Mon petit bout de chemin à moi ! - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Mon petit bout de chemin à moi !

Mon petit bout de chemin à moi !

De fleur.de.cactus

Mercredi 30 août 2006 me voilà ici au Québec, j’en reviens toujours pas, il fait nuit dehors depuis longtemps, une chaude nuit d’été comme j’allais en vivre d’autres.
Je suis arrivé avec mon mari, tout jeune marié que nous sommes, tout un défis à venir. On a choisit le Québec, plein d’espoir, espoir d’une vie meilleur pour nous, pour notre future famille.

Je me présente, je suis française et algérienne, toujours vécu entre deux société, le cul entre deux chaises, ni vraiment française, ni vraiment algérienne, marre d’être bien nul part. Je décide à 22 ans de réécrire la page de ma vie, page blanche on recommence à zéro.

Nouveau pays, nouvelle société.

Je vais essayé, de raconter mon parcours vite fait depuis plus d’un an.

Mon mari avait réservé un appartement, un semi meublé sur Côtes-des-neiges. On a passé les trois premiers jours chez un ami. Le temps que l’on récupère les clefs et que l’ont achète les meubles. On a pris le principal indispensable à Ikéa, chambre à coucher, table, chaise, canapé, meuble télé… (oui j’ai dis indispensable hi hi ), vaisselle à Dollarama, Zellers…
J’ai eu du mal au début avec le quartier, je pensais être venu au Québec et pas au
Pakistan ou Chine (joke). Puis j’ai appris à l’aimer ce quartier.

Je suis arrivée ici avec un visa touristique, nous avions décidé d’un commun accord qu’il valait mieux attendre ensemble et faire la procédure de parrainage ici au Québec. On a lancé la procédure fin novembre et laissé le temps faire. On nous avait prévenu, la procédure prendrait 12 à 18 mois. Misère que c’est long.

L’hiver je l’ai passé à déprimer, sans le droit de travailler, ni faire d’études. Se dire qu’on est rien du tout dans le pays où on vit ça a été un peu dur. Aucun droit, rien du tout. L’absence de la famille n’arrangeait pas la chose. La procédure avançait pas, aucune nouvelle, silence radio….

Puis tout ce mis à bouger d’un coup, tous s’enchaîna. Au bout de huit mois, je devenais résidente.

J’ai mis un bon six mois pour me sevrer de tous ce qui se passe en France, info, net… Côté radio, je ne peux toujours pas me passer de Chérie FM.
Bien sûr il y a eu un temps d’adaptation, que ce soit niveau bouffe ( le gâteaux fromage miam miam quand même), code sociaux, urbain…

Je connais pas beaucoup de québécois, hormis mes collègues de travail. Disons que j’ai appris à connaître la société à travers la télé. C’est assez bizarre en fait.

A ce jour je travaille pour Bell, et compte reprendre les études dans le design d’intérieur ( un truc que j’aurais jamais fait en France), mon mari a réussi à rentrer dans l’Ordre des Ingénieurs au bout d‘un an de procédure, on prend aussi des cours d’anglais. Je suis toujours dans le même appart, mais comme on compte agrandir la famille, devra déménager bien sur.

Au début, je me disais toujours que je retournerais en France un jour, maintenant un avenir ici ça me tente vraiment et passer à l’étape suivante, citoyenneté, être propriétaire… Qui vivra verra….

forum.immigrer.com

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
Haut

Bienvenue au Canada