La fin d'une étape, le début d'une autre...Récit de mon immigration. - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > La fin d’une étape, le début d’une autre…Récit de mon immigration.

La fin d’une étape, le début d’une autre…Récit de mon immigration.

De Mandy80

La Belle histoire commence un beau jour…. euhhh pluvieux…. de fin novembre 2003. Une jeune rousse rencontre dans son Trou Perdu des Alpes un Chevalier qui s’avère avoir un accent rigolo. Pif Paf Boum, le plus naturellement du monde, ils tombent amoureux, et s’entendent à merveille malgré leurs écarts de langage qui, il faut bien l’avouer, ne semblent pas faciliter la communication d’un couple :

La française : « Bon, je vais faire une machine ! »
Haussement de sourcil interrogateur du québécois…. La française, les bras remplis de vêtements se dirige vers la machine à laver.
Le québécois : « Ahhh ! Tu vas faire une brassée ! »
Haussement de sourcil (épilé) interrogateur de la française….

Dépité, le québécois doit rentrer en janvier retrouver son hiver, disons franchement qu’il n’avait pas trop le choix car il n’avait plus de visa valide pour l’hexagone (fin de son visa de travail temporaire). Mais la française a plus d’un tour dans son sac pour ne pas se séparer aussi facilement de lui et décide de partir une dizaine de jours en vacances chez lui (ou plutôt chez sa mère) pour voir si cet hiver là est bien aussi froid qu’on le dit. -25 à -30 pendant 10 jours…. oui c’est froid (et cet hiver là particulièrement).

Je rencontre sa famille, ses amis, Montréal, et tant d’autres choses qui éblouissent mon cœur. Sur un beau nuage j’étais. Puis je rentre chez moi pendant que de son côté, il se démène pour obtenir un PVT pour la France, chose faite rapidement, surtout qu’un emploi l’attendait déjà.

De février à octobre 2004 nous sommes séparés par plusieurs dizaines de kilomètres, mais nous sommes sur le même continent, et c’est le bonheur assuré. Néanmoins, nous avons des envies d’ailleurs, et surtout ensemble. On commence à faire des recherches pour s’installer à l’île de la Réunion, mais pour des histoires de compatibilité de visas, on décide finalement de se rendre sur l’île de Montréal. Une île on voulait, une île on a eu.
En novembre 2004, c’est un retour aux sources pour l’un (pas très enchanté d’ailleurs), un PVT et une aventure excitante pour l’autre, et juste une envie de poser les bagages pour un an avant une autre destination.

Le québécois retrouve vite ses marques dans sa ville qu’il connaît mieux que la poche de son jean préféré et travaille dans l’une des meilleures places de la ville très rapidement. Elle, apprend à côtoyer cette nouvelle culture, tatillonne, fait plein de jobines et s’intègre, dit-on, très rapidement.
Aux abords de l’été 2005, quelques évènements pas très rigolos surviennent dans ce couple qui malgré tout se serre les coudes, tenant bon. Le beau nuage est bien loin maintenant, il faut composer avec des vérités bien plus difficiles à vivre surtout avec la distance, la solitude aussi.

A l’automne 2005, je cours en quatrième vitesse à Paris pour chercher un visa emploi de perf afin de pouvoir rester auprès de mon Chevalier qui est sur le point d’être terrassé par une guerre intérieure. Février 2006, le Chevalier sort vainqueur et commence à créer son entreprise, ce qui m’emmène à revoir mes plans d’expatriation…. serais-je «obligée» d’immigrer pour rester auprès de lui ? Commence ici la lente recherche personnelle de comment et surtout pourquoi immigrer. Est-ce que je le voulais vraiment ? Pour moi et non pour lui ? Est-ce que j’étais prête à accepter ce pays tel quel, avec ses qualités comme avec ses défauts, mais aussi comme le mien afin de vivre en paix avec ce choix ? C’est quoi l’intégration ? Pourquoi tout le monde me dit que je suis intégrée et que je ne me sens pas de même, malgré une job, une belle-famille et quelques amis, tous québécois ? Une grande réflexion intérieure s’est acheminée sur plusieurs mois ainsi que la préparation du dossier de parrainage dans les règles de l’art. Et puis vers la fin novembre 2006, après moult hésitations, changement de cap, et en une semaine, c’est finalement un dossier de parrainage par l’extérieur du Canada qui s’en va, 10 jours avant noël, le cœur plus léger, maintenant c’est fait, oui je le veux : rester au Québec encore quelques années mais pas juré pour la vie, non merci (chacun sa définition du mariage…. euhhh pardon, du parrainage).

Le dossier a suivi son parcours sans embûche. Il faut dire que nous n’avions pas de mal à prouver notre relation de fait, habitant ensemble depuis 2 ans. Nous n’avions pas non plus de passé ardu à expliquer : pas d’autres conjoints de fait passés…. ou en tout cas, aucune preuve du contraire, pas d’enfants, pas de passé criminel ni psychiatrique (ce fut très dur à cacher), aucun problème de santé, situation économique correcte.
La plus longue attente fût du 20 mars au 11 juin, lorsque le dossier était à l’ambassade. Aucune nouvelle de l’avancement du dossier et mon statut de travailleur temporaire qui prenait fin le 11 mai. J’ai fait une demande de prolongation pour accéder au statut implicite, dont je viens de recevoir la nouvelle : refusée. De toute façon, maintenant, j’ai la brune et dans 3 semaines je rentre en France pour des vacances alors…. Il n’y a plus grand-chose à craindre.

Mais la belle histoire n’est pas terminée…. car bientôt, ce sera le dossier de citoyenneté qui sera envoyé ! Après tout, j’en suis à 5 dossiers envoyés au CIC depuis 2 ans ? alors un peu plus ou un peu moins…. Autant en finir avec toutes ces histoires afin de continuer notre Belle Histoire en paix et de faire des nouvelles.

Et puis comme ça, lorsque matante me dira : « Aloooors la nouvelle citoyenne !!!! Félicitations ! » je ne serais pas obligée de lui re-re-re-expliquer que je ne suis pour l’instant qu’une immigrante reçue, donc pas encore tout à fait reconnue pour être une des leurs, sauf dans leur cœur, il va s’en dire !

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada