Impressions après 6 mois au Québec - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Impressions après 6 mois au Québec

Impressions après 6 mois au Québec

Six mois ce n’est pas grand chose mais comme je suis dans une ville rarement évoquée dans le forum, je tenais à en parler quand même un peu.

À vrai dire, j’ai d’abord passé 3 mois à Montréal chez un membre de ma famille, et ça m’a permis de trouver deux petits boulots en l’espace d’une semaine.

J’ai trouvé le premier en démarchant les commerces du quartier, et le deuxième via une agence de placement. Les deux étaient temporaires, ce que je recherchais, étant donné que j’allais m’installer à Rivière-du-Loup en septembre.

Début 2017, une fois la VM (visite médicale) faite, je m’étais demandé si ce n’était pas l’occasion de changer de métier. J’avais plusieurs pistes, mais pas de réseau et qui plus est, le membre de ma famille qui s’était installé à l’automne 2016 à Montréal m’avait fortement incité à regarder les formations. Je n’avais pas spécialement envie de retourner aux études mais on m’a parlé des AEC, des formations courtes (l’équivalent des DEC mais sans les matières générales) et j’ai regardé dans trois domaines qui me plaisaient. Mes critères étaient simples : formation courte, professionnalisante, dans un CEGEP public.

Celles qu’offrait le CEGEP de Rivière-du-Loup dans le domaine du cinéma et de la vidéo répondaient à mes critères, et j’étais pile dans les délais pour soumettre ma demande. Deux mois plus tard, j’ai eu le plaisir d’être acceptée dans deux programmes courts (3 sessions en tout).

Honnêtement, sans ça, comme beaucoup, je ne serai pas forcément allée plus loin que Montréal (même si les régions étaient dans un coin de ma tête dès les démarches fédérales) étant donné qu’en France, j’étais une citadine heureuse. Mais j’ai grandi à la campagne, et y retourner ne me faisait pas peur, je crois même qu’à ce moment de ma vie, c’était bienvenu, finalement.

J’avais commencé à prendre mes repères et le rythme à Hochelaga, que j’ai fini par trouver attachant, que c’était parti pour Rivière-du-Loup.

Les montréalais dont j’ai fait la connaissance me taquinaient sur le fait que j’allais m’y enterrer, et que si je comprenais les gens là-bas, je comprendrais tout les québecois sans problème, et si je survivais à l’hiver là-bas, j’y survivrai partout…

Bref, la fable rat des villes / rat des champs, métropole vs région etc, rien de nouveau sous le soleil !

En tout cas ça m’a permis de découvrir cette très jolie petite ville de la rive sud du Saint-Laurent, d’où on peut observer les baleines sur le fleuve et parfois voire des aurores boréales (j’ai hâte !).

En fait, je comprend mieux les louperivois (et les madelinots aussi apparemment, il y en a un dans ma classe et le propriétaires de mon logement l’est aussi 🙂 ) que les montréalais que j’ai pu croiser 😉 !

En un mot comme en cent, je suis ravie. La ville est charmante, et bien que je n’ai pas de voiture, je m’arrange pour faire les choses à pied, vu que je ne suis pas loin du centre-ville. Le CEGEP est plus loin, mais 4 km de marche quotidienne ne font pas de mal pour quelqu’un d’aussi peu sportif que moi. Je craignais que ça ne devienne plus difficile avec la neige, vu que la ville est en cote, mais pour le moment ça va. Si on a une voiture, c’est encore mieux, sinon il y a des taxis. La ville est pourvu de nombreux commerces et chaines, d’un hôpital, plusieurs cliniques, un CLSC, et d’un superbe parc naturel en pleine ville, le parc des Chutes, une bibliothèque, des librairies, des cafés, bars et des micro brasseries. Je découvre avec bonheur le monde des IPA.

Ce qui me frappe à RDL, c’est le dynamisme “disproportionné” pour une ville qui ne fait que 20 000 habitants.

Vu l’activité économique et culturelle, on s’attend à une population d’au moins le double.

La seule chose qui me fait un peu de peine, c’est qu’il n’y a pas de vie nocturne, tout ferme à 22h, et en saison d’hiver, certains bars sont carrément fermés plusieurs jours par semaines.

Peut-être cela s’arrange-t-il dès le printemps, j’espère en tout cas. Pas que je suis une fêtarde, mais j’ai un rythme de vie très… artiste ou méditerranéen (selon les points de vue) en terme d’horaires.

Mais il y a très beau cinéma centenaire, un musée, un centre culturel qui programme plein de choses (spectacle, conférences, concerts…), des lieux de culture alternatifs, et beaucoup, beaucoup d’initiatives que ce soit commerciales, entrepreneuriales ou culturelles. J’en ai certainement oublié, ça foisonne vraiment de ce coté là. Vu que j’ai toujours été dans le domaine culturel au niveau professionnel, je suis ravie.

Personnellement, je trouve qu’il y fait bon vivre. Moi qui trouvait Montréal un vrai repos face au stress au travail que je connaissais en France, RDL, c’est encore plus détendu, et le cadre est tout simplement magnifique.

Je ne suis pas en train de dire que tout est idyllique, simplement je m’attache à ce qui est positif. La gentillesse de gens, le beau cadre de vie, un loyer pas cher !, le calme, et un programme AEC vraiment bien et des profs dévoués et abordables.

Bien sur, plein de choses me manquent que je peux trouver facilement à Montréal, tout comme c’est bien sur difficile d’être séparée de ses amis et sa famille, et à certaines petites douceurs qui étaient facilement accessibles manquent un peu, parfois (j’ai renoncé au fromage et au vins pour le moment. Pas qu’ici on n’en trouve pas de qualité, mais c’est très cher, dès qu’on sort des pâtes type gouda et cheddar). Mais je ne m’y attarde pas. J’avais décidé de ramener mes affaires personnelles auxquelles je tenais vraiment et je ne regrette pas cette décision, ça m’aide vraiment à me sentir chez moi et faire la transition, en plus de m’éviter d’avoir à racheter certaines choses.

Le seul point noir, surtout pour mon budget d’étudiante, c’est la nourriture, que je trouve chère pour une qualité souvent médiocre. Et je suis sidérée du prix des légumes. J’ai découvert un système de paniers de légumes produits localement, mais seulement pendant la belle saison, j’ai hâte que le marché public rouvre.

De manière générale, pour moi cela reste des petits inconvénients dont je m’accommode assez bien (ou que j’essaye de contourner, avec le prochain envoi de fromage et vin depuis la France 😉 ).

Avoir un membre de ma famille proche à peine à quelque centaines de km (au lieu de milliers) aide aussi beaucoup.

La première tempête est tombée mardi, et je suis enchantée du paysage. Pour le moment, les températures sont du domaine du connu (je viens d’Alsace et les – 15 ne sont pas rares), ce qui peut rendre les choses plus difficile c’est le vent chargé d’humidité du vent. On verra à la fin de l’hiver !

Je parle pour le moment de mon expérience vécue en tant qu’étudiante ici. Les profs et les étudiants québécois nous font comme une intégration en accélérée grâce aux réponses à nos nombreuses questions sur comment fonctionnent les choses de la vie courante et nous donnent plein de trucs et astuces. Bref, ils nous font gagner un temps précieux à moi et aux autres étudiants français.

Je n’ai pas encore eu le temps d’explorer le Bas Saint Laurent, mais je profiterais des vacances pour visiter Kamouraska et Rimouski pour commencer.

Au début mon plan était de faire ma formation, créer mon réseau et retourner à Montréal. Je n’en suis plus aussi certaine tant les opportunités me semblent nombreuses ici. Cela m’apparait désormais de l’ordre du possible de pouvoir me lancer en tant que travailleur autonome en région.

C’est sur que quand on pense cinéma / vidéo, c’est Montréal qui vient en premier à l’esprit. Mais s’il y a beaucoup d’offres dans la métropole, il y a également plus de concurrence. En tout cas, je suis au moins jusqu’à fin 2018/ début 2019 à RDL, et je verrai ce que ça donne d’ici là.

D’après le récit original de Pan_dore posté sur le forum de discussions

 

Vos recherches:

  • expatrer au canada 6 mois
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Commentaires sur “Impressions après 6 mois au Québec

  1. En voila une belle description de RDL.
    En fait c’est la meme impression que nous avons eue en parcourant Google Streets.
    Fatigue d’une certaine mentalite, j’ai vraiment besoin d’etre entoure de gens naturellement sympas, d’un cadre nature aussi epoustouflant que la region Bas Saint Laurent et d’un certain calme de vie (ambiance ville moyenne et une bonne ambiance dans la vie de tous les jours).
    Je suis en train de negocier un poste chez PT et nous devrions arriver au mois d’avril a RDL. Mon seul souci c’est 2 choses : comment trouver un appartement en nous faisant confiance a distance et la voiture (apres avoir loue, je vais en acheter une).
    Si ca te dit, on peut faire visu ensemble et tu pourras connaitre notre petit Gael de presque 3 ans.
    Bonne continuation a RDL,
    Christophe (Edit et Gael)

    1. Pour l’appartement à distance je comprends que ce ne soit pas évident. On n’est pas à l,abri de malentendus qui peuvent gâcher l’experience, surtout que le pratiques locatives contiennent des différences non négligeables qu’il faut connaître (cf la régie du logement).
      Sinon, à RDL il y a une auberge de jeunesse fort charmante d’apparence, boulevard de l’hotel De Ville proche du coin Lafontaine. Plus loin sur le boulevard, au niveau du centre commercial, j’ai vu un motel également. Il y en un autre aussi boulevard Cartier. Peut-être une solution temporaire qui permettrait de voir et visiter sur place ? Les annonces sont en général publiées sur Infodimanche.com, et les commerces affichent aussi des offres (j’en ai même vues à l’hôpital).
      N’hesitez pas à me contacter si vous avez d’autres questions (via les MP depuis le forum)

  2. Voilà une belle description de Rivière du Loup et de votre intégration .Et oui bienvenue dans notre belle région. Personnellement je suis immigrée depuis 8 ans et installée à Pohénégamook (pas loin de “chez vous”!). Région magnifique et gens sympathiques .Malheureusement pas assez de population et pas assez d’immigrés qui hésitent à franchir une telle étape, à savoir quitter la grande ville. Nous avons besoin de personnes comme vous ! Merci pour votre belle analyse et description .
    Isabelle

  3. Pour ce qui est des petites douceurs qui te manquent il y a un pâtissier français au marché public, et qui hors saison du marché est ouvert à l’année à La Pocatière ! Bienvenue dans le bas du fleuve !

Laissez un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada