Mon expérience du marché du travail dans le domaine des technologies d - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Mon expérience du marché du travail dans le domaine des technologies d

Fallback Image

De da23ad

Mon expérience du marché du travail dans le domaine des technologies de l’information (IT).

Bon nombre de personnes en court d’immigration pour le Canada ou ayant l’idée d’immigrer au Canada essaient, à juste titre, de se renseigner sur le marché de l’emploi dans leur domaine.
C’est également ce que j’ai fait en 2007-2008-2009 avant d’immigrer au Canada. Une première constatation est qu’il est très difficile de se faire une idée fiable à partir des avis donnés lors des fameuses Réunions d’Information que propose le Bureau d’Immigration Canada. Durant ces réunions, on vous dira bien volontiers que le marché de l’emploi est très dynamique. Mais ici au Canada (et plus généralement en Amérique du Nord) il faut apprendre à lire entre les lignes. Dans le cas présent, « dynamique » reflète une situation beaucoup moins vendeuse quand on comprend ce que cela veut dire. Et oui, une chose à savoir également, c’est qu’ici, il va falloir vous vendre et donc il va falloir apprendre à vous vendre. Quand un agent d’immigration ou un recruteur canadien vous dira ou que dans un article vous lirez que le marché est « dynamique », ce qu’il faut comprendre en réalité, c’est que le marché est instable est précaire.

Pour des gens habitués à la sécurité de l’emploi, cela peut constituer un premier grand choc culturel entre son pays d’origine et son pays d’accueil. Mais pour l’instant je parle simplement de généralités car les choses sont extrêmement hétérogènes d’une compagnie à l’autre et d’une province à l’autre. Cependant le « dynamisme » du marché canadien est une réalité qui a ses bons et ses mauvais cotés…

Les bons côtés sont assez simples à comprendre. Dans certains cas (de plus en plus rares) vous pouvez être embauchés très rapidement. Il m’est arrivé une fois d’être contacté un mardi soir à 21h par une agence de placement, contrat signé le mercredi, début du mandat (l’équivalent d’un CDD/mission intérim en France) le vendredi. Revers de la médaille c’est que j’ai été viré une semaine après.
Cela nous conduit donc aux aspects plutôt négatifs, à mon humble avis, du « dynamisme » de ce marché. En ce qui me concerne , je suis arrivé au Canada avec 5 années d’expérience professionnelles dans des entreprises dites « Fortune 500 », avec une maitrise en réseaux et télécommunication, un français et un anglais irréprochable et des certifications professionnelles reconnues mondialement. Une première chose m’a surpris à mon arrivée au Canada , c’est le mode de fonctionnement des agences de recrutement. La très grande majorité des recruteurs que j’ai peu côtoyer n’a aucune compréhension des descriptifs de postes que les compagnies leur envoient et aucune compréhension des compétences qu’un candidats peut lister dans son CV. En somme, un recruteur se contente souvent d’essayer de trouver des candidats en fonction de la correspondance entre des mots clés…
Bon , comme tout ça est un peu compliquer à comprendre je vais prendre un exemple concret.

Etant donné que le recruteur n’a pas la moindre idée de ce que sont ces compétences… Il va donc chercher un CV qui possèdent tous les mots clé « ospf , eigrp , bgp , spanning tree , etherchannel , mpls , firewall » et disqualifiera tout CV n’ayant pas la totalité de ces mots clé. Autant dire que ce travail peut être assez facilement effectué par un ordinateur.
Le problème principal réside dans le fait que le recruteur ne connait pas ces compétences et dans le cas présent, par exemple , aucune personne travaillant dans les réseaux ne va mettre « ethernet » comme compétence dans son CV , car c’est un peu comme demander à un pilote automobile de mettre « capable d’ouvrir une porte de voiture » dans son CV. Et donc le résultat est que des candidats tout à fait valables pour ce poste vont se retrouver disqualifiés pour une mauvaise raison.
A force de parler à des recruteurs, j’ai appris que bon nombre de descriptifs de poste sont rédigés par des agents des ressources humaines qui ne connaissent rien aux besoins réels pour le poste en question.
On a donc souvent une suite de 2 faits qui posent problème.
Le descriptif est rédigé par des gens non compétents pour rédiger avec exactitude un descriptif de poste.

Un recruteur non compétent pour comprendre le besoin réel du client et donc difficilement capable de présenter de bons candidats.

La conséquence c’est que bien souvent, le recrutement d’un candidat s’apparente à une séance de « speed dating ». Raison pour laquelle j’ai dit plus haut qu’ici il faut savoir se vendre. Le recruteur , puisque n’étant pas capable de vous juger sur vos compétences technique, va vous juger sur ce qu’on appelle ici vos « soft skills » : le ton de votre voix, votre capacité à être positif (pas toujours facile quand on est sans emploi depuis plusieurs mois), votre capacité à être politiquement correct (par exemple ne pas dire que vous êtes sans emploi mais plutôt que vous être disponible , ou bien entre deux mandats , ou bien en recherche active…), votre capacité à vous projeter dans l’avenir (chose complètement stupide étant donné l’instabilité actuelle du marché en IT). En bref, votre « destin » est dans les mains d’une personne incapable de vous juger sur ce qui est vraiment indispensable pour le poste pour lequel vous postulez. Il faut vivre avec et s’y préparer.
En ce qui me concerne, je prends le temps de discuter avec les recruteurs et de leur expliquer certaines choses et ils font de même. De cette manière, même si je ne suis pas retenu pour un poste, il y a un échange de connaissances entre nous qui est bénéfique…
Le Québec pour l’instant présente une particularité, c’est la langue française. Cela protège la province de l’invasion du marché par les immigrés d’origine indienne et asiatique qui ne parlent qu’anglais. Ces derniers plombent complètement le marché à Toronto par exemple. Ce sont des technologues très qualifiés (et c’est tout à leur honneur) mais ils ont des prétentions salariales si basses que les salaires et les taux horaires pour les contractuels s’en retrouvent frappés de plein fouet. Ceci est la dure réalité du marché « dynamique » ici.
En ce qui concerne les types d’emploi, il y a 3 options, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients :
Être employé permanent : c’est l’équivalent du CDI français. Vous êtes employé d’une entreprise, vous aurez des avantages sociaux..etc… et un salaire plutôt bas si on le ramène à un taux horaire. Dans mon domaine, un technologue en réseaux peut espérer gagner 75000 dollars par an entant qu’employé permanent, ce qui fait 36 dollars de l’heure pour des semaines de 40 heures.

Être contractuel en étant pigiste (c’est-à-dire en contrat temporaire avec une agence de recrutement) : c’est l’équivalent d’une mission intérim en France. Vous connaitrez votre date de fin de contrat et cotiserez pour la retraite et pourrez prétendre à l’assurance emploi (sous certaines conditions) à la fin de votre mandat, le temps de trouver autre chose. Le technologue qui fait 36 dollars de l’heure en poste permanent peut ici prétendre à un taux horaire plus élevé , disons 45 à 55 dollars.

Être incorporé, c’est-à-dire constituer votre propre société. Le taux d’imposition est plus faible, mais il y a pas mal de paperasse et il faut un comptable qui coute environ 2000 dollars par an, sans compter les frais de création de votre société. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, mais beaucoup d’agence de recrutement ne travaillent qu’avec des technologues incorporés (car elles paient moins de chargent qu’avec un pigiste).Être incorporé ouvre donc plus de porte qu’être un simple contractuel temporaire. Vous pouvez donc aspirer à un taux horaire supérieur à celui d’un pigiste… entre 60 et 85 dollars. Mais une personne incorporée doit économiser pour sa retraite et pour subvenir à ses besoins lorsqu’elle est sans emploi…. Oops , en recherche de nouveaux contrats.

Bref, comme vous pouvez le voir, le marché de l’emploi en TI est très particulier, très dur pour ce qui n’y sont pas préparé, en particulier en temps de crise ou les entreprises cherchent des technologues plus performants et à moindre cout, le tout dans un contexte de forte compétitivité… Une chose à ne pas négliger bien que cela est été répété de nombreuse fois, l’importance de se constituer un réseau de connaissances car ici, les emplois postés sur internet ne représentent que la partie émergée de l’iceberg… Sans vouloir faire trop de pub, un site comme linkedin.com peut s’avérer être un bon moyen de commencer à se constituer un réseau professionnel quand on débarque et qu’on ne connait encore personne.

J’espère que ma petite et humble contribution permettra à certains d’entre vous d’y voir plus clair.

———

De Blueberry

Merci pour ce témoignage réaliste. C’est bien comme cela que cela se passe avec les agences de recrutement quelque soit le secteur.
Pour ce qui est des Asiatiques et des Indiens qui « cassent le marché » et plombent les salaires, il y a exactement le meme probleme à Vancouver, et pas seulement dans le secteur TI.
Bon nombre de nouveaux immigrants ou d’immigrants potentiels ont beaucoup de mal à comprendre qu’au Canada aussi il y a du chomage et que les endroits en situation de « plein emploi » sont rares. La securité de l’emploi est quasi-inexistante ici, sauf si on bosse pour un gouvernement.
Sans compter aussi que bon nombre d’arrivants sous-estiment largement les difficultés auxquelles ils vont être confrontés sur place. Ils s’imaginent que cela ne s’applique qu’aux autres!

———

De Ungeduld

Je n’ai qu’une connaissance indirecte du domaine, mais ça me semble une description assez fidèle.

———

De Ornella89

Ce n’est pas rassurant et en même temps, c’est une situation assez familière pour moi. Mon recruteur ne comprenais rien à mon CV.
Comme quoi….

———

De da23ad

Quand tu as l’occasion de pouvoir parler au recruteur il faut bien leur expliquer , mais bien souvent ils considèrent à tord que vous ne ferez pas l’affaire car vous n’avez pas tous les mots magiques dans votre CV …

———

De Blueberry

Et aussi un recruteur est avant tout un vendeur. Il doit vendre ses services a une entreprise. D’ailleurs, on remarque que la plupart des postes de recruteurs demande de l’experience en vente, et non en ressources humaines.

———

De da23ad

Une autre chose qui m’a vraiment surpris ici , c’est le coté intrusif des recruteurs … ils ne se gènent pas à appeler les gens le soir (19h – 20h – 21h) et même le weekend… c’est rare mais ça m’est arrivé plus d’une fois… Si ils vous proposent une date pour un entretien dans leur agence (donc pas avec le client…mais souvent pour faire une session de speed dating et pour qu’ils aient votre profile dans leur base de données) et que vous ne pouvez pas , certains n’hésitent pas à vous demander pourquoi ? qu’est ce que vous allez faire à cette date ? ou bien si vous avez d’autres entretiens , ils vous demanderont avec quelles agences , quels clients …. c’est de la prospection déguisée…. Et personnellement je trouve ces questions déplacées et je le leur fais savoir…

———

De Hei

Merci pour ce post qui est très intéressant par contre le recruteur qui n’y connait rien au cv ou aux compétences du candidat ça la fiche mal tout de même.

———

De da23ad

Et c’est pourtant bien le cas … en gros , les recruteurs se contentent de prendre les mots clé de la description du poste , et de rechercher les CV ayant le maximum de ces mots clé …. avant hier j’ai eu un entretien avec un de ces recruteurs qui m’a confirmé une chose que j’ai constaté : les entreprises ne veulent pas/plus former les gens …. Et c’est d’autant plus inquiétant que dans le marché des technologies de l’information , les choses changent constamment , de nouveau équipement , de nouvelles technologies émergent tout le temps et ils est impossible de s’autoformer ….

Je pense que ce marcher est une bulle qui ne tardera pas à éclater , et là les dégats risquent de faire TRÈS mal …..

———

De Hei

Et c’est pourtant bien le cas … en gros , les recruteurs se contentent de prendre les mots clé de la description du poste , et de rechercher les CV ayant le maximum de ces mots clé …. avant hier j’ai eu un entretien avec un de ces recruteurs qui m’a confirmé une chose que j’ai constaté : les entreprises ne veulent pas/plus former les gens …. Et c’est d’autant plus inquiétant que dans le marché des technologies de l’information , les choses changent constamment , de nouveau équipement , de nouvelles technologies émergent tout le temps et ils est impossible de s’autoformer ….
Je pense que ce marcher est une bulle qui ne tardera pas à éclater , et là les dégats risquent de faire TRÈS mal …..

Ouais et sinon l’expérience ils en font quoi ? Recruter avec des mots clés c’est assez farfelu comme méthode surtout s’ils ne savent pas eux mêmes ce que ça veut dire.

Ils savent quand même le poste que tu recherches et si ton profil colle avec l’annonce. C’est la moindre des choses.

Pour ce qui est des formations il y a de tout des boites qui forment et d’autres pas mais oui dans les TI il faut se former constamment pour se mettre à la page et connaître d’autres technos.

Honnêtement, je te conseille de passer des entretiens avec des experts en recrutement comme les chasseurs de têtes il y en a plein sur linkedin l’avantage c’est qu’il savent à aussi combien tu vaux sur le marché et qu’ils ont un carnet d’adresses.

———

De da23ad

Et c’est pourtant bien le cas … en gros , les recruteurs se contentent de prendre les mots clé de la description du poste , et de rechercher les CV ayant le maximum de ces mots clé …. avant hier j’ai eu un entretien avec un de ces recruteurs qui m’a confirmé une chose que j’ai constaté : les entreprises ne veulent pas/plus former les gens …. Et c’est d’autant plus inquiétant que dans le marché des technologies de l’information , les choses changent constamment , de nouveau équipement , de nouvelles technologies émergent tout le temps et ils est impossible de s’autoformer ….
Je pense que ce marcher est une bulle qui ne tardera pas à éclater , et là les dégats risquent de faire TRÈS mal …..

Ouais et sinon l’expérience ils en font quoi ? Recruter avec des mots clés c’est assez farfelu comme méthode surtout s’ils ne savent pas eux mêmes ce que ça veut dire.

Ils savent quand même le poste que tu recherches et si ton profil colle avec l’annonce. C’est la moindre des choses.

Pour ce qui est des formations il y a de tout des boites qui forment et d’autres pas mais oui dans les TI il faut se former constamment pour se mettre à la page et connaître d’autres technos.

Honnêtement, je te conseille de passer des entretiens avec des experts en recrutement comme les chasseurs de têtes il y en a plein sur linkedin l’avantage c’est qu’il savent à aussi combien tu vaux sur le marché et qu’ils ont un carnet d’adresses.

Les recruteurs d’agence ne connaissent absolument rien … comme il a été dit plus haut , ce sont plutot des vendeurs qu’autre chose …. Et puis le marcher est incohérent …. on m’a proposé :
– des contrats renouvelable CHAQUE SEMAINE pour 25 dollars de l’heure (en étant incorporé) en sachant qu’il faut que j’amène mon propre PC portable (plus précaire que ça tu meurs !)
-des contrats de 4 semaines ( dans les milieux IT , en 4 semaines tu ne peux RIEN faire…)
-des contrats de quelques jours pour résoudre un incident sur le réseau
-des postes permanent largement en dessous de mes compétences et de mon expérience pour un salaire annuel de misère dans une grande entreprise télécom (Rogers pour ne pas la citer) , le poste étant avec énormément d’heures hors des horaires de bureaux et dans un environnement à haut stresse …. quand le salaire suit , ok , mais là franchement c’était juste un salaire au ras des paquerettes….

Pour ce qui est des chasseurs de tête , je suis en contact avec certain depuis un bon moment , et pour le moment c’est pas vraiment mieux … ils ont très peu d’offres et souvent ils te sollicitent à fond pendant quelques jours et d’un coup ils disparaissent , ne répondent plus aux emails on ne sait pas pourquoi ….

———

De Hei

Oh la la il y a de quoi se décourager en effet

———

De Automne

ahah! ça me rappelle l’année passé, quand mon mari cherchait un travail… il y avait plein de recruteurs qui téléphonait par jour. il y en a même un qui lui a proposé un poste dans une banque, style planificateur financier.. mon mari il est programmeur web :Crylol:
finalement, il y a un très bon chasseur de tête qui l’a repéré et qui lui a trouvé un poste dans une très grande entreprise. merci!
parce que cette entreprise, elle recrute juste par des recruteurs, chasseurs de tête ou bien par référence d’un de leur employé.. donc, pas évidant d’y rentrer.

ça fait un an et on reçoit toujours des appels des mêmes recruteurs : vous travaillez où? seriez vous prêt à changer d’endroit?..
même s’ils savent qu’il n’est plus disponible, ils continuent d’appeler..

———

De da23ad

C’Est ce que fait la quasi totalité des entreprises pour la majorité de leurs postes …

Looool oui parce que figure toi qu’ici , entre une personne déja employé ayant 100% des bonnes compétences et une personne au chomage ayant 90% des compétences , le recruteur préfèrera celui qui a 100% , même s’il est déja en poste…. J’ai eu cette conversation avec un recruteur une fois et je lui ai demandé » Mais votre boulot n’est il pas de trouvé du boulot à ce qui n’en n’ont pas ? » …. il ne m’a bien évidemment pas répondu , mais en clair la réponse est non … leur boulot c’est de trouver le candidat parfait pour le client final ….

———

De Ornella89

Les méthodes de recrutement ne sont donc pas si différentes de celle de chez moi. On débauche des autres boîtes ou on est recommandé par quelqu’un à l’interne. C’est bon à savoir…

———

De Automne

C’Est ce que fait la quasi totalité des entreprises pour la majorité de leurs postes …

Looool oui parce que figure toi qu’ici , entre une personne déja employé ayant 100% des bonnes compétences et une personne au chomage ayant 90% des compétences , le recruteur préfèrera celui qui a 100% , même s’il est déja en poste…. J’ai eu cette conversation avec un recruteur une fois et je lui ai demandé » Mais votre boulot n’est il pas de trouvé du boulot à ce qui n’en n’ont pas ? » …. il ne m’a bien évidemment pas répondu , mais en clair la réponse est non … leur boulot c’est de trouver le candidat parfait pour le client final ….

:Crylol:
c’est sûr qu’eux, plus ils font embaucher du monde, plus ils ont de l’argent dans les poches.. :biggrin2:

———

De da23ad

La semaine dernière j’ai vu que IBM cherchait un expert avec 10 ans d’expérience dans mon domaine ….. Les gens que je connais et qui ont ce profil chargent 95 à 150 dollars de l’heure (et c’est largement justifié) … et bien IBM propose 45 à 55 dollars …. cherchez l’erreur…. :sleeping:

———

De argentino2003

C’est assez normal dans le domaine de la consultation, ici, en Argentine et partout dans le monde.
Quand tu travailles à ton compte tu peux faire plus d’argent (les 150$/hr dont tu parles) mais il te faut une clientèle…
Puis, ça c’est un méchant problème quand on est un immigrant fraichement débarqué : personne nous connaît.
Après avoir travaillé quelques années chez CGI, IBM ou une autre grosse boîte (oui, c’est eux qui vont faire le gros profit, pas toi) , tu te fais une
réputation dans le marché local puis tu peux envisager de travailler à ton compte.

———

De da23ad

C’est assez normal dans le domaine de la consultation, ici, en Argentine et partout dans le monde.
Quand tu travailles à ton compte tu peux faire plus d’argent (les 150$/hr dont tu parles) mais il te faut une clientèle…
Puis, ça c’est un méchant problème quand on est un immigrant fraichement débarqué : personne nous connaît.
Après avoir travaillé quelques années chez CGI, IBM ou une autre grosse boîte (oui, c’est eux qui vont faire le gros profit, pas toi) , tu te fais une
réputation dans le marché local puis tu peux envisager de travailler à ton compte.

Je sais bien , mais ce qui est déplorable c’est qu’une boite comme IBM demande 45-55 de l’heure pour un poste d’ingénieur expert avec 10 d’expérience (mandat de 12 mois , incorporé) … c’est un mandat pour une ressource incorporé , c’est pas un poste permanent …..

Le truc de se faire un nom , je pense que ça marche bien dans le milieu IT de Montréal ou tout le monde connait tout le monde , mais dans des villes comme Toronto à mon avis , c’est beaucoup moins vrai …. la compétition est bien plus rude …

———

De argentino2003

Pour moi c’est pareil.
Le plus difficile est d’obtenir l’expérience initiale, le « boot », une fois que tu commences à faire une réputation locale ça commence à bouger.
Ce que je suggère est de postuler pour les emplois que personne veut faire.
Par exemple, moi j’ai fait le DBA en horaire nocturne plus les fins de semaine, beaucoup moins de concurrence que dans les postes 9 à 5, Lun à Ven.

———

De argentino2003

C’est assez normal dans le domaine de la consultation, ici, en Argentine et partout dans le monde.
Quand tu travailles à ton compte tu peux faire plus d’argent (les 150$/hr dont tu parles) mais il te faut une clientèle…
Puis, ça c’est un méchant problème quand on est un immigrant fraichement débarqué : personne nous connaît.
Après avoir travaillé quelques années chez CGI, IBM ou une autre grosse boîte (oui, c’est eux qui vont faire le gros profit, pas toi) , tu te fais une
réputation dans le marché local puis tu peux envisager de travailler à ton compte.

Je sais bien , mais ce qui est déplorable c’est qu’une boite comme IBM demande 45-55 de l’heure pour un poste d’ingénieur expert avec 10 d’expérience (mandat de 12 mois , incorporé) … c’est un mandat pour une ressource incorporé , c’est pas un poste permanent …..

Le truc de se faire un nom , je pense que ça marche bien dans le milieu IT de Montréal ou tout le monde connait tout le monde , mais dans des villes comme Toronto à mon avis , c’est beaucoup moins vrai …. la compétition est bien plus rude …

Toronto est une ville 3x plus grande que Montréal, c’est certainement plus compétitif mais le marché est aussi plus diversifié.
À mon avis, un salaire de 45$-55$ l’heure pour un immigrant récemment débarqué c’est un cadeau du Ciel.
Moi, j’ai commencé avec 15$/h puis pour moi ça a été comme gagner le 6-49 (la plupart de ceux qui venons du Sud commençons avec des
salaires de 10-12$/h en faisant la jobine).

———

De Ungeduld

C’Est ce que fait la quasi totalité des entreprises pour la majorité de leurs postes …

Looool oui parce que figure toi qu’ici , entre une personne déja employé ayant 100% des bonnes compétences et une personne au chomage ayant 90% des compétences , le recruteur préfèrera celui qui a 100% , même s’il est déja en poste…. J’ai eu cette conversation avec un recruteur une fois et je lui ai demandé » Mais votre boulot n’est il pas de trouvé du boulot à ce qui n’en n’ont pas ? » …. il ne m’a bien évidemment pas répondu , mais en clair la réponse est non … leur boulot c’est de trouver le candidat parfait pour le client final ….

Il y a quand même quelque chose qui me chicote dans vos interventions. Vous misez beaucoup sur vos compétences. Les employeurs ne regardent pas que cet aspect au Québec, loin de là. Les compétences, c’est une chose, mais une personne compétente qui a une mauvaise attitude ne fera pas un bon employé. Une personne peu motivée, négative, ça n’intéressera pas beaucoup d’entreprises ici, même si elle très compétente par ailleurs.

Je pense que les recruteurs ne sont pas là pour sonder vos compétences – ce qu’ils n’ont pas les connaissances techniques suffisantes pour faire -, mais pour sonder votre caractère. À vous lire, je vous le dis sans méchanceté, vous semblez avoir un petit problème d’attitude… Vous êtes très négatif. Vous aurez beau mettre vos compétences de l’avant, l’attitude que vous affichez ici en tout ne risque pas de vous ouvrir les portes, et ça n’a rien à voir avec votre statut d’immigrant.

———

De argentino2003

C’Est ce que fait la quasi totalité des entreprises pour la majorité de leurs postes …

Looool oui parce que figure toi qu’ici , entre une personne déja employé ayant 100% des bonnes compétences et une personne au chomage ayant 90% des compétences , le recruteur préfèrera celui qui a 100% , même s’il est déja en poste…. J’ai eu cette conversation avec un recruteur une fois et je lui ai demandé » Mais votre boulot n’est il pas de trouvé du boulot à ce qui n’en n’ont pas ? » …. il ne m’a bien évidemment pas répondu , mais en clair la réponse est non … leur boulot c’est de trouver le candidat parfait pour le client final ….

Il y a quand même quelque chose qui me chicote dans vos interventions. Vous misez beaucoup sur vos compétences. Les employeurs ne regardent pas que cet aspect au Québec, loin de là. Les compétences, c’est une chose, mais une personne compétente qui a une mauvaise attitude ne fera pas un bon employé. Une personne peu motivée, négative, ça n’intéressera pas beaucoup d’entreprises ici, même si elle très compétente par ailleurs.

Je pense que les recruteurs ne sont pas là pour sonder vos compétences – ce qu’ils n’ont pas les connaissances techniques suffisantes pour faire -, mais pour sonder votre caractère. À vous lire, je vous le dis sans méchanceté, vous semblez avoir un petit problème d’attitude… Vous êtes très négatif. Vous aurez beau mettre vos compétences de l’avant, l’attitude que vous affichez ici en tout ne risque pas de vous ouvrir les portes, et ça n’a rien à voir avec votre statut d’immigrant.

Ça c’est vrai, il y a aussi les « soft skills » à regarder comme l’attitude, la motivation, la ponctualité, la politesse, etc.

———

De caroline77

Oui enfin rien de bien neuf à l’horizon, ce sont des données universelles que l’on retrouve partout dans le monde.

Il va falloir arrêter de dire à chaque immigrant qui ne « réussit pas » qu’il a un problème d’attitude, ça va 5 mn comme argument, surtout que tu te permets à chaque fois de juger des gens que tu ne connais absolument pas. Et avoir lu 3 interventions ici (ou même beaucoup plus) ne permet pas de connaître une personne, tiens toi le pour dit.

———

De Ungeduld

Oui enfin rien de bien neuf à l’horizon, ce sont des données universelles que l’on retrouve partout dans le monde.

Il va falloir arrêter de dire à chaque immigrant qui ne « réussit pas » qu’il a un problème d’attitude, ça va 5 mn comme argument, surtout que tu te permets à chaque fois de juger des gens que tu ne connais absolument pas. Et avoir lu 3 interventions ici (ou même beaucoup plus) ne permet pas de connaître une personne, tiens toi le pour dit.

Il y a pas mal d’immigrants qui réussissent très bien sur le marché du travail québécois, alors sortir des explications du style « le marché est fermé aux immigrants ici », c’est un peu court, et pour tout dire stérile. Quand bien même ce serait vrai, ça vous avancerait à quoi? En ce cas, soit on fout le camps vers d’autres cieux plus cléments et on cesse de râler sans fin ou de laisser entendre que les Québécois sont de sales racistes, soit on se demande si nous nous y prenons mal.

Il me semble que la deuxième option est plus féconde, non? Surtout qu’il me suffit de lire ceux qui se plaignent du marché de l’emploi au Québec pour voir assez vite ce qui ne va pas, et que ça n’a rien à voir avec ce qu’ils croient et plutôt avec une incompréhension de la culture d’entreprise au Québec, qui n’est pas la même qu’en France, même si certains ici s’ingénient à nier ces différences pourtant évidentes.

Bref, soit on s’adapte, soit on part. Vous croyez que râler et accuser les employeurs québécois de faire de la discrimination va vous aider ici? Que certains vont se dire « mon Dieu, je fais de la discrimination, faut que je l’engage »? Ne soyons pas stupides, voulez-vous?

———

De caroline77

Mais c’est le but des forums par définition, d’être un lieu de liberté d’expression, que ce soit pour se plaindre ou pour n’importe quoi d’autre. OU D’AUTRE est-il possible de confier ses difficultés, de les partager avec d’autres dans la même situation, et donc de les rendre moins difficiles car déculpabilisant ?

Ce qui est pénible, ce sont les gens comme toi qui sont toujours en train de critiquer les gens qui confient leur difficulté, comme s’ils n’avaient pas déjà assez de soucis au quotidien pour venir en remettre une couche pas ici. On sait très bien ce que vaut chaque témoignage par ici, c’est une expérience individuelle qui peut ou ne peut pas arriver à un autre, donc à prendre en tant que tel. On n’a nul besoin d’un juge pour venir faire le procès de chaque immigrant par ici.

———

De Ungeduld

L’idée n’est pas de culpabiliser les gens, mais de les faire sortir de leur attitude critique pour pratiquer un peu l’autocritique. Attitude que je ne détecte pas du tout chez ceux qui viennent ici couramment, non pour parler de leurs difficultés comme vous dites, mais pour tourner la chose en généralisations outrancières et en tentative évidente de se déresponsabiliser de leurs échecs en accusant les employeurs québécois de faire de la discrimination. Explication bien commode, mais qui ne les aide pas du tout.

Il n’y a pas 36 solutions si on se cantonne dans une telle position: on part. Surtout qu’ils en profitent souvent pour rendre leurs critiques un peu plus mesquines en affirmant que s’ils avaient émigré ailleurs au Canada, ça ne se serait pas passé comme ça – lire, ils sont ouverts et ne font pas de discrimination, eux…

Ça vient lassant de lire ces conneries, à force.

———

De caroline77

Bref. De toute façon tu as toujours raison, et je me demande pourquoi je me fatigue à pondre des paragraphes.

———

De da23ad

C’est assez normal dans le domaine de la consultation, ici, en Argentine et partout dans le monde.
Quand tu travailles à ton compte tu peux faire plus d’argent (les 150$/hr dont tu parles) mais il te faut une clientèle…
Puis, ça c’est un méchant problème quand on est un immigrant fraichement débarqué : personne nous connaît.
Après avoir travaillé quelques années chez CGI, IBM ou une autre grosse boîte (oui, c’est eux qui vont faire le gros profit, pas toi) , tu te fais une
réputation dans le marché local puis tu peux envisager de travailler à ton compte.

Je sais bien , mais ce qui est déplorable c’est qu’une boite comme IBM demande 45-55 de l’heure pour un poste d’ingénieur expert avec 10 d’expérience (mandat de 12 mois , incorporé) … c’est un mandat pour une ressource incorporé , c’est pas un poste permanent …..

Le truc de se faire un nom , je pense que ça marche bien dans le milieu IT de Montréal ou tout le monde connait tout le monde , mais dans des villes comme Toronto à mon avis , c’est beaucoup moins vrai …. la compétition est bien plus rude …

Toronto est une ville 3x plus grande que Montréal, c’est certainement plus compétitif mais le marché est aussi plus diversifié.
À mon avis, un salaire de 45$-55$ l’heure pour un immigrant récemment débarqué c’est un cadeau du Ciel.
Moi, j’ai commencé avec 15$/h puis pour moi ça a été comme gagner le 6-49 (la plupart de ceux qui venons du Sud commençons avec des
salaires de 10-12$/h en faisant la jobine).

C’est pas une question d’immigrant fraichement débarqué … Comme je l’ai dit , demander un expert avec 10 ans d’expérience INCORPORÉ pour 45 à 55 de l’heure , c’est juste du délire … Je ne sais pas si tu connais un peu les certifications Cisco (?) , mais là il s’agit d’une annonce pour un CCIE avec 10 ans d’expérience … Le CCIE est la certification en IT la plus prisée au monde … il y a seulement 1000 personnes CCIE dans l’ensemble du Canada … et un CCIE avec environ 5 ans d’expérience charge 100 dollars de l’heure (et plus) entant que consultant incorporé , qu’il soit immigré ou pas ….

———

De da23ad

(Note : mes commentaires passés et à venir ne concerne pas que la province du Québec , pour ma part je n’y vis plus)

On est bien d’accord qu’il n’y a pas QUE les compétences techniques , mais c’est quand même ce qui compte le plus , surtout dans le domaine IT ou la majorité des opportunités sont plutot des mandats courts ( 6 mois en général , de plus en plus de mandats de moins de 6 mois … 12 mois si on a de la chance) ou le client ne cherche que quelqu’un pour intervenir pour une tache/un projet en général assez spécifique et après c’est fini….
Je prends un exemple …. Admettons qu’une nouvelle technologie voit le jour , permettant aux banques d’effectuer des transactions financières plus rapides …. Et bien le gars qui sait mettre en place cette technologie vas être sollicité par la RBC pour un contrat de 6 mois pour installer cette technologie … En suite comme Desjardins veut rester compétitif , elle va embaucher le même ingénieur pour installer la même technologie pendant 6 mois , puis ça sera la Banque Nationale pendant 6 mois , puis la BMO …etc….

C’est vraiment des mandats de consultants … On ne demande pas d’être positif …etc… enfin si la personne l’est , c’est tant mieux … mais c’est surtout la capacité à faire le/la job qui compte …. Pour des postes permanents c’est autre chose et la personnalité prend beaucoup plus d’importance , mais il n’en demeure pas moins que les questions des recruteurs sont presque tout le temps les mêmes (quelles sont vos qualités ? vos défauts ? pouvez vous vous projeter dans 5 ans ? Si j’appelais votre dernier manager que dirait il de vous ? ….etc…) donc tout le monde est capable de préparer des réponses bien belles et au final ça ne permet en rien de savoir si une personne a ou n’a pas une bonne personnalité (ce qui d’ailleurs est complètement subjectif)

Je ne vois pas en quoi c’est être négatif que de dire que le marché de l’emploi en IT est rude , compétitif et dans certain cas mal rémunéré est « négatif » … c’est un constat. Le fait de pointer le doigts en disant que des choses peuvent être améliorer n’est pas négatif , c’est plutot constructif … Et d’ailleurs quand j’en discute avec les recruteurs , ils ne le prennent pas du tout mal … Nous sommes des adultes , nous pouvons communiquer en toute franchise et apprendre chacun des choses … C’est une attitude assez immature (je le dis également sans méchanceté) que de se braquer en prennant toujours tout sur la défensive … Nous sommes dans une période économique assez difficile…les entreprises veulent réduire leurs couts au maximum , mais à un moment il faut bien qu’elles comprennent que du coté des employés , les factures et les loyers eux ne baissent pas , contrairement à nos revenus , donc à un moment ça coince …. Ce n’est pas être négatif que de dire celà.

Et personnellement , la majorité des recruteurs avec lesquels je traite trouvent plutot que j’ai une bonne personnalité :thumbsup:

———

De da23ad

@ Ungeduld et Caroline77 , de grace n’en remettez pas une couche sur les immigrés vs les québécois …. Mon sujet ne se résume pas au Québec et ne blame pas des vilains employeurs racistes québécois qui ne veulent pas embaucher les immigrés incapables de s’intégrer à la culture québécoise ….

Ce que je soulève est plus général , ne se limite pas au Québec ( Blueberry l’a également illustré)…. je cherche seulement à apporter un éclairage aux gens en court d’immigration ou qui y pensent , et à ceux comme moi qui galèrent et cherchent à comprendre pourquoi ….

Merci… :thumbsup:

———

De argentino2003

Je donne la raison à Ungeduld par rapport aux « soft skills », il y a des gens super-compétants qui sont incapables de travailler en équipe.
Si on a besoin de travailler en équipe, faut avoir un minimum de « social skills ».

Puis, oui, le marché des TI est très compétitif, c’est une réalité.

Pour ce qui est la rémunération de l’immigrant récent, les employeurs profitent pour tirer un profit maximum en faisant une dépense minimale, c’est
le jeu du capitalisme moderne. C’est pas exclusif du Québec, ni du Canada, ni des Occidentaux.

———

De Ungeduld

C’est la malheureuse réalité du monde du travail actuel, de plus en plus exigeant, dans tous les domaines.

———

De Blueberry

La réflexion porte aussi sur l’aspect « salaire décent » qui est important pour tout le monde et qui n’est pas réservé qu’aux nouveaux immigrants. Il est vrai qu’a l’heure actuelle, les entreprises essayeront toujours de faire le plus de profits possibles en payant leurs employés le moins possible, la paye restant la plus grosse dépense dans la plupart des entreprises.

Admettons qu’une entreprise recrute pour un emploi dont le salaire moyen serait de 20$ de l’heure. A personnalités et compétences égales, si un employeur a le choix entre quelqu’un qui demande 15$ de l’heure et quelqu’un qui en demande 20, son choix sera probablement vite fait!

Apres, il faut regarder pourquoi la personne a demandé 15$ de l’heure. En général, on retrouve 3 cas de figure:
– la personne ne connait rien aux salaires moyens en vigueur dans son domaine et dans sa ville: il faut bien admettre que cela concerne plus les immigrants.
– la personne est « désespérée ». Elle est chômage depuis un certain temps et n’a plus d’argent. 15$/heure, c’est mieux que zéro.
– une combinaison des 2 points cités précédemment: mélange fatal!! Il faut bien admettre aussi que cela touchera plus les nouveaux arrivants.

Si la personne est un immigrant nouvellement arrivé, elle verra cela comme une « bénédiction ». Si c’est quelqu’un qui est ici depuis pas mal de temps et qui est de souche, il sera peut-être plus dans le raisonnement « je prends cet emploi en attendant mieux ».

Rien n’est jamais simple, malheureusement.

———

De tohonu

c’est un filtrage comme un autre. Donc en resume dans les TI, un CV par offre proposee et tu fais en sorte que les mots cles apparaissent dans ton CV.

———

De da23ad

C’est une banalité de dire ça …. par contre , peux tu m’expliquer comment un recruteur peut évaluer si un candidat est à l’aise dans une équipe ou non ?
Moi je persiste à penser (mais je me trompe peut être) qu’étant donné que les questions sur les « soft skills » sont tout le temps les mêmes , les candidats préparent les réponses et donc au final celà ne révèle rien ou presque rien de la personnalité du candidat … d’ailleurs , pas mal de recruteurs ne posent même plus ces questions , ça se limite généralement à laisser le candidat expliquer ses dernières expériences professionelles et afficher sa motivation pour le poste auqeul il postule.

Pour le cas d’IBM ce n’est pas une question de salaire d’immigrés…etc… C’est tout bonnement une entreprise qui tire les salaires vers le bas en jouant sur son image de marque … En gros c’est » prends le petit salaire qu’on te propose , au moins t’auras IBM dans ton CV … »

———

De tohonu

Tiens la aussi c’est du vecu, meme lorsque le gars te rappelle le samedi pour te filer un RDV telephonique pour le lundi matin 10h, puis que ce dernier te demande en fin de RDV quand tu peux etre disponible pour commencer — Mississauga et le poste etait a Halifax — et tu reponds « j’arrivesamedi et je suis la lundi matin a la premiere heure » et puis … plus rien. Pas de rappel, pas de reponse aux emails, aucune explication sur le pourquoi de l’arret brutal.

J’ai meme fini par expedier un email — au grand effroi de ma tante — a un gars qui n’arretait pas de me propose d’;aller bosser en Call Center alors que je lui expliquais que j’avais horreur du telephone et que ce type de poste ne me correspond pas du tout.

———

De tohonu

C’est une banalité de dire ça …. par contre , peux tu m’expliquer comment un recruteur peut évaluer si un candidat est à l’aise dans une équipe ou non ?
Moi je persiste à penser (mais je me trompe peut être) qu’étant donné que les questions sur les « soft skills » sont tout le temps les mêmes , les candidats préparent les réponses et donc au final celà ne révèle rien ou presque rien de la personnalité du candidat … d’ailleurs , pas mal de recruteurs ne posent même plus ces questions , ça se limite généralement à laisser le candidat expliquer ses dernières expériences professionelles et afficher sa motivation pour le poste auqeul il postule.

Il ne peut evaluer, tout simplment. Comme tu le soulignes, les qustions sont toujours les memes. Sur Mississauga je faisais partie d’un groupe a AccessEmployement reserve aux TI et justement, nous apprendre le marche du travail, comment l’integrer, comment travailler les « evevators speech » ou les fameux « soft skills ». En resume tu prends les questions qu’on te pose, tu les travailles a la maison et tu fais en sorte que cela soit nautrel lorsque tu les presentes.

———

De da23ad

Oui c’est ce que je fais… c’est pour ça que je trouve que certains appels téléphoniques de « screening » s’apparentent souvent à du speed-dating…. lol.

———

De da23ad

Tiens la aussi c’est du vecu, meme lorsque le gars te rappelle le samedi pour te filer un RDV telephonique pour le lundi matin 10h, puis que ce dernier te demande en fin de RDV quand tu peux etre disponible pour commencer — Mississauga et le poste etait a Halifax — et tu reponds « j’arrivesamedi et je suis la lundi matin a la premiere heure » et puis … plus rien. Pas de rappel, pas de reponse aux emails, aucune explication sur le pourquoi de l’arret brutal.

J’ai meme fini par expedier un email — au grand effroi de ma tante — a un gars qui n’arretait pas de me propose d’;aller bosser en Call Center alors que je lui expliquais que j’avais horreur du telephone et que ce type de poste ne me correspond pas du tout.

Lol…. Moi y a un chasseur de tête qui m’a contacté plusieurs fois pour un mandat de 12 mois pour Alcatel … je lui ai dit que ça m’interessait , je lui envoie mon cv…etc… puis plus de nouvelles pendant 3 semaines , il ne m’envoie pas de description du poste , rien …. 3 semaines plus tard il réapparait , je lui dit que je suis encore interessé … il m’arrange un entretien téléphonique technique avec ALC pour un jeudi …. la veille de l’entretrien il m’appelle et me demande si je suis citoyen , je lui répond que j’ai fait ma demande de citoyeneté mais que je suis RP pour me moment … il me répond « ah ben le poste nécéssite des voyages aux US donc on annule tout » …. je me dis ok , bon c’est pas grave , il a pas pensé à ce détail , ça arrive …. donc pas d’entretien avec ALC le lendemain …. donc moi je fais d’autres plans pour le jeudi ….. Le jeudi matin , il m’envoie un email pour me dire que finalement ALC veut quand même faire l’entretien avec moi et que je l’appelle (le recruteur) dès que j’ai fini l’Entretien ….
Je rale un peu , j’annule mes plans et je passe l’entretien (il s’est plutot bien passé , ALC avait l’aire interessé) …. j’appelle le recruteur après l’entrevue , pas de réponse , je laisse un message … 5 jours après je le relance par email …. à ce jour ça fait une semaine et demi et je n’ai toujours pas de nouvelles … :sleeping: … (en sachant que pour ce poste le nombre de candidats se compte sur les doigts de la moitié d’une main…)

———

De argentino2003

C’est une banalité de dire ça …. par contre , peux tu m’expliquer comment un recruteur peut évaluer si un candidat est à l’aise dans une équipe ou non ?
Moi je persiste à penser (mais je me trompe peut être) qu’étant donné que les questions sur les « soft skills » sont tout le temps les mêmes , les candidats préparent les réponses et donc au final celà ne révèle rien ou presque rien de la personnalité du candidat … d’ailleurs , pas mal de recruteurs ne posent même plus ces questions , ça se limite généralement à laisser le candidat expliquer ses dernières expériences professionelles et afficher sa motivation pour le poste auqeul il postule.

Pour le cas d’IBM ce n’est pas une question de salaire d’immigrés…etc… C’est tout bonnement une entreprise qui tire les salaires vers le bas en jouant sur son image de marque … En gros c’est » prends le petit salaire qu’on te propose , au moins t’auras IBM dans ton CV … »

Lors d’une entrevue pour ton premier emploi, ils ne peuvent pas mesurer tes soft skills, ils ferment les yeux puis acceptent le risque.
Mais, pour les emplois qui suivent ils vont se renseigner en contactant tes références, en regardant ton profil LinkedIn, etc.
L’importance des soft skills varie selon le poste.
Pour faire de la programmation de drivers en C++ ou du DBA SQL à minuit probablement t’as pas besoin d’être très social, mais pour
faire de la consultation SAP dans une multinationale c’est très important, souvent plus important que les skills techniques.

———

De Hei

Idem pour nous, le chasseur de têtes lui avait demandé de le contacter s’il voulait faire un move.

Il s’est occupé de tout négocier de A à Z

———

De iona

Témoignage intéressant et qui a valeur pour bien d’autres domaines que le tien (notamment pour les techniques de recrutement). Je pense que les difficultés du marché que tu soulignes sont davantage liées aux besoins de réduction de coûts des entreprises qu’à ton statut d’immigré. Il ne faut pas non plus tout accepter car c’est se rendre complice des abus pratiqués par les entreprises; mais de plus en plus de personnes sont obligées de se brader pour vivre décemment. Cela dit, tu pointes également les contraintes inhérentes aux métiers de la consultance et la précarité grandissante de ce type de boulot. La durée du contrat (et le salaire!) jouent bien évidemment sur la mise en oeuvre de compétences plus sociales (en gros tu vas pas te défoncer pour un employeur qui a rien à t’offrir)…

———

De da23ad

Lors d’une entrevue pour ton premier emploi, ils ne peuvent pas mesurer tes soft skills, ils ferment les yeux puis acceptent le risque.
Mais, pour les emplois qui suivent ils vont se renseigner en contactant tes références, en regardant ton profil LinkedIn, etc.
L’importance des soft skills varie selon le poste.
Pour faire de la programmation de drivers en C++ ou du DBA SQL à minuit probablement t’as pas besoin d’être très social, mais pour
faire de la consultation SAP dans une multinationale c’est très important, souvent plus important que les skills techniques.

 

En théorie , ton raisonnement est compréhensible , mais les recruteurs (des agences) ne faisant aucune différence entre un boulot de programmation C++ à minuit et un boulot de consultation SAP dans une grande entreprise , ils te poseront dans les deux cas des questions afin d’évaluer tes soft skills ….

———

Identifié
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
Haut

Bienvenue au Canada