Quelques anecdotes surprenantes sur l'hiver à Montréal

Quelques anecdotes surprenantes sur l'hiver à Montréal

De Axel_et_Vio

Quelques anecdotes surprenantes sur l’hiver à Montréal (tirées de notre courte expérience personnelle)

 

Bonjour à tous,

 

Voilà, après des années de préparation, nous sommes enfin au Québec ! 🙂

 

Et pour l’instant nous sommes Montréal.

 

En guise de remerciement à ce forum qui nous a été très utile (et qui continue) et à toutes les gentilles personnes que nous y avons rencontrées, nous voulions, nous aussi, faire notre petit retour d’expérience, comme c’est la coutume…

Nous le présentons sous l’aspect de quelques anecdotes sur l’hiver à Montréal. (Nous ferons un second billet plus généraliste dans quelques temps). :flowers:

 

Et nous prévenons tout de suite : c’est tiré de notre courte expérience personnelle et donc subjectif.

 

 

C’est parti :

 

– Nous sommes arrivés le 2 janvier, alors qu’il faisait -27°C (température ressentie aux alentours de -40°C si je me souviens bien) (record de froid pour cette saison depuis 1968). :shok:

– A cette température, ce qui surprend ce n’est pas le froid (ça, on s’y attend), ce sont des choses auxquelles on n’avait pas pensées :
  – problème de respiration (on se met à tousser si on a le malheur de respirer normalement, donc, il faut essayer de respirer un peu moins profondément pour éviter que trop d’air à -25°C n’entre d’un seul coup dans les poumons),
  – poils de nez qui gèlent (du coup, maintenant, je me les coupe !),
  – vêtements qui deviennent hyper raides (blouson qui devient comme du carton),
  – on peut se brûler (de froid) (mais rien de grave) en touchant pendant 1 ou 2 secondes sans gants des objets en métal (poignées de portes, parcmètres…).
  – Il paraît qu’à encore un peu plus froid, les cheveux peuvent même devenir cassants… ça on a pas encore expérimenté.

– La température ressentie (“Humidex”), qui est calculée en fonction de l’humidité et du vent, et dont on se préoccupe finalement assez peu en France, prend toute sont importance ici :
Par exemple il peut faire -10°C ressentie -12°C, et -5°C ressentie -15°C (donc il fait plus chaud… mais en fait on a plus froid…).

– Ici, il ne fait pas froid, il fait fret (prononcer “frette”).

– Il fait “fret” grosso modo en dessous de -15°C. Au dessus, c’est sans problème.

– Il parait qu’en dessous d’une certaine température, on peut se jeter une casserole d’eau bouillante à la figure, et que l’eau se transforme immédiatement en neige poudreuse (il y a plein de vidéos qui montre ça sur Youtube).
Nous, on a essayé à -15°C environ. Ça n’a pas fonctionné.
😉
On réessayera à plus fret.
(Non, non, personne n’a été blessé.)

– Le froid est bien plus agréable à Montréal qu’en France (ce n’est effectivement -comme on nous l’avait dit- pas du tout le même type de froid).

– Il est aussi bien plus supportable. Car ici… on se couvre !
En France, se couvrir ou pas quand il fait froid est une question de CONFORT.
Donc, la plupart du temps, on ne le fait pas, ou pas suffisamment. Soit par négligence, soit par erreur d’appréciation (car c’est vrai qu’il est toujours difficile en France le matin de décider comment s’habiller…).
Donc, bref, souvent, on a froid.

Au Québec, se couvrir n’est pas une question de confort mais une question de SURVIE.
Donc, on ne se pose pas la question : on se couvre !
Et on a pas froid.

– Il est donc bien plus facile de s’habiller le matin car on ne se pose pas de question du genre “Est-ce qu’aujourd’hui je met un pull ou pas ?”
Oui ici tu met ton pull !
Et tu met aussi tous les jours ton sous-pantalon.

– Non, le premier hiver n’est pas particulièrement difficile à supporter contrairement à ce qu’il se dit souvent. On s’adapte en une ou deux semaines sans aucun problème. (Bien sûr, il y aura toujours des cas qui refusent de s’adapter et qui préfère avoir froid… leur problème.)

– Bref avec la température courante de -10°C, vous êtes complètement à l’aise. Et à -5°C vous pouvez même vous payer le luxe de garder dans la rue votre blouson ouvert, sans tuque, ni gants. :8):

– Un bonnet, ici on appelle ça une tuque.

– La plupart des chiens portent des chaussures.

– L’hiver à Montréal, c’est aussi bien pratique pour ramener les surgelés du supermarché.
Vous pouvez déambuler pendant 1 heure avec vos surgelés avant de rentrer chez vous, il n’y a aucun problème.

– Il y a des chasse-neige qui circulent partout dans la ville de Montréal.

On se croirait à Val d’Isère.

– On croise aussi de temps en temps des “chenillettes” (sortes de mini chasses-neiges) qui elles, circulent sur les trottoirs.
Elles, je ne les aime pas… D’abord parce qu’elles enlèvent toute la belle neige que j’adore.
Mais surtout parce qu’elle vont à des vitesse complètement démesurées (de visu je dirais au moins 40km/h) et mieux vaut s’écarter quand on les voit arriver… heureusement elle arrivent en faisant un bruit qu’on entends de loin…
 
– Chaque enlèvement de la neige (des camions-bennes viennent enlever la neige qui a été, au fil du temps, regroupée en tas par les chasses-neige) coûte grosso modo 1 petit million de $ à chaque arrondissement de Montréal.
Il y a en théorie un enlèvement à chaque fois qu’il est tombé plus de 15 cm en une seule fois (une chute de neige, ici, on appelle ça une “bordée” de neige).

– Il tombe en moyenne 220 cm de neige par an à Montréal.

– D’après mon expérience (subjective), les services de météo (site de référence = meteomedia.com) sont la plupart du temps absolument incapables de prédire le temps qu’il va faire à plus d’1 jour : ils se trompent presque à chaque fois, même pour les prévisions à 1 ou 2 jours.
Au cours de la journée, les services font perpétuellement évoluer les bulletins météo et d’enneigement pour affiner leurs prédictions, mais malgré cela, ils sont presque toujours à côté de la plaque, souvent, même aussi pour la météo du jour même.

– Par contre ils donnent pleins de statistiques :
Il y a chaque année 78% de chance que Montréal ait un Noël blanc.
Il y a chaque année 98% de chance que la ville de Québec ait un Noël blanc. :santa:

– Non, les écureuils n’hibernent dans leur trou d’arbre pendant tout l’hiver (c’était ce que je pensait avant d’arriver) : ils gambadent joyeusement dans la neige dans tous les parcs de Montréal, et traversent les rues d’un poteau électrique à l’autre en courant comme des funambules sur les câbles électriques, même par -15°C.

– Il y a beaucoup beaucoup d’ensoleillement à Montréal (sauf quand il neige).

Il y a grosso modo 2 sortes de journées :
  – Soit il fait un soleil radieux et il fait assez froid (-15°C/-10°C). (Je dirais environs 8 journées sur 10).
  – Soit il neige, et il ne fait pas trop froid (-5°C/0°C). (Le reste du temps)
Il paraît que le froid empêche la neige. A moins que ce ne soit le contraire.

Les journées grises et maussades, sans neige, ni soleil, sont rares.

– Bref, avec ces conditions, chaque sortie est un plaisir et une petite aventure. “C’est le fun”, comme on dit ici… 🙂

– Certaines personnes se promènent dans les rues avec leur masque de snowboard. Personne ne les prends pour des illuminés.
C’est ce que je fait. C’est pratique à la fois pour se protéger du soleil, du froid, et de la neige.
Notre petite Chloé (3 ans) réclame également son masque de ski tous les matins lorsque je l’emmène à la garderie (“a trop soleil papa…”).

A ce sujet, l’ouverture d’esprit et la tolérance des Québécois est légendaire, bien sûr… mais vivre cela au quotidien, c’est autre chose ! C’est tout simplement incroyable. Ces gens sont extraordinaires.

– Il arrive tous les jours de voir des parents tirer leur enfant en luge dans les rues.

– Même à -15°C, on peut se prendre une sacrée suée en revenant du magasin, par exemple en portant une grosse imprimante…

– Et dans ce cas si vous rencontrez sur votre route une vieille femme, elle va naturellement vous proposer de vous aider à porter votre fardeau.
Et si, embarrassé par la situation, vous refusez poliment, elle ne va pas vous laisser le choix et prendre une anse de votre énorme sac pour vous aider à le porter. 
Je l’ai vécu.
Adorables, je vous dit.

– Il est également possible de se prendre une suée sévère en poussant une poussette dans la neige.

– Alors, dans ce cas, et bien, vous vous dites que vous allez achetez une luge. (Et ça tombe bien, vos voisins que vous connaissez à peine vous en offre justement une le soir même !)
Bref, la luge est un VRAI moyen de transport pour les petits enfants à Montréal. Pas juste pour le fun. (Malgré qu’évidemment c’est super fun de tracter son gamin en luge ! Et évidemment, les gamins aussi, ils adorent !)

– Il faut avoir le réflexe d’enlever son blouson en entrant dans un magasin si on compte y rester plus de quelques minutes. Sinon, là-aussi, c’est la suée garantie.

– Car il fait bon et chaud dans les magasins et les intérieurs à Montréal. :thumbsup:
Il y a des doubles fenêtrages partout (pas des doubles vitrages, hein… des doubles fenêtrages). Les maisons et les magasins ont des sas d’entrée pour une meilleur isolation…

– Et pas de problèmes de chauffage : l’électricité est ici la moins chère du MONDE.
Et pas de problème de consience : 98 % de l’éléctricité au Québec est produite à partir de l’eau (hydroélectricité = renouvellable et non polluante) !

– Vous pouvez croiser des gamins qui font des batailles de boules de neige avec des appareils spéciaux pour faire les boules (Sno-baller, Snow Trac Ball…).
Oui, ici, tout l’effort de guerre est mis dans la boule de neige. 🙂

– Il y a des courageux (beaucoup) qui font du jogging par -15°C.
J’en ai même déjà vu avec les cils tout blancs collés gelés… :blink2:

– Mais Montréal en hiver c’est finalement habiter dans une station de sports d’hiver géante dont vous profitez chaque fin de semaine !
Vous pouvez y faire du ski de fond sur le Mont Royal (en plein centre ville) et dans tous les autres grands parcs de la ville.
Vous pouvez également y faire de la raquette (un de nos premiers investissements). Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le fun.
Vous pouvez faire du patin à glace dans plein de patinoires (acheter nos propres patins a également été l’un de nos premiers investissements). (Et faire du patin en extérieur, sur des patinoires en forme de chemin, ou bien sur des lacs, c’est autre chose je vous assure qu’en faire en intérieur à tourner en rond… bref, c’est là que le patinage prends tous son sens et devient vraiment fun…)
Vous pouvez faire du snowboard et du ski alpin à 20 mn de Montréal… d’ailleurs une collègue de ma femme qui habite Montréal prends des cours de ski un soir par semaine après le boulot…
Vous pouvez faire de la luge partout sur des pistes faites pour cela (sur le Mont Royal par ex.), vous pouvez faire de la descente en chambre à air sur tube…

Etc.

Bref… trippant…

Sans compter toutes les animations gratuites organisées par la ville… l’Igloofest (concerts techno), la Fêtes des Neiges, les feux d’artifice, etc…

L’hiver à Montréal est un vrai régal. Nous profitons de chaque instant. :thumbsup:

Voilà, voilà…
Et quand les Montréalais de souche nous disent qu’ils adorent leur ville en hiver mais qu’elle est encore mieux au printemps et en été… alors là, on a le sourire jusqu’aux oreilles… et on capote (=on hallucine).

 

Bye.

———
De Cherrybee
Tout à fait vrai sauf

Au Québec, se couvrir n’est pas une question de confort mais une question de SURVIE.
Donc, on ne se pose pas la question : on se couvre !
Et on a pas froid.

Ça, c’est le commentaire d’une maman responsable. Vous verrez quand votre adorable petit bout sera devenue une adolescente ingérable. Et surtout si elle est dans une école privée 🙂 !

Oui ici tu met ton pull !
Et tu met aussi tous les jours ton sous-pantalon.

Vous changerez d’avis quand vous travaillerez à l’intérieur et/ou quand vous passerez plusieurs heures dans des centres commerciaux ou dans la ville souterraine. Il y fait en général 23°, et vous avez vite fait de suer et d’être mal à l’aise avec vos gros pulls et votre sous-pantalon.

Il y a longtemps que je m’habille normalement pour aller au travail : haut avec éventuellement un petit tee shirt sans manche dessous et pantalon de ville sans collants.

L’essentiel est d’avoir des chaussures d’extérieur très bien isolées et imperméables, des manteaux de très bonne qualité (doublés de plume pour les frileuses) et de faire l’oignon: plusieurs couches (pull, vestes polaires, etc.) que l’on pourra enlever une fois à l’intérieur.

Les sous pantalons, c’est réservé si on passe la journée dehors (fête des neiges, ski) ou pour les travailleurs qui travaillent dehors en hiver. Sinon, ça devient vite invivable.
———
De Bérénice007

Un beau texte, j’aime beaucoup. Je suis surtout contente que vous appréciiez l’hiver, car pour beaucoup c’est un choc. Notre hiver n’est pas exceptionnel toutefois.

 

Je suis cependant surprise pour ce qui est des chiens qui ont des « chaussures »; je n’en ai vu que très, très peu, car habituellement les chiens n’aiment pas ça.

 

Pour l’habillement, c’est vrai que c’est souvent problématique. Si on entre dans son auto en sortant le matin et qu’on marche 50 pas pour entrer au bureau, ce n’est pas trop mal.

 

Par contre, si comme moi, on prend l’autobus et qu’on marche beaucoup, il faut s’habiller très chaudement, au risque d’avoir l’air de l’abominable femme des neiges. Mais les bureaux ou les centres commerciaux sont parfois surchauffés et là, on sue pas mal si on est trop habillé.

 

S’habiller par pelure est la meilleure solution.

 

C’est votre premier hiver… je vous comprends d’être émerveillés. Je suis québécoise, j’ai 58 ans … et cette année, eh bien disons que je le trouve un peu long … *LOL*

 

Bonne continuation ! 🙂

———
De angela57

Quelques anecdotes surprenantes sur l’hiver à Montréal (tirées de notre courte expérience personnelle)

 

Bonjour à tous,

 

Voilà, après des années de préparation, nous sommes enfin au Québec ! 🙂

 

Et pour l’instant nous sommes Montréal.

 

En guise de remerciement à ce forum qui nous a été très utile (et qui continue) et à toutes les gentilles personnes que nous y avons rencontrées, nous voulions, nous aussi, faire notre petit retour d’expérience, comme c’est la coutume…

Nous le présentons sous l’aspect de quelques anecdotes sur l’hiver à Montréal. (Nous ferons un second billet plus généraliste dans quelques temps). :flowers:

 

Et nous prévenons tout de suite : c’est tiré de notre courte expérience personnelle et donc subjectif.

 

 

C’est parti :

 

– Nous sommes arrivés le 2 janvier, alors qu’il faisait -27°C (température ressentie aux alentours de -40°C si je me souviens bien) (record de froid pour cette saison depuis 1968). :shok:

– A cette température, ce qui surprend ce n’est pas le froid (ça, on s’y attend), ce sont des choses auxquelles on n’avait pas pensées :
  – problème de respiration (on se met à tousser si on a le malheur de respirer normalement, donc, il faut essayer de respirer un peu moins profondément pour éviter que trop d’air à -25°C entre d’un seul coup dans les poumons),
  – poils de nez qui gèlent (du coup, maintenant, je me les coupe !),
  – vêtements qui deviennent hyper raides (blouson qui devient comme du carton),
  – on peut se brûler (de froid) (mais rien de grave) en touchant pendant 1 ou 2 secondes sans gants des ojets en métal (poignées de portes, parcmètres…).
  – Il paraît qu’à encore un peu plus froid, les cheveux peuvent même devenir cassants… ça on a pas encore expérimenté.

– La température ressentie (“Humidex”), qui est calculée en fonction de l’humidité et du vent, et dont on se préoccupe finalement assez peu en France, prend toute sont importance ici :
Par exemple il peut faire -10°C ressentie -12°C, et -5°C ressentie -15°C (donc il fait plus chaud… mais en fait on a plus froid…).

– Ici, il ne fait pas froid, il fait fret (prononcer “frette”).

– Il fait “fret” grosso modo en dessous de -15°C. Au dessus, c’est sans problème.

– Il parait qu’enu dessous d’une certaine température, on peut se jeter une casserolle d’eau bouillante à la figure, et que l’eau se transforme immédiatement en neige poudreuse (il y a plein de vidéos qui montre ça sur Youtube).
Nous, on a essayéà -15°C environ. Ca n’a pas fonctionné.
😉
On reessayera à plus fret.
(Non, non, personne n’a été blessé.)

– Le froid est bien plus agréable à Montréal qu’en France (ce n’est effectivement, comme on nous l’avait dit, pas du tout le même type de froid).

– Il est aussi bien plus supportable. Car ici… on se couvre !
En France, se couvrir ou pas quand il fait froid est une question de CONFORT.
Donc, la plupart du temps, on ne le fait pas, ou pas suffisament. Soit par négligence, soit par erreur d’appréciation (car c’est vrai qu’il est toujours difficile en France le matin de décider comment s’habiller…).
Donc, bref, souvent, on a froid.

Au Québec, se couvrir n’est pas une question de confort mais une question de SURVIE.
Donc, on ne se pose pas la question : on se couvre !
Et on a pas froid.

– Il est donc bien plus facile de s’habiller le matin car on ne se pose pas de question du genre “Est-ce qu’aujourd’hui je met un pull ou pas ?”
Oui ici tu met ton pull !
Et tu met aussi tous les jours ton sous-pantalon.

– Non, le premier hiver n’est pas particulièrement difficile à supporter contrairement à ce qu’il se dit souvent. On s’adapte en une ou deux semaines sans aucun problème. (Bien sûr, il y aura toujours des cas qui refusent de s’adapter et qui préfère avoir froid… leur problème.)

– Bref avec la température courante de -10°C, vous êtes complètement à l’aise. Et à -5°C vous pouvez même vou payer le luxe de garder votre blouson ouvert, sans tuque, ni gants, etc. :8):

– Un bonnet, ici on appelle ça une tuque.

– La plupart des chiens portent des chaussures.

– L’hiver à Montréal, c’est aussi bien pratique pour ramener les surgelés du supermarché.
Vous pouvez déambuler pendant 1 heure avec vos surgelés avant de rentrer chez vous, il n’y a aucun problème.

– Il y a des chasse-neige qui circulent partour dans la ville de Montréal. On se croirait à Val d’Isère.

– On croise aussi de temps en temps des “chenillettes” (sortes de mini chasses-neiges) qui elles, circulent sur les trottoirs.
Elles, je ne les aime pas… D’abord parcequ’elles enlèvent toute la belle neige que j’adore.
Mais surtout parcequ’elle vont à des vitesse complètement démesurées (de visu je dirais au moins 40km/h) et mieux vaut s’écarter quand on les voit arriver… heureusement elle arrivent en faisant un bruit qu’on entends de loin…
 
– Chaque enlèvement de la neige (des camions-bennes viennent enlever la neige qui a été, au fil du temps, regroupée en tas par les chasses-neige) coûte grosso modo 1 petit million de $ à chaque arrondissemnt de Montréal.
Il y a en théorie un enlèvement à chaque fois qu’il est tombé plus de 15 cm en une seule fois (une chute de neige, ici, on appelle ça une “bordée” de neige).

– Il tombe en moyenne 220 cm de neige par an à Montréal.

– D’après mon expérience (subjective), les services de météo (site de référence = meteomedia.com) sont la plupart du temps absolument incapables de prédire le temps qu’il va faire à plus d’1 jour : ils se trompent presqu’à chaque fois, même pour les prévisions à 1 ou 2 jours.
Au cours de la journée, les services font perpétuellement évoluer les bulletins météo et d’enneigement pour afiner leurs prédictions, mais malgré celà, ils sont presque toujours à côté de la plaque, souvent, même aussi pour la méto du jour même.

– Par contre ils donnent pleins de statistiques :
Il y a chaque année 78% de chance que Montréal ait un Noël blanc.
Il y a chaque année 98% de chance que la ville de Québec ait un Noël blanc. :santa:

– Non, les écureuils n’hibernent dans leur trou d’arbre pendant tout l’hiver (c’était ce que je pensait avant d’arriver) : ils gambadent joyeusement dans la neige dans tous les parcs de Montréal, et traversent les rues sur les fils électriques, même par -15°C.

– Il y a beaucoup beaucoup d’ensoleillement à Montréal (sauf quand il neige).

Il y a grosso modo 2 sortes de journées :
  – Soit il fait un soleil radieux et il fait assez froid (-15°C/-10°C). (Je dirais environs 8 journées sur 10).
  – Soit il neige, et il ne fait pas trop froid (-5°C/0°C). (Le reste du temps)
Il paraît que le froid empêche la neige. A moins que ce ne soit le contraire.

Les journées grises et maussades, sans neige ni soleil, sont rares.

– Bref, avec ces conditions, chaque sortie est un plaisir et une petite aventure. “C’est le fun”, comme on dit ici… 🙂

– Certaines personnes se promenent dans les rues avec leur masque de snowboard. Personne ne les prends pour des illuminés.
C’est ce que je fait. C’est pratique à la fois pour se protéger du soleil, du froid, et de la neige.
Notre petite Chloé (3 ans) réclame également son masque de ski tous les matins lorsque je l’emmenne à la garderie (“a trop soleil papa…”).

A ce sujet, l’ouverture d’esprit et de la tolérance des Québécois est légendaire, bien sûr, mais quand on la vit tous les jours, c’est autre chose, et tout simplement incroyable. Ces gens sont extraordinaires.

– Il arrive tous les jours de voir des parents tirer leur enfant en luge dans les rues.

– Même à -15°C, on peut se prendre une sacrée suée en revenant du magasin, par exemple en portant une grosse imprimante…

– Et dans ce cas si vous rencontrez sur votre route une vieille femme, elle va naturellement vous proposer de vous aider à la porter.
Et si, embarassé, vous refusez poliement, elle ne va pas vous laisser le choix et prendre une anse de votre énorme sac pour vous aider à le porter. 
Je l’ai vécu.
Adorables, je vous dit.

– Il est également possible de se prendre une suée sévère en poussant une poussette dans la neige.

– Alors, dans ce cas, ben, vous vous dites que vous allez achetez une luge (Et ça tombe bien, vos voisins que vous connaissez à peine vous en offre justement une le soir même !).
Bref, la luge est un VRAI moyen de transport pour les petits enfants à Montréal. Pas juste pour le fun. (Malgré qu’évidemment c’est super fun de tracter son gamin en luge ! Et eux aussi, ils adorent !)

– Il faut avoir le réflexe d’enlever son blouson en entrant dans un magasin si on compte y rester plus de quelques minutes. Sinon, là-aussi, c’est la suée garantie.

– Car il fait bon et chaud dans les magasins et les intérieurs à Montréal. :thumbsup:
Il y a des doubles fenêtrages partout. Les maisons et les magasins on des sas d’entrée pour une meilleur isolation…

– Et pas de problèmes de chauffage : l’électricité est ici la moins chère du MONDE.
Et pas de problème de consience : 98 % de l’éléctricité au Québec est produite à partir de l’eau (hydroélectricité = renouvellable et non polluante) !

– Vous pouvez croiser des gamins qui font des batailles de boules de neige avec des appareils spéciaux pour faire les boules (Sno-baller, Snow Trac Ball…).
Oui, ici, tout l’effort de guerre est mis dans la boule de neige.

– Il y a des courageux (beaucoup) qui font du jogging par -15°C.
J’en ai même déjà vu avec les cils collés gelés… :blink2:

– Mais Montréal en hiver c’est finalement habiter dans une station de sports d’hiver géante dont vous profitez chaque fin de semaine !
Vous pouvez y faire du ski de fond sur le Mont Royal (en plein centre ville) et dans tous les autres grands parcs de la ville.
Vous pouvez également y faire de la raquette (un de nos premiers investissements). Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le fun.
Vous pouvez faire du patin à glace dans plein de patinoires (acheter nos propres patins a également été l’un de nos premiers investissements). (Et faire du patin en extérieur, sur des patinoires en forme de chemin, ou bien sur des lacs, c’est autre chose je vous assure qu’en intérieur à tourner en rond… bref, là, le patinage prends tous son sens et devient vraiment fun…)
Vous pouvez faire du snowboard et du ski alpin à 20 mn de Montréal… d’ailleurs une collègue de ma femme qui habite Montréal prends des cours de ski un soir par semaine après le boulot…
Vous pouvez faire de la luge partout sur des pistes faites pour cela sur le Mont Royal, vous pouvez faire de la descente en chambre à air sur tube…trippant…
Etc.

Sans compter toutes les animations gratuites organisées par la ville… l’Igloofest (concerts techno), la Fêtes des Neiges, les feux d’artifice, etc…

L’hiver à Montréal est un vrai régal. Nous profitons de chaque instant. :thumbsup:

Voilà, voilà…
Et quand les Montréalais de souche nous disent qu’ils adorent leur ville en hiver mais qu’elle est encore mieux au printemps et en été… alors là, on a le sourire jusqu’aux oreilles… et on capote (=on hallucine).

 

Bye.

 

Je trouve votre récit particulièrement amusant.

Vous devez juste être “heureux”…………

 

Bisous

———
De Axel_et_Vio

Allo Cherrybee,

 

Oui, tu as raison, pour les centres commerciaux. Quand on sait qu’on va y passer la journée, on ne met pas de sous pantalon nous on plus bien sûr. Et pour le haut on met juste tshirt + polaire + blouson, et avec ça on va bien jusqu’à -20°C sans problème, et comme je le disait dès qu’on entre dans un magasin pour plus de quelques minutes (y compris le Montréal intérieur du centre ville bien sûr), on enlève le blouson. Aucun problème.

Pour le boulot, c’est sur que c’est à chacun de voir en fonction de son type de boulot.

 

Mais comme tu l’auras certainement remarqué, je ne fais pas dans le détail dans ce billet. Je l’ai surtout écrit pour souligner des choses qui nous ont étonnées et.ou amusées lorsque nous sommes arrivés (bref, inattendues lorsque l’on arrive de France).

Il est pour moi évident que pour certains d’entre celles et ceux qui connaissent le Québec sur le bout des doigts, mon billet paraîtra bien naïf. (Et il l’est, mais c’est volontaire 😉

 

 

 

Allo Bérénice,

 

Ben je sais pas, mais dans mon quartier (ah, ah, Le Plateau bien évidemment !), il y a vraiment au moins 1 chien sur 2 qui en porte des chaussures. (A moins que ce ne soit des chaussettes ?).

 

Et soit dit en passant, moi si j’étais un chien j’adorerais que mon maître me mette des chaussettes. (Bon, tais-toi Axel, tu es hors sujet…)

:tongue:

———
De Galijeade

hhaaa cela me rappelle ma première année.

Après on déchante vite.

———
De Cherrybee

hhaaa cela me rappelle ma première année.
Après on déchante vite.

Faux. C’est valable pour certains. Pas pour d’autres. Ça, ça s’appelle du Québec bashing.
———
De juetben

 

hhaaa cela me rappelle ma première année.
Après on déchante vite.

Faux. C’est valable pour certains. Pas pour d’autres. Ça, ça s’appelle du Québec bashing.

 

lui c’est juste sa femme québécoise qu’il déteste, mais forcément cela déteint sur l’ensemble de la province, de ses habitants, de sa vie ici!!

———
De angela57

hhaaa cela me rappelle ma première année.
Après on déchante vite.

Si tu pouvais éviter de venir foutre le b…… sur un sujet sympa avec tes états d’âmes négatifs ce serait pas mal !
———
De Souris-Miquette

Idéalement, je me verrais bien passer 1 semaine au soleil en février comme font quelques uns de mes amis afin de supporter la fin de l’hiver. Dur dur sur le moral pour ma part. Mais au début de l’hiver, c’est la joie ! IL NEIGE IL NEIGE  :sorcerer:

———
De Galijeade

Je dit juste que la première année c’est normal de s’émerveiller sur tout.

Hier encore un québecois me disait dans les yeux: je déteste l’hiver !!

C’est que par la suite que les points négatifs nous sautent aux yeux et nous obligent à relativiser.

 

Je ne fout pas le bordel, je dit mon opinion et personne ne m’en priveras. Le sujet vous parait beau car il abonde dans votre sens à vous.

 

Venez pas me dire qu’aux bout de X hiver, vous regardez les flocons dans le ciel avec la petite larme à l’oeil, la même larme que lors du premier hiver?

Je ne vous crois pas.

 

🙂

———
De Cherrybee

:biggrin2: Allo Cherrybee,
 
Oui, tu as raison, pour les centres commerciaux. Quand on sait qu’on va y passer la journée, on ne met pas de sous pantalon nous on plus bien sûr. Et pour le haut on met juste tshirt + polaire + blouson, et avec ça on va bien jusqu’à -20°C sans problème, et comme je le disait dès qu’on entre dans un magasin pour plus de quelques minutes (y compris le Montréal intérieur du centre ville bien sûr), on enlève le blouson. Aucun problème.
Pour le boulot, c’est sur que c’est à chacun de voir en fonction de son type de boulot.
 
Mais comme tu l’auras certainement remarqué, je ne fais pas dans le détail dans ce billet. Je l’ai surtout écrit pour souligner des choses qui nous ont étonnées et.ou amusées lorsque nous sommes arrivés (bref, inattendues lorsque l’on arrive de France).
Il est pour moi évident que pour certains d’entre celles et ceux qui connaissent le Québec sur le bout des doigts, mon billet paraîtra bien naïf. (Et il l’est, mais c’est volontaire 😉
  
dans mon quartier (ah, ah, Le Plateau bien évidemment !), il y a vraiment au moins 1 chien sur 2 qui en porte des chaussures. (A moins que ce ne soit des chaussettes ?).
 
Et soit dit en passant, moi si j’étais un chien j’adorerais que mon maître me mette des chaussettes. (Bon, tais-toi Axel, tu es hors sujet…)

Ce qui me fait rire, c’est que je suis arrivée au Québec sans connaître ce forum ni le pays, j’étais juste décidée à suivre mon chum pour lui faire plaisir (et aussi dans l’espoir de trouver du travail bien entendu). Sans information, je me suis vite trouvée ridicule avec mes entassements de pulls, mes Moonboots et tout mon kit haute montagne. Surtout que l’hiver n’a jamais été aussi doux qu’en 2006  :biggrin2: .

Depuis, j’ai revu mon habillement, j’ai appris à acheter les bonnes choses …

 

Pour les chiens, je dirais que c’est indispensable pour leur éviter les petits bobos du quotidien. Il y a aussi des trucs, tels que leur enduire les desous des coussinets de vaseline pour éviter les crevasses hivernales. Mais une bonne éducation, très tôt pallie tous les problèmes. En tout cas, c’est bien l’intention que j’ai quand j’aurai mon propre chien. Habitude de toilettage, d’accepter le brossage des dents, de porter des chaussons en hiver, de dormir dans sa cage en notre absence, le tout, dès tout petit. 

———
De Cherrybee

Je dit juste que la première année c’est normal de s’émerveiller sur tout.

 

C’est que par la suite que les points négatifs nous sautent aux yeux et nous obligent à relativiser.

 

Venez pas me dire qu’aux bout de X hiver, vous regardez les flocons dans le ciel avec la petite larme à l’oeil, la même larme que lors du premier hiver?

Je ne vous crois pas.

 

🙂

 

Eh bien ne nous crois pas. Il a neigé aujourd’hui, c’était très joli. L’autre soir, c’étaient des petits diamants qui tombaient du ciel.  Tu as largement exprimé ton opinion sur ton échec de vie au Québec, n’en dégoûte pas ceux qui découvrent ou ceux qui aiment. 

 

Nous sommes tous différents et nous devons tous respecter nos choix de vie personnels. Et moi, au bout de 7 ans, je suis toujours émerveillée par l’hiver au Québec, même si quelques québécoises qui sont nées ici et qui ont vécu 57 hivers québécois pensent la même chose que toi.   :sorcerer: 

———
De angela57

Je dit juste que la première année c’est normal de s’émerveiller sur tout.
Hier encore un québecois me disait dans les yeux: je déteste l’hiver !!
C’est que par la suite que les points négatifs nous sautent aux yeux et nous obligent à relativiser.
 
Je ne fout pas le bordel, je dit mon opinion et personne ne m’en priveras. Le sujet vous parait beau car il abonde dans votre sens à vous.
 
Venez pas me dire qu’aux bout de X hiver, vous regardez les flocons dans le ciel avec la petite larme à l’oeil, la même larme que lors du premier hiver?

Je ne vous crois pas.
 
🙂

Je dis juste que tu as déjà fait 35 pages sur un autre post pour dire que tu en as marre du Québec et que ce n’est pas nécessaire que tu viennes en faire autant ici.
On va pas passer notre vie à entendre tes doléances quand même non ?
———
De Galijeade

Mais quel échec? de quoi parlez vous?

C’est vous qui êtes butés.

 

 

Pour les chiens je pense que c’est pour protéger leurs papattes du sel qu’il y a en abondance.

———
De Cherrybee

Mais quel échec? de quoi parlez vous?
C’est vous qui êtes butés.

Lorsqu’il y a une telle haine du Québec au point de ne pas se contenter de faire vivre son propre sujet et d’intervenir sur tous les messages de personnes qui sont heureuses de vivre au Québec, oui, ça s’appelle un échec. Il n’y a pas d’autre nom.

Vous devez ne pas savoir quel est le contraire de l’amour, vous.
———
De Galijeade

Et vous ne devez pas connaitre la signification du mot “nuance” ?

 

Pourquoi m’attaquez sur tous les sujets?

heuuuu j’ai bien le droit de poster sur les sujets qui m’interpelle. Je suis entrain de dire que moi également je me suis émerveillé de mes premiers hivers ici. Je me faisait une joie de pelleter mon entrée tout à la pelle (vraiment oui oui). Je me sentais plus Québecois que plusieurs car ceux ci se plaignaient du froid et avaient hâte à leur voyage annuel pour Cuba.

 

Bref, ou est la haine là dedans?

 

C’est de l’acharnement.

———
De Cherrybee

Et vous ne devez pas connaitre la signification du mot “nuance” ?

Ah, parce que vous êtes “nuancé”, vous?   :rofl: 

 

La notion de nuance entraine des messages “nuancés”, c’est à dire  ”OK bien” , “ouais moins bien” “Ah non, j’aime pas du tout”. 

 

Vous c’est du “j’aime pas du tout ” en permanence.

———
De Galijeade
déchanter, verbe intransitif

 

Sens  Perdre ses illusionsrabattre ses prétentionsses espérances

 

 

 

 

 

 

 

 

L’enfer c’est les autres.

———
De Cherrybee

échec
nom masculin: résultat négatif d’une tentative, d’une entreprise, manque de réussite, défaite, insuccès, revers.
Synonymes : bide, déboire, défaite, faillite, fiasco, four, insuccès, naufrage, revers, veste.
 
Il faut de tout pour faire un monde.

———
De caroline77

Il semble plus malheureux que haineux.

———
De Cherrybee

Il semble plus malheureux que haineux.

Je comprends, bien entendu. Pour moi, il n’est pire malheur que L’anéantissement de l’espoir d’une vie de couple ou de famille. Mais de là à être méchamment ironique et à faire peur à des aspirants immigrants pleins de rêves et d’espoir, je trouve que c’est exagéré. On n’a pas à essayer de transposer son malaise sur les autres pour essayer de faire en sorte de l’atténuer. Ça n’atténue jamais rien. 

 

Il sera juste heureux quand il sera de retour au sein des siens. Il faut juste patienter jusque là. 

———
De Galijeade

 

échec
nom masculin: résultat négatif d’une tentative, d’une entreprise, manque de réussite, défaite, insuccès, revers.
Synonymes : bide, déboire, défaite, faillite, fiasco, four, insuccès, naufrage, revers, veste.
 
Il faut de tout pour faire un monde.

 

 

 

bah non, ma vie n’est pas un échec, ni mon immigration. Je ne me plait plus ici, voilà tout. D’autres vont réussir, moi ça a était le cas puisque j’ai une bonne situation.

Mais voilà je ne suis pas heureux ici, pourtant je me suis battu fort: retour sur les bancs d’école, changement d’emplois etc. En 12 ans si j’ai était 2 mois sur le chômage c’est bien beau.

 

Certes j’ai également connu la misère en faisant des petits boulots. Alors je me suis relevé les manches pour en arrivé ou j’en suis aujourd’hui. Voilà pourquoi au jour d’aujourd’hui je peux affirmer que la seule solution pour moi est le retour aux pays car c’est pas faute d’avoir essayé et c’est pas à cause de ma situation financière ou quoique ce soit d’autres, juste un mal du pays que je m’apprête à guérir 🙂

 

J’en voudrais tous les jours des échecs comme ça 🙂

Ben oui je suis malheureux ici et j’ai hâte à mon retour. Cependant je le prépare mon retour.

Bref la haine là dedans, que ni ni.

 

Et je peux en parler encore de l’hiver. J’en ai des commentaires d’amis Québecois !!! Je devrais les traiter d’haineux tiens.

———
De Cherrybee

 

 

échec
nom masculin: résultat négatif d’une tentative, d’une entreprise, manque de réussite, défaite, insuccès, revers.
Synonymes : bide, déboire, défaite, faillite, fiasco, four, insuccès, naufrage, revers, veste.
 
Il faut de tout pour faire un monde.

 

 

 

bah non, ma vie n’est pas un échec, ni mon immigration. Je ne me plait plus ici, voilà tout. D’autres vont réussir, moi ça a était le cas puisque j’ai une bonne situation.

Mais voilà je ne suis pas heureux ici, pourtant je me suis battu fort: retour sur les bancs d’école, changement d’emplois etc. En 12 ans si j’ai était 2 mois sur le chômage c’est bien beau.

 

Certes j’ai également connu la misère en faisant des petits boulots. Alors je me suis relevé les manches pour en arrivé ou j’en suis aujourd’hui. Voilà pourquoi au jour d’aujourd’hui je peux affirmer que la seule solution pour moi est le retour aux pays car c’est pas faute d’avoir essayé et c’est pas à cause de ma situation financière ou quoique ce soit d’autres, juste un mal du pays que je m’apprête à guérir 🙂

 

Ben oui je suis malheureux ici et j’ai hâte à mon retour. Cependant je le prépare mon retour.

 

 

C’est juste ça qu’il fallait écrire. Et c’est cela qu’on comprend tout à fait. 

Et on vous souhaite un retour en douceur parmi les votres et, bien entendu, une nouvelle réussite dans votre pays. 

Peut-être que le passage par “l’Amérique du nord” vous aura apporté un plus dans votre CV. C’est ce qu’on vous souhaite dans votre future recherche d’emploi. 

———
De caroline77

.

———
De Galijeade

Merci 🙂

———
De Axel_et_Vio

Allo Galijeade,

 

Je ne vous connais pas, donc je vous écrit sans aucun a priori.

 

Je comprends parfaitement ce que vous ressentez, et je vous crois lorsque vous dites que vous étiez émerveillé en arrivant et que cela a passé avec le temps.

C’est dommage pour vous, mais ce n’est certainement pas de votre faute, et vous n’êtes certainement pas non plus le seul dans ce cas là.

Vos sentiments sont parfaitement nobles et respectables.

 

Là ou je ne suis pas d’accord, par contre, mais ce n’est pas contre vous en particulier, c’est quand j’entends des gens dire des choses du genre “Ah, oui, moi aussi c’était merveilleux au début, et puis au fil des années, c’est passé. Ça le fait à tout le monde.” (bref, vous me comprenez, je veux parler de cette fameuse période de “lune de miel” que certains évoquent pour imager la chose).

Et bien, c’est le “Ça le fait à tout le monde.” avec lequel je ne suis pas d’accord.

Car comme le dit Cherrybee (pour laquelle je n’ai pas plus d’a priori ni positif ni négatif que pour vous), nous sommes tous différents. C’est aussi simple que cela.

Et pour reprendre l’image de la lune de miel, et bien force est de reconnaître qu’il y a des couples pour lesquels la flamme s’éteint avec le temps, malheureusement, et sans que rien ne puisse être reproché à aucun des deux amants, et d’autres qui ont tout simplement la chance que cela dure toute leur vie.

 

Et pour être encore plus terre à terre, c’est comme cela pour tout : pour la nourriture, aussi, il y a des gens dont les goûts changent, d’autres pour lesquels ils ne changent pas, certains goûts qui s’atténuent, d’autres qui s’amplifient, etc.

Nous sommes tous différents.

 

Et puis aussi, il faut prendre en compte qu’il y a des gens qui dans certains domaines (amour, travail, lieu, de vie, …) ont besoin de changement et pas dans d’autres, et pour d’autres personnes, ce sera sur d’autres domaines…

Nous sommes tous différents.

 

Ensuite, il y a autre choses : il est bien évident que lorsque l’on parle de l’émerveillement du début, ce mot ne recouvre pas la même signification pour tous le monde… :

Il y a ceux qui s’émerveillent, ceux qui aiment… et puis il y a ceux qui S’ÉMERVEILLENT, ceux qui AIMENT.

Et pourtant quand vous leur parlez tous sont sincères. Tous utilisent les mêmes mots. Tous croient être au maximum de leurs sentiments…. Pourtant vous vous doutez bien que pour les personnes de la deuxième catégorie, l’émerveillement durera plus longtemps que pour celles de la première…

 

Enfin, une dernière chose, l’émerveillement, est une chose qui se travaille… et dans la vie la négligence (dans tous les domaines) me semble être l’un de nos pires ennemis.

Me concernant, chaque matin je béni la vie des chances qu’elle m’accorde par rapport à d’autres personnes, et je me le répète, et je le répète à ma fille, et à ma femme : Nous avons de la chance d’être ensemble, nous avons de la chance de ne pas être touchés par la maladie, nous avons de la chance de pouvoir manager tous les jours, nous avons de la chance de pourvoir se parler, nous avons de la chance d’être en vie…

 

“Serai-je encore émerveillé par la vie et par le Québec dans 1 an ? dans 5 ans ? dans 10 ans ?”

Ni moi ni personne ne peut l’affirmer avec certitude.

Par contre je peux vous garantir que je fait et je ferais tout pour, chaque instant, chaque jour…

 

Et si un jour, par malheur, la lassitude me touchait et que je rencontre des jeunes qui ont un rêve pour lequel je n’ai pas eu la chance de réussir (ou pas totalement) : je leur dirai ÉMERVEILLEZ vous, AIMEZ ; Vous avez de la chance d’avoir des rêves, vous avez de la chance d’être en vie, vous avez de la chance… vous allez réussir !

———
De Axel_et_Vio

Désolé Galijeade, je ne peux pas vous mettre un like sur l’un de vos derniers commentaires car le forum me dit que j’ai atteint mon quota pour aujourd’hui. Mais j’aime beaucoup, et je vous souhaite un bon courage.

———
De ciboulette71

Allo Galijeade,

 

Je ne vous connais pas, donc je vous écrit sans aucun a priori.

 

Je comprends parfaitement ce que vous ressentez, et je vous crois lorsque vous dites que vous étiez émerveillé en arrivant et que cela a passé avec le temps.

C’est dommage pour vous, mais ce n’est certainement pas de votre faute, et vous n’êtes certainement pas non plus le seul dans ce cas là.

Vos sentiments sont parfaitement nobles et respectables.

 

Là ou je ne suis pas d’accord, par contre, mais ce n’est pas contre vous en particulier, c’est quand j’entends des gens dire des choses du genre “Ah, oui, moi aussi c’était merveilleux au début, et puis au fil des années, c’est passé. Ça le fait à tout le monde.” (bref, vous me comprenez, je veux parler de cette fameuse période de “lune de miel” que certains évoquent pour imager la chose).

Et bien, c’est le “Ça le fait à tout le monde.” avec lequel je ne suis pas d’accord.

Car comme le dit Cherrybee (pour laquelle je n’ai pas plus d’a priori ni positif ni négatif que pour vous), nous sommes tous différents. C’est aussi simple que cela.

Et pour reprendre l’image de la lune de miel, et bien force est de reconnaître qu’il y a des couples pour lesquels la flamme s’éteint avec le temps, malheureusement, et sans que rien ne puisse être reproché à aucun des deux amants, et d’autres qui ont tout simplement la chance que cela dure toute leur vie.

 

Et pour être encore plus terre à terre, c’est comme cela pour tout : pour la nourriture, aussi, il y a des gens dont les goûts changent, d’autres pour lesquels ils ne changent pas, certains goûts qui s’atténuent, d’autres qui s’amplifient, etc.

Nous sommes tous différents.

 

Et puis aussi, il faut prendre en compte qu’il y a des gens qui dans certains domaines (amour, travail, lieu, de vie, …) ont besoin de changement et pas dans d’autres, et pour d’autres personnes, ce sera sur d’autres domaines…

Nous sommes tous différents.

 

Ensuite, il y a autre choses : il est bien évident que lorsque l’on parle de l’émerveillement du début, ce mot ne recouvre pas la même signification pour tous le monde… :

Il y a ceux qui s’émerveillent, ceux qui aiment… et puis il y a ceux qui S’ÉMERVEILLENT, ceux qui AIMENT.

Et pourtant quand vous leur parlez tous sont sincères. Tous utilisent les mêmes mots. Tous croient être au maximum de leurs sentiments…. Pourtant vous vous doutez bien que pour les personnes de la deuxième catégorie, l’émerveillement durera plus longtemps que pour celles de la première…

 

Enfin, une dernière chose, l’émerveillement, est une chose qui se travaille… et dans la vie la négligence (dans tous les domaines) me semble être l’un de nos pires ennemis.

Me concernant, chaque matin je béni la vie des chances qu’elle m’accorde par rapport à d’autres personnes, et je me le répète, et je le répète à ma fille, et à ma femme : Nous avons de la chance d’être ensemble, nous avons de la chance de ne pas être touchés par la maladie, nous avons de la chance de pouvoir manager tous les jours, nous avons de la chance de pourvoir se parler, nous avons de la chance d’être en vie…

 

“Serai-je encore émerveillé par la vie et par le Québec dans 1 an ? dans 5 ans ? dans 10 ans ?”

Ni moi ni personne ne peut l’affirmer avec certitude.

Par contre je peux vous garantir que je fait et je ferais tout pour, chaque instant, chaque jour…

 

Et si un jour, par malheur, la lassitude me touchait et que je rencontre des jeunes qui ont un rêve pour lequel je n’ai pas eu la chance de réussir (ou pas totalement) : je leur dirai ÉMERVEILLEZ vous, AIMEZ ; Vous avez de la chance d’avoir des rêves, vous avez de la chance d’être en vie, vous avez de la chance… vous allez réussir !

tout simplement garder son cœur d’enfant…et savoir faire du quotidien une merveille jour après jour….un cœur positif qui peut s”émerveiller d’un flocon de neige ou de la buée sortant de la bouche….naïve ? débile ? oh non…simplement aimant la vie à fond…la nuit parfois je me relève…juste pour sortir quelques minutes en pyjama et gouter au silence, au froid, aux flocons qui se collent à ma peau….je n’avais pas connu cela …Je désire le vivre….

———
De juetben

.la nuit parfois je me relève…juste pour sortir quelques minutes en pyjama et gouter au silence, au froid, aux flocons qui se collent à ma peau….

 

 

ouai il y a des poètes… moi la nuit, avec 2 enfants, dont un bébé, travaillant dehors toute la journée, je ne désire jamais me relever, je suis même très heureux de faire une nuit pleine pour me reposer!! :db:

———
De Automne

ben moi avec 33 hivers, j’aime toujours autant la neige. les tempêtes, les différentes façons que la neige tombe. parfois ça tombe au ralentis et les flocons brillent, parfois c’est des gros flocons qui virevoltent dans tous les sens, parfois il neige à la verticale :biggrin2:

les gens qui chialent parce qu’il neige, devraient aller vivre plus au sud..

———
De ciboulette71

 

.la nuit parfois je me relève…juste pour sortir quelques minutes en pyjama et gouter au silence, au froid, aux flocons qui se collent à ma peau….

 

 

ouai il y a des poètes… moi la nuit, avec 2 enfants, dont un bébé, travaillant dehors toute la journée, je ne désire jamais me relever, je suis même très heureux de faire une nuit pleine pour me reposer!! :db:

 

ouaip y a aussi des terre à terre…faut heureusement de tout pour faire le

monde…

———
De caroline77

Je préfère 1000 fois l’hiver à l’été ici, pour ma part. Surtout en ville où c’est particulièrement horrible.

———
De Bérénice007

Ben voyons, qu’est-ce qui te prend Cherrybee? (désosée, je ne peux pas citer !).

 

Ben oui, j’ai 58 ans et j’ai tout vécu cela au Québec. J’adore les grands froids, j’adore les grosses tempêtes. Alors qu’à l’annonce d’une tempête, les gens paniquent en se demandant ce que sera le trafic, moi je prends l’autobus et je n’ai aucun problème.

 

Alors l’hiver je l’aime, mais cette année, je le trouve long. Demande juste autour de toi et toutes tes collègues, qui sont aussi les miennes, vont te dire la même chose !

 

Quand la mi-février arrive, et que l’hiver est rude, on trouve cela plus difficile et les gens ont hâte au printemps. Est-ce un crime ? Est-ce un péché ?

 

Il y a des gens qui détestent l’été au Québec en raison de l’humidité, moi ça ne dérange absolument pas… et je n’ai même pas la climatisation !!!!

 

Tu parles d’un crime, toi ! Dire que tu trouves l’hiver long !!!!! :blink2:

 

Quand même pas pour rien que les voyages dans le sud sont si populaires. Pour le Québécois moyen, c’est une occasion de s’évader un peu et de « casser » l’hiver en deux.

 

Coudonc, bientôt les Québécois de ce forum n’auront plus le droit de s’exprimer !

———
De dentan

ben moi avec 33 hivers, j’aime toujours autant la neige. les tempêtes, les différentes façons que la neige tombe. parfois ça tombe au ralentis et les flocons brillent, parfois c’est des gros flocons qui virevoltent dans tous les sens, parfois il neige à la verticale :biggrin2:

les gens qui chialent parce qu’il neige, devraient aller vivre plus au sud..

As-tu pensé écrire et proposer tes textes?

———
De kuroczyd

ben moi avec 33 hivers, j’aime toujours autant la neige. les tempêtes, les différentes façons que la neige tombe. parfois ça tombe au ralentis et les flocons brillent, parfois c’est des gros flocons qui virevoltent dans tous les sens, parfois il neige à la verticale :biggrin2:
les gens qui chialent parce qu’il neige, devraient aller vivre plus au sud..

Il y a quelques semaines, il y avait dans le journal une super explication concernant la forme des flocons en fonction de la température. Impressionnant !
———
De Bérénice007

Salut Automne… moi aussi j’aime l’hiver et comme je le mentionnais, contrairement à bien des gens, j’adore les froids sibériens et les tempêtes ! 🙂 Mais après quelques mois, j’ai hât

Avatar
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut

Bienvenue au Canada