Une dent contre les ordres : spécial dentistes - Immigrer.com
samedi , 18 mai 2024
Accueil FAQ Une dent contre les ordres : spécial dentistes
FAQMétiers de biotech et santé

Une dent contre les ordres : spécial dentistes

0
0
(0)

Une dent contre les ordres : spécial dentistes

Ecrit par: laurence 12-04 à 16:31

Bonjour

Comme mentionner dans l’autre fil, ce soir nous allons parler sur Fréquence Caribou des procédures auprès des ordrees avec 2 dentistes français qui sont au Québec depuis plus mois.

Vous pouvez poser vos questions dans ce fil.


Ecrit par: segetusa 12-04 à 18:10

Bonjour Laurence,
je suis médecin généraliste devenue résidente permanente en juin 2004. Désolé de ne pouvoir pas participer ce soir aux discussions mais l’achat d’une radio n’a pas pu faire encore partie de ma liste de priorités.

Pour espérer rentrer un jour dans l’ordre des médecins j’ai déjà payé 525$ pour l’analyse de mon dossier par le Collège des médecins du Québec, 1000$ pour l’inscription à l’Examen d’Evaluation du Conseil Médical du Canada que je dois passer dans 1 mois et la liste des dépenses ne s’arrête pas ici car j’aurais encore à payer 450$ et 770$ pour les suivants. Plus quelques 200$ dollars pour l’acces à la bibliothèque et encore quelques centaines pour l’achat des livres. Il y aura ensuite la carte de stages de 200$ a payer et la liste ne s’arrête pas ici. Le cas ou tout marche bien.

Est-ce que ces frais sont réelement justifiés ou il s’agit d’un enrichissement injustifié sur le dos des personnes qui n’ont pas le choix de faire autrement ? Je vis avec ce mauvais sentiment. Au moins en France l’accès à la bibliothèque n’est pas si cher et les équivalences ne coutent pas une fortune.

De même je caresse l’idée de passer les STEPs pour les US qui sont de loin moins chers et plus valorisants après (voir la différence salariale entre Québec et US). Et le gouvernement n’a qu’a continuer de recruter d’autres immigrants qui, à leur tour migreront vers US.

Est-ce que réelement Québec désire intégrer des médecins venus d’ailleurs? Je parle uniquement des barrières financières. Pourquoi existent-elles?


Ecrit par: medamerica 12-04 à 19:11

Bonsoir!
Je salue votre initiative de vous pencher sur un sujet “tabou”.
En Amérique du Nord, un dentsite dipôlmé d’un programme non agrée DOIT retourner aux rangs de l’université (qualifying program ou IDDP) afin de voir son diplôme reconnu (exception faite de quelques états).
J’avoue que l’ensemble du système canadien est étanche quant aux possibilités qui s’offrent à un dentsite diplômé d’une université “non agrée”: Seulement 45 postes de programmes d’équivalence sur l’ensemble du Canada semble maigre comparés aux centaines de dipômés étrangers acceptés tous les ans chez le voisin américain….
La situation est-elle meilleure au Quebec?
Depuis les modifications apportées par l’ODQ, celui-ci est devenu l’unique autorité professionnelle canadienne apte à délivrer un permis (valide uniquement au Quebec) sans un passage obligé à l’université . Cette procédure, qui demande un certain investissement fiancier et intelectuel (une série d’examens théoriques et pratiques), est-elle garantie:Existe-t- il des statistiques concerant le nombre de permis émis par l’ODQ aux diplômés non qualifiés? L’ODQ délivre-t-il un programme précis de la liste des thèmes sur lesquels portera l’évaluation? (comme c’est CLAIREMENT fait pour le BUNCH exam en Californie)
En revanche, si le candidat à l’equivalence décide de suivre un programme universitaire d’équivalence, il ne trouvera qu’UNE seule université (en l’occurence l’université de montreal) pour offrir 2 ou 3 postes “hypothétiques” dans un programme d’èquivalence qui s’étend sur TROIS années (versus deux années en colmobie britannique, ontario et autres provinces) ???
Doit-on obligatoirement être anglophone afin de pouvoir exercer la dentisterie au Quebec? ou encore mieux s’exiler aux USA afin d’obtenir un diplôme (dont l’issue est garantie sous la seule condition de l’assiduité du candidat, et non par la bonne volonté d’un groupe professionnel qui ne donne aucun délai à la durée de son jugement). Et qui de plus, offre des possibilités d’exercer PARTOUT en Amérique du nord???


Ecrit par: adrien 12-04 à 19:39

Spéciale dentistes ou non, j’ai mon expérience de pharmacien qui me calme bien…

Site de l’OPQ : en gros pour les personnes non diplomées au Québec (moi?) “pas de problèmes, ya que des cours de législation à reprendre”… déposez une demande, ya pas de problèmes…

Dont Acte, je dépose ma demande de RP, environ 1000 euros au total, plus 600 euros pour la demande d’étude de mon dossier par l’OPQ…

6 mois plus tard, le verdict tombe :
– 2 ans temps-plein d’université
– 6 candidats admis au Québec (les chercheurs, les fils-de, les 1ers de classe passent bien avant moi)

Cela signifie que pour être pharmacien au Québec, je dois disposer de 2 ans de ma carrière, de 50 000 dollars, de patience et de pas trop d’orgueil pour repasser grosso modo TOUT mon Doctorat…

(50 000 euros = université, fac, loyer, nourriture pour moi, je ne suis pas économe )

Donc j’ai le choix entre manger des noodles pendant 2 ans, travailler 3 temps pleins (Fac, travail personnel et emploi pour les sous) et revenir en France pour acheter une pharmacie…

Il est donc dit que je ne servirai pas le service public québécois hospitalier

Je retourne chez moi le coeur lourd, le portefeuille léger et avec l’impression que les résultats obtenus par l’OPQ sont absurdes comparés aux objectifs affichés de l’OPQ (attirer des diplomés) ….

Tant pis pour le Québec et peut être à terme tant mieux pour les USA…


Ecrit par: Wlaf 12-04 à 19:53

Eh bien moi je vais vous parler de l’Ordre des Ingénieurs, qui n’est pas mal non plus dans le genre absurde :

Pour commencer, tous les Ordre des Ingénieurs provinciaux sont regroupés au sein du CCI (Conseil Canadien des Ingénieurs), mais ils n’en font en fait qu’à leur tête; par exemple l’Ordre des Ingénieurs de l’Ontario refuse d’appliquer la Convention signée entre le CCI et la CTI (Commission des Titres d’Ingénieur) française signée le 7 Avril 1998 qui est censée donner l’équivalence automatique.

En ce qui concerne l’Ordre des Ingénieurs de Québec, ils appliquent la Convention, mais très mal et de très mauvaise foi. Voilà ce que dit l’Article 1 de la dite Convention : “Les diplômés d’établissements d’enseignement habilités par la CTI se voient reconnaître les mêmes conditions d’admission aux ordres professionnels que les diplômés d’universités reconnues par le BCAPI, y incluant l’évaluation des acquis et de l’expérience conduisant à l’obtention du droit de pratique professionnelle.” Avec un article pareil, on pourrait penser qu’enfin le cauchemar pour les ingénieurs français allait être terminé ? Mais non mais non, car l’Ordre des Ingénieurs de Québec interprête la convention en considérant que l’expérience Canadienne entre dans “les mêmes conditions” ? Astucieux hein ?

Voulant faire croire qu’ils ne sont pas si méchants que ça, ils acceptent normalement de retenir jusqu’à 2 années d’expérience en France, mais comme il faut 36 mois d’expérience professionnelle pour obtenir le titre d’Ingénieur, celà signifie qu’il faut au moins une année d’experience au Canada en tant qu’Ingénieur Junior. Pire que celà, cette année d’expérience doit obligatoirement être passée sous la direction directe d’un Ingénieur Canadien membre de l’Ordre, ce qui évidemment limite considérablement les possibilités d’emploi, notamment les positions hierarchiques les plus élevées.

Cerise sur le gateau : En admettant que vous franchissiez tous les obstacles, ce qui va vous prendre quelques années, et que vous obteniez enfin votre fameuse bague, si il vous prend l’envie de changer de Province eh bien il faudra tout recommencer, car les autres Ordres provinciaux ne vous reconnaissent pas automatiquement si vous avez obtenu votre bague Québécoise via une convention internationale. Sympaaaaaa hein ?


Ecrit par: Petit-Lion 12-04 à 21:35

Savez-vous qu’un cours d’anglais coûte beaucoup moins cher et dure beaucoup moins longtemps que les ordres professionnels québécois ? Pourquoi s’obstiner contre ces derniers ? Apprenez l’anglais et allez exercer en Ontario, ou mieux encore, aux États-Unis.


Ecrit par: segetusa 12-04 à 22:19

C’est une bonne idée! Avez vous déjà des bonnes adresses pour quelqu’un qui n’est pas débutant mais qui a besoin d’une mise à niveau? Et pas cher car l’argent est déja parti dans les poches des Ordres.
Merçi,

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FAQ

La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Document officiel : Équivalence des diplômes France Québec

4.9 (3207) Tableau comparatif études France – Québec Équivalence des diplômes entre...

Les vrais salaires des métiers de la santé et services sociaux au Québec

5 (1) Le journal québécois 24 heures s’est penché sur les salaires...

Devenir policier au Canada, comment faire ?

4.7 (23) Bonjour, Actuellement je suis en France et je suis gendarme...

Amener ses lapins nains au Canada

5 (2) Voici un guide simplifié pour emmener des lapins au Canada...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com