Bilan d'une immigration temporaire de 5 mois (PVT) - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Bilans > Bilan d’une immigration temporaire de 5 mois (PVT)

Bilan d’une immigration temporaire de 5 mois (PVT)

De Charlotte44

Bonjour à tous,

Voici comment j’ai vécu mon séjour à Montréal pour ceux qui souhaite avoir un témoignage.

Ayant une carrière de vendeuse qui stagnait en France sans opportunité d’évolution et mon conjoint avec une maîtrise de management général qui ne lui a jamais servit et 4 ans de chômage, nous décidions de partir de Nantes pour Montréal mi janvier 2012. Suite à notre demande d’immigration temporaire effectuée en octobre 2010 par le biais de l’Expérience International Canada (EIC) avec un Programme Vacances Travail (PVT).

Les points positifs d’abord :
– la facilité de trouver un logement, un 3 1/2 de 600 pc pour l’équivalent de 470€ a été une belle surprise surtout dans le quartier Rosemont (nous étions vers le stade olympique).
– ensuite ce qui m’a beaucoup plut fut la propreté, quel bonheur de marcher sans avoir à éviter les crottes de chiens toutes les 2 secondes !
– l’accueil. Hé oui les gens sont gentils et polis. Quel choc des cultures ! Incroyable, les personnes font la queue les unes derrières les autres aux arrêts de bus. Quand on rentre dans un magasin on nous dis : “Alo, comment ça va ?”.
– Quand nous sommes arrivé il a neigé dès le lendemain, un vrai bonheur pour nous Nantais où il ne neige JAMAIS. Tout commençait bien donc. De plus, le froid est tout à fait supportable (alors que je suis habitué aux t°c douces). Avec un bon manteau et comme il y a beaucoup de souterrains et que tout est chauffé partout la vie est très facile à -20°c.

J’ai vite trouvé du travail, essayé plusieurs magasins. Le hic, j’ai trouvé que Montréal est extrêmement Anglophone. Quel choc encore car je ne pensais pas autant. Avec cette immigration et l’image que le gouvernement Québécois donne, sur le fait qu’ils valorisent les Francophones, j’ai vraiment été surprise. Me voilà obligé d’être bilingue pour vendre alors que je parle Anglais mais…not very good ! j’ai été souvent confronté à des clientes qui ne parlaient pas un mot d’Anglais et ne faisait pas d’effort pour articuler même si je leur demandais. Ici l’Anglais est roi ! Ça a vraiment été difficile pour moi sur ce point.

De plus, les horaires de travail : du mardi au dimanche. Ok je savais je m’étais renseignée, et puis quand on veux bosser il faut s’y coller…mais en réalité ce n’est pas si facile que ça. Pas payé double le dimanche, pas de possibilité de choisir son jour de repos, et un salaire de 9,90$ / l’heure. Hé bien le niveau de vie finalement n’est pas plus élevé qu’en France.

D’autant plus, que la nourriture est cher. Et je n’exagère pas, un panier moyen de courses coûte le double en supermarchés. Les marchés ne sont pas moins cher. Il y a peu de choix et souvent les produits sont de basse qualité dans tout l’agroalimentaire, que ce soit produits laitiers, viande, poissons n’en parlons pas, toute l’épicerie est taxée, les produits d’hygiène coûte facilement le double. Seuls les fruits et légumes s’en sortent de justesse. Bref, j’avais l’impression d’être une Parisienne !

Il y avait quand même d’autres côtés positifs :
– la beauté de la ville et du Canada. Montréal est très belle. Nous avons fait une escapade à Québec et Tadoussac voir les baleines. Des paysages à couper le souffle. les chûtes du Niagara et New-York aussi, c’était superbe.
– la sécurité, quel bonheur de pouvoir rentrer en métro avec des policiers à chaque arrêt le soir
– les transports, avec des bus toutes les 4 minutes environ

J’avais également un contact d’une fille Française (une connaissance) je l’ai presque harcelée pour qu’on se voit, prendre un verre, discuter, pour me donner des tuyaux. Après un lapin posé et des mails, j’ai abandonné. C’est difficile car elle aussi était en PVT mais elle connaissait déjà du monde avant d’arriver alors on voit bien que la solidarité entre immigrants n’est pas automatique.

Mon conjoint n’a pas trouvé de travail, juste un emploi de commis de bureau dans une association en tant que bénévole.
Après plusieurs moi mon ancienne patronne avec qui j’étais restée en contacte m’a proposé un poste d’adjointe à Nantes alors j’ai accepté et nous sommes rentré fin juin 2012.

Finalement, je ne regrette rien du tout. je garde un bon souvenir de ce séjour, mais aussi je me rends compte qu’immigrer n’est pas facile. Si j’avais à le refaire, je prendrais toutes mes affaires, mes meubles, mes vêtements, ma décoration, mes cd….tout. Car immigrer avec une valise et demi est trop difficile. On a besoin de se recréer un bon petit chez sois douillet pour se sentir bien. De plus, j’aurais acheté une voiture et cherché à m’installer dans la banlieue Montréalaise où j’aurai cherché du boulot. Car dès qu’on sort de la ville les gens sont Francophone à 99% !

Alors pourquoi pas peut-être un jour faire une demande d’immigration mais permanente avec une véritable installation. Le PVT c’est bien mais ça reste vraiment un permis de voyager avant tout. De plus, qu’en PVT on ne dépends pas du système Canadien ni Français donc pas de couverture sociale, maladie, chômage et être obligé de passer par un assureur privé pour ça c’est vrai trop bizarre et insécuritaire.

J’espère que mon opinion aura aidé pour ceux qui s’apprête à partir, si vous voulez en discuté je serais ravie de vous répondre.

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada