Des voix s’élèvent pour diminuer le nombre d’immigrants admis au Québec

Des voix s’élèvent pour diminuer le nombre d’immigrants admis au Québec

Le parti Québécois (PQ), dans l’opposition officielle au Québec, plaide en faveur d'un ajustement du nombre d'immigrants accueillis annuellement, ceci en fonction des ressources disponibles pour en « assurer l'intégration de façon vérifiable ». Le porte-parole officiel du PQ en matière linguistique et d'immigration, Yves-François Blanchet, pense qu'il faut réduire le nombre d’immigrants admis.

Ceci fait suite à la publication de cinq rapports de l'Office québécois de la langue française qui traite de la situation du français dans la province et en particulier à Montréal. Le critique du PQ en matière de langue dénonce l'anglicisation de la métropole québécoise. En effet, selon les rapports de l’OQLF, d’ici 20 ans les francophones seront minoritaires à Montréal.

« Il faudrait se réjouir du fait que 50 % des immigrants qui effectuent un transfert linguistique le font vers le français, ironise M. Blanchet, mais ça veut dire que 49 % le font vers l'anglais. » Il soutient que cette perspective n'est acceptable que pour ceux qui acceptent que l'anglicisation de Montréal soit inéluctable.

Aussi, selon Benoit Charest, nouveau député indépendant de Deux-Montagnes et ancien porte-parole péquiste en matière d’immigration, estime que le nombre d’immigrants au Québec devrait être ramené à 40 000 par année, soit 15 000 personnes en moins. Il pense que le rythme actuel est insoutenable pour la bonne intégration des immigrants à la société québécoise. Il pense que le gouvernement a besoin de temps pour revoir ses procédures de sélection, d’accueil et d’intégration.

Tags : PolitiqueProfil de l'immigration québécoise




Copyright © 1999-2014 Immigrer.com Inc. Tous droits réservés. Conception Solutions Netaccès