Les immigrants toujours discriminés au Québec - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Les immigrants toujours discriminés au Québec

Les immigrants toujours discriminés au Québec

Les nouveaux arrivants du Québec sont toujours discriminés sur le marché du travail québécois selon une récente étude de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).

En effet, selon cette nouvelle étude, les immigrants du Québec occupent des emplois pour lesquels ils sont surqualifiés, perçoivent un salaire inférieur à celui des Canadiens d’origine et sont également davantage touchés par le chômage.

La discrimination est encore plus marquée pour les femmes immigrantes. En effet, près de la moitié de ces dernières (46 %) se trouvent en situation de surqualification, et leur salaire représente 90 % de celui des femmes nés au Canada et 60 % de celui des hommes nés au pays.

Malgré leur niveau d’étude plus élevé que les Canadiens d’origine, les immigrants gagnent moins bien leur vie que les natifs et connaissent davantage le chômage. Leur revenu représentait en moyenne 82,9 % de celui des personnes non immigrantes durant la période 1996-2013. Toutefois, les données compilées par l’IRIS montrent que le salaire d’une personne immigrante a tendance à augmenter avec les années pour se rapprocher de celui des natifs.

De 2006 à 2015, le taux de chômage s’est élevé à 5,8 % en moyenne pour la population née au Canada, contre 11,2 % pour les immigrants reçus.

Les pays de provenance des immigrants a changé au fil des ans. Les immigrants originaires d’Europe moins nombreux qu’avant sont surclassés par les nouveaux arrivants d’Asie et d’Afrique.

Pour mettre fin à la discrimination systémique, l’Institut recommande d’adopter des mesures telles que la reconnaissance des diplômes et expériences obtenus à l’étranger, la bonification de l’offre de stages et de formations en emploi ou encore l’instauration de programmes d’accès à l’égalité à emploi dans les entreprises privées. Plusieurs de ces recommandations figuraient déjà dans une note de l’IRIS publiée en 2012.

Source: Radio-Canada, IRIS

Laurence Nadeau

Originaire de Montréal, Laurence Nadeau, cofondatrice d’immigrer.com, conférencière et aussi auteure de plus d’une dizaine de guides publiés (et mises à jour) en France sur l’installation, le travail et l’immigration au Québec et au Canada aux Éditions L’Express (et L’Étudiant).
Auteure de “S’installer et travailler au Québec” aux éditions L’Express.

https://www.immigrer.com

Commentaires sur “Les immigrants toujours discriminés au Québec

  1. Je déconseille aux gens d’aller au Québec si vous n’avez pas encore eu votre premier emploi. Il vaut mieux poursuivre ses études au Québec et obtenir un diplôme canadien qui sera reconnu (sachez que vos diplômes français ne valent pas un clou là-bas) ou bien y aller avec 3 ans minimum d’expérience. Sinon passez votre tour ou autrement vous serez dans la galère (je compatis à ta douleur Foufou), à moins que vous aimez les p’tits boulots comme livreur Domino Pizza… pour ça oui, pas de problème, le Québec est un petit Eldorado des emplois précaires !

  2. Désolé, au debut, j’ai trouvé de la difficulté a me trouver un emploi, après 2 ans de galère, j’ai obtenu mon premier emploi , j’ai progressé au meme endroit, j’ai obtenu 2 promotion en 8 ans et je me retrouve cadre au meme titre que dans mon pays d’origine, Travaillez fort et vous réussirez à obtenir ce que vous désirer, Le Québec est un bon choix pour immigrer.

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada