Après 4 ans, j'ai finalement réussi

Après 4 ans, j’ai finalement réussi

Après avoir lu beaucoup de témoignages de personnes déménageant au Canada, ayant des regrets et faisant le choix de repartir après, je me devais d’aussi partager mon vécu qui est certainement bien plus positif et encourageant.

Chaque personne est différente, et chaque expatriation l’est aussi. Venir m’installer au Canada, en juin 2018 a beau être ma 3ème expatriation à l’étranger (Brésil, Île Maurice), cette dernière a été très différente des autres.

C’est en octobre 2014 que je posais les pieds au Canada pour la première fois. J’étais venu passé quelques jours avec ma petite amie de l’époque à Toronto, puis à Montréal. Et c’est à ce moment que je suis tombé amoureux de Toronto. Je ne saurais vraiment expliquer quoi en particulier, mais l’ambiance, l’atmosphère m’avait vraiment plu.

Dès mon retour en France, j’ai commencé à faire les recherches classiques: PVT, Visa etc… Alors âgé de 30 ans, le PVT me semblait la solution la plus simple. Je tente alors le PVT en 2015, c’était l’année avant le début des tirages au sort, là où il fallait se connecter à une certaine heure et espérer passer les milliers de connexions simultanées sur les serveurs du CIC. Autant vous dire que je n’ai pas eu de chance. Dans le même temps, voici que ma boîte à Paris me propose de travailler pour un contrat de 2 ans à l’Île Maurice. Ce n’était pas du tout dans mes plans, mais je me suis dis que ce serait une expérience de plus et qu’après il me serait toujours possible de tenter le coup pour le Canada. Me voilà donc parti pour 2 ans sur une superbe île, je vous l’avoue, mais il était pour moi hors de question d’abonner mon project de départ au Canada.

Dès mon arrivée à l’Île Maurice, je changea ma ville et pays sur LinkedIn pour y mettre « Canada, Toronto ». Cela me permettrait de recevoir des propositions de travail et d’avoir une idée du marché. Il me suffisait simplement de répondre aux recruteurs que c’était un projet d’expatriation en cours et ça passerait. Et puis un jour, un français, que j’avais rencontré à l’Île Maurice pendant un court passage, me dis qu’il vient de recevoir une proposition de travail et qu’il part s’installer à Toronto. C’est alors que j’entends parler du « Programme Mobilité Francophone » pour la première fois. Je me demandais comment j’avais pu louper ça.

Travaillant en tant que web développeur (Front-End pour les initiés), j’ai toujours su que mon métier est en constante demande, mais j’avais du mal à savoir comment cela pourrait-il m’aider. J’ai donc commencé à faire des recherches sur ce programme francophone et découvre que la seule condition est d’avoir une proposition de travail. Une proposition de travail, payer les frais d’environ 200 dollars et attendre pour recevoir le permis de travail. Ce programme visant les francophones qui souhaitent s’installer en dehors du Québec, c’était exactement ce qu’il me fallait.

Quelques mois avant mon départ de Maurice, je décide de commencer à contacter certaines entreprises pour les convaincre de me faire passer un entretien et les rassurer sur les démarches, alors non couteuses pour eux. Après quelques entretiens par Skype je décide avec ma femme, à venir passer un mois sur place, à Toronto pour voir ces recruteurs en personne.

Nous quittons alors Maurice (mon contrat était terminé), passons quelque temps en France (Espagne, Portugal) avec mes parents et nous voilà avec un billet aller-retour d’un mois pour Toronto. Nous avions alors décidé de prendre un cours d’anglais à l’Université de Toronto (English PLUS) pour qu’au cas où cela se passerait mal, nous puissions au moins dire que nous avions « gagné » quelque chose (et pas juste fait les touristes). Les entretiens se passent extrêmement bien et je me retrouve alors avec plusieurs propositions de travail sur les bras. Situation inespérée pour moi, j’avais du mal à réaliser la situation. Je me décide alors, contacte l’entreprise qui alors remplie un formulaire en ligne, paye les 200 dollars et me donne un numéro que j’allais, moi, utiliser pour transmettre tous mes documents au gouvernement Canadien.

L’estimation pour recevoir mon « work permit » était alors de 4 semaines. Mais nous devions repartir dans 2. Confiant que tout aller bien se passer, nous repartons en France en attendant de revoir le fameux email disant que mon permis de travail était accepté. Je me rappellerai toujours, c’était un dimanche soir de juin 2018, mon cœur s’était emballé en voyant la provenance d’un certain email. Je me rappelle être en pleurs et prendre ma femme dans les bras. Après 4 ans, 2 tentatives de PVT, un déménagement à l’autre bout du monde, j’avais finalement réussi.

Quelques jours après, nous étions à Toronto où je commençais mon nouveau travail.

Après cela, le plus dur a été de trouver un appartement dans le centre de Toronto. Sans « credit history », c’est extrêmement compliqué. Et il était alors pas question d’aller vivre en périphérie. Même avec un extrait bancaire et un peu d’argent de côté, cela n’était pas suffisant. Heureusement, une française: Nelly de Breze (myhometoronto.com) a été d’une extrême patience et a su nous aider à trouver un superbe petit appartement downtown ($c 2150 par mois). 1 mois après, ma femme qui travaille aussi dans le web trouve un travail à 5 minutes de notre appartement (15 minutes à pied pour moi). Et je peux vous dire que nous sommes vraiment heureux de vivre enfin ici.

Beaucoup me disaient que les Canadiens étaient froids… or ici à Toronto, j’ai pu faire la connaissance de plus de personnes que je n’imaginais. Peut-être parce qu’ici, beaucoup viennent des 4 coins du monde, et c’est sûrement l’un des charmes de Toronto. Vous finissez par apprendre autant sur vous que sur les autres, la culture et les expériences de vie. Nous avons des amis français, brésiliens, russes, belges, vietnamiens…

S’expatrier pour la première fois, ce n’est jamais évident. On croit que l’herbe est plus verte ailleurs alors que c’est juste une réalité qui est différente. Il faut se préparer à remettre en question beaucoup de choses, sa perception de soi, du monde, de ces croyances etc… Mais pour moi, c’est justement en passant par tout ça qu’on gagne énormément. Sortir de sa zone de confort est une chose difficile et qui fait peur, mais pour moi, les rencontres que l’on peut faire suite à cela, est ce qui nous permet de grandir.

Je ne sais pas si je vivrais pour toujours au Canada, mais si je le quitte ce sera parce que j’aurais quelque chose d’autre à vivre… dans un autre pays.

 

D’après le récit de thedaviddias publié sur le forum de discussions.

Avatar
Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Commentaires sur “Après 4 ans, j’ai finalement réussi

  1. Merci pour ce commentaire qui me « regonfle  » le moral quant à la faisabilité d un tel objectif ! Profitez en, dans le bon sens du terme !;)

  2. Expérience intéressante merci de l’avoir partagée avec nous, nous sommes rentrés en France après 12 ans à Montréal mais si c’était à refaire nous irions vers Toronto. nous encourageons d’ailleurs nos enfants à y penser… mon aîné finit d’ailleurs son IUT et poursuit en licence GIM…Génie industriel et maintenance. Merci encore et amusez-vous dans ce beau pays! La France à moins de contact c’est quand même plus galère pour trouver du travail mais le vin y est moins cher. Tchao!!!!

  3. Beau témoignage plein de philosophie ! Tu es dans le vrai : laisse venir à toi les événements de ta vie, ouvre tes yeux et ton coeur, travaille sur toi, progresse et viva la vida ! 🙂 Bonne continuation à toi !

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut

Bienvenue au Canada