Notre arrivée bis - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Notre arrivée bis

Notre arrivée bis

Départ pour le Canada

Après une premier départ en 2015 afin de valider notre résidence permanente, nous sommes retournés au pays pour liquider notre patrimoine et prendre congé de nos emplois respectifs.

La maison vendue, nous voilà prêts faire le grand saut pour notre installation. Sur un post précédent, nous vous avions relaté notre validation de la résidence et les procédures à l’arrivée.

Pour tous ceux qui se demandent comment cela se passe lorsqu’on a validé son visa et que pour des raisons personnelles on retourne en Europe, c’est ici.
Je rappelle le prescrit légal: sur une période de 5 ans, le résident permanent peut passer au maximum 2 ans en dehors du Canada. Cette exception permet à toutes les personnes qui ont des soucis d’ordre personnel de valider leur résidence dans les délais impartis et de sortir du Canada afin de terminer la préparation de leur départ.

Deux ans c’est vite passé, si on fait encore plus court c’est mieux.
En mars 2014, nous avons obtenu notre résidence permanente et nous devions être au Canada pour janvier 2015 au plus tard. Lorsqu’on est propriétaire de sa maison et des enfants en âge d’aller à l’école, c’est juste une course contre la montre ou une planification à faire.
Nous avons donc choisi de valider les visas en été 2014, de recevoir nos cartes de résidents puis de retourner en Europe afin de liquider notre patrimoine. (Maison vendre, société à liquider, et pause carrières à obtenir)

Arrivés en janvier 2015, la maison n’était toujours pas vendue et il n’était pas question de la brader. On y avait mis toutes nos et il fallait en retirer le pris pour ne pas débarquer au Québec les mains vides (avec trois marmots en charge on aurait appelé cela du suicide).
Nous avons donc attendu jusqu’en octobre 2015 pour voir un amateur sérieux sur la maison.

Mais pendant ce temps, le plus âgé de nos fils est entré en 6ème. Il avait donc son CEB (certificat d’enseignement fondamental belge de la communauté française).
Tout était donc planifié pour juillet 2016 dès qu’on aurait les bulletins car l’acte de vente de la maison a été passé en janvier 2016. Nous avions, en plus de nos économies, de quoi bien planifier notre installation à la belle province.

Le gros de nos affaires étant parti avec Gallieni-déménagement.com, il nous restait plus que les affaires personnelles à prendre par avion.

Nous avons réservé un vol air transat, avons pris l’option plus (10kg de bagages en plus et un certain confort en vol pour les amateurs de mousseux et de cabernet sauvignon, la réception des bagages en priorité sur Montréal, l’embarquement des kids en priorité, brf pour nous 5, 260 euros bien dépensés).
Pour les comptes, nous avions 10 valises (5 de 33kg, 5 de 23kg) et 5 bagages à main en plus de deux sacs à dos de matériel informatique fragile.

C’est un véritable convoi exceptionnel qui s’est présenté au check-in de ce 18 juillet 2016 à Bruxelles national.
Cette option nous permet d’embarquer nos 10 valises mais non sans avoir déboursé 180 euros pour les excédents (on s’en sort très bien).

L’enregistrement se passe très bien, le personnel est très sympathique. Nous ne pouvions pas embarquer tous nos bagages à main en cabine, il faut 5 pièces et c’est tout. Le surplus a été mis en soute sans supplément. Un coup de chance là aussi.

Après un contrôle d’identité et une fouille efficace, nous accédons à la zone neutre avant de nous diriger vers la porte d’embarcation. Il n’y a plus qu’à attendre.

Pour un vol prévu à 13H30, nous sommes arrivés à 8h50 à Zaventem et n’avons pas eu un seul moment de répit. Tout ce dispositif de sécurité (bien utile que cela soit dit en passant), toutes ces vérifications des documents d’identité et le tout nouveau portail de la police belge qui scanne l’iris des voyageurs (belges), on prend l’avion à 13H30 avec un ouf de soulagement.

7h40 plus tard, une secousse nous réveille les sens, on est au Canada !!!
Nous arrivons au premier contrôle de l’AFSC (agence des services frontaliers), les passeports sont vérifiés, pas besoin de l’AVE, nous avons nos cartes de résidents permanents.

L’agent nous dit bonjour individuellement et nous souhaite encore une fois la bienvenue « chez vous » bon retour à la maison.

Après avoir vérifié le document de déclaration que nous avons rempli dans l’avion, l’agent nous invite aller récupérer nos bagages, non sans nous souhaiter la bonne journée.
Les bagages récupérés, nous nous dirigeons vers la sortie et là nous sommes reçus par un deuxième agent qui reprends les documents de déclaration initialement contrôlés par son collègue.

Il nous laisse passer avant de nous rappeler quelques mètres plus loin et nous demande de repasser à l’accueil immigration. D’après cet agent, nous devons remplir un formulaire pour justifier les délais de plus de 12 mois passés hors du Canada.
Nous passons donc dans cette pièce située gauche, près de la sortie et où se trouve l’accueil de l’immigration et les services d’accueil du Québec.

Sur place, un agent nous invite lui présenter nos passeports et les cartes de résident. Après un brève vérification, il nous déclare que nous avons aucune raison d’être là.
Cette fois, nos trois chariots quittent la zone de contrôle et nous voici donc arrivés pour commencer une nouvelle vie.

par Puma Noir

Lire les commentaires

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada