Je suis graphiste et je ne trouve pas d’emploi au Québec
jeudi , 20 juin 2024
Accueil Bilans Je suis graphiste et je ne trouve pas d’emploi au Québec
BilansMétiers divers

Je suis graphiste et je ne trouve pas d’emploi au Québec

9
0
(0)

Je suis français et ça fait bientôt 5 ans que je vis au Québec et à Québec. J’ai travaillé 1 an et demi récemment dans une agence comme intégrateur Web et infographiste. J’ai 3 diplômes, 2 français dont un québécois (DEP). Mes diplômes français me donnent un niveau collégial (DEC) donc amplement suffisant pour trouver un emploi dans le domaine du design graphique. Mon contrat s’est terminé fin juillet et depuis, mes opportunités sont médiocres si ce n’est inexistantes.

En presque 3 mois j’ai dû envoyer 150 à 200 CV autant dans les entreprises privées que dans la fonction publique québécoise et fédérale (autant essayer partout). J’ai, je ne sais combien de candidatures sur le feu depuis tout ce temps qui ne mènent à rien. J’ai eu 4 entretiens d’embauche qui ont mené à rien à part “Bonne continuation dans vos recherches”. Et bizarrement certains entretiens étaient proches de faire mouche jusqu’au moment où je disais que je suis sous permis de travail ouvert et que je n’ai pas encore lancé ma demande de résidence permanente (car au Québec ça prend 1000 ans de l’avoir)… Je pense qu’il y a une certaine discrimination au statut d’immigrant ici, bref.

En tout cas, autre chose entre dans l’équation, je suis handicapé moteur, (pas mental) de naissance. On m’a rabâché que la fonction publique ici privilégie les “minorités visibles” dans leurs recrutements, je l’indique à chaque candidature que je leur adresse. Rien. Depuis le mois de juillet tout ce que j’ai eu comme retour de la fonction publique c’est deux examens d’habileté cognitive et je ne sais plus quoi, assez bien réussis, mais rien. Jamais de nouvelles, jamais d’appels.

On dirait que les entreprises n’embauchent jamais de graphistes, à croire qu’ils font leur communication visuelle eux-mêmes. Bref je commence à perdre sérieusement patience je vous avoue…

La pénurie de main-d’œuvre je n’y crois plus trop. En tout cas pas en design graphique, j’ai l’impression que c’est tout aussi bouché qu’en France, si ce n’est pire. Je crois qu’au Québec ils sont juste en pénurie d’esclaves qui ne veulent pas travailler dans des jobs de merde à 17$/h jours, nuits, week-ends, sur appels…

Une autre impression que je commence à avoir c’est que les vraies bonnes jobs, c’est pour les Québécois, les vrais, les purs jus, les étrangers peuvent aller voir ailleurs…

Alors on va me dire, la plupart des agences de com sont à Montréal mais même quand je postule là-bas je n’ai jamais de retour, que je leur propose de télétravailler ou de déménager, ça ne change rien…

L’autre jour la seule entreprise qui m’a recontacté en provenance de Montréal m’a demandé si j’habitais dans la région de Montréal je lui ai dit que non je suis à Québec. La personne m’a directement répondu “Parfait, bonne journée”, sans avoir ne serait-ce qu’ouvert le PDF de mon CV pour voir mes habiletés professionnelles. Juste elle a jugé direct que je n’en valais pas la peine parce que je n’étais pas dans la région de Montréal… C’est navrant. À croire qu’ils vivent dans un autre pays ou dans un microsystème à Montréal.

Bref, vous avez dû le constater, je commence à perdre patience et perdre mon filtre de personne patiente et courtoise, en même temps, est-ce qu’on peut me le reprocher vu la situation ? J’en suis arrivé au point où je postule à tout (même des emplois sans lien avec le graphisme). Pareil rien, même des jobs de merde, c’est ouf. Je me suis même vu postuler chez Jobilico et Randstad, c’est pour vous dire… Je commence à en avoir plein le fion des candidatures qui s’apparentent à des bouteilles à la mer…

J’ai l’impression de perdre mon temps…

Est-ce que d’autres personnes vivent la même frustration que moi actuellement ?


D’après le texte de NicoA posté sur le forum de discussions

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Message du jour

Les Messages du Jour sont des bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants, partagés sur le forum de discussions de la communauté d'Immigrer.com. Nous tenons à souligner que les opinions exprimées dans ces témoignages sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles d'Immigrer.com. Chaque expérience étant unique et personnelle, il est important pour nous de partager ces témoignages afin de donner un aperçu des différentes perspectives et vécus. Toutefois, nous tenons à rappeler que ces témoignages ne sont pas des éléments factuels, mais plutôt des histoires personnelles.

9 commentaires

  • Bizarre, Je suis arrivé au Québec sans emploi, mais avec mes papiers de résidents permanant. J’ai passé 3 entretiens d’embauche, sans envoyer aucun CV (je me déplaçais directement et demandais un entretien avec le DRH…)
    En moins de trois mois, je travaillais dans une grande entreprise québécoise.
    Et deux mois plus tard, je montais ma propre boite, en tant que travailleur autonome.
    Je n’ai aucun diplôme du Québec, seulement un diplôme français d’ingénieur en informatique et quelques années d’expérience en tant que concepteur web et gestion d’entreprise.
    Donc, je persiste à dire que travailler au Québec est beaucoup plus simple qu’en France, et que seule la compétence compte, pas les diplômes…

  • Arrivé il y a 7 ans en couple avec 2 enfants, avec résidence permanente et statut de travailleurs qualifiés, à 1h au Nord de Montréal, trilingue français-anglais-espagnol. Diplômes en marketing et expériences non reconnus, candidatures multiples au public et au privé, peu d’entretiens, « trop ceci ou pas assez cela », tests réussis pour emplois au provincial mais pas de réponse… ou trop qualifié pour être employé municipal à la voirie…
    J’ai occupé emploi de concierge de RPA corvéable à merci, mise en rayon de nuit à Walmart au salaire minimum, et à 50 ans et la double nationalité depuis 2 ans j’ai passé permis et DEP camions pour remplir le frigo et payer les factures. Il n’y a pas de sot métier, j’accepte de redescendre en bas de l’échelle mais alors que les politiques et les chefs d’entreprises se plaignent de la pénurie de main d’œuvre et de migrants non francophones et non qualifiés, il y a des talents inexploités et des profits réalisés sur des travailleurs corvéables, «flexibles » et dociles contraints par les réalités du quotidien.

  • Au bout de 5 ans, c’est dommage de ne pas avoir commencé les démarches pour ta résidence permanente.
    Je ne crois pas que ton statut change quelque chose. Lorsque je postulais, on demandait si j’avais un permis de travail, pas une résidence permanente.
    As-tu pensé à te lancer en tant que pigiste ?

  • Si vous avez des bonnes connaissances d’anglais, allez dans le Canada anglophone. Vous ne mentionnez pas votre niveau d’anglais dans votre lettre, peut-être que c’est là le problème…

  • J´ai eu l’impression de lire le discours de mon fils. Diplômes multiples de l´uqam. Pas de travail. Entretiens bien menés mais rien… idem. Il a passé les tests pour la fonction publique et reussi. Rien. Aucune nouvelle. C´est désespérant. Accrochez-vous. La lumière sera au bout du tunnel.

  • vous n’êtes pas le seul mais il faut vraiment songer à quitter la province, aller en Ontario ou ailleurs, voire vous rapprocher de la frontière (si l’anglais vous dérange…), être mobile c’est un point fort, très bon courage à vous

    • J’ai vécu pareil que vous mais pas au Canada.

      Les entreprises souvent oublié que le diamant brut peut être poli et que celui ci sera très reconnaissant d être engagé.

      J’ai trouver un stage de deux ans payé, et ou je vais avoir droit à passer des certification de base dans mon secteur, une fois le stage terminé, je serais free lance et en contact avec beaucoup d’entreprises, je pourrais aller aux Canada avec un revenu annuel equivalebt à un avocat sans être avocat.

      Selon un ami au Canada, mon revenu sera le double de la plupart des personnes dans la ville ou il vit Vancouver.

      Comme on dit au théâtre Bonne merd* pour la suite.

  • Centre Éducatif

    Publicité

    Les plus lus récemment

    Publicité

    Abonnez-vous à notre Newsletter

    S’abonner

    Publicité

    Les plus commentés récemment

    Derniers commentaires

    Discussions en cours

    Articles similaires

    Grosse déception du Québec

    4.3 (67) Bonjour, je voulais juste échanger sur mon ressenti concernant mon...

    Bilan 10 mois après au Québec

    4.2 (17) Il y a 10 mois, mon conjoint et moi avons...

    >
    Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
    © 2024 immigrer.com