Le Canada recrute massivement!!!.... sauf moi! ou comment je n'ai pas trouvé d'emploi au Québec - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Le Canada recrute massivement!!!…. sauf moi! ou comment je n’ai pas trouvé d’emploi au Québec

Le Canada recrute massivement!!!…. sauf moi! ou comment je n’ai pas trouvé d’emploi au Québec

Chaque arrivée du bulletin immigrer.com dans ma boite courriels éveille en moi depuis quelques semaines l’irrésistible envie de jeter mon ordinateur par la fenêtre : « le Québec recrute massivement » «le taux de chômage n’a jamais été aussi bas! »….

Et oui, le Québec recrute! …… mais je n’en fais pas partie!

Voilà bientôt 1 an et demi que je suis à Montréal. Arrivée ici pour suivre mon mari qui a obtenu un poste depuis la France, je me retrouve dans l’ inconfortable situation de la chercheuse d’emploi.

Je ne mets pas toutes les chances de mon côté, car je ne suis ni infirmière, ni pâtissière, ni neurochirurgienne, je ne travaille pas dans l’aérospatial ni en biotechnologies….non, je travaille dans le développement durable. Même pas dans l’environnement pour de la réhabilitation de site ou dans le génie environnemental, non, juste dans la sensibilisation, le conseil, la gestion de projets.Bref, la tâche va s’avérer difficile car en plus, j’ai 40 ans, et j’aimerai trouver l’équivalent de mon poste précédent ou tout au moins dans le même domaine. Et c’est là que le bas blesse, car j’ai beau passer en revue, sur les sites d’emploi, les domaines les plus en recherche, l’environnement et le développement durable ne font pas partie de la liste.

Qu’à cela ne tienne, il y a des annonces, je commence par y répondre, mais je m’aperçois rapidement que mon CV n’est pas à la norme. Je m’adresse donc à un organisme d’aide à la recherche d’emploi pour les nouveaux arrivants, et rapidement, on corrige les défauts de mes candidatures. J’en profite pour suivre des ateliers de conversation anglaise et des ateliers d’intégration. Et c’est reparti pour une nouvelle salve de candidatures. Comme conseillé, je me crée également un profil Linkkkfkel …linkkkekldn …. linkedin où, à coup de clics je me crée un réseau de connaissances dont je n’ai pas la moindre connaissance.

Mes journées sont rythmées : tour des sites d’offres d’emploi, rédaction CV et lettres, envoi, prières pour que ça marche…. et parfois, réseautage!. Certains on ça dans le sang, ce n’est pas mon cas. S’incruster dans une conversation, essayer de se placer, de trouver le bon à propos….. s’il y avait un championnat du monde de looser en réseautage, je pense que je serai sur le podium. Je fais partie des personnes capables de repartir d’une soirée réseautage les poches pleines de cartes de visite sans avoir réussi à glisser une seule des miennes.

Après quelques mois, je parviens cependant à décrocher un premier emploi (ma première job!), un contrat de 7 mois dans un organisme à but non lucratif qui me permettra de faire mes armes sur le marché du travail québécois. L’expérience est constructive, mais a une fin, et je me retrouve de nouveau sur le marché du travail. MAIS, j’ai ma première expérience québécoise, et ça, ça change tout « on va te proposer des jobs maintenant » et « avec le réseau de ta boite, ça sera plus facile, ils pourront te référer » « t’as ta première expérience, maintenant, c’est bon »…. je mets mon profil à jour; fièrement, j’ajoute mon expérience québécoise et je repars le cœur chargé de motivation, à la conquête de la job de mes rêves. Sauf que…. sauf que ça ne se passe pas comme ça. J’ai d’abord vérifié si j’avais mis le bon numéro de téléphone sur mes CV, sur mon profil, mais non, le problème ne vient pas de là.

Remise en cause n°1 : j’ai visé trop haut. On ne me fait pas confiance pour des postes de coordination. Je regarde du côté des postes de chargée de projet, adjointe….

Remise en cause n°2 : mon CV est peut être trop spécifique à l’environnement. J’ai également de l’expérience en économie sociale, je réécrit mon CV

Remise en cause n°3 : je veux trop en dire dans la lettre de présentation. Je taille dans le vif.

Parfois, mes candidatures franchissent le premier tri, et je suis contactée pour un pré-entretien téléphonique. Là aussi : championne du monde! Au moment où la personne me demande, « je souhaiterai m’entretenir avec vous, est-ce que vous avez le temps? » Une voix dans ma tête me dit « rappelle-la! Rappelle-la? Et je m’entends bêtement dire « oui, pas de problème, on peut faire ça maintenant »

– Pouvez-vous me parler de l’organisme de l’organisme …. pour lequel vous postulez?

– Oui oui…..

C’est juste que j’ai 4 ou 5 candidatures sur le feu à peu prêt dans les mêmes organismes et là je vais pas me rappeler de celui-ci ….. je saute sur mon ordi, fait une recherche google tout en essayant de meubler et au miracle la page s’ouvre et la mémoire me revient. Je tente de rattraper le coup.

– Est-ce que vous pouvez nous citer 8 forces pour cet emploi et argumentant?

8 forces…… béh là non….. 3 je sais mais 8……

– OUI, bien sûr, alors, je suis organisée, dans mon emploi précédent blabla….. diplomate….. blabla …. créative….. blabla….. dynamique……

Bon, là je dois être au moins à 7

– il m’en reste combien?

– vous êtes à 4

pleurs

– euh…… je suis dynamique, ah non, ça je l’ai déjà dit…..

Et là, c’est inévitable, plus rien ne peux me rattraper, je me vois en train de bégayer bêtement dans mon salon en survêt -chaussettes. Je lance quelques qualités ressorties qui ne me correspondent mais qui font bon effet, pour arriver péniblement à 7….. quoi dire de plus….. j’aime la poutine euh nan c’est nul et pis c’est pas vrai….. je peux retenir mon souffle 1mn7…. euh je sais danser la claquette…. bref, c’est le drame

– on va passer aux points faibles? Est ce que vous pouvez m’en citer 5?

pleurs

l’interaction avec mon interlocutrice est inexistante, je me sens seule et complètement déstabilisée. Était-ce le but? Pas sûre. Le sors encore quelques banalités pour m’en sortir avec 3 ou 4 faiblesses ressorties in extremis de mes entrainements aux entretiens. La dame me dit qu’elle me rappellera pour une rencontre si l’entretien a été concluant.

Pleurs

Je n’ai bien évidement pas été rappelée et dit au revoir au poste convoité.

J’ai également cherché à entrer dans un organisme qui m’intéresse par la petite porte, par un poste administratif qui m’aurait peut être permis d’évoluer. Mais là encore, désillusion, pour un poste d’adjointe administrative à temps partiel de 5 mois, nous étions plus de 80 à tenter notre chance.

Aujourd’hui, après 5 mois de recherche allant d’espoirs en désillusions, je ne sais plus trop par où m’y prendre : validation d’acquis, réseautage +++, bénévolat, formation ou encore m’enfermer dans un placard et attendre.

Mais l’intention y est toujours, et j’y crois! aussi, si parmi les lecteurs, certains sont dans des organismes qui recrutent des chargés de projets-adjointe à la coordination- administrative en développement durable ou autre, n’hésitez pas à visiter mon linkkkll et en plus, je sais danser la claquette et retenir mon souffle 1mn7!

Pensées amicales à tous les chercheurs d’emploi.

D’après le texte de AnneBU posté sur le forum de discussions

Vos recherches:

  • https://www immigrer com/canada-recrute-massivement-sauf-moi-nai-trouve-demploi-quebec/#comment-6402
  • https://www immigrer com/canada-recrute-massivement-sauf-moi-nai-trouve-demploi-quebec/#comment-6678
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

    Commentaires sur “Le Canada recrute massivement!!!…. sauf moi! ou comment je n’ai pas trouvé d’emploi au Québec

    1. Une petite idée qui m’est parvenu en ce moment pas la tête par rapport à votre article et au vue de ce qu’on dit plein d’autres internautes, il faut créer un blog sur l’environnement ou le developpement durable ou sur votre thématique, le relayer sur les réseaux sociaux chaque fois que vous ayez écris un article ou commentez un d’une magazine spécialisée ou d’un cabinet. Vous pouvez vous faire repérer de la sorte. Bon courage et je m’anime aussi car je suis à la recherche d’un emploi

    2. Salut !

      Waw merci pour ton article ! C’est exactement ça. Je suis à la recherche d’un emploi depuis plusiurs mois maintenant et les seuls que j’ai trouvé sont dans la vente. Il y a quelques minutes, je me suis dit:”Mais enfin comment c’est possible que je ne trouve pas d’emploi, il me semblait que le Canada recrutait massivement des francophones !”. Et là je suis tombée sur ton article qui m’a bien fait rire, qui m’a soulagé et aussi désespéré car malheureusement, j’ai l’impression que personne n’a de solution.

      Bon courage dans ta recherche en tout cas !

    3. Bonjour,
      C’est un contraste, lorsqu’on dit “recrutement massif” et parfois “manque de travailleurs” au Canada, vous vous depêchez alors d’appliquer: mais sans résultat positif, il y a contradiction.
      C’est un peu mon cas!!!

    4. Salut,
      Pas question que vous me preniez mon statut de “looseuse” du réseautage ! Je déteste ça. Heureusement, ce n’est pas par ce biais que j’ai trouvé un job. J’étais juste là au bon moment au bon endroit. Je suis d’accord qu’un Certificat universitaire dans votre domaine “rassurerait” les employeurs. Il y a aussi les concours au ministère de l’environnement. Vous devriez faire un blog ou un vlog comme les jeunes, car vous avez beaucoup d’humour.
      Un gros MERDE pour la suite.
      Alex

    5. Salut, c’est fou parce que je suis exactement dans la même situation que toi mais au Saguenay. Je suis venue au Québec faire mon stage en master environnement développement durable en 2015 et depuis je fais des petites job au salaire minimum qui n’ont rien à voir vu qu’il n’y a pas de travail (juste des stages) dans ce domaine au Québec, c’est décourageant vraiment…

    6. Bonjour pour ma Part je me suis trouver un job 6 jours après mon arrivé je travaillait dans les vignes alors que j’ai travailler 20 ans dans un bureau en france 6 mois après je trouve un job de commercial bien payé 2 ans après je passe les concours a la ville de Montréal je passe permanent sauf que wahou sa travaille pas fort je démissionne et aujourd’hui je travaille pour les forces canadienne toujours part concours en gros commence n importe quel job et ensuite tu va te créer des contacts ect ect voila bon courage

    7. Bonjour.
      En fait, une erreur que font beaucoup de francais est d’imaginer que le Quebec, c’est comme la France mais en plus froid. S’il est vrais qu’on parle Francais… les méthodes de gestions ne sont pas les mêmes, la façon de penser n’est pas la même, la valeur des diplômes n’est pas la même, etc. Mais ca, tu as due t’en rendre compte.

      Ton CV, il doit toujours être personalisé pour chaque poste auquel tu postule. Ta lettre de motivation aussi évidement. Cette dernière ne doit pas reprendre ce que dit ton CV…
      Tu dois convertir les diplômes français en terme québécois….. ne dit pas j’ai une licence en droit… mais un bac en droit…
      Tu dois etre parfaitement bilingue… à Montréal, pas le choix.
      Et surtout… ne jamais dire … « en France, c’est pas comme ca », « En France, c’est mieux », etc… ( j’ai fais ca pendant des années haha).
      Fais toi de vrais amis… Fuis les Français comme la peste et le choléra combiné (Si plus de 30% de tes amis sont Français d’origine, c’est que tu ne t’intègre pas)….

    8. Et oui, c’est pour cette raison que les titres d’article ultra enthousiastes de ce site ont tendance à m’irriter. Le taux de chômage très bas cache une réalité plus nuancée : le marché du travail québécois regorge de “jobines” et autres boulots précaires. Les secteurs saturés en France le sont souvent ici aussi, comme la communication ou le culturel. Au delà de ce constat , c’est en effet une erreur de viser trop haut dès son arrivée. Il faut ravaler sa fierté et accepter de faire des boulots de caissière ou commis à la saisie de données, même avec un bac+5. Mais une fois qu’on a réussit à enfoncer les premières portes, les choses peuvent aller vite.

    9. Bonjour à tous
      Vous n’et’es seuls dans ce cas.
      Je suis arrivé au Qc en juin 17. Depuis, je cherche un emploi. J’ai une maîtrise en administration avec plus de 15 ans d’expérience dont 13 dans le domaine bancaire. Mais toujours rien. Tout ce que j’ai pu obtenir de mieux, c’est 3 mois dans une usine. C’est peut-être là que se trouve le recrutement massif(?)
      Courage à nous tous. Il faut continuer à pédaler.Continuons donc à demander, frapper et chercher. La porte finira par s’ouvrir.

    10. Bonjour madame. C’est peut être une question stupide ou déjà posée mais avez vous ciblé l’entreprise dans laquelle vous pourriez être épanouie? Vous pouvez regarder sur les pages verte.ca peut être qu’une entreprise correspondrait à vos ambitions…
      Je n’ai pas eu de problème à trouver un emploi et progresser rapidement dans la hiérarchie mais mes problèmes étaient plutôt les délais de traitement des demandes administratives pour l’obtention d’un permis de travail (ma femme est québécoise).
      Courage et comme on dit au Québec ” lâchez pas ”
      Cordialement

    11. Si javais un mari qui travaille j’essayerai une formation, un certificat. Car au Québec t’as beau être diplômée (moi j’ai un dea), si t’as pas de diplôme quebecois tu vas chercher longtemps. Courage 😅

    12. Bonjour,
      Il est vrai que trouver un emploi est le parcours du combattant au Québec pour un nouvel arrivant.
      Comme vous tous je suis déja passée par là et j’ai fini par trouver.
      Si vous ne recevez pas beaucoup d’appels, c’est peut-être votre cv? j’ai des clientes qui n’adaptaient pas leurs Cvs comme il fallait. Je me ferais un plaisir de vous donner mon avis sur votre cv si vous le souhaitez.

      1. Illogique !
        La forme à ce point plus importante que le fond ! Quel luxe !
        Quant à dénigrer systématiquement tout ce qui n est pas diplôme québécois, quelle prétention !

    13. Bonjour,
      Je pense que le marché de travail québecois souffre de deux choses : il est saturé et discriminant en même temps pour les immigrants. Comment vous expliquez alors le fait d’avoir mes premières (oui j’en ai beaucoup !!) expériences et mon diplôme de maîtrise ici au Québec mais je peine à trouver un petit emploi. C’est ce n’est de la discrimination, je me demande c’est quoi alors ? Vous n’êtes pas seule chère dame dans cette tourmente.

    14. LE CANADA RECRUTE MASSIVEMENT!!!…. SAUF MOI! OU COMMENT JE N’AI PAS TROUVÉ D’EMPLOI AU QUÉBEC
      Bonjour, nous sommes nombreux dans votre situation. Avant d’arriver au Québec, ils nous disent qu’il y a du travail pour vous, vus vos diplômes et votre expérience de travail. Vous êtes jeune encore et vous allez trouver du travail, au Québec l’âge n’est pas un critère de sélection. Seulement, il faut que vous accepteriez de faire un autre métier le plus proche du avec des formations courtes (c’est l’avantage au Québec). Mois c’était pareil au début, j’ai galéré. Au bout d’un nom à tourner en rond, j’ai eu la chance de rencontrer Interconnexion de la chambre de commerce de Montréal à l’occasion du forum de l’emploi. Il m’ont invitée à une rencontre d’information, puis 2 semaines après j’ai reçu une proposition de stage d’un mois dans une entreprise. Au final, c’est la même entreprise qui m’a recrutée avec un contrat temps plein. Moi c’est dans le domaine d’assistance administrative, qui se rapprochait un peu de mon domaine. Voilà, n’hésitez pas à les contacter, ils peuvent vous aider à faire un bilan et vous proposer des stages. C’est la meilleure façon d’obtenir un emploi, pour les personnes comme nous. Je vous souhaite bonne chance..Liliane

    15. C’est malheureux mais ya certain domaine ou ya pas d’emplois. Je connais des gens ici a Toronto qui ont depenser 80 mille dollars en truc genre niveau DEA pour ne rien trouver apres, car il n’y a rien… et a devoir chercher des sous-job sous-paye. C’etait pas trop leurs reves attendus avant de sortir des etudes

    16. C’est le domaine professionel qui ne va pas. Moi en arrivant au Canada j’ai trouve en deux semaines grace aux consultants sur Linkedin qui m’on contacter. L’informatique ca aide bcp, je suis simple developpeur web, 10 ans d’experience.

    17. C’est le domaine professionel qui ne va pas. Moi en arrivant au Canada j’ai trouve en deux semaines grace aux consultants sur Linkedin qui m’on contacter. L’informatique ca aide bcp, je suis simple developpeur web, 10 ans d’experience.

    18. Ton vécu me donne à réfléchir car on aimerait partir au Québec pour s’y installer mais il est vrai que nous avons très peur de ne rien trouver là bas. Moi je suis famille d’accueil en France et mon mari responsable de services techniques et je ne crois pas que ce soit des métiers qui soient vraiment demandés. J’arrête pas de peser le pour et le contre. Mes filles rèvent de partir au Québec. C’est vraiment difficile.
      En tout cas je te souhaite tout le courage possible et surtout que tu trouve un job 😉

      1. Bonjour
        Je vis au Québec depuis 16 ans. Vous ne trouverez jamais l’équivalent de votre travail ici, ni pour vous ni pour votre mari, et surtout au salaire que vous faites en France. Un conseil d’amis restés en France. Cela vous tente t’il de repartir à zéro ? avec en plus des salaires bien plus bas ? Si vos filles aiment tant le Canada, faites les venir faire un stage de ski en ce moment alors que nous frelons des records de Froid ? Pour moi, les pour et les contres c’est facile de les voir. Je ne veux pas vous désespérer mais simplement pour vous prévenir.

        1. Bonjour,
          C’est sûr que après avoir lu votre commentaire ça ne donne pas du tout envie. Apparemment vous n’êtes pas bien du tout au canada donc quelles sont les raisons pour lesquelles vous y restez ?

        2. La france a change en 16 ans et faut pas dire que c’est mieux, France, Canada c’est partout pareille, la meme galere. Sauf que le Canada suit de tres pres la stupidite des USA, ca c’est rageant. La France aussi mais elle est a la trene derriere. Au canada et USA on te laisse comme une merde, en france un peu moins.

    19. Avez-vous déjà essayé l’écriture ? Avec un tel talent de plume, vous ne gagneriez peut-être pas votre vie, mais vous y trouveriez une réelle valorisation ! Et vous pourriez probablement réussir à être éditée.
      Oui, tentez d’affronter la page blanche. Votre style semble bien adapté pour l’écriture de nouvelles ; tout y est, la capacité d’évocation, le rythme, l’humour …
      Un vrai talent …

      1. Loin d’être assuré, je suis imparfaite mais je pense pouvoir affirmer que j’ai une grande facilité pour la chose écrite et en arrivant, j’avais effectivement pensé que c’était un plus. Or, au vu du nombre de québécois “complexés ?”, Cela m’a valu des déboires à l’opposé, du harcèlement et du rejet.. alors prudence…

    20. Salut,

      Je comprends tout a fait ce que vous resentez mais moi quand je suis arrivée au quebec on ma dit si tu veut faire la meme chise que tu faisais dans tin pays oublie ça tu vas chercher longtemps. Moi j’ai ccommeya travailler apres
      Une semaine après mon arrivée. Il y a des firmes
      De recrutement qui peut sûrement vous aidez. En plus ici il demande expérience québécoise qui rend encoure difficile pour nous les immigrants à trouver du travail. Je vous souhaite de tous coeur de trouver ce que vous chercher. Bonne chance

    21. Bonjour et merci pour ce super récit … qui me rassure. Je suis toujours en France mais je postule désespérément à toutes les offres qui correspondent à mon profil et à ce que je cherche. C’est vraiment difficile on se remet en question, on revoit son cv et sa lettre de motivation, et puis bah rien, rien n’avance malgré les candidatures. J’attend toujours LA réponse. Je continue à postuler régulièrement enfin tous les jours pour être honnête… Je me dis qu’il faut du temps et que LA bonne réponse viendra 🙂 . Bonne journée à tous et bon chance 😉

      1. A moins d’avoir un profil très recherché dans un secteur qui du mal a recruter, il est très peu probable de trouver un emploi au Québec depuis la France. Pourquoi un recruteur québécois se casserait la tête à embaucher un étranger s’il a des candidats avec un profil adéquat sur le marché local?

    22. Bonsoir,
      Chapeau Anne, tu as su trouver les mots justes pour décrire le quotidien du chercheur d’emploi. Avant ton délicieux billet (délicieux grâce à la pointe d’humour, même si le calvaire est bien réel) j’étais sûr que j’étais le seul dans ce cas là. Et c’est un sentiment qui lorsqu’il s’empare de ton moral fait vaciller les plus coriaces de tes certitudes, le doute s’installe peu à peu au profond de toi-même et tous les bilans de compétences auxquels tu vas devoir te soumettre n’y changeront rien. Si tu n’y prends pas garde, tu echoueras dans des métiers, non moins nobles, mais pour lesquels tu n’as aucune vocation comme ça à priori, tels la petite enfance, la grande distribution, le service à la clientèle…. Mais il ne faut pas t’en faire, ce n’est pas si grave, avec une petite formation tu seras rapidement outillé pour pouvoir réadapter tes CV aux nouveaux défis qui seront désormais les tiens.

    23. Pour moi le Canada en général et le Quédec en particulier est une chimère, beaucoup d’appelés et peu d’élus, juste le tout haut du panier qui ont la hance d’apporter une vraie plus-value donc sont bankables et beaucoup du bas du panier, des jeunes malléables, formatables et corvéables.
      Des jeunes venant le plus souvent d’Afrique: le Canada va-t-il devenir un vampire, épuisant sans vergogne les forces vives de ce continent fragile et en devenir ?
      Vous verrez qu’un jour, la politique migratoire actuelle, celle qui soulève l’enthousiasme aujourd’hui, sera critiquée, aussi bien par les progressistes qui vilipenderont une attitude néo-colonialiste et les super-conservateurs qui brandiront l’étendard de la préservation de l’identité canadienne.
      Alors dans un élan de lucidité, français bercés d’illusions, pris entre les racistes frustrés et les mal intégrés en colère, vous comprendrez qu’il sera temps de rentrer.

    24. Un collègue dans les TI à mis 3 mois à trouver depuis Paris… oui ca recrute mais encore faut-il avoir un profil/expérience/valeur adaptée à la demande comme vous le dites dans ce billet. Ce qu’il faut aussi comparer c’est en démissionnant en France, sans votre réseau, en ayant un diplôme universitaire étranger, est-ce que cela aurait été plus facile de trouver rapidement du travail ?

        1. Bonjour; Je suis doctorante en urbanisme et développement durable, je suis en Algérie et je prépare mon dossier d’immigration au Canada. Est ce que je peux déposer ma candidature? et dans le cas d’une affirmation, comment dois je procéder?
          Merci

        2. Bonjour Serge j’arrive du Québec j’ai atterri hier matin à Charles de gaules après avoir passé du temps chez vous , pourrions nous échanger par mail , j’ai déjà de l’expérience dans le domaine en tant que paysagiste je fais également les réparations mécanique et l’entretiens du matériel Merci pour votre réponse .

    25. C’est pas pire…
      Avec ce p’tit brin d’humour, en plus, ça va bien finir par payer (!) Courage Anne, vous semblez être lucide et tenace. Je veux croire que sous peu, vous aurez réussi à faire fondre la glace.
      Ne lâchez rien. 🙂

    26. Bonjour, je suis dans ce cas là. En ce moment.. Je cherche depuis août. Je pensais que cela serait facile.. J”ai un diplôme québecois, de l’experience au quebec mais je suis apparemment trop polyvalente.. Je me remets vraiment en question.. Le pire c’est lorsque je vois des articles ou repportages qui disent que les entreprises recrutent..

      Je ne vais rien lâcher car je n’ai pas le choix mais c’est pesant moralement .

      Courage à ceux dans le même cas

    27. bonjour,je crois que vous n’etes pas et vous ne serez pas la seule a vivre le stress de recherche d’emploi, tout nouveau arrivant passe par cette periode transitoire, sauf qu’elle est courte pour des uns plus longues pour d’autres. Je vous conseille vivement de suivre une formation au collegial (AEC 12-18 mois), sa va ouvrir beaucoup de portes. Vous etes encore jeune, ne perdez pas de temps sur les recherches, les diplomes d’ici ouvrent bien des portes. Je suis passe par la, ma femme aussi et c’est un conseil que j’ai eu d’un immigrant que je remercie infiniment. Bonne chance et bon courage, soyez toujours optimiste et positive.

      1. Bonjour,

        Mon mari est arrivé au Qc depuis 2ans et il a du se résigner a une petite job de commis dans un magasin. Pourtant il a son diplôme en comptabilité et en arrivant il a été faire un AEC en comptabilité qui ne donne toujours rien parce qu’il a pas d’expérience de travail au QC. C’est vraiment frustrant d’entendre dire on recrute mais quand on envoi les CV aucune compagnie d’appel.

        1. Bonjour Martine,

          Votre mari a t-il son équivalence? Lorsqu’on arrive,l’une des premières démarches est d’obtenir la fameuse évaluation des études effectuées hors Québec délivrée par le MIDI. À titre d’exemple, dans mon CV, je mentionne toujours l’équivalence québécoise. Au lieu d’y inscrire DUT Techniques de commercialisation, j’y indique DEC en administration, Gestion de commerces. Ce qui évite que votre CV soit mis de côté.
          De plus, étant donné son manque d’expérience québécoise, votre mari devrait cibler des postes de commis comptable et évoluer par la suite.
          Bonne continuation à vous 😉

      2. salam mounir svp je veut deposer une demande d`immigration au canada et je suis perdu svp tu peut m`aider sachant que je suis un algerien ingenieur en electronique merci

    28. Bonjour,

      Ton vécu me fait tellement pensé au mien !!! On se sent un peu moins seul…merci pour ton récit avec un peu d’humour, ca aide a se remotiver 😉

    Laissez un commentaire

    Haut

    Bienvenue au Canada

    %d bloggers like this: