L'amitié au Québec, on commence à douter - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > L’amitié au Québec, on commence à douter

L’amitié au Québec, on commence à douter

De SamBx

Je sais que le sujet est régulièrement abordé au travers de certains messages, mais j’aimerais lancer un fil de discussion spécifique et j’ai quelques difficultés à en trouver (cf mon PS) : l’amitié au Québec…

On est là depuis 4 ans mon chum (français aussi), et le constat sur la sociabilité est un peu déprimant : de bonnes et très bonnes relations avec nos collègues de travail, des personnes chouettes rencontrées, un certains nombre de connaissances (liées au activités sportives, culturelles, etc.) mais pas de vraies amitiés comme on pouvait avoir en France. Pour moi, une “vraie amitié”, c’est quelqu’un-e avec qui je me sens totalement à l’aise (pas sur la réserve), que je peux appeler n’importe quand, pour partager quelque chose, positif ou négatif, sur qui je peux compter, qui me comprends. Et quelqu’un-e que je vois régulièrement.

Je sais que l’amitié (ici comme ailleurs) prends du temps, que c’est aussi une question d’âge (on est dans la trentaine – pas d’enfant mais plus occupés et avec moins d’opportunités et sorties que lorsqu’on était étudiants en France), mais le constat est malgré tout troublant : vraiment, c’est plus difficile ici, notamment avec les québécois-e-s… On a moins “d’évidences” amicales ici, et on a vraiment plus de mal à “connecter” avec les québécois-e-s…. En revanche, dès qu’on rencontre des européen-ne-s (français ou autres), ça colle mieux. Avec les français-e-s, c’est souvent très chouette (partage d’expériences, culture commune, mode d’interactions similaires, etc.) mais l’enjeu est différent : certain-e-s ne veulent pas trop fréquenter d’autres français-e-s, d’autres repartent éventuellement… Dans tous les cas, on se sent un peu seuls… On pensait qu’avec le temps ça allait s’améliorer mais après 4 années, on commence à douter de retrouver un jour le type d’interactions qu’on pouvait avoir en France (avec les québécois-e-s) ou plus globalement des amitiés aussi fortes (avec tout le monde).

Au-delà des différences culturelles et de tout ce qui peut être dit sur ce forum, j’aimerais connaître vos expériences, et surtout vos “trucs et astuces” pour vous faire des ami-e-s ici (québécois-e-s ou autres, d’ailleurs!).

Message du jour

Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d’immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d’immigrer.com.

https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

1 commentaire sur “L’amitié au Québec, on commence à douter

  1. Salut, 27 ans bientôt que je suis ici. Je pense que les amitiés se font naturellement. Il faut oser et ne pas se prendre la tête! Personnellement, moi aussi je pensais que c’était infaisable… mais en fait, ça s’est fait tout seul. Je m’explique. Au début, j’ai rencontré tout plein de québécois, un peu partout, j’en ai invité souvent à la maison, souper après souper, apéro après apéro, même une fois un méchoui (avec couscous, un vrai:)) avec 50 personnes, mais finalement, j’avais 4 enfants *j’ai tjs 4 enfants mais je ne les traine plus avec moi:), donc du coup, nous étions jamais invités… sauf par une parisienne sur les 50 invités du couscous:) bref, je me suis longtemps demandé pourquoi…. je me suis dis que c’était parce que nous étions 6… eux avaient rarement plus de 2 enfants, ou étaient célibataires ou étaient en couple avec 1 ou 2 enfants… mais 6 c’était lourd. Pourtant lorsque nous invitions, nous ne faisions rien payer à personne, nous fournissions l’alcool pour tous, mais je pense que c’est surtout là que le bas a blessé… à l’époque, les gens s’invitaient en demandant aux autres d’amener leurs bières ou leur bouffe bien souvent et comme nous avions invités sans rien demandé, ils n’ont peut être pas osé nous inviter en demandant qu’on se point avec bière et bouffe, bref… finalement, de tout ce beau monde que j’ai rencontré il y a 27 ans et moins, j’ai gardé plein d’amitiés. En fait, les Québécois ne ressentent pas forcement le désir d’inviter tout le temps chez eux, ils sont plus prompt à aller boire une bière dehors, ils se passent de se voir des temps interminables et quand on les revois, ils sont heureux de nous revoir comme si on était les meilleurs amis du monde… j’ai appris à ne plus m’en faire avec ça… je crois que vous devriez ne pas vous en faire non plus. C’est sûr, je n’appelais pas forcement les gens à n’importe quelle heure car ici, ça ne se faisait pas… surtout chez les gens avec des enfants… on me disait : n’appelle pas après 18h car y a la bouffe, les devoirs, les bains, etc etc et après on veut relaxer en amoureux… donc les amis passent après:) mais maintenant avec les cellulaires ce n’est plus pareil, on peut texter à tout moment;) Les québécois s’ouvrent et se racontent très facilement s’ils voient qu’on peut en faire autant et qu’on est à l’écoute. En fait, il faut prendre ça au jour le jour, ne pas s’embrouiller avec ça… je suis sure que si vous rappelez quelqu’un que vous n’avez pas vu depuis deux ans, que vous lui proposez d’aller boire un coup quelque part, la personne va être contente de vous revoir, faites le test:) J’ai passé des fois des 10 ans sans voir certaines personnes et lorsque l’on s’est retrouvé, c’était comme avant. Pire, la québécoise grâce à qui je suis venue ici, que j’avais rencontrée en France en 86 m’a retrouvée sur facebook après tout ce temps sans ce voir, c’était mon ex qui était venu chez elle durant 6 mois avant que j’arrive et il s’était disputé avec et du coup, elle ne voulait plus le voir donc j’ai pas cherché à l’époque et là, c’est comme si on avait copiné durant toutes ces années, comme si de rien était:) On est pas obligés de se voir tous les jours pour apprécier les gens… Il faut comprendre qu’ici, autrefois, les espaces étaient très grands entre les maisons et les gens ne se fréquentaient que peu à cause de la neige, il fallait vraiment de bonnes occasions, donc c’est resté un peu dans la mentalité… mais foncez, ils sont sympas et adorables si on passe par dessus certaines remarques de ?%$ sur les français qui durent et perdurent dans le temps… après 27 ans c’est lourd mais bon:) je crois que le mot d’ordre finalement est: ne pas se prendre la tête et faire comme si on était copains comme cochon et d’un coup, sans s’en rendre compte, on l’est 🙂 et puis le fait de ne pas être obligé de voir le monde constamment permet de ne pas s’en faire quand il y en a qui nous plaisent moins…. ah oui, un autre truc, souvent les gens ne mélangent pas leurs amis et ne présentent pas leurs amis les uns aux autres… mais sinon, la vie est belle:) Bon, j’arrête-là ça commence à faire long… mais c’est pas simple:) Bonne soirée:)

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada