Les multiples visages de Verdun

Les multiples visages de Verdun

De Laurent

Valérie Vézina, collaboration spéciale
La Presse

(Montréal) Les préjugés sont tenaces. Encore aujourd’hui, certaines personnes lèvent le nez quand Julie Durocher dit qu’elle habite Verdun. «C’est vu comme un quartier de caisses de bière, dit la Montréalaise qui a vécu 25 ans à Saint-Lambert. C’est sûr que nous vivons dans un quartier populaire, mélangé… et que s’il n’y avait pas le bord de l’eau, ce serait un quartier ordinaire.»

«Avant, Verdun était le Hochelaga de l’Ouest, raconte la résidante de 37 ans. C’est plus francophone maintenant, tout en étant moins homogène que Villeray. Il y a beaucoup de jeunes familles, des artistes, des jeunes professionnels, des Asiatiques, des Européens de l’Est, des Français, des gens très pauvres, des gens très en moyen. Et beaucoup de monde entre les deux.»

Visuellement, Verdun a trois visages: des unifamiliales dans l’ouest de l’arrondissement (Desmarchais-Crawford). L’Île-des-Soeurs. Et, à l’est, des rues pleines de «plex» typiquement montréalais. Alexandre Lanthier, 34 ans, et sa compagne font partie de la vague de propriétaires occupants qui déferle dans l’Est, historiquement défavorisé.

Leur triplex centenaire a coûté 225 000$. Une bonne affaire malgré les rénovations requises parce que, six ans plus tard, la valeur des propriétés comparables a presque doublé.

Le quartier Wellington-de-l’Église est devenu branché. Mais les prix de détail n’ont pas augmenté. Pas encore.

Julie et Alexandre fréquentent un marché de fruits et légumes tenu par des Chinois. Pour 20$, ils en ressortent avec «deux gros sacs» de produits frais. «Venez faire votre épicerie rue Wellington et je vous jure que vous allez économiser au moins 20%», clame la mère de deux garçons. Elle n’en finit plus de titiller ses amis avec des Verdun par-ci, des Verdun par-là. Exemple: à Verdun on peut faire toutes ses courses à pied, quincaillerie, librairie, boutiques d’alimentation. «C’est sympathique, ça se fait bien avec une poussette et, à prix égal, la qualité est meilleure qu’au supermarché», croit-elle.

De populaire à embourgeoisé

L’apparence de certains commerces rue Wellington n’a pas changé d’un iota en 100 ans. Cela attire des artistes comme Julie et Alexandre (il est compositeur pour la télé, elle photographe; ensemble ils ont créé les cartes de souhaits écologiques Jules la mouche). Et quand des artistes s’installent, c’est un signe précurseur d’embourgeoisement. «Depuis que nous sommes ici, le quartier a beaucoup changé, avec l’arrivée de boutiques branchées» confirme Mme Durocher devant une infusion maison au gingembre.

Son conjoint trouve que la rue Wellington ressemble à l’avenue du Mont-Royal à l’est de Papineau. En plus joli, rectifie-t-elle: «C’est comme si le temps s’était arrêté dans les années 70 à Verdun!»

Bref, un quartier vivant, caractérisé par une patine «naturelle» et non créé de toutes pièces à l’angle de deux autoroutes…

Parlant d’autos, ces ex-Plateaupithèques souhaiteraient éliminer une autre croyance erronée: selon eux, c’est généralement facile de trouver une place de stationnement dans la rue à Verdun. Sinon il y a un parc gratuit au bout de la 3e Avenue – sans aucun doute le stationnement avec la plus belle vue de toute l’île de Montréal.

«Il n’y a pas beaucoup de quartiers où on sent le fleuve, dit Julie Durocher. Ici, je n’ai qu’à traverser une rue pour me promener ou pédaler dans un parc riverain de 12 kilomètres jusqu’à Lachine. Il y a une réserve d’oiseaux hallucinante à la limite de Verdun et de LaSalle. C’est dans une presqu’île. C’est fantastique d’avoir cela à portée de jambes, tout en étant en ville.»

À cinq minutes:

Restaurant chez Su pour la gastronomie turque (5145, rue Wellington)

Fromagerie Copette et cie pour le grand choix de fromages, de charcuteries, de pain bio et les meilleures gaufres belges du quartier (4650, rue Wellington)

Épicerie La Branche d’Olivier pour ses mille et un produits d’ailleurs et d’ici et pour l’accueil et le service de cette famille irakienne (4342, rue Wellington)

Boucherie Viandal pour la qualité de ses viandes et le service personnalisé d’une entreprise familiale (550, rue de l’Église)

Maison de thé Le Cha Noir pour l’ambiance feutrée, la gentillesse de la proprio et surtout ses bons thés (4646, rue Wellington)

Marina et service de traversier jusqu’à L’Île-des-Soeurs (en saison)

Librairie de Verdun pour les passionnés de lecture qui y travaillent (4150, rue Wellington)

Piscine municipale dans un immeuble Art déco (6500, boulevard LaSalle)

source : http://montoit.cyberpresse.ca/habitation/201101/28/01-4364686-les-multiples-visages-de-verdun.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO23_maison_3732_accueil_POS1

———

De Equinox

Oui !!! C’est vrai, ma fille habite à 2 pas de Wellington, et j’ai découvert un très beau quartier, tranquille même la nuit. Le restaurant Turque Su, je vous le conseille à tous, c’est de la grande gastronomie Turque (et je m’y connais), il faut faire un peu d’économie, les repas du soir ne sont pas à porter de toutes les bourses, mais il faut réserver….le restaurant est toujours plein comme un oeuf.

La fromagerie est originale et excellente !!!!

Avatar
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut

Bienvenue au Canada