O'Hana

Ses billets | Nos blogueurs











Prenez un gars, Eddy alias O'Hana par exemple, né sur une île dans le Sud de l'Océan Pacifique là où il ne fait jamais moins de 18°c en moyenne toute l'année d'un côté et le Québec reconnu notamment pour son hiver magnifique mais rigoureux de l'autre côté. Rajoutez le fait que ce gars n'avait aucune connaissance de près ou de loin avec le Québec (si ce n'est peut-être Céline Dion à la télé...) et surtout, qu'il n'avait jamais envisagé d'y vivre un jour.



Mettez alors tout cela ensemble, secouez bien, secouez encore un peu plus fort pour faire taire les doutes et les incohérences et vous obtenez le parcours d'un immigrant calédonien qui vit au Québec depuis 1999. Autrement dit, voilà une des beautés que l'immigration peut offrir, un brin taquine, dans des parcours de vie.



Après un bref séjour à l'université davantage en touriste qu'en étudiant zélé en histoire puis en droit, Eddy décide de s'essayer au management en complétant une licence en commerce-marketing dans une école du réseau EGC (écoles de gestion et de commerce). Il poursuit sur sa lancée en quittant sa Calédonie natale pour deux en France à sup de co Toulouse : c'est parce qu'il doit faire un stage pour finaliser ses études qu'il arrive au Québec avec deux valises, quelques dollars en poche et un visa de travail de quatre mois. Une rencontre déterminante avec une conseillère en orientation (qui dirige la firme où il fait son stage) fait en sorte qu'il s'inscrit à l'Université de Sherbrooke pour compléter en 2002 une maîtrise et devenir, à son tour, conseiller en orientation. À ce moment-là, fin de la chronique annoncée d'un futur manager : Eddy réalise qu'il se sent définitivement plus à l'aise en aidant les gens au niveau de leurs études et de leur carrière .



Mais sa formation initiale en administration ne lui est pas totalement inutile : aider les gens sur le plan professionnel, c'est aussi à ses yeux intervenir au niveau des employeurs. Ainsi, sa connaissance du langage organisationnel lui permet d'entrer dans le domaine des entreprises de la région estrienne à titre de consultant en gestion des ressources humaines.



Profondément analytique au premier abord, Eddy se considère avant tout animé par une vision idéaliste : le Québec, coïncidence ou non, lui a offert l'espace, l'environnement et les gens dont il avait besoin pour s'épanouir et il entend bien rendre au Québec ce que le dernier lui a offert si généreusement. L'important pour lui est ce que vit la personne dans ses émotions : il se considère donc humaniste, définitivement du côté de l'individu que du système, mais ce radicalisme est tempéré par une approche souvent nuancée et modérée. Il avoue cependant un attrait pour les incohérence ou les paradoxes car elles sont autant de failles qui laissent passer la lumière ...






Copyright © 1999-2014 Immigrer.com Inc. Tous droits réservés. Conception Solutions Netaccès