Trouver un emploi depuis la France - Immigrer.com
lundi , 20 mai 2024
Accueil FAQ Chercher travail de l'étranger Trouver un emploi depuis la France
Chercher travail de l'étrangerFAQ

Trouver un emploi depuis la France

0
0
(0)

un emploi depuis la France

Ecrit par: Alezane 21/04, 04:58

Bonjour à tous
Je suis nouvelle sur le forum mais je vous lis régulièrement depuis plusieurs mois. Nous avons obtenu en même temps le CSQ et une offre d’emploi en France – qui ne se refusait pas- en Juin dernier… Donc au lieu de faire nos bagages, nous avons fait un déménagement. Notre CSQ en poche attends sagement son tour dans un placard. Inscris sur Jobboom depuis plus d”un an, nous répondons sporadiquement aux offres d’emploi, au cas où… Nous sommes prêts à partir avec un nouvel emploi. Il semble pourtant que la recherche d’emploi de France reste une douce utopie. Certains d’entre vous ont-ils connu ce parcours ?

—————————

Ecrit par: olivejuju 21/04, 06:05

Salut Alezane,

Bienvenue sur le forum !
Crois-tu qu’un employeur prendrait le “risque” d’employer quelqu’un à distance sans le rencontrer en entretien. C’est valable pour un chercheur d’emploi dans son pays, alors imagine pour quelqu’un qui cherche à des milliers de kilomètres.
Maintenant, il y a des exceptions, mais dans la majorité des cas, il est plus aisé de faire une recherche une fois sur place.

—————————

Ecrit par: Alezane 21/04, 06:20

Salut
merci de ta réponse. Je n’imagine pas décrocher un poste mais une entrevue bien sur !!!

—————————

Ecrit par: pieralinea 21/04, 08:24

Je suis d’ac avec Olivejuju: des cas particuliers…
Moi j’ai obtenu entretien et accord verbal de France (je n’ai signé mon contrat qu’une fois RP), pour un poste d’enseignant au Lycée français.
Je ne sais pas si lister les cas particuliers peut aider les autres…

Dans toute immigration, il y a des risques à prendre…
Même dans mon cas, je n’étais pas sûre d’obtenir le poste…

—————————

Ecrit par: nat92 21/04, 08:26

Tu peux peut être arrivé à décrocher des entretien mais vraiment cela serait un coup de bol par contre un petit voyage de prospection te permettrer de rencontrer des employeur et de leur laisser ton CV.
Voir juste déposé ton CV au standard, moi c’est ce que j’ai fait et puis j’ai était contacté par mail, mais comme j’étais pas dispo avant juin, il m’a dit qu’il trouverer quelqu’un d’autre mais que je le recontacte lorsque j’arriverai. Donc si tu as la possibilité d’y aller, vas y c’est le mieux, sinon faudra attendre d’être sur place.

—————————

Ecrit par: phil64qc 21/04, 10:10

Salut,
Il faut aussi savoir que très peu d’offres d’emploi sont affichées par rapport à celles qui sont réellement disponibles.
Si tu attends en France d’avoir une job pour débarquer ici, je te souhaite bien du courage mais tu risques de sècher sur place
Ici, tu trouves une job avec les offres bien sur mais par contact, en prospectant, en appelant, en demandant des renseignements, …………………etc.

—————————

Ecrit par: Alezane 22/04, 03:32

Chers tous
merci de vos réponses.

Vous semblez captifs de l’idée qu’il faille être sur place ne serait-ce que pour envoyer un CV dans une société québécoise… parce-qu’il n’y a pas de salut pour les non résidents … Excusez mon sceptisisme mais… En cours de procédure, avec une CSQ obtenue, il ne me paraît pas nécessairement incroyable de démarrer une recherche et d’en récolter certains fruits. Après tout, qu’est-ce que ça change d’être géographiquement à un endroit ou à un autre pour envoyer un CV, à partir du moment où l’on s’engage à se déplacer pour une entrevue dans les plus courts délais…

J’ai aussi lu dans les archives du forum que certains avaient obtenu leur visa fédéral assez rapidement, une promesse d’embauche à l’appui..
Je suis assez touchée du fait que l’immigration nous engage vivement à partir sans rien et … “vous verrez là-bas”… Pour moi, ça n’a pas de sens. Ils devraient au contraire définir un cadre professionnel à notre immigration et appuyer dans le sens d’une pré-embauche. Regardez un peu combien reviennent parce-qu’ils ont fondu toute leurs économies !

Je signale au passage que je connais plutôt pas mal la belle province depuis maintenant 13 ans, pour y avoir étudié et travaillé, et bénéficié de quelques liens quasi-familiaux… Immigrer fait partie de ma vie et je ne le remets absolument pas en question.

Mais quand même… est-ce une preuve de motivation que de tout lacher pour reconstruire ailleurs ? Ne peut-on préparer son séjour longue durée sans se faire montrer du doigt ?

Mourrir d’envie d’aller s’installer là-bas, très bien, se rebeller un peu contre le système…. C’est bien aussi…

C’est mon avis…

—————————

Ecrit par: SMAG 22/04, 05:26

Je profite de ce sujet pour poser la question :

Certains ont-ils essayé de contacter des sociétes francaises ayant une filiale au Canada proposant des jobs ? Est-ce une bonne idée ? Avez-vous déja essayé ?

Je travaille dans l’informatiqu (de gestion , systeme d’information..)

—————————

Ecrit par: Djoolaya 22/04, 06:24

Ben ok, Alezane,

Moi j’ai un CSQ, et je suis allée en prospection au QC, j’ai été contactée par une boite très rapidement qui dit qu’elle me recontactera quand je vivrai là-bas, alors ce n’est pas que du scepticisme à mon avis… c’est une tite expérience. On tente tous notre chance par acquis de conscience et on a souvent les mêmes résultats : rien…

—————————

Ecrit par: PoM 22/04, 06:27

Ce genre de recherche dans la plupart des cas doit intervenir dans les derniers temps de votre processus d’immigration, genre deux semaines avant d’arriver. Là, vous pourrez décrocher des entretiens vu la proximité de votre venue.

—————————

Ecrit par: JayJay 22/04, 08:29

QUOTE
Ils devraient au contraire définir un cadre professionnel à notre immigration et appuyer dans le sens d’une pré-embauche.

Qu’entends-tu exactement par là? Qu’ils devraient garantir un emploi? Je ne suis pas sûre que ce serait une mesure très populaire auprès des “autochtones” si les immigrants avaient des emplois garantis, protégés, ou même si certains quotas leur étaient réservés…

Quant à moi j’ai été embauchée à distance et je ne ferai plus jamais. Ça été une source de déception de leur côté ET du mien. Ce que nous avons fait, cependant, c’est prospecter sur Jobboom et Workopolis pendant une période de 2 ans, pour adapter nos c.v. selon les “termes” du marché qui nous concerne.

—————————

Ecrit par: Alezane 22/04, 09:49

Bonjour JayJay

Merci de ton intervention… Je te répond avec empressement que NON, évidemment, il ne s’agit pas d’une garantie d’embauche !!!… et désolée mais je ne vois pas le rapport avec les “autochtones”. Jusqu’à preuve du contraire les “autochtones” ne sont pas des immigrés loin s’en faut. Mais c’est un autre débat…

Je ne comprends pas l’idée de ‘l’embauche à distance’… Si j’envoie un CV en France, je me déplacerai pour l’entrevue, exactement de la même manière qu’avec le québec ! Quelle différence cela fait que je soit là depuis 15 jours ou non, ou que j’ai obtenu mon visa depuis quelques jours ? (A moins d’avoir besoin de quelqu’un dans les 3 jours, bien sur).
Comme tu le sais, le québec a certaines mesures protectionnistes en matière de ressources humaines (cf. agence RHDCC du gouvernement ), et d’un autre coté il souhaite favoriser l’immigration …

J’aurais juste aimé qu’on lise nos CV outre atlantique, et qu’à compétence égale, on soit convoqué pour une entrevue; a charge pour les convoqués de se déplacer et de faire en sorte de se rendre disponible. Un futur immigré n’est pas un rêveur qui divague, c’est un futur résident, voir citoyen, du pays… Je ne plaide pas pour moi uniquement mais pour tous les futurs immigrés. Monsieur le maire de Québec que nous avons eu la chance de rencontrer à Bordeaux l’année dernière soulignait que l’immigration était nécessaire pour le québec, et que les immigrants étaient accueillis à bras ouverts.. Alors pourquoi pas les candidatures aussi ?

—————————

Ecrit par: nat92 22/04, 09:55

le problème est que lorsqu’une entreprise te convoque pour un entretien c’est qu’elle recrute maintenant par pour dans 6 mois ou dans 2 mois. Il ont un besoin immédiat et donc vont prendre les gens qui sont là et libre de suite. Ils en ont rien à “foutre” des gens qui ne sont pas dispo quand ils en ont besoin, faut les comprendre.
Donc m^me si tu peux te déplacer pour un entretien (bonjour le prix de reviens de l’entretien au passage!!!), si tu n’a pas ton visa, ils savent bien que tu n’es pas embauchable. Donc ton CV va directos à la poubelle des qu’ilq voient que tu es en France.

—————————

Ecrit par: Djoolaya 22/04, 09:57

peut-être aussi parce que là-bas les préavis sont beaucoup plus courts que chez nous et que du coup quand ils cherchent quelqu’un c’est now ! et pas dans deux mois voire plus si on n’en est qu’au CSQ… et préfèrent prendre quelqu’un libre de suite plutôt que de nous attendre…

—————————

Ecrit par: sarmisegetuza 22/04, 16:06

…et puis tu m’excuses, mais Monsieur le Maire est bien gentil, mais c’est plus la politique qui est en lui qui a parlé qu’autre chose…malgré qu’il soit un personnage trés impliqué dans des activités reliées avec les immigrants il ne peut pas parler a la place des employeurs d’ici. Et le probleme est la: quand vous appliquer pour une job ici, on se contente pas de lire votre cv mais on veut un face a face avec le candidat…a mois que vous ayez un metier qui est tres recherché et la on va vous mettre le tapis rouge….

On veut donc rencontre le candidat, voir ce qu’il vaut, on veut surtout verifier ces references, son casier judiciair, son historique de credit….et faire parler sur son experience!!!!!

Je ne le dirais jamais assez: soyez sur de vous pendant vos entretiens, CA ca vaut de l’or, la maitrise de soi même et de sa propre valeur. Ce n’est pas pour rien qu’on vous demande: pourquoi vous venez ici, que et ce que vous cherchez ici, decrire votre vie au travail, vos relations avec vos collegues…

D’autre part, la HRDC n’est pas une mesure protectionniste…en prenant le soin d’apprendre comment elle fonctionne…vous serez contents de l’avoir…

D’ailleurs, c’est une mine d’or…pour ceux qui veulent connaitre le marche du travail ici!

—————————

Ecrit par: Zogu 22/04, 16:33

Une petite sagesse:

“Si tu dois vivre sans filet, alors prépare-toi un coussin.”

Autrement dit : il vaut mieux mettre de l’argent de côté, débarquer au Québec, et chercher un emploi sur place. Mais pour quelques temps, tu auras les pieds… dans le vide!!!!

En effet, comme l’a dit Djoolaya, les employeurs d’ici, même ceux qui sont sympas, exigent très souvent une disponibilité immédiate. Ils ont besoin d’un employé… maintenant!!! Hop! On épluche la pile des CV reçus et on fait des appels. Les employés qui ne sont pas là, hop!, on remet leur CV au fond de la pile.

Cela dit… je suis bien heureux de cette réalité… car le marché de l’emploi est très libre et plutôt accommodant! Les employeurs cherchent des talents, de l’expérience, des gens dynamiques… et la meilleure manière de prouver ton talent et ta personnalité c’est… d’aller en entrevue!

—————————

Ecrit par: Redflag 22/04, 22:21

Salut Alezane,
La recherche d’emploi fonctionne toujours en suivant la figure des cercles concentriques. L’employeur cherche d’abord ce qu’il a chez lui, autour de lui, avec son réseau local, puis élargit petit à petit. Le tout dernier cercle, c’est d’aller chercher quelqu’un de l’étranger car le poste n’est toujours pas pourvu.

