Déjà 2 mois: notre bilan de la préparation à l'installation - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Déjà 2 mois: notre bilan de la préparation à l’installation

Déjà 2 mois: notre bilan de la préparation à l’installation

De erable31

Voilà mon tour de faire un petit bilan de notre installation au Québec. Cela fait déjà 2 mois…

Tout s’est passé très vite. Une opportunité de travail provoquée en novembre 2013 et nous voila début juillet 2014 au Québec. L’idée n’était pas nouvelle mais jamais nous n’avions sérieusement discuté de tout quitter. Nous étions allés au Québec à plusieurs reprises (été, hiver) et savions que cela nous plairait d’y vivre. Nous voulions en particulier vivre à Québec pour son excellent rapport urbanisation / nature. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle le “grand village”. J’ai eu la chance d’avoir le choix. On ne voulait pas aller s’entasser à Montréal comme la plupart des gens jugeant cette ville assez similaire à Paris et cela ne nous correspondait pas.
Nous sommes une famille de deux adules et deux enfants allant à l’école primaire. Nous avons la chance d’être tous les deux informaticiens dans des domaines recherchés.

La préparation:
Nous connaissions déjà un peu le Québec par le biais de nos voyages et rencontres en France, son histoire, ses coutumes, etc… Il y a beaucoup de littérature (guides, beaux livres, …). On est conscient qu’il y a une limite mais il faut bien commencer par quelque chose. Donc nous avons pu nous concentrer principalement sur les problématiques administratives.
Après avoir signé le contrat de travail, nous entreprenons les fameuses démarches administratives qui font peur. Au bout de quelques semaines, nous recevons l’AMT par courriel par le biais de mon futur employeur. J’ai donc rempli le formulaire de demande de CAQ, refait les passeports pour que leur date de validité aille au-delà de la date du permis de travail. Au bout de 3 mois, réception du CAQ. Vient le temps de faire le permis de travail. Fourniture de tous les documents mentionnés dans la checklist, vérification encore et encore de tous les documents puis envoi au centre des visa à Paris. Ce ne fut pas long. Environ 2 semaines pour avoir la lettre d’introduction. Nous effectuons les demandes de CAQ Etude pour les enfants et la demande de permis ouvert de madame. Nous sommes à 2 mois avant le départ. Pour minimiser les risques de forte hausse, nous achetons les billets d’avion pour un vol allez-simple. Côté administration française, il a fallu harceler la sécu pour avoir le fameux formulaire 207. Enfin nous réceptionnons les CAQ et le permis ouvert quelques jours avant le départ. Gros stress.
La maison a été vendue assez simplement en s’y prenant dès le début de l’année, les voitures puis la plupart de l’électro et autres babioles grâce au réseau de copains. On s’est arrangé pour que les futurs proprio emménagent après notre départ de sorte à ne pas avoir à louer un appart.

Nous avons décidé de prendre un container dédié via une compagnie Canadienne car on avait beaucoup de livres auxquels on tenait et des beaux meubles style ancien que l’on ne trouve pas au Québec sans que cela coute un oeil. Et puis il nous semblait important d’avoir des repères pour les enfants. On a aussi beaucoup de vin. Avec le recul, on ne le regrette pas.

Un aspect qui nous est compliqué à résoudre est d’arriver à synchroniser l’arrivée du container avec le logement final. On ne voulait pas faire de démarches à distance car les logements sont souvent pourris, mal isolés, au bord d’un grand axe, à perpette… Nous louons à distance un meublé le temps de trouver un appart sympa. Nous ne voulions pas non plus payer les frais de garde faute de logement. Avec le temps de transport estimé, le container part 3 jours avant notre départ. C’est un 20p. Il est à bloc soit 30m3. Des amis nous prête leur gite entre le départ du container et le notre.

L’arrivée:
Après un vol tranquille, nous passons par le bureau de l’immigration qui nous apporte les beaux césames sur les passeports (une feuille agraffée). Nous sommes les 2nds. Cela ne pas été très long. Nous voilà au Québec bien fatigués.

La vie à Québec:
Une nouvelle vie commence. Je ne commence le travail que la semaine d’après. Cela laisse le temps de prendre la température. Le lendemain rdv à la fraiche pour obtenir le NAS, se rendre à la RAMQ avec le formulaire 207, faire la photo, puis aller à la banque pour disposer des cartes de débit et de crédit. Nous avions transféré pas mal d’argent sur le compte avant d’arriver en plus d’en avoir en liquide (important d’en avoir le temps d’avoir les cartes – 3 à 4 jours). Donc la banquière était “plutôt agréable”.
Au départ la vie (surtout l’épicerie) semble chère car on achète en petite quantité et on ne connait pas les subtilité ds spéciaux, des magasins. Cela fait un peu peur d’ailleurs car on se demande si on ne va pas y laisser la paie. Nous n’avons évidemment pas de voiture. Les journées passent. Internet nous aide beaucoup pour trouver les magasins, comparer. On marche des km et des km. On aime cela. On prend aussi le bus quand c’est vraiment trop loin. Nous trouvons le logement après plusieurs visites. Il y a de tout et en fonction des gouts, des couleurs et surtout du budget. Nous préférons la sécurité au prestigue et décidons de nous excentrer un peu pour prendre moins cher et surtout tout compris. Aucune surprise avec les frais de chauffage, déneigement du stationnement inclus. Nous aurons le logement que 2 semaines après car le proprio le refait à neuf avant. Il n’est pas terminé.
Nous achetons pendant ce temps l’électro: cuisinière, laveuse, sécheuse, micro-onde, TV avec de belles ristournes. Tout sera livré le jour de l’arrivée. Nous faisons le tour des fournisseurs Internet, TV, cellulaire etc. On s’abonne simplement. Installation le jour J également. On a tout d’un coup dans un logement tout neuf. C’est très efficace. Pas de problème d’historique de crédit. Nous achetons un voiture, après de nombreuses recherches, chez un concessionnaire dans notre prix et surtout réputée pour être fiable dans cette contrée. Nous allons à la SAAQ pour avoir notre plaque et laisser un gros chèque. On prend rvd pour le changement de permis. Pour les assurances, aucun problème car je travaille dans une compagnie d’assurance. J’ai donc les prix employés.
Le fait d’avoir une voiture change radicalement la vie. Nous pouvons sortir de Québec, faire des randonnées dans les parcs, aller dans des boutiques assez lointaines. Cela n’empêche que nous marchons toujours autant.

Les enfants sont inscrits à l’école du quartier dès début Août. La rentrée est prévue pour le 2 septembre. Ils attendent cela avec impatience.
Nous faisons les démarches pour avoir un médecin de famille. On verra bien.

Le container arrive finalement. Il est très en retard mais la faute revient à la compagnie maritime et non au déménageur. Il était temps! Il faut vite se rendre à Montréal pour faire le dédouanement en s’acquitant au préalable de la taxe à la SAQ. On repaye à la douane 15% sur la valeur. Rien que ça mais on le savait. Le déballage est émouvant car nous retrouvons nos effets personnels. L’installation s’achève après 3 jours de bazar. Il n’y a eu qu’une vitre sur un cadre de cassée. Bref, tout s’est très bien passé. Nous voilà donc officiellement installés.

Le bilan:
8 mois de dure labeur soit une préparation minutieuse nous ont permis de limiter le stress et éviter les erreurs difficiles à corriger. Nous vivons bien plus modestement que lorsque nous étions en France mais on s’en sort très bien pour l’instant. Comme quoi on peut très bien se passer du matériel. Notre qualité de vie est indiscutablement meilleure. Je sors de mon travail en milieu d’après-midi ce qui laisse beaucoup de temps pour soi, jouer avec les enfants. Nous ne nous sommes pas encore fait de relations à part avec des français installés depuis plus de temps mais cela viendra. Les québécois sont réputés pour être plutôt difficiles en termes de relations amicales.
Cela ne sert à rien de se faire des noeuds au cerveau et lire partout des informations ici et là. Il y a beaucoup d’âneries dites d’ailleurs. Egalement il y a tellement de cas de figures. Idem à vouloir comparer en permanence avec la France. Les repères sont nouveaux et il faut s’y faire. D’ailleurs on prend très vite le pli. Nous n’avons eu aucun mal à nous faire à notre nouvelle vie. La famille est loin mais il y a Skype et tout se fait simplement.

Il y a biensûr des choses pénibles, mais comme partout.

Reste à attendre les belles couleurs de l’automne.

Message du jour

Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d’immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d’immigrer.com.

https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada