Le Québec, une aventure à vivre
jeudi , 13 juin 2024
Accueil Bilans Le Québec, une aventure à vivre
BilansMentalités et société

Le Québec, une aventure à vivre

6
0
(0)

Beaucoup, beaucoup de réactions suite au témoignage « Je suis au Québec depuis 3 ans et une envie de rentrer en France ». Le Québec est une terre d’aventure pour les immigrants, comme en témoignent les réponses inspirantes de Damien, Jean et Fred aux propos négatifs d’un expatrié Français.

« Quand je lis ça, je capote bin raide.

Ça fait 15 ans que je suis ici, j’ai tout vécu, l’auberge espagnole en tant qu’étudiant, le jeune cadre dynamique avec un permis de travail, la résidence permanente. La vie en condo, une blonde québécoise, une maison en banlieue, des enfants.
Je me suis fait des amis québécois au fil du temps, j’ai fait des soirées de Français sur le plateau qui me ventait d’avoir découvert Louis-Josée Houde (merci je connais).

Oui la bouffe est plus cher, tu trouves tout si tu cherches, pas comme le reste de l’Amérique du Nord.
Oui ils veulent des connaissances et pas des amis proches, ils vous ont pas attendu .
Y a pas d’histoire, osez me dire que vous avez déjà lu un livre sur la nouvelle France.
Faut rentrer dans leurs bulles, faut s’adapter et pas le contraire.

Nous sommes les immigrés, vous croyez que toutes les générations qui sont arrivés en France dans les 50 dernières années , c’était pas pareil?
Sortez vous les doigts, c’est l’aventure, vous êtes des pionniers.

Comme je dis toujours, quand on me demande ce que je fais icitte:
“Je devais être du voyage de Jacques-Cartier mais j’ai raté le bateau, donc me voilà. »

Message de Damien sur la discussion suite à la publication d’un message du jour intitulé « Je suis au Québec depuis 3 ans et une envie de rentrer en France »


« Au minimum quand l’on décide de s’expatrier il faut s’informer de la grandeur du territoire, de la nordicité du Québec, de la jeune histoire, de la vie nord américaine, des exigences du travail et des différents systèmes publiques.

Les relations sociales et les codes de ces derniers diffèrent d’un pays à l’autre. Personnellement j’ai des amis français qui à mon avis n’ont pas eu trop de difficultés à créer des liens.

Malheureusement on ne peut changer la géographie et l’immensité du territoire. Si on ne s’informe pas ce qu’est l’hiver au Québec on est mal barré. Pour changer de paysage effectivement il faut souvent prendre l’avion pour se rendre vers des destinations aux paysages plus exotiques. Par contre nous sommes qu’à 6 heures de voiture de New York , 5 heures de la côte Atlantique du Maine ou 7 heures des chutes Niagara.

Oui la diversité de la bouffe en France est reconnue mondialement. Par contre d’affirmer que la diversité culinaire au Québec est inexistante c’est une insulte à tous les différents restaurateurs, producteurs locaux, maraîchers etc…c’est purement de la mauvaise foi. Il faut arrêter de donner comme example les restos de bouffe rapide qui sont d’ailleurs également très présents en France.

Bref s’expatrier n’est pas donné à tous. Souvent les racines sont plus profondes que l’on croit et empêche de s’ouvrir à une nouvelle réalité. »

Message de Jean sur la discussion suite à la publication d’un message du jour intitulé « Je suis au Québec depuis 3 ans et une envie de rentrer en France »


« Ici depuis 89. Des moments merveilleux. J’ai pu faire des choses que jamais je n’aurais pu réaliser en France. Tellement reconnaissant de la générosité de ce pays. Connu le referendum de 95, voté oui!

Oui j’ai pensé revenir en France, famille, amis, paysages, Europe à proximité. Mais aujourd’hui, immigration folle, politiques agressives, sécheresses, guerre Ukraine, coût de la vie. J’ai 2 filles ici, nées ici, je me vois mal les ramener dans cette ambiance moribonde, elles sont Qcoises. Alors je reste.

Et dites-moi; si tu revends ta maison ici, tes propriétés, rappelez-vous que l’ÉTAT Français vous attend pour vous imposer, vérifier vos comptes Canadiens et tutti quanti! Ici j’ai 60 ans et je peux encore changer de boulot, là-bas on va me mettre sur un stage de chaudronnerie à pôle emploi ou je ne sais quoi, le chômage?? Pas pour moi! J’ai pu faire cent métiers ici, je peux cumuler des emplois, etc… la liberté! Pas de stress.

Les relations? Ouvre toi à l’histoire du pays mon chum, c’est une histoire incroyable. Mais bien sûr faut-il rappeler que la grande majorité des Français sont les nombrils du monde.

Bref, retournez donc donner 30 ou 40% de vos actifs, durement acquis ici pour des services dont vous ne bénéficierez pas en France. Bon retour! »

Message de Fred sur la discussion suite à la publication d’un message du jour intitulé « Je suis au Québec depuis 3 ans et une envie de rentrer en France »

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Message du jour

Les Messages du Jour sont des bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants, partagés sur le forum de discussions de la communauté d'Immigrer.com. Nous tenons à souligner que les opinions exprimées dans ces témoignages sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles d'Immigrer.com. Chaque expérience étant unique et personnelle, il est important pour nous de partager ces témoignages afin de donner un aperçu des différentes perspectives et vécus. Toutefois, nous tenons à rappeler que ces témoignages ne sont pas des éléments factuels, mais plutôt des histoires personnelles.

6 commentaires

  • J’ai déjà écrit à ce sujet sur mon expérience de l’immigration au Québec.
    J’ y ai vécu 6 ans, de 87 à 93 avec ,en partant, un contrat binational qui a bien facilité les choses .C’était l’époque du plein emploi ,des loyers et maisons pas cher ,d’un niveau de vie facile , une ville dynamique ,sécuritaire , propre ,disciplinée ,respectueuse du code, civisme , générosité et l’Etat-providence comme en France ( éducation ,santé…) Une approche tellement bienveillante et positive de l’enfance et même des étudiants avec la possibilité de changer d’orientation ,l’échec étant l’occasion de rebondir et même une approche environnementale, que je vantais lors de nos voyages d’été en France. Quant à la vie politique , bouillonnante de fierté nationale (je n’ai pas dit nationaliste …) la volonté de s’affirmer face à un fédéralisme à tendance centralisateur (toujours d’ailleurs ! ) Elle était une leçon très forte d’engagement citoyen. Des souvenirs inoubliables de voyages dans cet immense et magnifique pays mais aussi dans le reste du continent américain avant les grands flots touristiques…Surtout , apprendre à garder cette attitude de découverte, de curiosité de l’histoire passionnante , la volonté de se rapprocher de la population en évitant d’être le “maudit français” car la défaite de 1763(abandon du roi de France ) reste inconsciemment ancrée et le rapport “curiosité -crainte” toujours présent (par mauvaise expérience avec des immigrants français un peu trop, comment dire…parfois trop critiques au pays du consensus social ?) Donc, j’ai appris à ne pas attendre le contact mais le provoquer en toute simplicité car pour les Québécois la famille est très importante et les obligations quotidiennes prenantes .J’ai appris à formuler mes arguments , mon opposition parfois ,simplement ,avec respect, sans colère, en évitant de mettre la personne en face, mal à l’aise, se tourner en dérision , rire de soi ! Au final , prendre conscience que nos soit-disants “cousins” étaient, en fait, un peuple aux multiples influences et facettes mais un peuple bien spécifique américanisé du point de vue économique et dans un océan anglophone,

    Le contrat terminé , la réintégration en France a été bivalente: à la fois facile (famille, amis )dans une de ses belles région (loisirs ) achat d’une maison, volonté de se réadapter (car avant le Québec ,il y a eu aussi 10ans dans un autre pays bien aimé aussi ) nouvelles activités culturelles, débats et analyses plus approfondie par rapport à une “certaine superficialité” du consumérisme nord-américain.Certes,il nous a manqué l’espace du Québec, la vitalité de Montréal ,les déplacements plus faciles , la simplicité, la gentillesse spontanée et la tolérance des Québécois .Mais ,bon ,on a repris nos marques .Quand, 7 ans plus tard, en 2000 , j’ai eu la proposition d’un de renouveler mon contrat au Québec, la spontanéité a vite, pris le pas sur l’hésitation et la réflexion. Nous sommes repartis , ma fille pouvant ainsi aller à l’université sur place et moi finir ma carrière …

    Que dire 23 ans après ? Nous n’avons pas regretté notre choix. MAIS..IL FAUT RÉALISER QUE LE QUÉBEC ,COMME TOUS LES PAYS DU MONDE,A AUSSI CHANGÉ .Le coût de la vie a beaucoup augmenté avec les crises financières, l’inflation actuelle surtout les produits de base et l’essence ,les locations de condos , le prix des maisons , qui font que l’installation en banlieue est plus facile mais les heures de pointe devenues infernales .Les politiques successives favorisant l’initiative privée au détriment des services publics (très net dans le domaine de la santé et de l’éducation ).L’environnement dégradé … Des réactions nécessaires et urgentes mais, subordonnées au chevauchement du municipal ,du provincial ,du fédéral, du privé et une conscience environnementale en berne ,comme partout , la crainte pour les rendements boursiers mais, les problèmes ont ressurgi plus fort ,récemment, avec les changements climatiques urgents .Un exemple de ce manque de coordination, de vision globale, de bon sens , c’est la fermeture d’un magnifique aéroport à l’extérieur de la ville (domaine fédéral )avec, pourtant, une gare pour la navette prévue avec le centre ville mais la voie de chemin de fer n’a pas été faite comme prévue au milieu de l’autoroute d’accès .Aéroport rapatrié en ville , sur l’ancien aéroport vétuste, restauré à coup de milliards, malgré l’opposition d’urbanistes et de géographes, aéroport vite saturé, provoquant pollution sonore et de l’air sur la ville, ,jamais reconnues par l’administration aéroportuaire privé (contrat ave cle fédéral )La navette avec le centre ville annoncée, à force de publicité , jamais faite (opposition d’utilisation des rails fédéraux par manque d’accord sur les entretiens ). Et ,que dire, 20 ans après , de la discussion (ENFIN !)sur la construction d’un TGV reliant la ville de Québec à Toronto et même Windsor sur al rive nord .Mais ,ce TGV va-t-il devoir entrer dans l’île alors que l’arrêt était tout trouvé à Mirabel , l’ancien site de l’aéroport )? Une nouvelle piste est prévue entre deux 2 aérogares et un tunnel prévu pour 2027 (!) pour le REM -réseau extra métropolitain -sous les pistes- Problème également du 3ème lien dans la ville de Québec…Le dilemme, entre le maintien des secteurs nationalisés ou les privatisations (système de santé au bord de l’implosion …) Problème de la protection du français au Québec même et au sein de la fédération, que dire de tous les courants nouveaux qui agitent la société : wokisme ,culture de l’annulation , sexualités différentes, féminisme, immigration et intégration , dilemme multiculturalisme ou interculturalisme, laïcité …etc.

    Au final ,si on prépare soigneusement son projet d’immigration , avec si possible un contrat prévu , un coussin financier nécessaire pour les débuts , des compétences appropriées, demandées (voir site du GVT sélection immigration )assurer ses arrières malgré tout , être débrouillard ,capable d’initiatives sans attendre la prise en charge de l’Etat et même volontaire pour le bénévolat important ici, l’engagement pour l’environnement , si on pense avoir les capacités d’adaptation et l’ouverture d’esprit qui caractérisent plus la jeunesse actuelle française face à un pays ,qui a beaucoup changé face aux nouveaux défis ,alors, BIENVENUE!

    Et si par hasard , l’aventure ne vous convient pas ,c’est votre droit et pas un échec toute expérience est bonne à prendre : elle vous permettra une meilleure connaissance de soi, de ses attentes , de préciser son projet de vie car la vie n’est jamais linéaire (qui avait prévu le COVID ,ses dangers et ses restrictions?) et jamais tout à fait négative .Les pays et les habitants de cette planète , ont tous des qualités attachantes mais aussi des défauts qui conviennent ou pas …Alors , bonne chance !
    Un peu long ,désolée : le défaut des aînés qui ont toujours trop à dire!
    CPF 71 ans .

  • J’ai beaucoup du mal avec cet article. Chacun a droit à son avis concernant son immigration. Toi ca c’est bien passé, lui moins bien. Ses arguments étaient parfaitement recevables et argumentés, et il s’est pris une shitstorm parce qu’il critiquait certain points du Quebec. On dirait, selon toi que le soucis venait d’un manque d’informations et d’un manque d’ouverture. Et bien, malgré d’énormes efforts, des fois ca passe juste pas. Avant d’immigrer les gens font forcément des recherches pour être certains de leur choix.

    Ca fait 10 ans que je suis au Quebec, je suis bien ici mais je comprends parfaitement que d’autres personnes puisse avoir un point de vue différents du mien. J’ai immigré dans quatre autres pays auquels je n’ai pas accroché pour diverses raisons.

    Quand je vois dans des commentaires des « si t’es pas content retourne dans ton pays », des « les français qui viennent au Québec pensent être le nombril du monde » ou autres, ca me fout la rage.

    Chaque personne viens avec sa culture, ses idéaux, ses valeurs. Et pour savoir si le pays est pour nous, il faut tester comme il a fait. Et avoir des avis négatifs c’est parfaitement normal, faut arrêter de toujours voir les avis négatifs comme insultant ou irrecevables, il sont tous aussi valide que ceux positifs

  • 47 ans au Québec demain le 6 avril 2023. Arrivé à 20 ans et quelques mois.
    Tout le monde à raison d’aimer ou pas le Québec.
    Ce n’est pas le paradis décrit dans les reportages de télévision ou sur Internet.
    Il y a du bon et du mauvais comme partout ailleurs.
    Quitter sa terre natale n’est pas souhaitable pour tout le monde. S’y installer et y rester demande des efforts et de la persévérance. Une sélection naturelle est souhaitable.
    Il n’a pas que le Québec au Canada, le pays est immense. Il ne faut pas hésiter d’aller voir ailleurs besoin.
    Il faut déterminer les deux ou trois critères qui font que l’on choisi de rester.
    On ne pourra pas tout avoir.
    Il faut surtout être bien dans sa peau avant d’être bien quelque part.

    • Tout à fait d’accord . J’ai l’impression que vous avez appris, au Québec , les propos mesurés, respectueux et tolérants .Toute expatriation est une aventure ,une ouverture d’esprit , que l’on reçoit pour le meilleur à retenir ou si cela se passe mal , ne pas regretter, car, de toutes façons, elle nous apprend plein de choses sur les autres et sur soi . CFP. 29 ans de vie au Québec .71ans .,

  • Centre Éducatif

    Publicité

    Les plus lus récemment

    Publicité

    Abonnez-vous à notre Newsletter

    S’abonner

    Publicité

    Les plus commentés récemment

    Derniers commentaires

    Discussions en cours

    Articles similaires

    Grosse déception du Québec

    4.3 (62) Bonjour, je voulais juste échanger sur mon ressenti concernant mon...

    Bilan 10 mois après au Québec

    4.2 (17) Il y a 10 mois, mon conjoint et moi avons...

    Est-ce que je regrette d’avoir déménagé au Canada? Certainement

    3.9 (56) Tout d’abord, un peu d’histoire sur moi : Je suis un...

    >
    Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
    © 2024 immigrer.com