Il est donc évident qu’une recherche à distance ne donne rien dans 95% des cas. Même si tu dis que tu vas être là, tu n’EST PAS là.

Beaucoup de québécois ne connaissent rien à l’immigration que fait leur gouvernement, sur le plan pratique. Pour les employeurs c’est pareil, et faire venir un immigrant doit paraître compliqué pour certains, même si ça ne l’est pas.

Venir à une entrevue ici depuis la France est prendre un bien gros risque à mon avis. Cela coûte une petite fortune, et ça ne vaut pas dire que tu auras la job.

Je pense qu’il faut faire preuve d’humilité, et accepter les conditions comme elles le sont. T’es pas arrivée que t’es déjà en train de te plaindre
Si tu as de la famille ici, essaie plutôt d’utiliser ce réseau-là pour entrer en contact téléphonique avec des vraies personnes, pas avec des email ou des CV laissés sur Internet.

—————-

Ecrit par: Alezane 23/04, 02:55

Cher tlm !
Merci pour vos réponses qui m’ont permis de cerner un peu mieux le marché des RH québécois. Effectivement, la rapidité du turn over peut justifier de regarder devant sa porte avant d’aller plus loin. Merci aussi de confirmer que les employeurs ne sont pas nécessairement au courant des conditions d’immigration.
Attention toutefois à ne pas confondre manque d’humilité et esprit critique. Je ne revendique rien que le droit de trouver le système fragilisant. J’adore le Québec et ce depuis plus de 10 ans et si je devais me plaindre, je ne penserais plus à immigrer aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, il n’est jamais néfaste de tenter de se poser les bonnes questions isn’t it ?

—————–

Ecrit par: val 23/04, 03:49

Allo Alezane,

En ce qui me concerne, j’ai commencé depuis une petite semaine ma recherche d’emploi de France vers le Québec. En effet, j’ai dû envoyer une centaine de cv à différentes entreprises québécoise avec une lettre de motivation stipulant bien que je venais d’avoir mon visa de résidente permanente et annonçant la date de mon arrivée, soit le 09 mai. J’ai même donné mes coordonnées à Paris si certains recruteurs désiraient me joindre avant mon arrivée au Québec.

Et bien figure toi que j’ai 5 entrevues de prévues pour la mi mai. Les employeurs n’ont pas hésité à me contacter en France. Inutile de te dire que je suis super contente !! Moi qui pensais que je ne trouverai pas un poste de directrice de suite…peut être que si en fin de compte ! Rien que du Bonheur !

Tout cela pour te dire que je suis persuadée qu’il faut anticiper au maximum ton arrivée. Et je pense que le fait d’envoyer ta candidature quelques semaines avant ton arrivée peut te faire gagner du temps une fois là-bas. Et en plus, ça booste !

Voili voilou, bonne continuation dans tes démarches

—————–

Ecrit par: Djoolaya 23/04, 03:50

QUOTE
Quoi qu’il en soit, il n’est jamais néfaste de tenter de se poser les bonnes questions isn’t it ?

… voui et ce forum est fait pour ça Alezane

N’hésite pas à revenir avec de nouvelles questions nous en apprenons tous chaque jour… un peu de brainstorming ne nous fera pas de mal !

—————–

Ecrit par: cam&leon 23/04, 04:04

en fait pour ma part j’ai essayé mais j’ai aussi arrété pour une raison bien simple : pour les grosses boites et même les petites je pense, ils balancent les postes dont ils ont besoin rapidement !
Pour exemple j’ai pris contact avec l’oréal (oui oui je sais je n’en reviens pas moi même d’avoir fait un truc auss con ) et bien, vu qu’ils n’avaient pas de visibilité ils m’ont mis dans leur banque de données, bref au placard.
Je préfère donc réserver ma candidature au moment où je serai dispo plutôt que de faire la lourde et de revenir au bout de 3 mois et dire ouhouh vous vous rappelez ???
Voiloù mon avis

—————–

Ecrit par: Picard 23/04, 04:31

Je ne peux hélas pas trop apporter de l’eau au moulin, moi qui vait commencer à prospecter bientôt au Québec. Je commence à voir le bout de ma demande et j’aimerai savoir ce que ça donne pour mon job… Mais je tenais à vous remercier pour ce petit débat (cordiale) que j’ai trouvé très instructifs.

—————–

Ecrit par: Léo 23/04, 06:27

Salut,

Moi je suis dans le meme cas que certains : J’ai un contact tél serieux avec la branche Canadienne de la boite pour laquelle je bosse en ce moment (le headquarter est a Toronto entre parenthèse). Mais c’est pour un poste qui se debloquerait lors de mon arrivée (ca tombe bien ).
Cela s’est limité à 2 entretiens téléphoniques (en anglais pour l’anedocte ), et je suis tout a fait d’accord avec ce que tout le monde dis : Tant que tu n’es pas sur place et que tu n’a pas rencontré la personne … rien est fait ! Moi meme je recrute régulièrement et il ne m’est jamais arrivé de recruter quelqu’un uniquement pas téléphone … par contre prendre les premiers contact oui !
Je pense que le plus important est effectivement de prendre contact avec le plus d’employeurs possible, afin de développer ses chances au maximum et de rencontrer des employeurs dés votre arrivée.
Autre anecdote : Les entretiens téléphoniques que j’ai passé avec des recruteurs Canadien m’ont extremement rassuré, car je trouve les gens trés abordables et surtout prêt à vous connaitre, ouvert a la discussion (pas comme les entretiens en France ou l’on cherche à vous piéger avant même que vous ayez eu la chance de vous vendre !).
Bon courage donc à tous !

—————–

Ecrit par: JayJay 23/04, 06:43

QUOTE
désolée mais je ne vois pas le rapport avec les “autochtones”.

C’était au figuré, je ne parlais pas des Amérindiens mais des Québécois de souche. Je voulais dire que si les immigrants avaient le tant soi peu de l’ombre d’un passe-droit relativement à l’emploi, les Québécois finiraient par avoir de méchants préjugés à leur égard. Déjà qu’on entend relativement fréquemment les gens maugréer au sujet des réfugiés qu’on “fait vivre”, ou à l’égard des programmes de discrimination positive de la fonction publique…

Tout se passe vite sur le marché du travail au Québec, il faut oublier vos références françaises. Un employeur voit ton cv, il t’appelle, il veut te voir le lendemain. Souvent il y a des tests complémentaires, et une 2è entrevue. Ça va être possible de te déplacer aussi rapidement et fréquemment que ses besoins l’exigent? Eh ben non, de façon réaliste, ce n’est pas possible, et l’employeur le sait. Il ne faut pas arriver ici en étant convaincu que le cv et l’expérience française va les éblouir. Un exemple, en France qd j’interviewais des gens et que je demandais une maîtrise des outils bureautiques, je me retrouvais à 95% avec des espèces de nouilles qui savaient bien se vendre mais qui échouaient lamentablement les tests informatiques. D’ailleurs mon ancienne boîte m’a contactée cette semaine… aucune de leurs ressources (extrêmement bien payées) n’arrivait à mettre un foutu axe horizontal dans un graphique!!!

Ici… ici le bassin de compétences est extrêmement vaste. La plupart des gens se fichent de l’expérience française, ils demandent des références canadiennes. Il faut donc piler sur son orgueuil parfois, du moins les premiers mois. Alors à moins d’avoir des compétences extrêmement rares et très recherchées, à mon avis il ne faut pas s’attendre à des résultats très probants pour la recherche d’emploi, encore moins s’il s’agit de candidatures spontanées. En passant, pratiquement aucun employeur ne se donne la peine d’accuser réception d’une candidature, même lors d’affichage de poste. Ça, c’est la réalité pour les “locaux” comme pour les immigrants.

—————–

Ecrit par: totof06 23/04, 07:21

Heu… C’est la peine que je dise que je partage l’avis de JayJay… comme d’habitude ???

Personnellement, nous mettons à profit le temps qu’il nous reste avant notre départ pour analyser les differentes opportunités/possiblités dans les différentes region du Québec (car si nous pouvons eviter Montréal, nous ne nous en porterons que mieux), faire un CV top (aidé en cela par un membre de ce forum que je remercie encore au passage ), commencer peut-être à faire passer des CV à des chasseurs de tête mais pour le reste…

Car Il faut être réaliste, je n’ai pas des compétences introuvables au Québec donc pourquoi un employeur s’embeterait-il à m’embaucher plutôt que quelqu’un immediatement disponible ? Pourquoi faire compliquer alors qu’on peut faire simple ?

—————–

Ecrit par: Redflag 23/04, 07:58

Salut la gang,

Le cas de val est à mon avis la seule chose qui soit valable de faire et qui a plus de chances d’aboutir : commencer sa recherche d’emploi juste avant son départ, vias en poche, avec une date ferme d’arrivée. Là ça sonne un peu plus aux oreilles d’un employeur !

Je dirais aussi que chaque secteur a sa façon de recruter. Dans certains, tout va extrêmement vite, dans d’autres c’est beaucoup plus long. D’une manière générale cependant, l’employeur veut TOUJOURS nous voir vite, ça lui prend comme une envie de faire pipi ou de magasiner En revanche, une fois l’entrevue passée, certains mettent des semaines à répondre, parfois des mois (j’ai connu ça !), malgré un suivi téléphonique.

L’expérience française est parfois prise en compte, parfois non. En revanche ceux qui ont une expérience anglo-saxonne (Angleterre, Irlande) vont trouver plus rapidement je pense, car leur façon de travailler est plus proche de celle d’ici. L’image qu’ont les Québécois des Français au travail est très floue, ils ne savent qu’une chose : on est tout le temps en grève, ce qui ne nous aide pas vraiment

Alezane, tu parles d’esprit critique, mais tu vas beaucoup plus loin que ça :

QUOTE
Je suis assez touchée du fait que l’immigration nous engage vivement à partir sans rien et … “vous verrez là-bas”… Pour moi, ça n’a pas de sens. Ils devraient au contraire définir un cadre professionnel à notre immigration et appuyer dans le sens d’une pré-embauche.

C’est ce qui a choqué Jay Jay et cela me choque aussi : tu aimerais ques les immigrants soient favorisés à l’embauche par rapport aux locaux. Là, c’est rêver en couleur, et je trouve que ce serait scandaleusement injuste pour les Québécois, en même temps que la meilleure façon de se les mettre à dos.

Quant à ton affirmation

QUOTE
Regardez un peu combien reviennent parce-qu’ils ont fondu toute leurs économies !

Je me demande bien sur quoi tu te bases pour dire ça. Il est évident qu’il faut un coussin financier important (au moins 10 000$), bien plus encore dans le cas d’une famille, pour avoir le temps de réussir.

Autre point : l’angoisse de rester sans job n’a pas de raison d’être au Québec. On n’est pas en France. Ici on trouve facilement des petits boulots en attente d’un vrai boulot. Évidemment, il faut être motivé, car certains ne le feront pas, et verront fondre leurs économies à grande vitesse. Mais faut savoir ce que l’on veut…

Dernier truc : comme le montre l’exemple de Léo, l’entrevue téléphonique est très utilisée. J’y ai eu presque systématiquement droit. Parfois très rapide (5min), parfois beaucoup plus longue (20 minutes), toujours un test en anglais. Soit l’employeur fait son jugement imméditament et propose une date d’entrevue, soit il nous rappelle pour fixer une entrevue.

Assez différent de ce que j’ai vécu en France : on m’a fait venir de Toulouse à Paris pour passer des tests pendant toute une matinée, et à 13h, on m’a dit “désolé, vous pouvez rentrer chez vous” ! Jamais vu ni parlé à quelqu’un des RH !

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FAQ

La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Document officiel : Équivalence des diplômes France Québec

4.9 (3207) Tableau comparatif études France – Québec Équivalence des diplômes entre...

Devenir policier au Canada, comment faire ?

4.7 (23) Bonjour, Actuellement je suis en France et je suis gendarme...

Amener ses lapins nains au Canada

5 (2) Voici un guide simplifié pour emmener des lapins au Canada...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com