.700 personnes au Km2 à Montréal contre 20.000 à Paris ; pas de caution, de taxe d’habitations ou de charges quand on loue ; 100 m2 à 600 euros à Montréal, 400 à Sherbrooke, 360 à Trois-Rivières ; frais notariés forfaitaires de 600 euros environ ; ADSL à 25 CAD/mois ; pas de délais de carence pour la sécurité sociale ; gratuité des soins ; anglais très important dans le milieu du travail ; espagnol recherché ; il faut partir avec au moins 3 fois son budget mensuel français pour être à l’aise ; le Québec n’est pas l’eldorado et on paye des impôts ; faire évaluer ses diplômes avant de partir si possible ; se préoccuper avant de commencer la procédure du problème des ordres ; chercher l’appellation de sa profession au Québec ; profiter des services offerts aux immigrants dès le départ, ne pas attendre que la situation soit dramatique…. Pour le programme vous le connaissez.

Laurence

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Message du jour

Les Messages du Jour sont des bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants, partagés sur le forum de discussions de la communauté d'Immigrer.com. Nous tenons à souligner que les opinions exprimées dans ces témoignages sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles d'Immigrer.com. Chaque expérience étant unique et personnelle, il est important pour nous de partager ces témoignages afin de donner un aperçu des différentes perspectives et vécus. Toutefois, nous tenons à rappeler que ces témoignages ne sont pas des éléments factuels, mais plutôt des histoires personnelles.

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Grosse déception du Québec

4.3 (67) Bonjour, je voulais juste échanger sur mon ressenti concernant mon...

Bilan 10 mois après au Québec

4.2 (17) Il y a 10 mois, mon conjoint et moi avons...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com