Exode inattendu : pourquoi certains immigrants songent à quitter le Canada - Immigrer.com
vendredi , 17 mai 2024
Accueil Actualité Exode inattendu : pourquoi certains immigrants songent à quitter le Canada
ActualitéDéception, retour au pays

Exode inattendu : pourquoi certains immigrants songent à quitter le Canada

0
5
(1)

Pour certains immigrants, leurs rêves de s’installer définitivement au Canada ont pris une tournure inattendue. Le groupe canadien de nouvelles CTVNews.ca a interviewé trois immigrants au Canada pour comprendre leurs choix de quitter le pays malgré plusieurs années de vie sur place.

Selon une étude de 2023 du Conference Board du Canada, le nombre d’immigrants quittant le Canada ne cesse d’augmenter depuis les années 1980.

Au-delà de la recherche de meilleures opportunités d’emploi et d’un niveau de vie plus élevé ailleurs, les raisons pour lesquelles les nouveaux arrivants quittent le pays peuvent être plus complexes, et sont parfois un choix personnel plutôt qu’une décision pratique ou une nécessité.

Déçue par le Canada

Nadia Bilal a déclaré que son mari gagnait trois fois le salaire d’un professionnel de l’informatique en Arabie saoudite, mais il a démissionné de son emploi pour que leur famille puisse déménager au Canada.

Bilal, une enseignante en robotique et en codage de 40 ans qui vit à Mississauga, en Ontario, a déclaré que sa famille était arrivée au Canada en août 2017. Leurs économies étaient suffisantes pour les aider à survivre pendant que son mari cherchait un emploi, qu’il a trouvé dans les cinq mois suivants.

Originaire du Pakistan, elle a déclaré qu’elle recherchait le rêve d’une meilleure vie et d’un avenir pour elle et sa famille, et qu’ils l’avaient trouvé au cours des premières années passées au Canada. Bien que le Canada soit inclusif et respectueux envers la religion, quelque chose que la famille recherchait, elle a déclaré qu’elle n’est désormais pas sûre que ce soit l’endroit où ils pourraient réaliser leurs rêves.

Bilal a déclaré que son mari était “assez heureux” avec son emploi toujours bien rémunéré dans l’informatique, et a ajouté que tous les membres de sa famille étaient devenus citoyens canadiens.

Mais elle essaie maintenant de le convaincre qu’ils devraient quitter le Canada.

“Je me sens déçue,” a déclaré Bilal dans une entrevue vidéo avec CTVNews.ca. “J’étais assez heureuse de vivre dans ce pays… Je vieillirais bien dans ce pays. Mais maintenant, je reconsidère cela.”

Initialement, a-t-elle dit, elle s’attendait à ce que le Canada soit un environnement sûr et disposant d’un bon système de santé.

“Comme lorsque vous êtes fortement taxé, vous vous attendez à ce que ces choses soient données, n’est-ce pas ? Mais après la pandémie… il y a une tendance à la baisse.”

Avec trois enfants âgés de 15, 13 et seulement 22 mois, elle se sentait moins en sécurité en sortant alors qu’elle remarquait ce qu’elle décrivait comme une augmentation de la criminalité, de la rage au volant et du non-respect général de la loi.

La vie après la pandémie signifiait également un coût de la vie plus élevé.

Le coût élevé du logement posait problème. Bilal a déclaré que sa famille avait été contrainte de déménager de leur maison de location de trois chambres en janvier car, allègue-t-elle, leur propriétaire voulait augmenter illégalement le loyer de 2 700 $ à 3 000 $.

“Nous ne pouvons même pas nous permettre une maison pour nous-mêmes et nous luttons avec le loyer,” a-t-elle déclaré, notant les dépenses liées à l’éducation de trois enfants et au soutien de ses beaux-parents, y compris l’épicerie et le loyer d’une maison suffisamment grande.

“C’est difficile d’économiser de l’argent même si mon mari gagne plus de 120 000 $ par an.”

En ce qui concerne les soins de santé, elle a déclaré qu’elle ne se sentait pas soutenue par son gynécologue lors de sa dernière grossesse, pendant laquelle elle a souffert d’une affection appelée achalasie de l’œsophage qui rendait les choses “vraiment difficiles”.

En recherche de changement

Duncan Yuen dit que lui et son ex-femme aspiraient au changement lorsqu’ils ont décidé de déménager leur jeune famille du Canada en Nouvelle-Zélande en 1995. Sa fille avait alors sept ans et son fils quatre ans.

Un an avant leur déménagement, Yuen, alors âgé de 32 ans, avait été licencié de son emploi de programmateur informatique dans une grande entreprise américaine à Toronto.

“Ce n’est pas que nous n’aimions pas le Canada”, a déclaré Yuen, aujourd’hui âgé de 62 ans, lors d’une entrevue vidéo avec CTVNews.ca depuis Auckland. “J’ai décidé d’essayer quelque chose de nouveau. Et mon ex-femme à l’époque voulait aussi essayer cela, alors nous nous sommes retrouvés en Nouvelle-Zélande.”

En plus d’un changement de mode de vie, un climat plus chaud était attrayant. Il a déclaré que sa femme, originaire de St. Catharines, en Ontario, trouvait Toronto un peu trop peuplé.

“Elle voulait déménager dans un endroit plus calme”, a-t-il déclaré. “Elle n’aimait pas tellement Toronto. Nous vivions dans une maison en rangée. Les voisins sont très proches.”

Sa mère, ses deux sœurs et ses beaux-parents du côté de sa femme sont restés au Canada, donc la décision n’a pas été facile. Pourtant, ils ont décidé d’essayer une nouvelle vie ailleurs.

L’industrie de l’informatique évoluait très rapidement, mais il a trouvé un emploi de consultant en logiciels seulement trois mois après son arrivée en Nouvelle-Zélande. Il a ensuite acquis de nouvelles compétences et a obtenu des emplois “beaucoup meilleurs”, notamment en tant qu’administrateur système informatique.

Bien que la Nouvelle-Zélande soit semblable au Canada à bien des égards, étant un pays anglophone, Yuen a déclaré, Auckland était plus petite que Toronto, le coût de la vie y était élevé et les gens gagnaient généralement moins d’argent qu’au Canada.

Pourtant, lui et sa famille appréciaient le temps modéré, avec des hivers pluvieux et des étés qui ne deviennent pas trop chauds, et ils appréciaient les gens sympathiques.

Yuen, qui est arrivé au Canada en tant qu’étudiant étranger de Hong Kong en 1979, sent ses racines à la fois au Canada et en Nouvelle-Zélande. Son ex-femme et sa fille ont également décidé de rester en Nouvelle-Zélande, car elles aimaient la vie là-bas, mais son fils, aujourd’hui dans la trentaine, est retourné au Canada il y a quatre ans.

“J’ai remarqué en tant qu’immigrant que certaines personnes, comme moi, ont toujours un sentiment d’appartenance où qu’elles aillent,” a-t-il déclaré. “Alors que certaines personnes, elles ont toujours l’impression d’avoir laissé une partie derrière elles, que les racines sont ailleurs. Donc mon fils sent que ses racines sont au Canada. C’est différent pour différentes personnes.”

Après 25 ans au Canada, Henriëtte Breunis a quitté l’endroit où elle aimait, vivait et travaillait en septembre 2023.

L’amour a amené Breunis au Canada en 1999, lorsqu’elle a rencontré son partenaire décédé. C’est encore l’amour qui a conduit la femme de 72 ans à décider de retourner dans son pays natal, les Pays-Bas, pour pouvoir aider à prendre soin de son fils.

Un accident vasculaire cérébral en 2018 a laissé son fils, Marco, avec des lésions cérébrales. Sa moitié gauche est paralysée, ce qui l’oblige à utiliser un fauteuil roulant. Son amie accompagnait son fils aux rendez-vous médicaux. L’amie rendait également visite à Marco chaque semaine jusqu’au printemps 2023, date à laquelle elle a déménagé à la campagne et il n’était plus réaliste de passer autant de temps dans la capitale.

Ainsi, en août 2023, Breunis a pris sa retraite de son poste de coordinatrice de recherche au Princess Margaret Cancer Centre à Toronto et est retournée aux Pays-Bas pour être la soignante de son fils de 54 ans.

“Il avait de plus en plus besoin d’aide et il vit dans un établissement de vie assistée, mais l’aide n’est disponible qu’à l’intérieur,” a-t-elle déclaré lors d’une entrevue vidéo avec CTVNews.ca depuis Amsterdam. “Alors je suis venue ici pour l’aider à faire plus de choses à l’extérieur de la maison… aller à des concerts et dans un musée ; de temps en temps aller dîner.”

Avant de déménager, elle a étudié la possibilité pour lui de déménager au Canada pour recevoir les soins, mais dit que ce n’était pas financièrement réalisable.

“Ses soins sont si coûteux que je ne pourrais jamais les payer”, a-t-elle expliqué. “Au Canada, vous pouvez amener quelqu’un avec une condition existante mais le gouvernement ne paierait pas plus que le coût moyen par habitant au Canada et cela ne serait pas suffisant.”

Aux Pays-Bas, les soins de santé sont privatisés mais les soins de longue durée, qui s’appliquent à son fils, sont publics, dit-elle.

Si elle pouvait couvrir le coût de ses soins au Canada, a-t-elle dit, elle serait restée dans le pays.

Pourtant, elle dit que le système de santé aux Pays-Bas est “très cher”. Vivant avec une pension néerlandaise et canadienne et ses économies, elle dit payer elle-même 300 $ par mois pour une assurance santé privée et les impôts sont plus élevés là-bas.

Les soins de son fils coûtent environ 80 000 euros par an (120 000 $ CA), dit-elle, la plupart étant couverts par le gouvernement néerlandais. En fonction du revenu, il ne paie que l’équivalent d’environ 600 $ par mois pour des soins qui incluent des infirmières et des préposés aux services personnels qui s’occupent de lui sept jours par semaine. Bien qu’il ne puisse plus travailler, il reçoit une prestation d’invalidité à long terme du gouvernement, basée sur 80 % du revenu qu’il avait lorsqu’il travaillait.

Son loyer de son appartement coûte 15 000 $ par an, a-t-elle ajouté.

“Il vit assez indépendamment. Il a un appartement de deux chambres. Il a des programmes de jour où il peut faire de l’art, et je n’ai pas à vivre avec lui,” a-t-elle dit.

Son fils est heureux de l’avoir autour, dit-elle, mais elle s’ennuie de la vie et de ses amis à Toronto. Elle dit avoir renoncé à sa citoyenneté néerlandaise pour devenir citoyenne canadienne en 2005.

Madame Breunis, qui était divorcée, a déménagé au Canada en 1999 lorsque sa fille étudiait à l’université et que son fils travaillait, donc aucun de ses enfants n’a déménagé avec elle. Elle a décidé d’immigrer pour pouvoir être avec son partenaire canado-néerlandais, Breunis Kamphorst. Il l’avait liée d’amitié après avoir découvert que son nom de famille était le même que son prénom. La tragédie a frappé peu de temps après qu’elle a commencé sa nouvelle vie au Canada, car il a été diagnostiqué avec un cancer de stade 4 en novembre 1999. Il est décédé un an plus tard.

Elle dit avoir trouvé le Canada plus accueillant pour les immigrants que les Pays-Bas, et a ajouté : “Je regrette surtout le melting-pot de toutes les cultures que nous avons au Canada.”

Source

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 5 / 5. nombres de votes: 1

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Laurent Gigon

Cofondateur du site Immigrer.com

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Grosse déception du Québec

4.4 (7) Bonjour, je voulais juste échanger sur mon ressenti concernant mon...

« Pourquoi plus personne ne veut vivre au Canada »

3.7 (3) Le côté obscur du Canada ? Cette vidéo, publiée sur...

Baisse marquée des immigrants permanents au Québec en 2023

3.7 (3) En 2023, le Québec a accueilli précisément 52 808 nouveaux...

Démographie : l’impact de l’immigration dynamise la population du Québec

5 (1) Une légère baisse de l’âge moyen de la population du...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com