Ce qui m’inquiéte…Pourquoi partir ?

Ce qui m’inquiéte…Pourquoi partir ?

Ecrit par: moipasfou 26-11 à 4:08

Bonjour à tous, une nouvelle fois,
Je profite de cette page blanche pour poser mes questions et angoisses… Pour ceux qui auraient suivi l’affaire, ma femme veut immigrer, moi non…. Mais voilà, je l’aime et je veux qu’elle soit heureuse… Cruel dilenme… J’ai tous ici qui fait mon bonheur, certes je pourrais le reconstruire outre-atlantique, mais pour le moment j’ai pas envie, peut être pas le courage.
Je me retranche derrière des excuses valables mais qui en fait sonnent un peu faux…. Séparation de mes amis, et alors je m’en ferais d’autres, plus de figurines, et alors soit les Québecois sont comme tous le monde et il y en a qui joue, soit je leur apprendrais…. Séparation de ma famille et belle-famille, qui là est une réelle excuse…. Angoisse vis à vis de mes petits bouts de 2 et 4 ans… Elles ne verront plus leurs grands-mères, la grande va plus voir ses copines, vont-elles s’adapter, j’en passe et des meilleurs….Angoisse de l’inconnu, ce qui est réel également, ma branche ne travaillant à priori pas de la même façon en France qu’au Québec… Vais-je m’adapter….
Cela me prends la tête alors que je prépare mon DE d’éducateur spécialisé, et franchement j’ai d’autres choses à pensé que ce fichu projet qui ne me tient pas si à coeur que cela….
En écrivant ses lignes, je cherche une oreille attentive qui saura peut être me conseiller, mais c’est surtout, je crois, un message en direction de la principale intèressé… Ouh, honteux, profiter de ce formidable outil pour faire passer le message, mais bon j’avais envie de lui parler ce matin, mais je suis au boulot. Cette après-midi elle est pas là, rencontre Québecoise à Paris, alors que nous devions aller à la banque pour une simulation de prêt pour acheter la maison de mes parents… J’ai l’impression que nous ne sommes plus sur la même longueur d’onde….
De plus, et elle le sait, je m’imagine qu’elle veut fuir la France vis à vis de son vécu. Certes elle a toujours voulu vivre au Québec, mais le fait de mettre un océan entre la France et elle ne réglera rien. Je lui ai demandé de régler ce souci avant de parler de ce projet, mais cela ne se régle pas comme cela, je le sais. Je me demande parfois si je ne suis pas trop exigent, mais j’ai peur de faire le pas et de me retrouver seul une fois de l’autre côté, je me sens déjà bien seul parfois….
Le fait est que je l’aime, que je ne veux pas que l’on se détruise pour une histoire de lieu de vie « géographique » et que je ne veux pas voir notre petite famille se scinder en deux. J’aime mes filles et mon épouse et je ne supporterais pas de les voir qu’une semaine sur deux, j’ai peur que ce projet qui pour le moment me prends la tête nous sépare… Oulà que cela fait du bien d’écrire tout cela…
Bon c’est pas sérieux, je ferais mieux de bosser….
Cordialement, Moipasfou, un peu fatigué, un peu déprimé ce matin…………

———————————–

Ecrit par: Monikebek 26-11 à 11:59

Bonjour Moipasfou,
C’est touchant comme je me revois en lisant ton message… Mon mari français et moi avions commencé à remplir le tout premier document pour partir au Québec, puis on ne l’a jamais envoyé. C’était au début des années 90… que nous n’avons jamais envoyé !
La vie nous joue des tours, et quelques années plus tard, mon mari et moi nous sommes éloignés trop l’un de l’autre, et j’ai croisé la route de mon mari d’aujourd’hui. Et comme tu sais, nous ne sommes plus en France mais au Yukon au Canada.
Vois-tu, je sais aujourd’hui que mon premier mari n’aurait JAMAIS fait le pas final parce que lorsque nous sommes partis de Dijon pour Montréal début avril 2000, il était tout à fait choqué et inquiet que nous partions avec nos deux jeunes enfants, sans logement et sans boulot sur place.
La question que je dois me poser alors, en te lisant, c’est si je l’avais aimé encore à ce moment-là et que nous aurions décidé de partir mais que lui se serait rétracté au moment décisif, qu’est-ce que j’aurais fait, moi ?
Ou si mon mari d’aujourd’hui décidait de retourner en Europe.
Bien, je peux te dire que c’est TRES difficile de répondre là-dessus. Si le Québec est une sorte de passion pour ta douce, et que tant elle que toi devez choisir entre le partenaire et le pays géographique, tout en sachant que l’autre risque d’être malheureux dans l’autre pays, je ne vois qu’une chose : PARLEZ-VOUS, et s’il vous plaît, parlez 100% franchement même si les vrais émotions vous remuent les tripes et que vous devez sortir les mouchoirs.

Pourquoi pas dans un premier temps visiter le Québec, le Canada, même hors saison puisque les vols sont moins chers et que vos petites ne sont pas encore à l’école (la vraie école je veux dire). Histoire de confirmer les impressions de chaque côté ou convaincre du contraire ?

Pour vos filles, pas d’inquiétude : elles n’auront aucun mal à s’adapter, et à 4 ans c’est mieux qu’à 14.

Moipasfou, s’il te plaît, sois 100% honnête envers toi-même, cherche bien les VRAIES raisons pourquoi tu ne veux pas partir. Et laisse ta femme partager ces raisons.

Je vous souhaite beaucoup de courage à tous les deux et toute l’énergie qu’il vous faut pour avancer dans votre vie en tant que famille.

———————————–

Ecrit par: AugustClo 26-11 à 12:07

salut

ca doit pas etre evident a vivre comme situation et ce que je vais te dire ne va peut etre pas te rassurer mais malgre j’aurai quelques conseils a te donner dans tout ca… en plus si ta femme lis ce forum (ce que tu laisses sous-entendre), peut etre cela l’aidera elle aussi a reflechir et vous permettra de parler ensemble, alors meme si j’ai hesite avantde t’ecrire ce que je vais t’ecrire je pense que c’est pas une mauvaise chose de le faire…

Je commence par te dire ce que je pense du fait qu’un de vous veuille partir et pas l’autre:
J’ai vecu la meme chose un temps: j’etais dans une relation avec un gars qui voulait rester au plus proche de sa famille alors que je revais du Quebec depuis des années deja. Mon objectif etait d’y passer un an en programme d’echange et par la suite de voir si ca me plaisait vraiment pour m’y installer… etant avec ce gars je me suis dit « ok, compromis, je pars 1 an et je reviens en france ensuite »… seulement probleme: c’etait ma premiere relation serieuse avec quelqu’un et j’avais envie que ca fonctionne mais j’avais tellement envie de partir et lui de rester que ca m’a ouvert les yeux: jamais on ne realiserait mes reves si on restait ensemble, j’etais prete a faire des compromis mais pas a les abandonner et j’avais vraiment pas l’impression que jhe serais heureuse a vivre ainsi car je sentais que lui n’etais pas pret a autant de compromis pour me permettre de realiser mes reves… En fait, cette histoire m’a aide a admettre qu’on n’etait pas reellement compatible (je m’en doutais deja un peu auparavant mais je voulais y croire…) Au final j’ai deci de le quitter avant meme de preparer les demarches pour mon depart (pres d’un an avant le depart) ainsi je partais libre, je ne ressentais pas d’obligation envers qui que ce soit et je pouvais vivre cette experience pour moi et decider par moi meme ce que je ferais de ma vie par la suite… J’ai regrette cette rupture au debut car les moments de tendresse me manquaient et je me sentais seule mais au final je ne regrette absolument rien car pour moi l’important c’est de realiser mes reves…

Ce que je veux te faire comprendre en te racontant ca c’est que personne ne peux te dire si ton couple resistera a cette crise ou non, cela depend de votre caractere a tous les 2, de vos ambitions et de vos priorites dans la vie… si c’est reellement son reve et qu’elle ne veut pas partir pour fuir ses problemes alors elle risque de vouloir partir quoi qu’il en coute si sa priorite est de realiser ses reves plus que de s’epanouir dans une vie de famille. Par contre, si elle essaie de fuir quelque chose alors peut etre va-t-elle finir par l’admettre et rester en France. Mais tu sais, en partant pour le Quebec je fuyais egalement quelque chose: je fuyais mon passe, je fuyais un environnement qui ne me convenait pas, je fuyais de maniere de vivre qui ne m’etait pas adapte… je cherchais l’endroit ou je me sentirais bien, en accord avec moi meme… j’etais consciente de cette envie de fuire mais au final je me suis dit que cette envie de fuir etant melangee a un reve, je pouvais me permettre un sejour d’un an et ensuite voir ce dont j’avais reellement envie. Finalement, je me suis reconciliee avec mon passe pendant cette annee, et j’ai rencontre un gars qui partage mes reves, mes espoirs et ma maniere de voir la vie…

Quand mon reve du Quebec est ne c’etait simplement pour le pays, puis egalement pour ses habitants et a son apogee je revais de partir au Quebec pour 1 an d’etude puis quelques mois de stage, ensuite d’y immigrer et d’y faire ma vie avec un Quebecois (j’idealisais beaucoup les Quebecois ). Aujourd’hui j’ai fais ma derniere année au Quebec, j’y suis retrounee pour mon stage et je suis tombee amoureuse d’un merveilleux Quebecois (et je t’assure que ca n’a rien a voir avec le fait qu’il soit Quebecois car la plupart des mini accrochages qu’il peut y avoir dans notre couple sont du a cette difference de culture ;-)) Aujourd’hui je suis en procedure d’immigration pour finir de realiser ce reve et rejoindre mon cheri qui m’attend impatiemment et qu’il me tarde de revoir… Je ne crois pas au destin et pourtant quand je repense a tout ca, je me dis que quelque chose m’a pousse au Quebec depuis des annees et que si je n’avais pas realiser ce reve, je serais sans doute pas la meme aujourd’hui, sans doute me manquerait-il quelque chose et aurais-je eu envie dans quelques annees de traverser l’ocean..

Donc oui, peut etre que ta femme fuit son passe ou quoi que ce soit d’autre, mais peut etre veut-elle rellement realiser un vieux reve aussi…

Sincerement je te conseille fortement de parler avec elle et de voir ce qu’il en est reellement, laisse lui le temps de faire le point aussi pour pouvoir te repondre car face a ton refus elle se pose sans doute beaucoup de questions aussi… mais tu devrais vraiment prendre son envie au serieux si tu veux que ton couple tienne et trouver un compromis si tu ne veux rellement pas partir… peut etre pouvez vous commencer par des vacances qui te permettraient toi aussi de decouvrir ce qu’est le Quebec et peut etre ensuite de partager son reve… laisse la te parler du Quebec, de ce qui lui plait la bas, et mieux encore incite la a le faire car c’est comme ca que tu te rendras compte de ses reelles motivations de depart bien plus qu’en la questionnant… Dans ce genre de situation c’est avec son coeur qu’il faut communiquer et non avec sa tete…

Bon courage a tous les 2

———————————–

Ecrit par: zohra 26-11 à 12:32

salut,

malheureusement j’ai pas de conseil à te donner.mais puisque tu as déjà fait le pas d’en parler,d’envisager un départ et de peser le pour et le contre,eh bien continue ce travail de réflexion et fais une liste des « pour » et « contre ».tu es assez lucide je pense pour savoir ce qui est une vraie contrainte et ce qui ne l’est pas.
tu sais un départ pour l’ailleurs n’est jamais définitif.même si c’est une nouvelle page de la vie,on ne tire pas un trait sur son passé,sa famile etc…

continue de peser le pour et le contre,et je pense que tu arriveras à faire ressortir un portrait de ce projet.ainsi tu y verras plus clair,et tu trouveras peut-être ta réponse au désir d’émigration de ton épouse.

———————————–

Ecrit par: moipasfou 26-11 à 12:39

Merci à toutes les deux,
Nous sommes déjà venu au Canada, 15 jours pour notre voyage de noce. Certes c’est un beau pays mais bon, nous n’avons vu que le côté touristique… En parler, nous n’arrêtons pas, je pense. Je prends son envie au sérieux, je lui laisse me parler du Québec, la preuve elle est même modo sur le forum, elle va au rendez-vous du forum sur Paris et je garde les petites… Remarque elle le fait aussi quand je vais jouer au jeu d’histoire. J’ai l’impression de faire beaucoup d’effort, et en retour j’ai pas l’impression qu’elle s’en aperçoit. J’ai longtemps maudit ce forum, ce projet et le reste… Je lui ai « offert » pour ses 30 ans 15 jours seule à Montréal, je lui ai dit qu’elle pouvait si nos moyens financiers le permettaient repartir chaque année (je sais c’est pas pareil), mais j’ai le sentiments qu’elle m’en demande toujours plus.
Au début à la question « Tu veux pas aller y vivre ? », c’était un non catégorique. Maintenant que je lui ai dit renseigne toi, si il y a départ je veux savoir où je mets les pieds. A peine ai-je concédé à cela qu’elle me parle de voyage de prospection pour mon boulot…. Elle s’y voit déjà, veut pas partir dans 5 ans mais tout de suite… J’ai l’impression que c’est une éternelle insatisfaite, et c’est cela aussi qui me fait peur. Une fois làbas, si jamais il y a un làbas, ce sera quoi le prochain plan…Elle va sauter au plafond si elle lit ces lignes mais bon.
A vrai dire je sais plus où j’en suis moi. J’en ai discuté avec ma mère aujourd’hui. Elle est désarmée face à cela, elle m’a dit que l’on se verrait surement plus si on partait. Mes parents ne veulent pas prendre l’avion, surtout mon père. Je vois bien malgré qu’elle me le dit pas qu’elle serait triste si on partait…
Moipasfou, qui tourne en rond dans sa petite tête

———————————–

Ecrit par: fortsympa 26-11 à 13:19

c’est beau ce que tu dis mais tu oublies un detail tres important

pour toi le quebec c’est un endroit touristique

pour elle, c’est un endroit dont elle est amoureuse du lieu, du mode de vie. Ca va plus loin. c’est une autre vision, car c’est pas une fuite, mais un cheminement vers « sa » conception de la vie ideale

par contre j’avoue que je suis admiratif que tu restes pas sur un « non » et que tu y reflechis, une belle preuve d’ouverture et d’amour.

mon conseil : Venez en famille au quebec … pour rencontrer des personnes qui ont immigrer (c’est courant que dans un couple un des deux est pas aussi motive que l’autre) … et puis venir en touriste, c’est pas connaitre le quebec, son mode de vie, c’est juste voir des lieu, reflechis-y

———————————–

Ecrit par: cymico 26-11 à 14:08

C’est po l’fun ce que tu nous écrit lo
Je me souviens de la réaction de Coco lorsque fin 2003, je lui ai suggéré une éventuelle immigration pour le Québec. Sa première réaction a été négative, ses excuses se basaient essenciellement sur ses parents qu’elle ne verrait beaucoup moins souvent.
Puis, en août 2004, nous avons séjourné 3 semaines au Québec avec des amis québecois que nous avions connus en 2002 lors d’une croisière aux Caraibes.
Ce séjour au Québec nous a été très enrichissant car nous les accompagnions partout où ils allaient durant 2 semaines (nous sommes resté 1 semaine à Montréal en touriste). Ce que je veux dire, c’est que durant ces 2 semaines passé à leurs coté, nous avons vécu la vie québécoise avec l’ambiance et les sentiments. Par exemple, ils nous ont fait connaitre d’autres québecois qui nous ont d’ailleurs accueilli très chaleureusement comme si nous nous connaissions depuis plusieurs années, nous avons assisté à un anniversaire d’un québecois que nous ne connaissions pas avant d’arriver à la fête, nous avons passé une après-midi à discuter de choses et d’autres devant la TV (ça parait benin, mais très instructif), ils nous ont promené en char pour voir différents styles de maisons, idem pour les concessionnaires auto, nous avons également magasiné avec eux (là, j’ai eu droit à « si tsu viens vivre icitte, tsu va grossir !!! )…et beaucoup d’autres moments qui sont restés ancré au fond de nous.
Une fois revenu en France, Coco semblait beaucoup moins rétissante à l’idée de quitter sa terre natale pour vivre au Québec, mais le spectre de l’éloignement de ses parents était toujours présent.
Nous nous sommes alors sérieusement renseignés (j’en ai passé des nuits blanshes sur la PC à rechercher des infos sur le québec, les ouvertures professionnelles, les problèmes de socièté, la scolarité, etc… Finalement, nous avons opté pour le voyage de prospection, qui fut très instructif, mais hélas trop court. Et c’est d’ailleurs chez l’amie chez qui nous logions que nous avons rencontré plusieurs immigrants (français et belges) et québecois, qu’on nous a parlé de Sherbrooke. Après avoir étudié le secteur, c’est finalement là que nous avons décidé de nous installer. Dons j’en reviens à ce que je te disais sur un autre post, je te conseille vraiment le voyage de prospection. Mais attention, j’entends par là, rechercher des infos, mais aussi vivre à la quebecoise. Pas seulement se promener et chercher les infos. Vous pouvez, par exemple, boire une biere (ou un soda ) dans un pub et entamer une discussion avec des québecois. Je me souviens d’un moment où nous étions à la piscine, des jeunes jouaient à la balle à nos cotés, la balle est arrivée à nos coté, et finalement à force de l’envoyer, nous avons un peu discuté. Les québecois sont très ouverts.
Ah oui, j’oubliais, maintenant, Coco est méga préssé de partir pour la Belle Province
Pour tes parents, excuse-moi si ma réponse te choque, mais c’est un peu de l’égoisme. Que devrais-je dire, je suis la seule famille que mon père ait, et je ressents depuis peu une grande souffrance venant de lui (il constate que la date de notre départ approche). Mon père est très casanier et ne comprend pas notre immigration. Les excuses qu’il m’a sorties sont « il n’y a pas de sécu là-bas », « il fait très froid » ou encore « tu peux te faire virer du jour au lendemain et il n’y a pas de chomage » et la plus impertinente « il n’y a personne qui t’attend là-bas »; bref ! il parle de choses qu’il ne connait pas et ne pense qu’à son petit confort. Mais une question me viens: Lorsqu’on fait des enfants, on les fait pour qu’ils soient heureux, alors pourquoi refuser que cet être conçu par amour vive heureux, mais loin ?
Les parents de Coco, qui étaient au début rétissants, ont petit à petit accepté notre projet. Si sa mère pense qu’elle ne veut que notre bonheur, et quelque soit les conséquence, son père voyait avant tout, l’éloignement de sa fille. Puis au cours de notre procédure, le papa de Coco s’est beaucoup renseigné pour en arriver à un point de nous encourager, et voir même de penser à s’y installer.
J’espère de tout coeur que votre voyage de prospection vous ouvrira de nouveaux horizons.

———————————–

Ecrit par: isseo17 26-11 à 15:58

Eh oui ! Ça m’interpelle fort ton histoire.

Alors voilà : nous sommes au Québec depuis le 8 octobre 2004, mais mon histoire ressemble fort à la tienne.

Mon mari a toujours eu envie de partir vivre à l’étranger, et moi, je suis franco-française à 100 %. Je suis très attachée à ma famille ( je suis la dernière de la famille, et mes enfants sont les derniers petits enfants de maman. J’ai perdue mon père il y a 10 ans et je me sens donc  » soutien  » pour maman). J’avais une vie sympa en France : beaucoup d’amies, une bonne intégration là où nous habitions…Seul point noir, le boulot de Dom qui déraillait et qui faisait plus qu’empiéter sur notre vie de famille. Mais je vivais une routine somme toute agréable et tranquille. Voilà pour le tableau de départ.

Comme toi, un jour, j’ai acceptée que Dom se « renseigne » sur le Québec, pensant plus à un passe-temps qu’à une véritable  » vocation ». Et tout d’un coup, avant d’y avoir vraiment pensé, ni surtout en avoir fait le choix, je me suis vue embringuée dans son histoire d’immigration. J’ai été prise de panique : nous embarquions 5 enfants de 4 à 13 ans dans l’aventure…

J’ai réfléchi au moyen de faire marche arrière. Mais à chaque fois que je sortais un argument contre, il se braquait, m’accusant à demi-mot de vouloir « casser » le projet. C’était vrai, mais je ne me sentais pas la force de le blesser. J’ai fini par lâcher prise. Style méthode Couée :  » ça ira parce qu’il faut que ça aille. » Il a fallu faire bonne figure pour ne pas inquiéter maman, pour ne pas effrayer les enfants… A force de donner des arguments pour à mon entourage, j’ai fini par  » presque » y croire.

Bref, j’ai eu l’impression de toucher aux limites de notre mariage : Ça passe ou ça casse. Et comme il ne m’est même pas venu à l’idée que ça pouvait casser….

Alors voilà, nous sommes partis. Mais j’ai toujours précisé très clairement que c’était une expérience de quelques années et surtout pas une immigration définitive. Que j’étais OK pour vivre une ouverture d’esprit et la faire vivre à mes enfants comme un plus, que nous partions à la découverte, mais avec la ferme intention de revenir au port dans 5 ou 6 ans.

D’accord sur ce point, nous vivons effectivement des moments de super enthousiasme et d’autres moins drôles. Toute découverte, bonne ou moins bonne est un acquis dans notre culture, tant familiale qu’individuelle. Nous espérons pouvoir en garder un profond et beau souvenir lorsque nous reviendrons.

Maman ( 75 ans) , s’est mise à l’informatique et participe à notre vie par photos interposées. Elle est déjà venu deux fois et nous l’attendons pour Noël. Mes beaux parents, qui avaient jurer de ne jamais prendre l’avion commencent à y réfléchir sérieusement…Et les enfants sont heureux parce que leurs parents sont heureux.

J’ai vécu ça, et je vis encore ça comme un formidable élan d’amour vis à vis de Dom. Notre couple en sort grandit et renforcer. Je ne peux pas cacher un espèce de sentiment de fierté…Mais je sais aussi que j’ai pu le faire qu’à cette condition d’un retour prévu.

En conclusion, je dois te dire qu’il faut vraiment un « ciment » très fort dans le couple pour surmonter certaines galères ( arrivée, recherche de boulot, gestion d’un budget pas évident) et qu’une des clefs de la réussite d’un tel projet, c’est l’argent. Il en faut, et d’après moi, beaucoup plus que certains se plaisent à le dire sur le forum. On a déjà assez de soucis comme ça à l’arrivée ( spleen, éloignement..) pour ne pas y ajouter le stress financier.
La deuxième clé est la clairvoyance : non ! La vie ici n’est pas un rêve : pas plus facile qu’en France…Seulement différente. Il y a autant de bonheurs et autant ’embûches: elles ne nous attendent pas aux mêmes endroits, c’est tout.

Par contre, pour nous ,découvrir que des gens, ailleurs , mènent une autre vie, ont d’autres habitudes est une découverte très enrichissante socialement, culturellement , intellectuellement et humainement parlant. Et ça nous suffit pour prendre le plus possible de bon en ne nous arrêtant pas sur le moins bon.

Voilà pour ce que ton message m’a donné envie de te dire.

Bon courage : tu vas avoir, vous allez avoir, de grosses décisions à prendre. Prenez-les en conscience et en Amour. Comme les autres, je vous dit : parlez, parlez, parlez….

———————————–

Ecrit par: peanut 26-11 à 17:30

en effet, ce n’est pas évident ce genre de situation…malheureusement, l’immigration d’un couple est souvent un très bon test pour vérifier sa solidité…surtout quand l’autre se fait tirer l’oreille!

euh…et si vous veniez en PVT? ça minimerait les coûts et vous auriez un an pour y penser…par contre, il est possible que vous deviez retourner en France après la fin du PVT, même si vous avez entamés vos démarches pour la RP(à cause des délais…)

Pour ce qui est de ta profession(éducateur spécialisé), il me semble qu’elle est en demande ici, mais la meilleure personne qui pourrait t’en parler est POM…il a une formation française et s’est trouvé une job assez rapidement il me semble…

Mais dans le fond, je peux te comprendre…si mon chum français voulait retourner en France(heureusement non!), je me demande si je laisserais ici tout mon petit confort pour la douce France…surtout qu’il faudrait que je me marie pour rester là bas!

Bonne chance dans vos réflexions!

———————————–

Ecrit par: Zelda 26-11 à 22:11

Tu dis lui donner beaucoup, mais avoir l’impression de ne rien avoir en retour, mais n’as tu pas l’impression de dire des oui oui pour acheter la paix ? Moi j’ai l’impression que tu as pris son désir d’immigration comme une marrotte et que maintenant que ça devrai verser dans du concret, tu paniques.

Poses toi les vraies questions. Avec qui vis tu ? Avec ta maman ou avec ta conjointe ? Si pour ton boulot tu devais être muté à l’autre bout de la France, que se passerai t il ? Refuserai tu ta mutation au risque de perdre ton emplois parce que tu ne verrais plus ta maman ?

Tu dis que tu as peur que tes enfants ne s’adaptent pas, mais à l’âge qu’ont tes filles, les difficultés seraient les mêmes que si vous déménagiez dans la ville d’à côté.

Et puis quand à voir les grands-mère, rien ne les empêches d’offrir les billets d’avions à vos filles pour les prendre en vacances

Quand à tes figurines, il y a plein d’associations de rôlistes au Québec voici qq liens www.toile.com/quebec/Sports_et_lois…

———————————–

Ecrit par: Zelda 26-11 à 23:02

Et je rajoute que lorsqu’on est en couple avec des enfants et que l’on la chance d’être aux études, c’est que FORCEMENT le conjoint apporte pas mal de son support. J’en parle en connaissance de cause car j’ai passé deux ans en cours du soir à l’université + 6 mois à developper mon programme et si mon conjoint n’avait pas été là pour me supporter dans les moments de doutes et de découragement, pour s’occuper des enfants pour que je puisse étudier convenablement et aller à mes cours, pour dégager un budget pour ma scolarité, je n’aurai jamais pu le faire avec 3 enfants.

Donc oui, tu as des choses en retour, mais tu n’en est pas conscient.

Tu vois, je suis choquée par les termes que tu emplois pour les activités et les projets de ton épouse

« Je prends son envie au sérieux, je lui laisse me parler du Québec »

Wow, monsieur est trop bon, il laisse sa femme lui parler du Québec

Imagine qu’elle parle en ces termes de tes passions et de tes études, tsé qu’elle dise  » ouinnn mon mari parlait de reprendre ses études. Je lui ai dit que ça pourrai être une éventualité, qu’il pourrai de temps en temps si mon emploi du temps le permet aller 1x par mois en auditeur libre à l’université. Je lui ai dit de se renseigner sur la possibilité mais il est revenu avec un dossier d’inscription. J’ai l’impression de donner beaucoup et de ne rien avoir en retour, je lui laisse me parler de ses études, la preuve il prépare même son diplôme d’état »

Je pense que tu n’apprécierai pas de voir tes projets et tes activités dénigrées ainsi.

———————————–

Ecrit par: moipasfou 27-11 à 2:58

Merci pour vos réponses,
Le souci est que malheureusement vous ne pouvez pas vous mettre à ma place pour comprendre. Par le forum je ne peux tout expliquer. Et même si Zelda trouve que j’y vais un peu fort, c’est mon ressenti. Tu ne peux comparer la situation que tu as vécu avec la mienne, tu ne peux me juger que par le peu que j’ai écrit. Malgrè tout je te remercie d’avoir pris du temps à me répondre, cela m’a bousculé un peu mais également fait comprendre que personne ne pourrait réellement comprendre au travers d’un écrit…
Je ne sais plus où j’en suis voilà tout, certaines réponses me font réfléchir, j’accepte la critique lorsque celle-ci est constructive mais ta dernière intervention vois-tu me semble plus un jugement alors que tu ne me connais pas, que tu ne connais rien à notre vie… D’ailleurs je vais arrêter là, car je pense que tu ne comprendras pas de tout façon.

———————————–

Ecrit par: touareg 27-11 à 4:34

d’aprés ce que j’ai lu de ton histoire je crois que tu es un homme prudent qui n’aime pas partir a l’aventure et veut savoir ou mettre les pieds et tu as assé bien meublé ta vie en france pour décider de tout quitter comme ça et ta femme est obstinée pour partir , mais ce que j’ai relevé c’est que toi tu n’es pas contre a 100% donc par amour de ta femme et pour la cohésion de ta famille demande lui de t’expliquer quel est son projet de vie làbas et releve les points qui te dérangent dans ce projet et que tu trouve qu’il faut les modifier et aussi pose tes conditions que tu trouve convenable pour s’installer làbas et pourquoi pas , peut etre que tu trouvera ton compte làbas mieux qu’en france , l’important c’est d’avoir un dialogue franc et honnete et en tout amicalité, de se parler en vrai couple amoureux et que chaqu’un ménage les interets de l’autre comme il pense a ses interets aussi.
bonne chance a vous et j’espaire que vous arrivez a consilier rapidement vos points de vue et vous tombez sur un accord qui vous arrange tous.

———————————–

Ecrit par: claire_ 27-11 à 6:41

Personnellement, je te conseillerais comme d’autres d’en parler franchement avec ta femme.
Tes doutes sont compréhensible, car tu as quand meme beaucoup d’attaches ici, une bonne situation, et le Canada ne t’attire pas plus que ca. Donc tes doutes se comprennent.

Personnellement j’ai la chance d’avoir un ami qui voulait partir au Québec avant moi, donc le probleme ne se pose pas pour moi. Maintenant, s’il s’était posé ( et il s’est posé sur certaines choses meme lié au Québec ) je ne sais pas ce que j’aurais fait, je sais juste que je me suis promis de ne pas lacher tous mes rêves a cause de quelqu’un.

Garde a l’esprit aussi que vous avez la possibilité d’essayer Rien ne vous empeche de partir 1 ou 2 ans et de décider apres, ce que vous comptez faire : retourner en France ou rester au Québec. Et la vous saurez si ca vous plait.
Vous serez peut-etre pas du meme avis le moment venu, mais d’apres tes dires, de toute maniere ta femme veut partir. Alors autant essayer, moi je dis. Au mieux tout le monde se plaira la bas, au pire vous aurez au moins essayer et ca aura fait une belle aventure

Prenez le temps d’y réfléchir ensemble et d’en discuter, car si vous partez ensemble, c’est de toute maniere quelques choses a preparer a deux

———————————–

Ecrit par: Zeolen 27-11 à 12:05

Salut Moispasfou,

je suis d’accord avec plusieurs forumistes : si la vision que vous avez du Québec ta femme et toi diffèrent, c’est aussi parce que tu ne t’impliques pas tant que ça dans l ‘expérience. C’est vachement sympa d’offrir à sa femme 15 jours à Montréal toute seule, mais ce serait encore mieux si vs aviez l’occasion d’y aller ensemble ! Et encore plus de partager une expérience avec des Québécois !
pas étonnant que vos points de vue diffèrent tant !

Ensuite, des enfants, je confirme, ça s’adapte vachement facilement. Que tu les emmènes a 200 ou à 6000 km avec changement de « culture », franchement, c’est pareil, donc t’inquiète pas pour ça !

Enfin, tu dois être franc avec ta femme : si le projet ne te plaît pas, tu dois lui dire pourquoi pas, que tu ne le sens pas. Ca ne sert à rien de trouver des raisons qui ne sont pas les vraies raisons. Pourquoi lui mentir ? Pourquoi ne pas lui dire franchement : « j’ai peur de bouger, j’ai peur de ne pas trouver de job, de quitter la vie ici, je n’ai pas envie ». Nous, on s’est franchement disputé à cause de ça : pas le fait de bouger, mais de pas se dire clairement les choses. Après, ça dépend de votre relation de couple.

Mais mon chéri, qui es franco-français alors que j’ai vécu plusieurs années à l’étranger – avec mes parents, puis seule – a finalement accepté l’idée.
La chance que j’ai eue, c’est qu’il m’a laissé une chance de lui prouver que ça valait le coup.
Est-ce que tu laisses vraiment cette chance à ta femme ? en retour, est-ce que tu lui parles vraiment de ton ressenti ? Qu’est-ce qui te fait peur ? chercher un boulot ? pourquoi tu ne fais pas un tour sur les sites d’emploi ? la vie sociale ? si tu t’es fait des amis ici, il n’y a pas de raison pour que t restes seul là bas, avec un « effort » certainement au début, mais quel blocage ? le logement ? là, il faut rencontrer des Québécois ou des immigrés, mais tu peux faire un tour sur les sites de logement.

Bref, je suis un peu du même avis que Zelda. Si tu la prenais vraiment au sérieux, tu réagirais autrement. Ouvre toi un moment, et si ça ne te plaît pas, prouve le lui !

———————————–

Ecrit par: moipasfou 27-11 à 12:40

Nous en parlons, la dessus pas de souci. Nous sommes ouvert et nous communiquons. Visiblement pas assez pourrait-on croire vu que d’un coup une envie d’immigration à vu le jour sans que je m’en doute. Pourtant, je le sais depuis longtemps qu’elle aurait aimé vivre là bas. Avant d’avoir des enfants, je lui avais proposé de partir, c’est elle qui n’avait pas voulu, à cause de la famille. Maintenant que les petites ont tissé des liens avec la famille cela me parait insurmontable.
Maintenant il me faut peut être du temps, je sais pas… Des jours je me dis allez, on part, on verra bien… Et pis le lendemain je me dis le contraire… Faut dire aussi que effectivement ma vie sociale est développée ici, et que j’ai du mal à me dire qu’il faudra tout recommencer… J’ai un avenir professionnel sur ici, mon association et ma directrice ayant visiblement des projets de chef de service me concernant… Mais ce n’est pas le plus important, je suis très investi dans l’association de figurine et il y a la Famille, je suis très famille… Et comme dans le sujet « des parents qui réagissent mal » je pense que les miens seraient dans cette catègorie, il y a déjà eu des sous entendus, ou alors je me les suis imaginé, je sais pas trop.
J’ai demandé à ma femme de me laisser passer mon DE serainnement, on verra après. Elle m’a demandé aussi d’aller à une visite ou rencontre, je sais plus, d’information… Je sais pas… J’aurais l’impression de faire le premier pas dans un engrenage qui me conduira je ne sais où…. C’est bête je sais, mais bon.
En tout cas merci Fortsympa pour ce que tu sais, cela m’a fait du bien même si cela ne m’a pas éclairé plus que cela…

———————————–

Ecrit par: fortsympa 27-11 à 13:07

Que tu sois tres famille est une bonne chose, mais tu dois pas faire ta vie en fonction d’elle (je parle pas de ta femme et de tes filles mais du reste de la famille) …. car sinon ton couple n’aura pas sa propre vie … et toi encore moins.
Mes parents sont à 6000 km, on se parle 5 – 10 min par semaine … et ils savent que je les aime et je sais qu’ils m’aiment, les liens sont meme plus fort depuis mon depart. Donc tu vois, c’est possible.

Oui comme ta femme je te conseille aussi les reunions d’information … mais surtout les reunions d’immigrer.com car tu pourras vraiment parler avec des gens qui vivent les meme moments, Tes problemes, ton questionnement, c’est tres courant dans un couple et en parler te fera que du bien.

une immigration sans probleme ca existe pas … mais on a tous à y gagner à se demander si c’est pas la solution pour une vie plus proche de celle qu’on reve …. il font donc faire son cheminement (mot pas choisi au hasard, tu l’as compris, je supose) et pour ca, tu dois chercher a connaitre le Quebec … le vrai …. pour voir s’il te conviendra … car ta vie actuelle n’est peut etre pas celle qui te convient …. meme si tu en es tres attachee … ce que je comprends

en france j’avais besoin de mon home cinema, j’aurais surment un portable 3G … et ici je reve de nature, de photos, de balade en canoe … pourquoi, j’en sais rien, ou du moins je me demande si en France je cachais pas mon amertune de la vie quotidienne francaise dans des choses materialistes … mais ca tu t’en rendras compte en venant ici

une chose est sur : je vous connais tres peu, mais vous etes un couple bien, tout les deux

———————————–

Ecrit par: moipasfou 27-11 à 13:38

Merci Fortsympa,
Cela me touche ce que tu dis. Je sais que tu ne veux pas de faire l’avocat du diable , et oui il me faut faire mon chemin, même si celui-ci à l’heure actuelle me semble sombre, voir obscur. Je suivrais peut être ton conseil, d’ailleurs ma femme trouve cela bien aussi et aimerais bien que je participe à une réunion d’immigrer.com et/ou d’information. L’idée fait son chemin, mais elle rencontre beaucoup d’obstacles.
Cordialement, Moipasfou dans un état second….

———————————–

Ecrit par: Zelda 27-11 à 14:25

Coucou Moipasfou,

Tu sais, si ta femme à toujours eu l’envie de vivre au Québec, c’est que l’envie de l’immigration était déjà là sans vouloir te contrarier

Mais je comprends tes craintes vis à vis de l’immigration 😉

Vois tu ça fait depuis toujours que Grizzli me parlait de s’établir d’abord aux USA (mais là, les démarches d’immigrations nous ont refroidies), puis au Canada. Nous avons été à une première réunion d’information du Bureau d’Immigration du Québec en 1997, on avait même retiré nos dossiers de DCS à l’issus de la réunion. Avons nous fait le pas pour autant immédiatement tout de suite ? Non !

Nous avions un tout jeune bébé, j’ai très vite été enceinte d’un deuxième, et je me voyais très mal émigrer avec 2 enfants en bas-âge dans un pays dont je ne connaissais que les paysages sur carte postale et l’oeuvre discographique complète de qq artistes venant de là-bas. J’avais la trouille. La trouille de ne pas avoir d’amis. La trouille de ne pas savoir me débrouiller sur place dans la vie de tous les jours, la trouille de ne pas me trouver de travail vu mon faible niveau scolaire ( je n’avais qu’un cap et un bep de secrétariat dans la poche à l’époque), la trouille de ne pas y arriver financièrement… Et puis aussi, même si la vie nous avait fait cadeau hyper rapidement de 2 enfants dans notre histoire d’amour (mai 1995 on se rencontrait, avril 1998 nous étions parents de 2 enfants déjà) je ne me voyais pas m’expatrier outre-Atlantique avec un homme que je « connaissais presque pas » loin de ma maman, de mon frère, de mes soeurs, et si jamais ça tournait mal entre mon ours et moi, comment j’aurai fait pour me séparer de lui, en France, facile de taper à la porte de maman et de dire je reviens vivre à la maison, mais à 7000 km comment s’en sortir ? Ca peut paraître niais comme inquiétudes, mais comme j’avais été mariée une première fois à l’âge de 19 ans et quitté mon mari de l’époque pour me sauver la peau (violences conjugales), ma confiance en moi était hyper fragile. On avait gentiement laissé le projet sur la glace. De temps en temps on en parlait, c’était SI PEUT ETRE un jour on émigre.

He puis début 2000 nous avons mis en route notre 3 ème enfant. Comme j’étais déjà férue d’internet à l’époque, j’ai recherché un groupe de discussion sur la maternité. Les forums français n’étaient pas bien vivants, et ne m’attiraient pas. C’est comme cela que je suis tombée sur Les Futures Mamans. C’est un groupe qui a été créé par une québecoise. Au début j’étais un peu déboussolée, quand les fi… (texte tronqué)

Avatar
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut