La discrimination favoriserait la radicalisation - Immigrer.com
samedi , 25 mai 2024
Accueil Actualité La discrimination favoriserait la radicalisation
Actualité

La discrimination favoriserait la radicalisation

0
0
(0)

Dans une étude d’une quinzaine de pages que le journal montréalais La Presse a obtenue copie grâce à la Loi sur l’accès à l’information, le ministère de la Sécurité publique du Québec se penche sur le phénomène qui pousse de jeunes immigrés instruits et intégrés à la population active à se regrouper autour des valeurs extrémistes du djihad. L’étude fait remarquer que les nombreux attentats terroristes survenus en Occident dans les dernières années «ont surtout été le fait de citoyens ou de résidents du pays où devait s’exécuter l’acte terroriste».

Selon cette étude, ce n’est pas la pauvreté ou le chômage qui poussent les musulmans à la radicalisation lorsqu’ils vivent à l’étranger. Les immigrants de deuxième et troisième génération sont les plus susceptibles de se radicaliser parce qu’ils s’estiment victimes de discrimination ou qu’ils se sentent plus vulnérables.

L’identification de ces ressortissants à leur société d’accueil «et leur niveau de satisfaction seraient nettement inférieurs». Également, «nombre des individus radicalisés dans les pays occidentaux au cours des dernières années provenaient de milieux favorisés», constate l’étude. Davantage que la pauvreté, «ce sont les sentiments de frustration engendrés par la perception que certaines possibilités ne soient pas accessibles aux musulmans qui poussent à la radicalisation». Celle-ci s’explique surtout par «l’empathie ressentie à l’endroit des frères musulmans».

Selon les auteurs de cette étude qui date de 2008, cette radicalisation nécessite des «incubateurs»: les individus se retrouvent dans des mosquées, des associations étudiantes ou des centres communautaires. Les mosquées ont longtemps constitué le lieu privilégié de diffusion de l’idéologie radicale mais, une fois endoctriné, un radical «cesse de fréquenter la mosquée, le niveau d’extrémiste qu’il a atteint surpassant celui du lieu du culte». Selon l’analyse, ceux qui préparent des attentats craignent que leurs intentions soient divulguées quand ils fréquentent leur mosquée.

Toujours selon l’étude, le processus de radicalisation – de «djihadisation» – peut ne prendre que quelques semaines. L’entraînement des moudjahidine, ou combattants, «recrutés en Occident se réalise de moins en moins à l’étranger, mais certaines recrues vont tout de même dans les zones de conflit, Pakistan, Afghanistan et Irak, où elles sont initiées au maniement d’armes et à la préparation d’explosifs».

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Laurence Nadeau

Originaire de Montréal, Laurence Nadeau, cofondatrice d'immigrer.com, conférencière et aussi auteure de plus d'une dizaine de guides publiés (et mises à jour) en France sur l'installation, le travail et l'immigration au Québec et au Canada aux Éditions L'Express (et L'Étudiant). Auteure de "S'installer et travailler au Québec" aux éditions L'Express.

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Coût d’élever un enfant au Québec en 2024

5 (1) Élever des enfants au Québec devient de plus en plus...

Une ville québécoise trône comme la meilleure ville pour l’équilibre de vie au Canada

0 (0) La ville québécoise en face de la ville de Québec...

Grosse déception du Québec

4.3 (57) Bonjour, je voulais juste échanger sur mon ressenti concernant mon...

« Pourquoi plus personne ne veut vivre au Canada »

4.2 (107) Le côté obscur du Canada ? Cette vidéo, publiée sur...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com