2 mois de travail au Québec - Immigrer.com
samedi , 25 mai 2024
Accueil FAQ 2 mois de travail au Québec
FAQPremier emploi, marché du travail

2 mois de travail au Québec

0
0
(0)

Voici mon petit bilan personnel au bout de 2 mois de travail dans une grande entreprise de télécommunications d’envergure canadienne.

Pour me situer, j’ai travaillé auparavant pendant de nombreuses années dans une grande entreprise de télécommunications française à Paris. J’étais correctement payé (un peu juste quand même pour Paris) mais je travaillais en moyenne 47 heures par semaine, heures supp. non payées et je ramenais fréquemment du travail à la maison le soir et les week-ends.

Tout ce que je décris dans ce message concerne l’entreprise dans laquelle je travaille et qui plus est bénéficie d’une bonne réputation concernant les conditions de travail . Je sais que cela peut-être très différent ailleurs

Ambiance au travail :
En France, nous attachons une grande importance aux relations entre les collègues. Les repas du midi pris ensemble, les pôts de de départ, le serrement de main quotidien, font partie du décors. Ici, rien de tout ça. Si la présentation est souvent cordiale “Ah bon, tu viens de France? Pas trop froid? Bienvenue chez nous!”, on est très vite oublié, voire complètement ignoré. Il faut se faire connaître, aller vers les gens, montrer que l’on s’intéresse à leur travail (sans vouloir le leur piquer) et cela va mieux. Malgré tout, j’avoue me sentir mal à l’aise quand un collègue que j’ai vu la veille en réunion me croise sans même daigner un signe de tête. Je sais que ce n’est pas intentionnel, mais cela me gêne. Seuls les collègues maghrébins dérogent à la règle. Ils sont comme moi attachés à un peu plus de chaleur dans les relations.
Le pendant positif de cette ambiance, c’est la décontraction générale. Personne ne prêtera attention à votre accoutrement ni à vos habitudes culinaires. Vous serez surtout jugés sur votre travail.

Langue :
L’anglais est de rigueur dans les réunions et les documents. Oubliez ce qu’on vous a dit sur l’attachement des Québécois au français. A l’exception d’une minorité éclairée, la plupart des Québécois que je côtoie (surtout les jeunes), s’expriment dans un français désastreux, truffé de mots anglais. Ils paraissent même souvent plus à l’aise en anglais!

La hiérarchie :
A Paris, j’ai connu le travail à 2 vitesses : celui que je produisais dans le cadre de mes attributions nomales et celui que je devais produire parce que tel ou directeur, sous-directeur adjoint et j’en passe l’avait décidé. Ici, rien de tout cela. La hiérarchie fait rarement parler d’elle. Le responsable direct, appelé superviseur ou coach, a plus souvent un rôle de faciliteur. On est encouragé à prendre des initiatives et à formuler des suggestions. pour améliorer l’efficacité de l’entreprise.

Les horaires :
La plupart des employés travaillent 37h30 par semaine. Les heures supp. sont payées mais non encouragées, sauf dans des cas particulers (ex: travail de nuit). Les cadres supérieurs font un peu plus d’heures, mais après 18 heures, il n’y a plus grand monde de présent.
Les avantages sociaux :
Si vous venez de France, vous regretterez vos congés ainsi que les nombreux droits durement acquis par nos arrière-grand-parents. Je n’ai pas à ma plaindre : j’ai droit à 18 jours de congés par an, lesquels passent à 23 au bout de 5 ans. L’entreprise autorise également les absences ponctuelles (par exemple pour consulter un médecin) à conditions aque les heures soinet rattrapées. Il paraît que c’est exceptionnel au Québec.
Le salaire :
Même si les salaires sont en moyenne plus bas qu’en France, il n’y a pas de règle générale. J’ai réussi à maintenir mon salaire et mon cas n’est pas exceptionnel. Tout dépend du poste recherché et surtout de la conjoncture économique. Pour le moment, cela ne va pas si mal que ça, mais si le ralentissment de l’économie américaine se poursuit, cela ne sera pas aussi facile de négocier son salaire.
La mutation et l’avancement :
Les diplômes revêtent une importance beaucoup moins grande qu’en France. On ne bloque pas une personne dans son avancement parce qu’il lui manque tel ou tel diplôme. Il n’est pas rare de trouver un technicien expérimenté diriger une équipe d’ingénieurs.
La souplesse :
Très logiquement, il est assez facile de travailler avec des collègues d’un autre servcie sans avoir à passer par 25 niveaux intermédiaires et prendre mille précautions pour ne pas froisser les susceptibilités. L’organisation à l’horizontale et par équipe projet est de mise.
En conclusion, ces 2 premiers mois sont globalement positifs. Un gros effort d’intégration doit être produit pour se faire accepter des collègues. L’ambiance un peu froide rencontrée est compensée par les conditions de travail et la souplesse de la hiérarchie.

Tin Express

——————

Sujet: Re: 2 mois de travail – suite
De: métier
16 Mars 2001

Pour ton témoinagne sur le travail,ici , je suis en effet , plutôt d’accord avec toi .Moi , cela fait 6 mois que je travaille à Montréal et dans deux compagnies différentes et Canadiennes aussi.J’apprécie le degré d’autonomie et de responsabilités que l’on peut avoir sans passer par 10 niveaux hiéarchiques.Et puis , en terme de salaire cela peut être correct rapidement à condition c’est sur d’être dans un secteur porteur.

Par contre c’est vrai , que le manque de chaleur dans les relations m’a un peu choqué , on est vraiment transparent , et j’ai du me battre chaque fois au début pour que l,on me dise au moins “bonjour et bye!”! c’est comme cela ici, mais je trouvais que cela ne faisiat pas respectueux de la personne.Et puis , jamais personne s’est intéressé è mon parcours ,même professionnel , bref les gens souvent sont gentils et souriants (au mieux ),mais ils s’en sacrent complètement de toi…Pour des latins et en effet et des gens de la proche Europe , c’est un peu choquant , parfois.

La seule personne vraiment curieuse d’autrui que j’ai rencontré au bureau est une Australienne et c’est devenue une amie! Par contre , je ne vois pas comment devenir plus proches avec des gens gentils ,mais qui ne te posent aucune question sur toi , et ne s’intéresse jamais à ce qui se passe pour toi , dans ton travail ou autre , parfois on me dit “cette personne t’apprécie beaucoup et aimerait te revoir” , OK , mais en 5 mois de travail proche , elle ne s’est jamais intéressé un peu à ce que je fais et ce que je suis , si c’est pas moi qui allait vers elle! Donc ,il n’.y a pas trop d’interet pour revoir les gens dans ce cas là !Dans tous les pays du monde , un moment donné ,il faut en amiété ou relations une réciprocité!!

——————-

Sujet: Re: Re: Métier /2 mois de travail – suite
De: Laurence
16 mars 2001

Métier,

Ce dont tu parles en effet, c’est à la fois le choc culturel et le barrage culturel. J’ai entendu ça maintes et maintes fois et la conclusion est habituellement: ils sont impolis et individualistes. Les Européens et les Nord-Américains n’agissent pas de la même façon dans les relations sociales. A ce quiproquo s’ajoute le fait d’être immigrant, donc de chercher à créer des liens, et d’avoir une expérience autre, une autre vie avant. Comme je disais à Tin Express hier, je ne sais pas si tu as lu, mais les nord-américains ont moins de règles en général. C’est avantageux au travail, mais dans les relations humaines c’est la même chose, un européen ne doit pas s’attendre aux mêmes gestes et coutumes que chez lui. C’est aussi le pays avec plus de liberté à ce niveau là. En deux mots, y’a moins de règles et les gens ne veulent pas s’en embarasser. Alors il ne faut pas s’offusquer mais je sais que c’est difficile quand on arrive avec son bagage.

Ces dernières années, j’ai travaillé au Canada anglais (3 provinces), en France, et en Belgique et à chaque fois c’est la même chose. Les gens avec lesquels il est plus facile de se lier sont des gens dans la même situation que nous…en tout cas au début. Donc ça peut être un immigrant, ou encore une personne de l’endroit qui a voyagé. Les européens faisaient peut-être plus de manière mais au bout du compte c’est la même chose. Il es très difficile de passer le cap du folklore ou de l’étiquette. Les gens s’arrêtaient à ma culture. J’avais pas toujours l’impresssion d’être un être humain mais d’être juste une québécoise…et de surcroit qui représente tous les Québécois.

Cette barrière là prend du temps et du courage à franchir mais c’est possible. Il faut arriver à comprendre les codes sociaux, ne pas les juger et faire pareil. Comme disait l’autre, à Rome il faut vivre comme les Romains. L’immigration ne s’arrête pas avec sa carte NAS, soleil et au premier boulot mais c’est un processus qui prend des mois, des années…et certains n’y arrivent jamais et sont toujours en décallage. C’est à toi de trouver la chaleur, la façon locale d’être chaleureux. Mais impossible n’est pas français…n’est-ce pas ?

J’espère que mes éclaircissements peuvent aider à soulager des incompréhensions.

Laurence

——————

Sujet: Re: Re: Re: Métier /2 mois de travail – suite
De: métier
19 mars 2001

Merci Laurence pour ta réponse , elle résume bien les faits dans les 2 continents et je pense que cela peut être utile pour tout le monde ……c’est vrai que cela ne doit pas être drôle d’être toujours vu comme une Québécoise représentative de tout le peuple Québécois, moi ,ici à Montéal, je tache de ne pas être trop vu comme la Françcaise type et parfois des amis français me reproche un peu de trop vouloir m’intégrer!! En fin ,je reste moi même , mais avec souplesse aussi , cest normal quamd on est dans un autre pays.

Côté travail ,malgré l’aspect assez indifférent dans le contact qui peut choquer en effet et paraitre comme du non-respect et impoli ,j’ai de la chance car dans la nouvelle société ou je suis c’est beaucoup moins marqué.

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FAQ

La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Salaire minimum au Québec en 2024 : ce que vous devez savoir

4 (2) Depuis 2004, le 1er mai, qui marque la Journée internationale...

Document officiel : Équivalence des diplômes France Québec

4.9 (3207) Tableau comparatif études France – Québec Équivalence des diplômes entre...

Devenir policier au Canada, comment faire ?

4.7 (23) Bonjour, Actuellement je suis en France et je suis gendarme...

Amener ses lapins nains au Canada

5 (2) Voici un guide simplifié pour emmener des lapins au Canada...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com